Version classiqueVersion mobile

Maxence Van der Meersch. Tomes 1 et 2

L’âge du building

Note de l’éditeur

Paru dans La Justice sociale du 13 mai 1937

Texte intégral

1Voici que d’un peu partout en Europe monte à nouveau le cri d’alarme :

2– Dépopulation ! Dépopulation !

3On nous apprend qu’en Scandinavie, où le mal sévissait depuis longtemps déjà, il prend une acuité redoutable. On prévoit qu’en Suède, si la natalité ne se relève pas, la Nation, avant trois cents ans d’ici, aura vécu. Des pays neufs, comme la Tchécoslovaquie, commencent eux-mêmes à sentir les atteintes du fléau.

4Redire les causes du mal serait lassant. On les connaît de longue date. Elles sont partout les mêmes. Et elles nous sont hélas ! à nous Français, particulièrement familières.

5Je voudrais seulement montrer que, parmi ces causes, l’une d’elles, qu’on n’incrimine pas assez souvent, a cependant son importance : je veux parler du logement, des conditions nouvelles de l’architecture.

  • 1 La thèse de Pierre Delore était consacrée, en 1926, au « Terrain de la tuberculose » et il devint m (...)

6Norvège, Suède, sont des pays où l’on se pique de modernisme. De vastes immeubles s’édifient un peu partout, munis de tout le confort ménager qu’a pu apporter le progrès. Tout-à-l’égout, vide-ordures automatiques, chauffage central, eau chaude, téléphone, ascenseur, on n’a rien omis. Mais, lisons-nous dans le récit de voyage d’un médecin : « ... ces logements sont trop petits. Ils ne comptent que deux ou trois pièces, toujours avec une salle de bain, mais pour une famille de quatre ou cinq personnes, c’est tout à fait insuffisant. On a voulu aller à l’économie... » (Docteur Delore1).

7Est-ce bien sûr ? Je ne crois pas qu’on ait tellement cherché l’économie, dans ces immeubles où l’ouvrier dispose du téléphone ! Je crois plutôt qu’aux grandes familles, on n’y a tout simplement point pensé ! On a escamoté le problème parce qu’on le sentait insoluble et que « grande famille » et « appartement » sont deux mots qu’on n’accouplera jamais (à moins d’un bouleversement dans notre architecture que je ne vois guère poindre encore, tant s’en faut !).

8Le docteur Boucher, qui résume ce récit de voyage, nous donne personnellement d’autres utiles renseignements : « J’ai vu à Prague de gigantesques constructions que la municipalité a fait édifier pour six cents familles ouvrières ; elles présentent le même défaut : deux ou trois pièces seulement, et quand j’interrogeai nos amis tchécoslovaques sur l’impossibilité pour les pères de trois, quatre ou cinq enfants de postuler une place dans ces nouveaux logements, et leur demandai ce qui avait été prévu pour eux, je ne recueillis qu’un silence gêné ».

9Et nous autres en France ? Avons-nous fait quelque chose pour assainir la banlieue parisienne ? On me citera les fameux immeubles à loyers modérés, qui ceinturent la capitale. Mais c’est là le type de la cité-termitière, où des ménages de célibataires empilés trouveront seuls à se caser. Mettons encore à part une ville comme Paris, où de longue date la population est familiarisée avec l’anormal, je veux dire la vie en appartement, et se trouverait même dépaysée et mal à l’aise si on la replaçait dans des conditions normales de vie, – avec une petite maison pour chaque foyer. Mais si l’on excepte Paris, il reste la province, toute la province qui demeure heureusement éprise d’indépendance, de vie libre et séparée.

10Or, en province aussi le mal commence à gagner. De plus en plus, des municipalités éprises de modernisme se lancent dans cette construction de cités-casernes. Et même dans le Nord, où, depuis toujours, l’ouvrier a été accoutumé à avoir sa petite maison à lui, on voit monter de ces odieux buildings où tout le confort possible ne remplacera jamais la petite cour où les femmes pouvaient faire leur lessive et le bout de jardin où les marmots pouvaient jouer.

11Pas de place ? Donc, peu d’enfants ! Le chat, le chien, l’enfant sont les trois ennemis essentiels de la vie en appartement.

12Alors, nous qui manquons de naissances en France, pour quelle raison et par quelle aberration nous entêtons-nous à gaspiller des milliards pour acclimater notre peuple à un genre de vie grégaire et amoindrissant, à l’égard duquel il éprouve une instinctive et salutaire répugnance ?

13Pour quelle raison ? Cherchez-la. Une chose est sûre, en tout cas : c’est qu’un locataire d’appartement à bon marché est un déraciné, un « sans attache », un élément interchangeable. Ni famille, ni foyer, ni bien au soleil ! Rien ne modèrera ses violences, ses désirs de changement, de bouleversement. Il est le type rêvé du malcontent, tout préparé pour accepter comme bon argent les boniments électoraux, les promesses édéniques et les appels aux remèdes extrêmes. Et c’est là que la Révolution trouvera plus facilement ses adeptes. Est-ce ce que l’on veut ? Serait-il tout à fait paradoxal de le prétendre ?

14Il serait bon, il serait temps, en France, que dans l’édification des foyers et des maisons de demain, les organisations familiales, les Chambres de Commerce, et toutes les associations locales, les femmes et les enfants même, tous ceux qui ne font pas de politique, ceux qui, sans bruit, construisent et luttent pendant que d’autres parlent et détruisent, aient enfin leur mot à dire.

15Je parlais aujourd’hui de foyer et de la famille. Mais je m’aperçois que ma conclusion pourrait s’appliquer dans tous les domaines, – à l’infini...

Notes

1 La thèse de Pierre Delore était consacrée, en 1926, au « Terrain de la tuberculose » et il devint médecin des Hôpitaux de Lyon. Il s’intéressa au problème social de l’« homme malade », ce qui le conduisit à l’éducation sanitaire et la création de la revue La Santé de l’homme en 1942.

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search