Version classiqueVersion mobile

Maxence Van der Meersch. Tomes 1 et 2

La représentation proportionnelle, c’est bien. Le vote familial, c’est mieux

Note de l’éditeur

Paru dans Paris-Soir du 4 avril 1937

Texte intégral

1Monsieur G. Barthélémy vient de défendre brillamment la Représentation proportionnelle devant les lecteurs de Paris-Soir. Oui, la Représentation proportionnelle, c’est la justice et la logique. Et elle est nécessaire dans un régime parlementaire. Il est absurde qu’un parti de six mille votants ait son député, quand ses deux concurrents qui comptent chacun cinq mille votants ne seront pas représentés. Et il est écœurant d’assister aux « coalitions, aux marchandages, aux combinaisons du second tour ».

2À tout cela, la Représentation proportionnelle mettrait fin. Mais n’allons pas trop loin. Le remède n’est pas un guérit-tout. Et si l’on désire, comme le dit M. Barthélémy, que la Chambre constitue le reflet politique exact de la France, on est bien contraint d’aller beaucoup plus loin que lui. La Représentation proportionnelle ne nous donnera pas un parlement qui soit la fidèle image du pays.

3Actuellement, le prétendu suffrage universel est encore bien loin de l’être. Sur quarante millions de Français, 29 % seulement jouissent du droit de vote. Les femmes, les enfants, ne sont pas représentés. Et sur les quelque quatorze millions de votants, combien envoient leurs élus au Parlement ? La moitié tout au plus. L’autre moitié représentant les partis vaincus.

4C’est donc une minorité de six ou sept millions de Français au plus qui dirige la France.

5À cette injustice, deux mesures devraient remédier.

6Vote des femmes d’abord. Quiconque admet le suffrage universel doit aller jusqu’au bout, et donner à la femme comme à l’homme le droit d’être représentée.

7Vote familial surtout. Le bulletin de vote du père, de la mère de famille, doivent, dans l’urne électorale, peser d’un poids plus grand que celui du solitaire.

8Il y aurait trop à dire sur l’utilité d’une telle mesure. Je ne veux point parler de la repopulation. Je ne crois pas que la récompense d’un bulletin de vote stimule effectivement les facultés procréatrices d’un individu. Et d’ailleurs, c’est diminuer la famille que de la réduire à cette mission reproductrice. Le rôle de la famille est infiniment plus vaste. À côté de cette mission physiologique, la famille représente la source des forces morales d’un pays. Le médecin, l’avocat, le prêtre, vous le diront : la famille est nécessaire, à l’éducation, à la santé physique et morale de tous. La grandeur d’un pays ne repose que sur elle. Il est donc utile et nécessaire de lui donner au Parlement une large représentation.

9Mais c’est plus qu’une mesure utile. C’est une mesure de justice.

10Un chef de famille a plus de responsabilités et de devoirs qu’un autre. Il faut qu’il ait plus de droits. La voix d’un chef de famille a plus de prix et de poids que celle d’un autre : parce que l’expérience et les difficultés chaque jour vaincues ont développé en lui la prudence et la sagesse, le sens de l’équilibre et de la modération. Les chefs de famille sont l’élite d’un pays.

11On objectera que ce système électoral, qui semble réintroduire une manière de vote plural, est contraire au principe démocratique. C’est faux. Il est au contraire éminemment équitable et démocratique que le corps électoral soit le plus large possible, et ne se réduise plus à cette ridicule minorité de vingt-neuf pour cent qui dirige le France ! Il est surtout légitime que les enfants, les adolescents, qui ont des droits, et plus de droits que nous, puisque c’est eux qui subiront dans l’avenir les conséquences de nos actes, aient des représentants qui parlent en leur nom à l’heure où le peuple est consulté.

12Autre objection : l’application est difficile sinon impossible. Elle l’est si peu, que le 11 décembre 1923 la Chambre des Députés émettait un avis favorable à l’adoption du vote familial (Contre-projet Roulleaux-Dugage)

  • 1 Fondé par Léon Degrelle (1906-1994), homme politique, romancier et journaliste belge, issu de l’Act (...)

13Elle l’est si peu que REX1, en Belgique, inscrit dans son programme (à propos, connaissez vous le programme REX ?) le vote familial sous forme d’une voix supplémentaire aux pères et aux mères de familles de quatre enfants.

14Elle l’est si peu que le système fonctionne au Portugal, où les chefs de familles exclusivement élisent les conseils communaux, chargés de la surveillance des écoles, de l’hygiène publique, de l’assistance, du chômage, et de tout ce qui touche aux intérêts des familles.

*

15À un corps électoral élargi et régénéré par le vote des femmes et le vote familial, appliquez la Représentation proportionnelle, et j’aurai cette fois confiance dans le remède, pour sauver le régime parlementaire. La Représentation proportionnelle toute seule, ce n’est qu’un ravaudage.

  • 2 Georges Renard (1847-1930) prit part au mouvement de la Commune en 1871 et dut s’expatrier en Suiss (...)

16N’oubliez pas le mot de G. Renard2 : « Ce que l’État accorde à la famille, la Famille le lui rend toujours avec usure ».

17Et songez à l’injustice criante de ce vieillard de quatre-vingts ans, solitaire, sans enfant, sans foyer, parfois cacochyme et demi gâteux, usant dans un asile public les derniers jours d’une existence stérile, mais qui déclare fièrement :

18– Moi, je vote !

19Tandis que des adolescents de seize à dix-huit ans, que l’avenir attend, qui seront demain la France, qui supporteront tout le poids de notre politique, de nos endettements, de nos engagements, de tous nos actes d’aujourd’hui, – personne au Parlement ne les représente, ne les défend !

Notes

1 Fondé par Léon Degrelle (1906-1994), homme politique, romancier et journaliste belge, issu de l’Action catholique (« Christus-Rex »), le rexisme est une idéologie au départ nationaliste mais qui finit dans la collaboration la plus extrême avec le national-socialisme. Son programme : reconstituer l’État sur la base de la famille, de la terre et de la dignité du travail.

2 Georges Renard (1847-1930) prit part au mouvement de la Commune en 1871 et dut s’expatrier en Suisse, où il devint professeur à l’Université de Lausanne ; plus tard il occupa la chaire d’« Histoire du Travail » au Collège de France. Il dirigea la Revue socialiste et publia de nombreux ouvrages et articles.

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search