Version classiqueVersion mobile

Maxence Van der Meersch. Tomes 1 et 2

Jeunesse de France, notre inestimable chance de salut

Note de l’éditeur

Paru dans Le Petit Journal du 18 février 1938

Texte intégral

1La France, dans les heures d’inquiétude qu’elle traverse, possède encore une grande espérance, une inestimable chance de salut : sa jeunesse.

2Il n’est pas vrai que l’humanité, toujours semblable à elle-même, vive un éternel recommencement. La jeunesse d’à présent n’est celle ni d’avant 1914, ni de l’immédiat après-guerre. Le mérite en revient peut-être aux circonstances qu’elle a connues, à l’ambiance où elle a vécu, il n’en est pas moins certain que, durcie par l’épreuve et prématurément sage, notre jeunesse nous offre aujourd’hui un beau visage de sincérité, de révolte généreuse et d’espoir.

*

3Prenez l’adolescent de 1928, et songez à ce qu’il a vécu. Tout gamin, il a connu notre orgie de « prospérité », cette surabondance, cette facilité, cette mollesse où se vautrait le monde. Il y a assisté sans y prendre part, sauvé par sa jeunesse, maintenu hors du courant : observateur attentif et impitoyable, qui ne devait rien oublier. Et juste à l’heure où, à son tour, il allait s’engager dans ce courant et s’y perdre, le grand bouleversement s’est fait. L’une après l’autre, les affaires instables, mal équipées, mal dirigées, ont sombré. Fini le règne des prodigues, des téméraires, des incapables. Fini le temps où il suffisait de vendre n’importe quoi à n’importe quel prix pour s’enrichir. N’ont résisté que les entreprises menées avec prudence, économie et savoir professionnel. Sagesse, expérience, prévoyance, technicité, toutes ces qualités se sont ainsi soudainement revalorisées aux yeux de notre jeunesse.

4En l’espace de cinq ans, l’espèce « fils à papa » s’est évanouie, a passé au rang de mythe littéraire. Une universelle instabilité a interdit à nos jeunes gens la quiétude, l’assurance du « pain tout cuit » grâce à la sollicitude paternelle. Le spectacle des affaires déjà leur montrait combien la réussite et la durée dépendent essentiellement de l’effort et du mérite personnel de l’homme, du chef d’entreprise. Il leur a fallu étendre cette notion à la vie tout entière, se familiariser avec cette conception, rude et pénible sans doute mais somme toute revigorante, que l’existence, d’un bout à l’autre, pour la santé, pour l’élévation morale, et que la sécurité, la paix, sont, non pas un don spontané du ciel, mais une conquête douloureuse, qui doit se mériter par un combat de chaque jour.

5Les institutions les plus solidement établies, les conventions les plus invétérées se sont écroulées à leurs yeux : l’argent, la monnaie, l’héritage, la rente, le crédit de l’État, et le principe même de sa pérennité. Fortune, héritage, diplômes, carrières administratives, tout s’est révélé incertain et périssable. Et nos jeunes en ont tiré une âpre et tonique philosophie : « Compte sur ta seule valeur ! »

*

6Préservé juste à temps – et par miracle – de l’amollissement et des puissances de l’argent, averti de la faillite inéluctable de toute civilisation bâtie sur la matière et qui ne poursuit que les joies matérielles, révolté contre ses aînés et contre tous ceux dont l’opportunisme stupide a cru n’avoir qu’à laisser aller le monde, à glisser sur la pente de la facilité pour parvenir tout de go à un paradis terrestre, le jeune homme d’aujourd’hui se bâtit de tout autres rêves. Une vie propre et rude l’a fait loyal. Il se marie tôt, il apporte dans le mariage une volonté nouvelle de sincérité. Il ne rêve plus d’un état social qui favorise l’accession générale à l’oisiveté. Il demande seulement, mais il exige aussi de la société ce qu’il estime la condition nécessaire de l’existence : la possibilité de fonder une famille, le droit au travail, la propriété du métier, la sécurité de la vieillesse. Et s’il veut moins, il veut aussi avec une force et une rigueur accrues, parce qu’il sent une harmonie profonde entre ses aspirations et les lois mêmes de la vie : le grand droit qu’il réclame, n’est-ce pas, après tout, celui d’accomplir ses devoirs d’homme ?

*

7Sauvée de la matière, précocement mûrie dans l’épreuve, tout une part de la jeunesse d’aujourd’hui tend instinctivement et profondément à orienter son existence en accord avec l’ordre social, naturel, surnaturel aussi...

8Car volontiers elle se tourne vers des principes supérieurs, spirituels. Elle a vu les méfaits du matérialisme. Et par ailleurs, le plaisir et l’argent ne l’ont pas à l’avance desséchée ; elle a gardé intactes ses possibilités d’ascension. L’homme atteint toujours – et atteint seulement – aux mystiques qu’il a méritées. À cet égard, notre jeunesse, par sa netteté, sa propreté morale, s’est montrée digne de concevoir les idéals les plus hauts. Le mot d’Ovide n’est pas vrai pour elle : elle n’est pas de ceux qui voient le bien sans plus pouvoir le suivre.

9Si la jeunesse d’une race est l’image de son avenir, oui, nous pouvons avoir foi dans les destins de notre peuple.

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search