Version classiqueVersion mobile

Maxence Van der Meersch. Tomes 1 et 2

L’Idéaliste

Note de l’éditeur

Paru dans Grand Large de novembre-décembre 1936

Texte intégral

1Notre âge est passionnant.

2Le monde n’est plus sous nos yeux qu’un vaste champ d’expérience. Italie, Allemagne, Amérique, Russie, France, s’essaient à de gigantesques reconstructions.

3À qui, en particulier, suit d’un peu près l’évolution présente du régime soviétique, il est donné d’assister à l’échec de la tentative la plus désespérée qui ait été faite jusqu’ici pour briser les formes classiques de la civilisation.

4Une série de postulats indiscutés formaient la base traditionnelle de tout l’édifice social. Famille, nation, religion, propriété, héritage, hiérarchie.

5Ces postulats, le régime soviétique les avait furieusement rejetés.

6Nous venons de les voir, un à un, remis par lui en honneur, – depuis l’idée de famille jusqu’à celle de patrie et de hiérarchie.

7Il semble bien que ces postulats soient donc pour l’homme des nécessités « a priori », qu’il ne puisse vivre en dehors d’eux, non plus qu’il n’est fait pour trouver son oxygène dans l’eau.

8Je ne sais jusqu’où nous devons nous réjouir de ce triomphe des formes préétablies. Il est après tout un rude et pénible rappel de notre sujétion. Il nous remet en mémoire les strictes limites de notre liberté. Socialement comme physiquement, nous sommes dépendants. Nous ne croîtrons jamais qu’à l’intérieur de certaines barrières. Toute une fraction du monde vient de vieillir très vite, de nous rejoindre dans le temps, nous, les vieux peuples évolués. Et il est toujours douloureux de voir ainsi de grands rêves, des songes généreux, des illusions surhumaines s’évanouir...

9Nous reconnaissons là, curieusement, tristement, chez un organisme collectif et social, le même processus décevant qui se déroule au fond de chacun de nous, à mesure que se heurte et se blesse, au choc des réalités, la pure image de fraternité et de justice que notre jeunesse s’était créée. Qui de nous, vers les vingt ans, n’a pas voulu la cité meilleure, la cité des équitables redressements ? Qui ne s’est exaspéré des lenteurs, des inégalités, des injustices du siècle, répétées tout au long de l’histoire humaine, sans qu’aucun progrès soit réalisé ? Qui ne s’est senti à de certaines heures une âme destructrice, révoltée, vengeresse ? Qui de nous, s’il naît riche, n’a eu quelquefois la honte d’un bien-être que l’effort paternel seul et non le sien avait payé ?

10Si de tels sursauts, de telles indignations, peu à peu, se font plus rares et s’affaiblissent, n’accusons pas trop vite l’engourdissement, la sclérose du cœur, une espèce d’indifférence égoïste qui envahirait l’homme heureux devant la complexité du problème social, et le sentiment de sa personnelle impuissance. Moins lamentablement vile est l’évolution. Elle se fait dans la peine et la déception. Elle se fait à coups de désillusions répétées et meurtrissantes, comme des jets de lumière trop vive qui éclairent et blessent en même temps nos regards.

11Nos ardeurs de destruction se heurtent tout d’abord à la nécessité d’une construction postérieure. Et nous avons tôt fait de voir que cette seconde besogne est de beaucoup la plus malaisée. De la Propriété, de l’Héritage, des hiérarchies sociales, des cadres classiques de la civilisation : famille, métiers, nations, religions, nous n’avions jusqu’ici aperçu que les pesantes entraves qu’ils apportent à l’homme. Mais à mesure que nos efforts nous acquièrent une part légitime de biens terrestres, nous commençons à comprendre que, cette récompense venant à nous manquer, et aussi la possibilité de transmettre à ceux qui nous sont chers, nous serions bientôt las d’une peine sans contrepartie. Le mariage, l’enfant, le foyer qui se fonde, cette communauté d’intérêts, d’amour surtout, cette unité spirituelle, impose en nous la nécessité de la durée, de l’indivisibilité de cette cellule première, – fût-ce au détriment des individus mêmes qui la composent. Nous nous sentons clairement destinés à de certaines besognes plutôt qu’à d’autres – nous prenons conscience, parmi l’humanité, de séries de tendances qui diversifient les hommes, et prédestinent tel individu à la politique, tel autre au dévouement médical ou à la création artistique, celui-ci aux affaires, celui-là à l’effort physique, et le dernier à la prière et à la contemplation. Et notre égalitarisme juvénile se mitige de l’acceptation des classes, et, – sinon des castes – du moins des spécialisations.

12Surtout, à travers toutes les vicissitudes, les nôtres et celles de ceux que nous voyons à nos côtés progresser avec la même décevante lenteur vers un lointain idéal, nous percevons peu à peu quelque chose comme une vague justice diffuse, qui, au-dessus de toutes les inégalités, les iniquités, les chaotiques variations des conditions humaines, régit tout de même l’ensemble de nos destinées. Il reste malgré tout, quand on envisage la leçon générale d’un grand nombre de vies, que le travail, l’amour, la probité, mènent vers un bonheur plus probable que dol, vol et mensonge. Et c’est ce qui fait que l’enseignement moral qu’on donne en nos écoles à nos enfants, tant de fois démenti par l’existence, reste pourtant l’expression générale et confuse d’une à peu près vérité. La loi de l’effort et de la sincérité, acceptée par l’enfant comme objective, indiscutable et rigide, l’homme mûri y revient, malgré lui, comme à une quelconque mystérieuse loi instinctive, inexpliquée, contradictoire, mais nécessaire encore. Il est beaucoup de misères, de souffrances, de dégradations physiques ou psychiques, dont on pourrait, en cherchant bien, trouver la cause dans une faute. Je sais bien qu’elle remonte souvent à de lointaines générations. Mais il nous faut sur ce point réviser notre trop étroite et trop individualiste conception de la justice.

13Et c’est ainsi que chez le consentant, le conformiste de l’âge mûr, se cache le souvenir du révolté de vingt ans.

14Ne le dites pas résigné, desséché. Il s’est seulement plié devant la réalité. Il a compris qu’une mystérieuse mais irrésistible volonté nous enchaîne, dans les choses de l’esprit comme de la matière, et qu’il existe dans l’une et l’autre sphère des lois impérieuses dont nous ne nous affranchirons pas sans mourir.

15Inutile donc, dira-t-on, lamentablement inutile et voué à la destruction, cet idéalisme, cette générosité éphémère, apanage de la perpétuelle insurgée, la jeunesse ? Non pas. Pour avoir partagé leur soif de l’absolu, l’homme mûr comprendra mieux ceux qui le suivent. Si quant aux moyens ses opinions se sont modifiées, quant aux fins, aux réparations nécessaires, quant au règne d’une meilleure justice, l’homme continuera de nourrir les mêmes aspirations de ses vingt ans. Et s’il est appelé à laisser un sillon durable, une de ces œuvres qui perpétuent le souvenir, de notre passage sur terre, et dont la conception et l’exécution veulent, pour les forger, le feu d’une inspiration généreuse, où trouvera-t-il mieux cette inspiration et cette flamme que dans ces enthousiasmes, ces révoltes, ces pitiés, ces tendresses et ces rêves dont sa jeunesse s’est exaltée ?

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search