Version classiqueVersion mobile

Maxence Van der Meersch. Tomes 1 et 2

Zola, écrivain des jeunes

Note de l’éditeur

Paru dans Le Journal du 4 octobre 1937

Texte intégral

1Un des mérites qui assurent à l’œuvre de Zola sa pérennité, c’est qu’il est l’écrivain des jeunes. Ceux de vingt ans le liront toujours avec l’enthousiasme et la passion que j’ai connus, comme tant d’autres. Et pour eux comme pour moi, pour tous ceux qu’une généreuse intolérance devant les iniquités du monde jette dans la révolte et fait rêver de bouleversements vengeurs, Germinal et L’Assommoir restent désormais les livres inoubliables où nous retrouvons l’écho de nos propres indignations.

2On peut lui faire des reproches, mais Zola, au-dessus de tout, fut hanté du plus noble rêve de justice sociale. Et cela suffit à consacrer sa grandeur. Par son exaltation, sa force, sa flamme, par une certaine naïveté même dans sa conception du monde, il incarne bien notre jeunesse !

*

3Vingt ans ! l’âge emporté, l’âge fou, l’âge superbe, où l’on se cabre encore devant l’injustice, où les hiérarchies, les classes sociales, les castes, l’écrasante puissance que l’héritage donne aux uns, sans raison, sur les autres, les inégalités de naissance et de fortune, les préjugés, les conventions, le formalisme ont encore le pouvoir de vous jeter dans l’exaspération ! Où l’on rêve d’une cité future, d’un homme libre, libre de tout lien familial, de toute chaîne conventionnelle, ayant retrouvé le droit d’obéir seulement à son cœur, de parcourir un monde unifié sans plus connaître les obstacles des frontières et des langues, d’être citoyen du globe, libéré de la guerre, du servage de l’usine et du labeur, grâce à la machine ; sauvé de la faim, de la misère et du froid, de toutes les épreuves matérielles par la science ; préservé de la souffrance, de la maladie, et presque de la mort par la médecine ; libéré enfin des terreurs religieuses, des ombres infernales du courroux d’un Dieu jaloux, et de tout ce qui fait l’épouvante de la mort, par la raison.

4Ce songe, qui ne l’a fait ? Il a bercé nos pères et notre enfance, sa réalisation a constitué l’ambition chimérique de tout un siècle, de tout un âge de l’humanité. Sortie d’une interminable enfance, ivre de sa force neuve, de la puissance infinie que lui apportait le machinisme, des horizons nouveaux que lui ouvrait la science, l’humanité toute entière, entre 1880 et 1927, a vécu véritablement son adolescence et sa jeunesse...

*

5Cet âge, quel écrivain, quel créateur, mieux que Zola, l’incarnera pour nos descendants ! Il symbolise bien la jeunesse, oui, la jeunesse, avec ses griseries, ses espoirs et ses emportements, la jeunesse de chaque homme, la jeunesse de toute notre civilisation.

6Printemps trop court ! À mesure que nous vivons, que nos efforts nous acquièrent une part légitime de biens terrestres, nous commençons à comprendre que, cette récompense venant à nous manquer, et aussi la possibilité de la transmettre à ceux qui nous sont chers, nous serions bientôt las d’une peine sans contrepartie. Le mariage, l’enfant, le foyer qui se fonde, cette communauté d’intérêts, d’amour surtout, cette unité spirituelle imposent en nous la nécessité de la durée, de l’indivisibilité de cette cellule première – fût-ce au détriment des individus mêmes qui la composent. Le sol natal, la patrie s’enrichissent pour nous de souvenirs aimés, et nous deviennent, à mesure que nous vieillissons, plus chers. Et pour avoir souffert, vu mourir des enfants, une compagne, de vieux parents, des êtres auxquels nous tenons plus qu’à notre propre chair, nous comprenons qu’une religion, une foi, est un bienfait sans prix pour les hommes et irremplaçable, une consolation, une raison de vivre, et qu’il est inhumain de vouloir la leur arracher.

*

7Et cette évolution, n’est-ce pas celle de l’humanité tout entière, depuis dix ans ? Elle vient de se réveiller d’un rêve illimité.

8Elle vient de constater (je pense à la Russie) que famille, propriété, héritage, hiérarchie, traditions sont des nécessités a priori de toute société. Que le « progrès » mécanique ne peut aller jusqu’à l’infini sans provoquer des catastrophes, que l’antinationalisme est une utopie dangereuse, et une injustice, puisqu’il mène au nivellement des standards de vie – et tend à réduire l’ouvrier européen, héritier et bénéficiaire légitime des longs efforts de la race blanche, au niveau d’un coolie annamite qu’on nourrit d’une poignée de riz.

9Elle s’aperçoit que la science même, cette idole, peut être désastreuse et destructrice, si oubliant qu’elle n’est qu’un outil, on veut l’ériger en fin, en but suprême de nos efforts. Elle commence à comprendre que l’homme ne domine pas la nature, mais doit s’harmoniser avec elle, s’accommoder de ses lois – et non rêver de les bouleverser. Elle dit adieu à cette chimère d’un homme neuf, isolé, indépendant, vivant par la pilule chimique de Berthelot, s’assurant par les vaccins, les drogues, les greffes, une survie artificielle, une jouvence sans cesse renouvelée. Elle entrevoit que la santé, comme tout le reste, n’est que le salaire d’une vie sage, une heureuse harmonie humorale, et que deux millénaires de médecine, d’efforts et d’ambitions nous ramènent tout humblement à Hippocrate.

*

10Ainsi notre civilisation en revient-elle aux vieux maîtres des premiers jours, tout comme l’homme mûr se sent incliner à nouveau vers les croyances de son enfance, dont ses vingt ans présomptueux avaient cru pouvoir se passer.

11Le monde entier vient de vieillir, très vite. Il s’éloigne de cet âge triomphant où, dans l’ivresse de sa force et de ses espérances, rien ne lui semblait impossible. Âge dont l’œuvre de Zola est le saisissant reflet. N’eût-il que ce mérite-là, Zola doit survivre, et nous rester cher, comme le symbole à la fois de la jeunesse du siècle, et de notre jeunesse à chacun de nous. On a beau vieillir, on a beau s’apercevoir que les problèmes sociaux et humains sont moins simples qu’on ne l’avait cru, et sentir la nécessité de solutions plus prudentes. Si, quant aux moyens, nous changeons, le but reste le même : équité, vérité. Et l’on ne peut pas oublier que c’est dans Zola que nous avons premièrement puisé cette passion, cette flamme, ces révoltes, ces pitiés, ces indignations et ces tendresses – toutes les espérances et tous les rêves de justice dont notre jeunesse s’est exaltée, et que notre âge mûr doit garder comme fin et comme idéal, à réaliser par d’autres voies, mais du même cœur.

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search