Version classiqueVersion mobile

August Wilhem Schlegel. Comparaison entre la Phèdre de Racine et celle d’Euripide (et autres textes)

 | 
Jean-Marie Valentin

Témoignages

Germaine de Staël

Texte intégral

  • 2 Cette note a été reproduite pour la première fois par Robert de Luppé dans Revue d’Histoire littéra (...)

1[Note ajoutée aux épreuves (1813) de son livre De l’Allemagne, inachevée et demeurée inédite2.]

2Nous annonçons un véritable phénomène en littérature : un allemand qui écrit en Français non seulement avec pureté mais avec couleur et dont le style à beaucoup d’égards pourrait être en comparaison avec celui des premiers écrivains de notre langue. A ce mérite extraordinaire il faut ajouter l’étude la plus approfondie de la littérature ancienne et des idées neuves et frappantes sur l’art dramatique en général. Après ce résumé Schlegel doit convenir qu’il y a quelque impartialité dans la manière de juger les Français et qu’il obtient notre suffrage sans avoir rien fait pour le captiver. La brochure dont il s’agit est un parallèle entre la phèdre de racine et celle d’euripide et l’on s’attend bien qu’un étranger donne en entier la préférence à la phèdre grecque. J’intitulerais donc volontiers cet ouvrage plaidoyer en faveur de la phèdre d’euripide, contre la phèdre de racine. Mais, ce changement admis dans le titre, je dirai que le plaidoyer peut souvent entraîner de juger que les critiques de Mr Schlegel contre la phèdre de racine quelque sévères qu’elles soient tiennent presque toujours a un sentiment de la délicatesse qui doit exister encore même dans les crimes, quand la passion qui les fait commettre est éprouvée par une grande âme. Je citerai au hasard l’un des passages de cette critique : elle mérite d’être lue en entier avec la plus grande attention ; tout s’y enchaîne, et c’est un système qu’il faut combattre, ce n’est pas telle ou telle observation de détail à laquelle il faut s’attacher. Mr Schlegel passe ensuite à l’examen des caractères et nous ne pouvons nous refuser au plaisir de citer ici le portrait de l’hippolite (sic !) grec.

3Une scène de la pièce d’euripide est traduite avec une simplicité et une élégance vraiment singulière car il doit être encore plus difficile pour un écrivain de se placer pour ainsi dire en tiers entre deux langues qui ne sont pas la sienne que d’exprimer ses propres pensées dans un idiome étranger.

4Enfin l’ouvrage est terminé par des réflexions pleines de profondeur sur la nature de la tragédie en général. Mr Schlegel en fait pour ainsi dire trois classes séparées : celles où la fatalité domine comme chez les anciens, la tragédie chrétienne où la providence se manifeste, enfin le scepticisme philosophique qu’il attribue à Shakespear – les allemands et parmi les allemands un homme aussi supérieur que Mr Schlegel a tant d’enchaînement et de profondeur dans ses idées qu’on est honteux de les morceler dans un journal et de les indiquer superficiellement.

5Ce qui caractérise surtout Mr Schlegel, c’est l’art de pénétrer tout de suite au centre de la réflexion. Nous voulions seulement inviter à lire son ouvrage et nous ne prétendions point le faire connoître. Rien ne peut être [le manuscrit s’interrompt ici].

Notes

2 Cette note a été reproduite pour la première fois par Robert de Luppé dans Revue d’Histoire littéraire de la France 66 (1966), p. 127-130, sous le titre « Extrait inédit par Madame de Staël des “Deux Phèdres” de A.W. Schlegel (1807) ».

© Artois Presses Université, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search