Version classiqueVersion mobile

Maxence Van der Meersch. Tomes 1 et 2

La semaine de 40 heures et ses répercussions sociales

Note de l’éditeur

Paru dans Le Journal du 13 juin 1936 (repris dans L’Avenir [à Blois] du 12 décembre 1936)

Texte intégral

1La semaine de quarante heures est l’aboutissement logique d’un machinisme sans cesse en progrès, celui aussi de l’incurie de nos dirigeants, qui n’ont pu opposer à la crise que les expédients, au chômage que l’allocation.

2Elle aura d’incalculables répercussions sociales. Elles nous mèneront sans doute à l’isolement économique, à l’autarcie. Elle provoquera un développement nouveau et rapide du machinisme. La main-d’œuvre, devenant plus chère, on tendra davantage encore à lui substituer l’outil. Et il est plus que probable que la semaine de quarante heures, avant deux ans, se révèlera comme un palliatif insuffisant.

3Nous en avons d’ailleurs l’exemple aux États-Unis où, malgré l’adoption de cette mesure, le chômage croît à nouveau.

4En viendrons-nous à la semaine de trente-deux heures, de vingt-quatre heures, et moins encore peut-être ? La prévision n’a rien d’utopique en un temps où quelques centaines d’hommes, par exemple, suffiraient à fournir la brique nécessaire à toute l’Amérique. De chute en chute, la semaine de travail en viendra-t-elle à ne plus égaler qu’une grosse journée ? En arriverons-nous à l’oisiveté quasi totale ? La semaine de quarante heures, en tout cas, est la première étape sur cette pente.

5Voilà donc l’homme sur le point d’être allégé de la sentence divine : « Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front ». Le loisir – la meilleure et la pire des choses –, le voilà mis à la portée de tous. Sommes-nous sûrs que les bénéficiaires en feront généralement un usage profitable ?

6Sports, arts, littérature, voyages : voilà de quoi occuper l’homme, dit-on.

7J’en doute un peu. Les sages sont rares. Les sports, pour le plus grand nombre, c’est le spectacle du mal des autres, un spectacle où l’on applaudit, où l’on vocifère, mais sans y participer autrement. Arts et littérature ? J’ai bien peur que trop de Français continuent de leur préférer l’apéritif et le cinéma. Et nous n’avons pas même, comme en Italie, cette institution du dopo lavoro, qui prend l’ouvrier à la sortie de l’usine, l’occupe, l’intéresse, le sauve des tentations faciles. Je plains l’homme, du jour où il n’aura plus ce souverain philtre d’oubli pour toute sa misère : le Travail. Et pour avoir voulu éluder la sentence, nous risquons fort de nous attirer d’autres et plus redoutables calamités.

8Je sais... Il n’est pas d’autre remède à la crise que la suppression du chômage, autrement dit une augmentation du pouvoir d’achat de la masse sans accroissement de la production.

9Mais, ces ressources, ne pourrait-on les donner à l’ouvrier sous une forme plus judicieuse, moins dangereusement égalitaire ? Il est mauvais pour l’homme en pleine force de subir l’inactivité.

10N’aurait-il pas mieux valu laisser aux jeunes leurs huit heures de labeur quotidien pour alléger la tâche des vieux travailleurs, assurer de précoces et généreuses retraites aux ouvriers de plus de cinquante ans, et surtout permettre aux femmes, aux mères de famille de rester à leur foyer avec une allocation familiale qui reconnût enfin dignement le service social sans prix qu’elles assument ?

11La journée de six heures, c’est une tentation de plus pour la femme d’abandonner la maison, d’aller en usine gagner un salaire facile, et pour l’ouvrier rural c’est une raison nouvelle de venir à la ville, de déserter la terre, où jamais la loi des six heures ni même de huit ne sera observée.

12On a tôt fait d’appeler « ennemi du peuple » celui qui se refuse à lui accorder aveuglément les biens les plus dangereux. Je dirai quand même que l’abondance que l’on cherche, on eût dû la rendre morale et bienfaisante par une équitable répartition. J’admets, j’approuve un partage meilleur des biens, l’accroissement des ressources de la masse. Mais non pas un accroît uniforme de 20 % des salaires !

13Il fallait aider d’abord les plus méritants. Avec combien plus de bonne volonté le patronat n’eût-il pas consenti le sacrifice qu’on lui demande s’il avait senti qu’il contribuait à une œuvre de justice et assurait au pays un avenir paisible !

14On oublie que nous ne sommes pas seuls au monde. Il nous faut des paysans si nous voulons vivre et des mères si nous voulons durer. Consigne vitale : peupler et multiplier. Or, nous n’utilisons pas notre empire colonial. La vie abandonne même la terre française pour refluer dans nos villes, comme le sang d’un moribond reflue des extrémités vers le cœur.

15C’est là qu’il fallait chercher d’abord la résorption du chômage, non dans les mesures hâtives dont le plus malin ne saurait dire ce qu’elles donneront... Car toujours une question se pose : que ferons-nous demain devant nos voisins ? La lutte pour la vie régit les destinées des nations comme celles des individus.

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search