Version classiqueVersion mobile

Maxence Van der Meersch. Tomes 1 et 2

Coquilles de Noël

Note de l’éditeur

Paru dans Moteurs & Cycles de décembre 1936

Texte intégral

1Je ne sais, mes bons amis, si Noël, quand vous lirez cette chronique, sera passé déjà. Mais il est encore à venir quand je l’écris. Et c’est seulement dans quelques jours que j’irai chez mon boulanger commander la coquille, la fameuse coquille de Noël, dont toute ma petite famille va joyeusement se régaler. Coquilles de Noël ! Elles sont bien du Nord, bien de chez nous. On ne voit nulle part ailleurs, le saviez-vous ? ces énormes gâteaux à deux têtes, et au nombril unique, qui évoquent vaguement une forme humaine, la silhouette d’une momie dans ses bandelettes, et qui rappellent peut-être de très vieilles coutumes germaniques, la fête de l’esprit du Grain, accompagnée – qui sait ? – de sacrifices humains... Le christianisme, Dieu merci, est passé par là. Et des antiques rites sanglants de nos aïeux barbares, il a su faire la radieuse et touchante fête du Messie, de l’Enfant-Dieu.

2Pour nous autres, en tout cas, gens de Flandre, il n’est de fête de Noël sans les traditionnelles coquilles. Elles ont parfumé mon enfance. Je les revois, énormes, gigantesques, plus longues, plus larges et plus ventrues que le petit bonhomme que j’étais, hautes en couleurs, vernissées d’une espèce d’émail, de croûte brune luisante, que mouchetaient les délicieux raisins de Corinthe tout noirs et tout brûlés. J’en trouvais une ainsi, poupon informe et superbe, au pied de mon lit, le matin de Noël. Et je descendais triomphalement à la cuisine, serrant dans mes deux bras le monumental présent du Ciel. Une faveur bleue moirée lui ceignait le ventre, retenait juste au milieu un adorable Jésus en sucre rose, tout frisé, tout potelé, beau à le croquer ! mais j’aurais reculé devant un pareil sacrilège. Et je me contentais, d’un index adroit et furtif, d’extraire et de manger les délicieux et tentants petits raisins brûlés de la croûte...

3Au déjeuner, ce matin-là, il y avait du chocolat. Un chocolat mousseux, onctueux, embaumé, exhalant un chaud parfum tentateur. Et j’y trempais, avec gravité, de formidables tartines, des tranches de coquille larges comme des assiettes... et je voyais la belle mie jaune, grasse, couleur de beurre, mouchetée de petits raisins marron tout gonflés, boire comme une éponge le chocolat dans ma tasse, – et se démêler en une bouillie fondante et délicieuse...

4Et nous allions ensuite à l’église, défiler devant la grande crèche en papier peint, en paille et en carton, – et contempler avec recueillement, entre le bœuf et l’âne, une belle poupée qui nous tendait les bras...

5Ah ! ces Noëls du temps de notre enfance ! Ces purs souvenirs d’une âme innocente et naïve !

6Et voilà pourquoi je reste obstinément fidèle au rite de la coquille, de la colossale coquille luisante, pesante, exsudant des coulées de sucre, poissant les mains, tachant de larges traces brunies le papier blanc qui l’enveloppe. Et je voudrais que tout le monde comme moi pût et voulût garder la tradition, faire à nos petits bonshommes de beaux souvenirs pour plus tard – afin qu’un jour, plus âgés, ils ne revoient jamais Noël et les bonnes vieilles fêtes familiales sans avoir, comme moi, une pensée attendrie et affectueuse pour ceux qui les ont faits heureux...

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search