Version classiqueVersion mobile

Maxence Van der Meersch. Tomes 1 et 2

À la maman, à l’épouse

Note de l’éditeur

Paru dans La Famille du Prisonnier – Fin 1942 ?

Texte intégral

1Les Lettres.

264 lignes par mois !

3C’est tout !

4Et il faut, au moyen de ces 64 lignes, maintenir le contact, tout dire, tout raconter, faire passer toute son affection, tout son courage, tous ses espoirs, toutes ses tendresses à celui qui est là-bas !

5Utilisez donc au mieux ces 64 pauvres lignes. Soyez-en avare. Ne les gaspillez pas à des riens, à des choses inutiles, qui ne vous laisseront plus de place, ensuite, pour l’essentiel.

6Tout d’abord, avant de rédiger votre carte ou votre lettre, sachez très exactement ce que vous avez l’intention de dire. Et, sur une page de cahier, faites un brouillon, que vous pourrez raturer, abréger, condenser. Vous arriverez ainsi à des tours de force, vous finirez par dire des quantités de choses en bien peu de mots.

7Et quelles nouvelles lui envoyer ? Choisissez-les, triez-les. Ne lui annoncez pas pêle-mêle tout ce qui vous passe par la tête, – que le voisin s’est cassé le pied et que les pommes de terre sont rares. Songez à ce qui doit l’intéresser, lui, là-bas. Mettez-vous en pensée à sa place. Et faites-lui connaître seulement ce dont vous êtes sûre qu’il en sera intéressé. Pas de commérages creux.

8Pas de maladresses non plus. Un prisonnier est un malade. Il possède une sensibilité nouvelle, aiguisée, raffinée. Une faculté incroyable de deviner, d’assombrir et de s’angoisser. Songez dans quel décor, dans quelles conditions matérielles, dans quelle solitude morale il vit là-bas. Écrivez-lui comme vous écririez à un être affaibli et fatigué, qu’il faut ménager. Telle petite phrase qui vous échappe un jour de lassitude lui fera tout de suite imaginer que vous êtes à bout de forces et de vos ressources. Telle inquiétude, encore si vague et si légère pour vous, l’écrasera lui, comme un énorme nuage sur son âme, durant des mois. Alors que vous l’aurez oubliée depuis longtemps. Une photo, une simple photo mal choisie, où vous n’aurez pas très bonne mine, et c’en sera assez pour qu’il se ronge de tristesse et de chagrin. Attention !

9Donc pas de chocs inutiles. Ne dire les mauvaises nouvelles que lorsqu’elles ont véritablement assez d’importance pour que vous deviez le dire.

10Ne pas tomber non plus dans l’excès contraire. Ne dites pas invariablement : « Tout va bien ! ». Il ne vous croirait plus. Soyez sincère, il n’en aura que plus confiance. Les difficultés sérieuses, les soucis graves, confiez-les lui, sans exagérer, sans déformer, sans vous plaindre, en tâchant plutôt de les présenter sous un jour favorable, en faisant sentir surtout que vous êtes bien rassurée, bien sûre de vous tirer d’affaire... Même si ça n’est pas tout à fait vrai.

11Chacune de ces lettres, rappelez-vous le, peut et doit être un unique souci, un message de confiance et d’espoir.

12Pas facile ? Nous le savons. Écrire une pareille lettre demande un gros effort. Mais c’est votre mission à vous, les femmes. Vous êtes les donneuses d’énergie, les donneuses de vie.

13Pour être plus sûres de vous, écrivez vos lettres à tête reposée, le dimanche ou le soir, quand la maison est un peu tranquille. Réfléchissez avant d’écrire, faites un brouillon. Et surtout, si vous vous sentez de la fatigue physique, si la journée a été dure ou triste, remettez votre lettre au lendemain. Il sentirait quelque chose à travers les lignes, qui l’angoisserait.

14Vous saurez un jour à quel point, en prenant tous ces soins, vous aurez contribué à soulager la misère de votre cher absent.

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search