Version classiqueVersion mobile

Maxence Van der Meersch. Tomes 1 et 2

Préface à L’Enfant qui passe de Jacqueline Vincent1

Note de l’éditeur

Éditions Plon, 1939

Texte intégral

  • 1 Jacqueline Vincent est une romancière chrétienne marquée par un certain dolorisme, à laquelle Van d (...)

1C’est un livre que j’ai lu avec émotion. Non pas pour ses qualités d’art, mais avant tout comme un pathétique témoignage de souffrance et de grandeur.

2On y trouvera sans doute des défauts : quelle œuvre y échappe ? Quelques gaucheries, peut-être. Mais ce ne sont là que broutilles. Que les « chagrins », les pointilleux s’y arrêtent. Pour moi tout ce livre n’est qu’un long récit frémissant et sincère, poignant jusqu’à la cruauté. Et c’est là la grande valeur de l’œuvre, sa tonalité, le don de vérité indiscutable et tragique qui fait que, l’ayant lue, on ne peut plus l’oublier. Qualité précieuse, unique, celle qui fait, à mon sens, tout le prix d’un livre, avant même le mérite de la composition ou du style. Car l’homme, plutôt même que de beauté, a besoin de vérité.

3Du reste, comme si les deux vertus, au fond, n’en faisaient qu’une, par cette sincérité même ces pages bien souvent atteignent à une beauté qui saisit. Lisez ce passage où l’héroïne qui nous dit ici sa vie raconte comment l’exigence morbide de son mari l’oblige à guetter trois heures durant, dans le bureau, une souris, et à l’attraper, toute vivante, avec ses doigts. Lisez cet épisode où, devant un invité silencieux, courtois, et qui l’observe sans rien dire, elle subit en serve docile les avanies de son époux. Et quand, pour un instant, le mari s’absente, l’invité, brutalement, prend le poignet de la misérable et, ne pouvant saisir dans sa profondeur une telle attitude, la regarde, jusqu’au fond de l’âme et lui dit : « Qu’as-tu donc à te faire pardonner ? ».

4Par là, ce livre est fort et il est grand. Et, dans sa vérité criante, cette œuvre se hisse au niveau des plus belles, puisqu’elle pose devant nous tout le problème de la vie. Faut-il accepter l’épreuve ? Faut-il se révolter ?

5D’aucuns diront, en tournant la dernière page : « Folie ! Cette femme a fait son malheur volontairement. Pourquoi s’est-elle résignée ? Que n’a-t-elle repoussé la souffrance, refait sa vie ? ».

6D’autres penseront qu’elle a peut-être eu raison, qu’on ne sait jusqu’où un tel être eût pu sombrer, s’il n’avait monté si haut, et qu’enfin, ne le comprît-on pas soi-même, il faut admettre que des âmes privilégiées peuvent atteindre par le renoncement total, – un renoncement comme l’eût aimé saint Jean de la Croix, – à une paix mystérieuse et certaine, à des cimes d’où tout s’éclaire et s’adoucit... Dieu enverrait plutôt un ange. L’ange est passé sous la forme miraculeuse d’un enfant. Les dernières pages du livre, les derniers mots de cette créature pourtant atrocement déchirée par la vie sont d’une extraordinaire et magnifique sérénité.

7C’est cette noblesse, c’est l’élévation de cette âme de femme dans la souffrance qui étreindra même les sceptiques d’une émotion invincible. Ils ne pourront nier ni l’objectivité de ce témoignage, ni la sublimité où atteint cet être par le sacrifice, et qui force leur admiration et leur sympathie. Énigme gênante, troublante, insoluble, qui les laissera à la fois irrités et inquiets. Car il n’est pas facile de prétendre que la source morale où notre humanité peut puiser de tels ennoblissements ne serait qu’illusion, mensonge...

8N’y eût-il que cela, ce rappel de l’homme à lui-même, que le livre, déjà, serait un acte.

Notes

1 Jacqueline Vincent est une romancière chrétienne marquée par un certain dolorisme, à laquelle Van der Meersch s’est sûrement intéressé pour le Sainte Thérèse de Lisieux qu’elle publia en 1934.

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search