Version classiqueVersion mobile

Maxence Van der Meersch. Tomes 1 et 2

Urbanités…

Note de l’éditeur

Paru dans Moteurs & Cycles de mars 1939

Texte intégral

1Je sortis de chez moi, contournai ma voiture, et ouvris la portière de gauche pour m’installer au volant. Un chauffard, à ce moment, passa près de moi en trombe, me frôla dangereusement, et m’aspergea d’un jet d’eau boueuse, et d’une bordée d’injures choisies. Je fus très contrarié de n’avoir pas eu, sous le coup de la surprise, la présence d’esprit de lui répliquer comme il convient. Je suis assez bien doué pour ce genre de discussion, et possède un arsenal d’épithètes dont je suis passablement fier. Je montai donc dans ma voiture quelque peu nerveux. Arriver crotté et fangeux à un rendez-vous important n’a rien qui enchante. Et je devais, ce jour-là, rencontrer un certain M. Simpton, grand personnage, de qui j’attendais beaucoup.

2La dame qui m’accompagnait, après s’être escrimée quelques instants à tenter d’ouvrir la portière de droite, y parvint brusquement, et faillit recevoir ladite portière sur le nez. Elle monta enfin, s’assit à mon côté. Et nous démarrâmes vivement.

3Aimez-vous doubler les trams ? Moi, pas. Alors, j’ai un truc. Je suis mon tram, à quelques mètres. J’attends qu’il ralentisse, et juste avant l’arrêt, fffuit ! je le gratte !

4Je réussis ce jour-là mon coup quatre ou cinq fois. Il y avait un petit inconvénient : c’est que je fonçais, évidemment, à pleins gaz, sur le groupe de braves gens qui s’avançaient vers le tram pour y monter. Évidemment aussi, ils recevaient peut-être quelques éclaboussures. De vagues imprécations, sur mon passage, me le disaient. Mais j’étais trop agacé pour y prendre garde. Et je sentis le besoin de faire partager à ma compagne mon irritation :

5– Il n’y a plus de politesse ! dis-je. La route appartient aux mufles ! Galanterie, courtoisie, rien n’est plus respecté ! Jadis un homme « bien né » n’eût pas laissé une femme descendre de voiture sans lui tendre la main, lui prendre son bagage... Aujourd’hui, nous voyons des femmes en panne le long de la route, et nous passons sans même nous arrêter ! Et pourtant ! Une voiture en panne, une femme, un homme même, à qui nous pourrions au moins offrir notre aide, n’est-ce pas une belle occasion de prouver notre savoir-vivre ?... Oh ! Oh ! En voilà un qui a manqué de prévoyance ! Panne sèche !

6Nous dépassions justement un monsieur qui, un bidon d’essence à la main, rouge, suant, essoufflé, allongeait le pas, vers le prochain garage.

7– Il a trois quarts d’heure de route à faire ! dis-je très amusé. Je ne connais pas de pompe à moins de trois kilomètres d’ici...

8Et j’écrasai l’accélérateur sous ma large semelle de crêpe.

9– Nom de nom !

10Je l’avais vu de loin : le passage à niveau était fermé. Dix voitures à l’arrêt. Par un coup heureux je les doublai toutes, et occupai une étroite petite place qui restait libre, en tête. Il fallait voir la figure des autres !

11– Très drôle ! n’est-ce pas ? dis-je en démarrant, sitôt la barrière levée. Tous ces types-là conduisent comme des sabots !

12Mais juste à ce moment un coup de trompe impératif retentit. Et une « Speed » me doubla à bonne allure.

13Je n’aime pas la « Speed ». J’ai de tout temps préféré « Pégase ». C’est ma marque de voiture. J’y suis fidèle. Les possesseurs d’une Speed, l’avez-vous remarqué, sont toujours des espèces de vaniteux qui prétendent gratter tout le monde. Bonne occasion de montrer à ce type que ma Pégase valait bien son tacot. Un coup d’accélérateur, un virage bien pris. Et je doublai à mon tour la Speed. J’eus, au passage, un léger ricanement à l’adresse de mon adversaire.

14– Ces bagnoles-là, dis-je, ça ne tient pas la route, ça ne... Ah ! le bougre !

15Mon type venait de me redépasser. Et de si près que mon sang n’avait fait qu’un tour.

16– Espèce de...! grognai-je. Je t’aurai !

17Et je l’eus. Je le doublai à 105. On n’eût pas mis une pièce de dix sous entre son garde-boue et le mien. Vert, le type ! Vert de rage et de frousse ! Il me hurla :

18– Andouille !

19– Crétin, répliquai-je.

20– Vache !!

21– Fumier !!!

22Et je passai. J’étais heureux d’avoir eu le dernier mot, pour la dame.

23Nous atteignîmes la ville. Circulation intense. Mais les embouteillages, c’est mon fort. Entre dix, quinze voitures, je me faufile, manœuvre, zigzague et passe sous le nez des chauffards furibonds. Il y eut encore quelques échanges de mots aimables. Mais je vous ai déjà dit que je n’ai pas ma langue dans ma poche... Je le prouvai en particulier à un vieux type qui traversait une rue tranquille à petits pas, et derrière qui je surgis en silence, tout d’un coup, comme un monstre !... J’ai le chic, pour réussir ce coup-là. Le pauvre vieux en fit un bond de carpe ! À ses cris indignés, je sus répondre, vous pouvez m’en croire, comme il convenait.

24Et l’instant d’après, nous étions arrivés. Nous avions, – je le fis constater fièrement à la dame –, sept minutes d’avance. Et nous avions accompli une moyenne de quatre-vingt-sept à l’heure.

25Je garai ma voiture. La place manquait. Il restait seulement un intervalle étroit, juste, tout juste de quoi me loger, entre deux autres autos. Par-dessus le marché, c’était en face d’une porte cochère. Mais à ça, je ne m’arrête jamais. Les autres, n’est-ce pas, qu’ils fassent comme moi, qu’ils se débrouillent. Une marche arrière, une marche avant, une marche arrière... Et ma « Pégase » était casée. Un tour de force ! J’attendis que ma compagne fût descendue, pour fermer. Elle dut se battre à nouveau avec la portière, la pousser de l’épaule... Et quand la portière s’ouvrit, la dame en perdit l’équilibre, et son sac à main et ses gants dégringolèrent dans le ruisseau. Les femmes manquent de méthode. Celle-ci me le prouva une fois de plus en plongeant ses deux souliers dans une flaque, lorsqu’elle mit pied à terre.

26Mais enfin, je pus fermer les verrous de mes serrures, et descendre à mon tour. J’avais eu soin de bloquer mon frein à fond, et de laisser mon levier de vitesse en prise sur la marche arrière. Ainsi calée, glaces levées, portières fermées à clé, il faudrait un tracteur pour bouger ma voiture. C’est une bonne précaution, et que je prends toujours. Avant de partir, je fis remarquer à ma compagne, non sans satisfaction, qu’il ne restait pas cinq centimètres entre mon pare-chocs et celui de la voiture rangée derrière la mienne. Et comme une troisième automobile bloquait la malheureuse à l’arrière, j’observai, très amusé :

27– Si le troisième a bloqué sa bagnole comme moi, le type du milieu est là coincé jusqu’au jugement dernier !

28J’en riais encore comme nous entrions chez mon ami.

29Accueil cordial. M. Simpton n’était pas encore là. Mais il arriva la minute d’après. Une servante l’introduisit. Mon ami fit les présentations. Nous nous inclinâmes l’un devant l’autre, M. Simpton et moi, avec une courtoisie cérémonieuse, tout à fait genre XVIIIe siècle.

30– Monsieur, je suis charmé...

31– Je suis très honoré, Monsieur...

32Mais en nous redressant, l’un et l’autre, nous fîmes une drôle de figure, en nous reconnaissant : j’avais devant moi le type de tout à l’heure, avec qui j’avais fait un petit match de vitesse, et que j’avais si magnifiquement engu...

33On fit semblant de ne rien se rappeler, voilà tout. Cette petite gêne passa vite. Et le dîner fut très réussi. Je me souviens qu’entre autres on aborda le sujet de la bonne vieille politesse française, qui se meurt.

34Nous déplorâmes qu’un homme bien élevé se mue instantanément en parfait goujat, dès qu’on lui met un volant entre les mains. Et je fus très applaudi quand je déclarai qu’à notre code de la route il fallait ajouter un chapitre : « Savoir-vivre et usages mondains en automobile », assorti de sanctions très draconiennes à l’intention des innombrables mufles qui sillonnent aujourd’hui la route...

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search