Version classiqueVersion mobile

August Wilhem Schlegel. Comparaison entre la Phèdre de Racine et celle d’Euripide (et autres textes)

 | 
Jean-Marie Valentin

Liminaires

Texte intégral

Considérant alors que le poète, s’il veut être vraiment poète, doit composer des mythes et non des discours [...]
Platon, Phédon ou de l’Âme 61b

L’Allemagne doit viser l’universalité [...] L’Allemagne peut devenir le centre littéraire et artistique du monde [...] au lieu de se mettre à la remorque d’une rivale, qu’elle devienne la vraie littérature européenne.
A.W. Schlegel, Athenäum, 1799

Nous nous sommes beaucoup égayés de voir notre vaillant compatriote [A.W. Schlegel] démontrer aux Français que toute leur littérature était sans valeur aucune, que Molière ne fut qu’un bouffon et non un poète, que Racine n’avait rien produit de bon, et qu’on devait nous admirer, nous autres Allemands, comme les Dieux du Parnasse.
H. Heine, De l’Allemagne, II, chap. XXXI

© Artois Presses Université, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search