Version classiqueVersion mobile

August Wilhem Schlegel. Comparaison entre la Phèdre de Racine et celle d’Euripide (et autres textes)

 | 
Jean-Marie Valentin

Comparaison entre la Phèdre de racine et celle d’Euripide par A. W. Schlegel

Note sur la présente édition de la Comparaison entre la Phèdre de racine et celle d’Euripide

Texte intégral

1Cette publication de la Comparaison entre la Phèdre de Racine et celle d’Euripide, la première en France depuis l’editio princeps, suit la version originale sortie des presses de Tourneisen à Paris en 1807 (109 pages). C’est elle qui fut lue et discutée au cours des années 1807-1810.

2En 1842, chez Edouard Weber, « libraire à Bonn », Schlegel apporta, dans ses Essais littéraires et historiques (p. 85-170), quelques retouches ponctuelles à cette première version. Nous ne les avons pas retenues car elles ne changent pas, de manière si peu notable que ce soit, le sens des positions exposées en 1807.

3Il en va de même de la leçon recueillie par Edouard Böcking pour les Œuvres de M. Auguste Guillaume de Schlegel écrites en français, Leipzig, Librairie de Weidemann, en 3 volumes (1846). Il s’agit en effet d’une reprise pure et simple de la version de 1842. Böcking a de plus joint l’« Avant-propos de l’auteur ». C’est là en revanche un document important en ce qu’il nous livre d’intéressants aveux et mises au point venant d’un écrivain qui jetait alors, sur un écrit vieux de trente-cinq ans, un regard rétrospectif. Schlegel n’y renie rien sans doute de ce qu’il a pu dire à son entrée, fracassante, dans la carrière critique. Mais le temps, non moins que d’autres préoccupations – la langue et la littérature provençales, l’Inde du sanscrit et de la Bhagavad Gîtâ essentiellement –, ont contribué à un considérable élargissement des points de vue.

4Les extraits du Cours de littérature dramatique (Vorlesungen über dramatische Kunst und Literatur, Vienne, 1809-1810) sont empruntés à la version française qu’en a donnée Mme Albertine Necker de Saussure, cousine par alliance de Germaine de Staël, sous le titre de Cours de Littérature dramatique, en 1814, « à Paris, chez J.-J. Paschoud, Libraire, rue Mazarine n° 22, et à Genève, chez le même, Imprimeur Libraire » (2 volumes). La nouvelle édition, revue par Eugène van Bemmel (Genève, 1865, puis dans la série Slatkine Reprints, 1971), est d’accès particulièrement commode.

5Pour tous ces documents et les pièces relatives aux prédécesseurs français de Schlegel (Brumoy et Batteux) comme à l’accueil dans la presse parisienne (1807-1810), la règle constante a été la restitution diplomatique des pièces citées.

6Notre « Introduction » vise à en faciliter la lecture. Elle prolonge les mêmes interrogations philologiques et historiques que celles mises en œuvre notamment dans Le Théâtre des Jésuites (Paris, Desjonquères, 2001), Le Théâtre dans l’Empire au XVIIe siècle (Paris, Klincksieck, 2004), Minerve et les Muses (Paris, PUPS, 2007), et surtout G.E. Lessing. « Dramaturgie de Hambourg » (Paris, Klincksieck, 2010). Les relations littéraires entre la France et l’Allemagne y sont examinées en contexte européen. Les questions esthétiques, majeures depuis la Renaissance et les deux Réformes, sont à l’arrière-plan. L’interprétation d’Aristote (la Poétique), les rapports entre Antiquité et Modernité chrétienne, et plus généralement l’archaïque et le moderne, le tournant philosophique, la fonction sociale de la scène, le système des genres, les conceptions conflictuelles de la tragédie, les relations entre lettres et arts... en représentent les champs d’application sans cesse remis sur le chantier.

© Artois Presses Université, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search