Version classiqueVersion mobile

Maxence Van der Meersch. Tomes 1 et 2

Pour que vive la terre de France, transportons l’usine aux champs et donnons au chômeur une « parcelle nourricière »

Note de l’éditeur

Paru dans Le Journal du 19 mai 1936

Texte intégral

1Congestion des villes, anémie des campagnes : cet état socialement morbide caractérise la physionomie de la France. Il est le signe révélateur d’une civilisation à son déclin. Il y a, derrière le mythe d’Antée, une vérité profonde.

2Tout contribue à accélérer la désertion devant la terre. Les industries se concentrent dans les villes. Les habitations, les appartements à bon marché sont tous construits dans l’immédiat voisinage des agglomérations. Pourtant des bourgades entières auraient pu tout aussi bien être édifiées en pleins champs, en pleine verdure et reliées facilement aux centres urbains. On a jugé préférable d’engloutir l’argent dans d’immenses immeubles dits de rapport qui ne rapporteront d’ailleurs jamais rien. Toutes les municipalités qui ont engagé l’avenir dans ces entassements d’appartements à loyers modérés pâtissent actuellement d’insurmontables difficultés financières.

3Autre exemple entre mille de cette politique à rebours, de cette carence du sens national : voici comment la collectivité, dans son aide aux familles nombreuses, favorise le retour à la terre. Je suppose une famille de cinq enfants. L’État lui donne, par an, si le père est fonctionnaire : 7.400 francs ; s’il est ouvrier d’usine : 3.114 francs ; s’il est ouvrier rural : 864 francs !

4Résultat : de 1926 à 1931, le commerce et le fonctionnariat ont gagné 400.000 travailleurs. L’agriculture française en a perdu 486.000 !

*

5Le grand remède, d’aucuns le voient dans l’immigration. Une immigration sélectionnée, un afflux d’étrangers irriguant régulièrement la France. Assimilés par nous sans péril, ils nous assuraient par leur fécondité les générations de demain. Transfusion permanente.

6La conception est simpliste. Mais de deux choses l’une : ou nous nous assimilerons, en effet, ces éléments étrangers. Et, dans ce cas, les nouveaux venus acquerront nos défauts essentiels : la désaffection de la terre, l’amour de la ville et la pratique de la stérilité. Ou bien ils resteront sur notre sol des éléments distincts, et le péril n’en sera que plus grand, car nous risquons d’assister à une véritable colonisation progressive de la France par l’étranger.

7L’immigration ne fera donc que masquer le mal en l’aggravant.

8Mais quel remède préconiser ?

9Certains industriels ont eu une inspiration heureuse. L’ouvrier, ont-ils constaté, quitte les champs pour se rapprocher de l’usine ? Déplaçons l’usine, transportons-la aux champs. Groupons autour d’elle des villages ouvriers, proches de la terre.

10Ce qu’ont réalisé ainsi certaines initiatives privées est remarquable. Des cités agrestes se sont créées, avec jardins, parcs, pouponnières, bibliothèques et maisons communes, cadres gracieux et verdoyants où le travail semble allégé. Des fêtes publiques, des concours de fleurs, de jardins, de légumes, des kermesses, des associations de sports, de jeux de boules, de tir à l’arc, de musique, de chant retiennent et distraient l’ouvrier. La tâche, ingrate, nécessite de la part du patron de gros sacrifices d’argent et une conception élevée de sa mission sociale. Nos lois fiscales ne devraient-elles pas aider les industriels qui entreprennent cette œuvre de déconcentration ?

*

11Mais c’est surtout la classe paysanne qu’il importe de retenir à la terre. Routes, eau potable, électricité, on a honte de devoir encore réclamer pour elle ces premiers éléments de confort. Un autre fléau également est le morcellement des héritages. L’Allemagne vient d’y remédier en créant cinq millions de petites exploitations, de domaines paysans héréditaires. Ces « parcelles nourricières » sont inaliénables. Que n’imitons-nous nos voisins ? Que ne rénovons-nous notre loi maladroite de 1909 sur le « bien de famille » ?

12Qu’à ceux de nos chômeurs qui sont aptes et décidés à retourner aux champs, on fasse l ’ avance nécessaire pour qu’ils deviennent aussi possesseurs d’une « parcelle nourricière » ! Que cesse enfin ce paradoxe de cités surpeuplées de gens faméliques, à côté des campagnes désertes du Lot, du Gers, de l’Aveyron, de vingt autres départements, qui ne demandent cependant qu’à être fécondées. Ne disons pas ce mot d’abandon : « Rien à faire ». L’Allemagne vient de créer une « noblesse nouvelle » de cinq millions de paysans. Mussolini interdit aux paysans de venir habiter la ville, assèche les marais Pontins, crée des cités rurales nouvelles, réalise une véritable colonisation intérieure.

13Chez nous, qui s’en inquiète ? Qui pense à ces questions ? Quel parti s’en est soucié dans son programme électoral ? Et pourtant quelle est la condition essentielle, primordiale, pour que la France prospère en richesse, en nombre et en force, si ce n’est d’assurer, de faciliter et d’élargir la vie de son peuple ?

*

  • 1 Banquier, fermier général et entrepreneur, Pierre-Paul Riquet (1609-1680) a conçu et entrepris le c (...)

14France, terre de facilité et d’insouciance, où l’on gaspille les dons du ciel, où l’on dédaigne comme une utopie un canal des deux-mers dont Riquet1 a cependant prouvé la possibilité il y a plus de deux siècles, où l’on laisse en friche un sol que des voisins déshérités regardent d’un œil d’envie ! Trop heureuse détentrice de biens qu’elle n’utilise pas et qui s’offrent à l’étranger comme une proie tentante.

15Puisse-t-elle se souvenir pourtant que la propriété, pour qu’elle soit un droit, impose des devoirs en contrepartie, qu’elle comporte une obligation de lutte plus qu’une assurance de repos, et qu’une nation ne peut espérer garder indéfiniment des richesses qu’un effort sans cesse renouvelé dans tous les domaines – effort d’exploitation, effort de prolifération – n’aura pas méritées et défendues.

Notes

1 Banquier, fermier général et entrepreneur, Pierre-Paul Riquet (1609-1680) a conçu et entrepris le creusement du canal du Midi entre la Garonne et la Méditerranée.

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search