Version classiqueVersion mobile

Maxence Van der Meersch. Tomes 1 et 2

À celle qui s’éloigne... Adieu Liberté !

Note de l’éditeur

Paru dans Le Journal du 4 juillet 1936

Texte intégral

1Ce fut l’éternelle et ardente passion de l’homme que cet appel, répété d’âge en âge, vers la haute, lointaine et lumineuse figure de la Liberté.

2Peuple après peuple ont tendu les bras et crié vers elle. Les siècles et l’Histoire sont remplis de cette universelle aspiration.

3Nous, Français, nous avons bien pensé la tenir enfin, la réaliser, la concrétiser. Liberté ! souffle d’espérance, motif de fierté, gage de bonheur ! nos révolutionnaires de 1793 s’en sont enivrés. À la face du monde, ils clamaient ce qui, cent cinquante années, devait rester le nouvel Évangile, l’Évangile des opprimés : « Les hommes naissent et demeurent libres... »

4Saluons-la, la grande figure ! Elle s’éloigne, elle s’estompe... La reverrons-nous jamais ?...

*

5Que nous le voulions ou non, le monde s’organise et doit s’organiser sur un plan nouveau. Le machinisme l’impose. Et de cet ordre futur l’inspiratrice n’est plus la liberté.

6Propriété ? Droit de disposer de ses biens ? Nous venons tout récemment de voir que ce droit-là n’est plus qu’un mythe et s’évanouit devant la volonté du nombre, devant la force. L’État, expression de cette volonté, devient omnipotent.

7Demain, s’il le veut, il pénètrera chez vous, il empruntera de force votre argent. Il décrètera un système de vie, il imposera la collaboration de tout citoyen à une construction sociale que nul ne pourra discuter, même s’il en désapprouve l’esprit.

8Liberté d’association ? La dissolution des ligues lui en donne le plus éclatant démenti. On prétendra que cette dissolution était utile, nécessaire. Je ne discute pas ces mesures. Je me place sur le seul terrain philosophique. Et je dis : non, l’homme n’est plus libre.

9Bien plus, la contrainte bientôt peut se faire active. La C.G.T. ne réclame-t-elle pas le syndicat unique, la suppression des associations syndicales libres ? Ne veut-elle pas imposer à tous les salariés l’affiliation obligatoire ?

10Un sénateur, lors de la discussion sur les contrats collectifs, demandait que tous les syndicats ouvriers eussent leurs délégués. L’amendement a été repoussé. La C.G.T. aura en fait le monopole dans la représentation de la classe ouvrière.

*

11L’école unique obligatoire peut être demain une autre réalité. Me voilà contraint, moi citoyen français, ou de m’exiler, ou d’accepter sur l’âme de mes enfants une emprise étrangère que je n’aurai ni choisie ni consentie. C’est virtuellement la désagrégation de la famille.

12À cause de la machine, le travail devient un précieux privilège, un bien rare, que nous devrons bientôt parcimonieusement répartir entre tous. La liberté d’action dans l’ordre économique est dangereuse. Le machinisme permet de concentrer dans les mains d’un seul trop de puissance. Bon gré mal gré, notre effort, chaque jour davantage, sera contrôlé, régenté. Le patron ne sera plus qu’un directeur, l’ouvrier qu’un fonctionnaire. Régimes césariens comme républiques s’acheminent vers cette tyrannique tutelle.

13Il faudra bien aussi limiter, contingenter, nous le sentons tous, l’accès des carrières libérales. L’État dira combien il lui faut de médecins, d’avocats, d’écrivains peut-être.

14Comme l’esprit qui préside aux destinées de la fourmilière sait d’avance, par quelque mystérieux instinct ignoré, ses besoins en ouvrières et en soldats, et dirige en conséquence l’évolution des larves, de même l’État prendra l’homme dès l’enfance pour le modeler à son gré vers les fins les plus utiles à la collectivité.

15En contrepartie, nous connaîtrons peut-être l’aisance, l’abondance, le loisir. Les luttes, les privations, les incertitudes disparaîtront. Un minimum de bien-être paraît devoir avant peu être assuré à tout homme, pourvu qu’il accepte cette incorporation dans l’armature sociale, l’abdication de sa liberté.

16Tu as vaincu, machine ! Voici la chaîne, la chaîne dorée de servitude que tu nous apportes. Nous allons bientôt apprendre à quel point l’homme est prisonnier de sa richesse. Bien peu d’êtres sans doute connaîtront encore à l’avenir la fierté infinie de s’être forgés eux-mêmes, d’avoir, contre vents et marées, âprement, magnifiquement, réalisé une destinée choisie par eux.

17Au seuil du nouveau monde où nous entrons, retournons-nous. Adressons un salut mélancolique à celle qui fut si longtemps pour l’homme un idéal qu’il n’aura atteint et possédé qu’un instant.

18Liberté ! astre lointain, qui tant de siècles servit de guide à l’Humanité dans sa marche incertaine, voilà que décline, au fond du ciel, et va disparaître à l’horizon des nuits ta tremblante et douce clarté. Verrons-nous, pour te remplacer, monter au firmament une constellation nouvelle ?

19Quelle qu’elle soit, elle ne saurait avoir pour l’homme ce don, qui était le tien, d’animer son courage, d’exciter son orgueil, de magnifier sa pensée, de le hausser, en un mot, vers le divin.

20Liberté, l’homme en tant qu’être d’exception, meurt de ta mort ! Il ne sera plus désormais qu’un agent passif, emprisonné dans une immense mécanique sans âme – et sans joie.

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search