Version classiqueVersion mobile

Maxence Van der Meersch. Tomes 1 et 2

La France va-t-elle se laisser mourir ?

Note de l’éditeur

Paru dans un tract de L’Alliance Nationale contre la Dépopulation, 1943 ?

Texte intégral

1Notre Nation meurt faute de Français. Nous ne peuplons pas nos immenses colonies. Notre sol même se dépeuple. Nous sommes devenus une proie.

2L’après-guerre verra sans doute une brève flambée de prospérité économique. Et puis ?

3Dans quarante ans, il n’y aura même plus trente millions de Français. Qui consommera notre blé, nos fruits, nos automobiles, nos tissus ? Qui fera vivre le maçon, le menuisier, le tailleur ? Quelle valeur auront encore nos terres, nos maisons, nos épargnes ? Qui paiera nos frais d’administration ? Nos instituteurs, nos postiers, nos cantonniers ? Qui nourrira le peuple d’innombrables vieillards que nous serons devenus ? Comment sauverons-nous de la mort les communes désertées, dépeuplées, aux trois quarts incultes, comme on en rencontre déjà dans certaines régions du Centre et du Midi ? Même si quelque Nation voisine ne profite pas de notre aveulissement pour nous asservir, que deviendrons-nous tous, au milieu d’une telle ruine ? Rien ne sauvera aucun de nous. Nous venons de comprendre à quel point les hommes d’un même pays sont solidaires.

4Si la France, au lieu de mourir tout doucement, comptait soixante millions d’habitants, nous n’aurions jamais eu la guerre. Notre budget serait à peine accru : donc, bien moins de charges fiscales pour chacun de nous. L’activité, l’initiative de toute une jeunesse ferait de notre pays un Éden. Notre terre, nos Colonies en friche sont les plus riches du monde. La culture scientifique pourrait décupler leur rendement, provoquer l’éclosion d’innombrables industries agricoles. Notre sous-sol pourrait fournir à nos usines les matières premières en surabondance. Savez-vous, par exemple, que la Normandie, grâce à ses mines de fer, pourrait être une des grandes régions métallurgiques du monde, si nous avions des hommes pour la mettre en valeur ? Des cités nouvelles s’élèveraient partout, modèles d’urbanisme. L’éducation, les loisirs intelligents, une existence heureuse dans l’hygiène, la santé, la sérénité, seraient à la portée de tous. Un enfant qui naît de nos jours est un fils de prince, comparé à celui qui naissait il y a cinquante ans ! La vie pourrait être une chose magnifique, si nous étions assez nombreux à croire en elle.

5Nous avons le choix. Trente millions de Français végétant dans vingt-cinq ou trente ans d’ici, en un pays ruiné. Ou soixante millions de Français en pleine exubérance d’épanouissement vital.

6Ne dites pas : « Les choses dureront bien autant que nous ! Après nous le déluge ! ». Vous venez de voir que cela vient parfois plus vite qu’on ne pensait, le déluge !

7Ne dites pas : « Il n’y a rien à faire ! ». L’exemple de nos voisins prouve qu’il y a quelque chose à faire, qu’il y a des remèdes à la dépopulation.

8Si vous êtes convaincu, si, entre la mort dans l’esclavage et la vie en pleine liberté, vous choisissez la vie, alors votre devoir est net : Adhérez à l’Alliance Nationale contre la Dépopulation. Que vous ayez des enfants ou non, la chose n’importe pas. On n’est pas toujours responsable d’être resté célibataire, de n’avoir pas eu d’enfants, ou même de n’en avoir pas voulu. On peut s’être trompé ! La France elle-même s’est bien trompée en n’encourageant pas jusqu’ici les pères de famille par une politique résolument familiale, et en laissant même parfois subsister dans ses lois des dispositions antifamiliales. L’essentiel, c’est qu’aujourd’hui vous reconnaissiez que le bien de tous et le vôtre veulent une France peuplée. Et que vous y aidiez en faisant partie de « L’Alliance Nationale contre la Dépopulation ». Elle a engagé la lutte contre la mort ! Soyez de ceux qui veulent vivre et faire vivre.

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search