Version classiqueVersion mobile

Maxence Van der Meersch. Tomes 1 et 2

Au foyer ou à l’atelier, les mères ?

Note de l’éditeur

Paru dans Le Journal du 18 février 1936

Texte intégral

1La première armature qu’ait brisée notre individualisme, la première à reconstituer, c’est l’armature familiale. Et la plus lourde erreur qu’il nous ait fait commettre, ç’a été de pousser la femme à s’engager dans la lutte pour le pain quotidien.

2Nous avons considéré la femme en elle-même, isolément, comme un élément économique interchangeable en quelque sorte et équivalent à l’homme. Nous l’avons estimée d’après sa valeur productrice, son rendement industriel. Nous l’avons invitée à laisser son ménage pour poinçonner des tickets, conduire des métiers ou fabriquer des piles électriques. La guerre n’a fait qu’accélérer le mouvement. Le travail de la ménagère est déprécié, estimé improductif. Or, dans le spirituel, la valeur de la femme au foyer dépasse infiniment celle de l’ouvrière...

3De bonne foi, le féministe, l’homme aux « idées avancées », encourageait l’erreur, prêchait l’émancipation de la femme, l’égalité des sexes, sans se rendre compte que l’égalité n’est pas la similitude et que l’homme et la femme, socialement autant que physiologiquement, sont faits pour se compléter, et non se contrarier. On proclama la lutte pour la vie, le droit au travail, à l’indépendance, à la liberté, à l’amour libre.

*

4Aujourd’hui, en France, quatre millions de femmes mariées ont un emploi qui rapporte, soit chez elle, soit à l’usine, soit au bureau, et sept cent mille foyers sont privés de la mère.

5Il en résulte la vie chère, le désordre économique, sans parler du désordre moral.

6Car ce salaire de la femme est souvent considéré comme un appoint, et il est mal employé. On s’offre facilement les distractions inutiles. Puis, même sans le vouloir, la femme qui a ses occupations hors de chez elle dépense beaucoup plus pour l’habillement et l’alimentation. C’est le règne de la confection et de la cuisine hâtive, du bifteck et de la côtelette, et c’est aussi le gaspillage des bas morceaux, des viscères et des peaux. D’où nécessité d’un sacrifice plus grand de bêtes de boucherie. D’où standard de vie plus élevé et motif nouveau d’infériorité vis-à-vis de l’étranger. Tout se tient.

7J’ajoute, conséquence amusante de cet état de choses, et appui inattendu à notre thèse, que la Chambre de commerce de Melun, pour rééquilibrer le marché du cuir, souhaite vivement une législation qui favorise le reclassement de la femme au foyer (Année 1935. Rapport de M. Jaudin).

8L’activité de la femme a d’ailleurs largement contribué à la crise en accroissant démesurément les éléments producteurs de la population, et en réduisant les naissances. Les statistiques montrent en effet chez nous, parallèlement au déclin de la natalité, un accroissement très net de la population travailleuse. Mais pour élever des enfants il faudrait aussi de la place ! Or, les stupides compartiments exigus que nous appelons appartements ne sont plus des foyers. La hantise du chômage, d’autre part, la peur de l’avenir n’encouragent pas l’esprit de la famille.

9La femme enfin n’est-elle pas intoxiquée par un malthusianisme plus ou moins franchement avoué ? Et n’est-ce pas là l’origine du martyre de tant de petits enfants, qui sont venus au monde malgré la volonté de leurs ascendants, et qui resteront forcément des « indésirables » ?

10Au total, dans une cité comme Roubaix, soixante pour cent des ménages n’ont pas d’enfant ou n’en ont qu’un. On compte 0.6 enfant par ménage ouvrier. À ce compte, dans quarante ans, la France aura vingt-cinq millions d’habitants. Cinquante-cinq Français pour cent Allemands.

11Il nous faudra, dans quelques lustres, si nous voulons garder notre place au soleil, doubler le temps du service militaire et payer deux fois plus d’impôts par tête d’habitant que les Allemands.

12De ces causes de dénatalité, notre législation n’en a malheureusement vu qu’une : le manque d’argent. Elle a voulu y remédier par l’allocation familiale, la prime à l’allaitement et quelques autres mesures dont le principe est bon, dont l’application est défectueuse. Mais tout cela ne remédie pas au mal profond, à la cause essentielle de la déficience des naissances : l’abandon par la femme de son foyer.

13L’allocation familiale est la même, que la femme travaille dehors ou non. Mais si elle reste chez elle, elle n’a pas droit aux primes d’allaitement.

14La loi sur les assurances sociales accorde à la femme salariée, en cas de maladie, le remboursement d’une partie des frais de traitement plus la moitié de son salaire. La mère de famille qui reste chez elle n’a pas droit à ce demi-salaire.

15Autre injustice : une mère de famille qui n’a jamais été salariée n’a droit en aucun cas à des secours de chômage. Et une ouvrière qui se voit contrainte à chômer touchera vingt-huit francs par semaine pour elle mais absolument rien pour ses enfants. L’homme seul a droit à ce secours. Alors, conséquence logique, on s’arrange « en famille » pour tourner la loi. C’est le mari qui chômera. Il touchera quarante-neuf francs par semaine pour son compte, plus vingt-huit francs par tête d’enfant jusqu’au maximum de cent cinquante francs. Il fera la cuisine et torchera les marmots. Et c’est la femme qui travaillera dehors, ira en fabrique, apportera l’argent au foyer.

*

16Monde à l’envers. « Retour aux mœurs nègres », suivant le mot d’un industriel du Nord. La proportion des mères de famille « œuvrant » en usine à Roubaix est passée de 38 pour cent en 1923 à 44 pour cent en 1930. Depuis, grâce au chômage, la proportion a certainement crû.

17« À travail égal, salaire égal » réclament les esprits « avancés ». Je réponds comme ce sage : « À travail égal, possibilité de vie familiale équivalente ». Le labeur nourricier à l’homme, le labeur familial à la femme : ce devrait être la formule.

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search