Version classiqueVersion mobile

Maxence Van der Meersch. Tomes 1 et 2

L’Élu

Note de l’éditeur

Paru dans Le Cahier de juillet-août 1937

Rubrique : Les livres du mois présentés par leurs auteurs

Texte intégral

1C’est parce que j’ai connu moi-même les incertitudes et les doutes de mon héros, Siméon Bramberger, que j’ai écrit L’Élu.

2Il faut avoir connu le scepticisme et le pessimisme, – avoir considéré la vie, l’existence de l’homme et de sa destinée, l’intelligence et la conscience humaines comme le simple résultat du hasard, – s’être à tout instant posé la terrible, la décourageante, l’accablante question : « À quoi bon ? » ; il faut, durant toute sa jeunesse, avoir été obsédé de la peur de la mort et du néant qui vous attend, pour comprendre la révolte désespérée de mon héros, sa tentative éperdue afin de se créer quelque chose, une foi, un idéal, une espérance à quoi se raccrocher.

3Je pense que beaucoup d’hommes aujourd’hui passent par là. Le même problème nous hante tous : trouver à l’existence un sens, une utilité, une fin. Des peuples entiers, à nos côtés, se jettent dans le communisme, ou le national-socialisme dans l’espoir de l’y découvrir. On érige en mystique, en but suprême à nos efforts, la Nation, l’État, le Progrès, le Bien-être, le Bonheur... Machinisme, matérialisme poussent l’homme à chercher en lui-même son but : vivre pour vivre...

4J’ai voulu montrer que cela ne suffit pas à l’homme, qu’aucune mystique individuelle ou collective de bonheur matériel, de progrès, de science ou de technique ne nous contentera jamais, – que tout cela n’est qu’accessoire, et ne doit pas être une fin pour l’homme, mais seulement le moyen de réaliser plus parfaitement une mission terrestre que nous sommes en train, pour la plupart, d’oublier.

5Qui n’a pensé à cela ?

6Qui n’a eu l’impression, ayant passé sa vie à conquérir l’argent, le savoir, le plaisir ou la gloire, d’être demeuré pourtant insatisfait et assoiffé d’autre chose ? Ces biens tant convoités, qui n’a senti plus tragiquement encore leur vanité, leur impuissance, à l’heure où, près de lui, lentement, impitoyablement, il voyait la vie se retirer d’un enfant, d’une compagne, d’un être tendrement aimé ?

7Comme tous les hommes, je pense, j’ai connu ces heures. Elles m’ont inspiré L’Élu.

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search