Version classiqueVersion mobile

August Wilhem Schlegel. Comparaison entre la Phèdre de Racine et celle d’Euripide (et autres textes)

 | 
Jean-Marie Valentin

Témoignages

August Wilhelm Schlegel

Texte intégral

  • 1 « De quelques rôles tragiques tenus par Madame de Staël ». Édition d’Eduard Böcking, Gesammelte Sch (...)

1« Ueber einige tragische Rollen von Frau von Staël dargestellet, 1806 »1

2[...] Phèdre, le personnage le plus célèbre du Théâtre français, et peut-être aussi le plus difficile à interpréter, mais qui, lorsqu’il est parfaitement joué, fait connaître à l’acteur qui l’incarne les plus grandes satisfactions, termina le spectacle, constituant l’apogée de toutes les tragédies déjà présentées. La tragédie de « Phèdre » est la première et la seule pièce de Racine à avoir été représentée sur scène. Voltaire, dans ses pièces, accorde plus de vigueur aux forces morales ; en revanche, Racine sait beaucoup plus captiver son public par le naturel des élans passionnés. Et ses dons de poète plaisent beaucoup plus : sa poésie a quelque chose d’enjôleur, allant jusqu’à respirer la volupté, ce qui se manifeste également dans une langue aux couleurs plus nuancées et dans l’harmonie plus achevée des vers. La tendresse est la vertu même de ses héroïnes ; elles ne vont pas jusqu’à la révolte, mais lorsqu’elles laissent libre cours à leurs sentiments, leur faiblesse se fait force et elles acceptent plus volontiers de mourir que de renoncer à leur amour. Je ne chercherai pas à savoir si ce sont les reflets de la poésie grecque qui élèvent la tragédie de « Phèdre » au-dessus de la plupart des autres tragédies françaises ; je ne chercherai pas non plus à savoir ce que Racine a emprunté à Euripide, ni les torts qu’il lui a causés et qui sont probablement considérables ; nous ne retrouvons plus chez Racine le divin Hippolyte de la tragédie d’Euripide ; toute la tragédie repose sur le personnage de Phèdre, mais il suffit que celle-ci soit entraînée par son enthousiasme, qu’on lui ait attribué une imagination des plus vives, avantages qui par ailleurs font totalement défaut en France dans les tragédies moralisatrices. C’est la nature même du sujet qui montre comment Racine a pu parvenir à une réussite aussi heureuse. Son intention, c’est de peindre une passion coupable au plus haut point parce que contre nature, une passion qui ne suscite pas l’horreur mais plutôt la pitié ; et l’héroïne doit succomber à cette passion, préparant ainsi elle-même sa propre chute. Pour cela, l’auteur a dû, en guise d’excuse, invoquer des raisons d’ordre supérieur, telles que le destin irrévocable, la vengeance des dieux. Mais il fallait encore que l’on assistât chez Phèdre à la naissance de la passion, à l’empire de plus en plus grand que celle-ci prend sur sa raison, et aux vains combats sans nombre qu’elle lui livre. Pour y parvenir, l’auteur a dû dépouiller les situations dramatiques habituelles de leur valeur solennelle : ainsi, il aurait été ridicule d’introduire au moment opportun des scènes dans lesquelles les héros s’ouvrent à loisir à leurs confidents. Phèdre apparaît donc d’emblée comme se mourant de son mal, d’un mal que trahissent tout d’abord les égarements de son esprit, et dont l’aveu lui est ensuite arraché dans les balbutiements et les hésitations. Par la suite, renforcée dans son espoir, elle fait preuve d’une plus grande lucidité, et s’emploie résolument à séduire et à conquérir l’objet de son amour. Mais ce comportement chez elle trouve son inspiration dans la passion qui s’empare aussitôt de tout ce qui favorise ses élans et le réprouve infailliblement. Dans la scène de la jalousie, elle retombe tout entière dans ses égarements premiers et, dans son ensemble, cet amour nous y est représenté comme une seconde nature, qui vient pour ainsi dire s’emparer de sa propre nature et même de tout son être. Surprise comme par une maladie, Phèdre est ébranlée jusqu’au plus profond d’elle-même. Un tel feu ne se rencontre que sous de plus basses latitudes, où le charme de l’imagination et tout ce qui s’y rapporte produisent des effets incomparablement plus saisissants. Racine aurait eu quelque peine à inventer une image aussi hardie ; c’est chez Euripide qu’il en a trouvé le modèle. Quelle que soit l’intention de l’auteur quant à la sévère moralité de sa pièce, dans la mesure où il ne laisse aucun crime impuni, il n’en paraît pas moins que cette tragédie est séduisante. Dans la caresse de tels soupirs, de tels accents d’émotion et de mélancolie inassouvie et languissante, il y a quelque chose de troublant que n’estompent pas même les considérations ultérieures sur les effets fatals, quelque chose qui voudrait même aviver ce trouble encore plus, car le danger même a un pouvoir de séduction. Loin de moi l’idée d’approuver ici ou même de réprouver ces deux aspects de la pièce ; je ne fais que les rapporter tels qu’ils sont. Cela reste toujours un trait de génie que d’avoir osé aller jusqu’à l’ultime limite du genre tragique et dramatique sans blesser ni repousser de manière choquante ; et Racine, ce me semble, y est parvenu.

3 Selon tout ce que l’on pouvait attendre de l’évolution du rôle jusqu’à présent, Madame de Staël sut encore surprendre et étonner. Son interprétation fut à proprement parler ce qu’on peut appeler « du grand art ». C’est exactement cette majesté du regard, des gestes et des poses, même dans la situation la plus désespérée, qu’on imagine chez la fille de Minos, la petite-fille du Dieu du Soleil. Tout en donnant l’image de la plénitude et de la gloire de ce siècle héroïque, elle permit au spectateur de se faire une idée de la violence des passions dont furent victimes des personnages aussi surhumains. Qu’elle ait pour la première fois osé entrer en scène dans de véritables costumes de l’époque (c’était la seconde pièce). D’autre part, en approchant de l’instant fatal, par exemple dans ces vers véritablement tragiques :

Où me cacher ? Fuyons dans la nuit infernale.
Mais que dis-je, mon père y tient l’urne fatale...

4Quel abîme de douleur et de désespoir dans son regard. Mais il serait vain de vouloir épuiser dans des descriptions ce qu’on ne saisit que dans un instant bien venu, et qui, malheureusement, de par sa nature même, n’est que passager [...]

Notes

1 « De quelques rôles tragiques tenus par Madame de Staël ». Édition d’Eduard Böcking, Gesammelte Schriften (1840). Traduction d’Axel Blaeschke et Jacques Arnaud, Cahiers staëliens 23 (1978), 1, p. 19-36 (passage cité p. 27-36)

© Artois Presses Université, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search