Version classiqueVersion mobile

Tibaut. Le Roman de la Poire

Discours des six messagères de la dame qui l’exhortent à croire à son amour (v. 2410-2635)

Texte intégral

Pensée fut la plus rapide,
et elle arriva en chantant une chanson
à voix basse, mais assez haut pour que je comprisse
qu’elle disait avec une grande noblesse :

  • 1 La lettre T est historiée (Fig. 18) : Sur fond or, une messagère de la dame (Pensée), vêtue de bleu (...)
  • 2 Refrain n° 8 : il est composé de deux heptasyllabes qui riment entre eux et avec le vers 2413. Un r (...)

« Tant1 ai cherché loyal amour [66 v]
que maintenant je l’ai selon mon désir. »2

  • 3 Un prévôt est un agent d’administration seigneuriale ou royale dont les fonctions ont évolué dans l (...)

Elle était fort belle et agréable.
Elle me salua dans un soupir
au nom de ma dame, que Dieu préserve !
De sa part elle me donna son cœur,
et me dit : « Je me demande avec étonnement
où vous êtes allé chercher ce conseil si profitable
de ne pas voir ma dame
plus souvent, car il n’est pas interdit
aux amants de penser l’un à l’autre et de se voir.
Je ne crains en rien prévôt3 ou officier de police,
à aucun moment ni en aucune saison.
De plus il y a en vous intelligence et raison,
subtilité et discernement, [67 r]
et vous l’aimez d’un cœur sincère, je crois.
Vous devriez vous arranger,
sans faire tort à sa bonne réputation,
pour lui parler à loisir.
Vous pourriez entendre tout ce qu’elle aimerait
et ce qu’elle voudrait vous dire.
Il vous convient donc d’agir en sorte
de pouvoir lui parler discrètement,
pour la réconforter de son souci
et pour alléger sa détresse. »
Mais voici qu’arrive en chantant Simplicité
qui murmura tout bas :

  • 4 La lettre I est historiée (Fig. 19) : Simplicité, vêtue d’une robe rouge orangée et d’une tunique b (...)
  • 5 Refrain n° 9 : il est composé de deux heptasyllabes dont le second rime avec le vers 2440. Il est r (...)

« Je4 n’ai jamais eu de joie d’Amour,
maintenant je crois bien que je vais en avoir5.

  • 6 Rappel du départ au tournoi de l’amoureux évoqué dans le préambule (v. 188-189).
  • 7 La dame est-elle une reine ? Au xixe siècle, dans La Correspondance littéraire, mai 1858, p. 163-16 (...)

Savez-vous pourquoi ? C’est que j’ai trouvé [67 v]
un loyal ami selon mes vœux. »
C’est ce que dit Simplicité après son chant.
Mais elle ne garda pas le silence ensuite,
et ajouta au contraire, après m’avoir salué
et m’avoir lancé un regard discret
en battant des cils avec distinction,
ce qui me mit en confiance et me plut :
« Seigneur, aussi vrai que je demande le soutien de Dieu,
vous vous comportez très mal,
et je considère comme une grave faute de votre part,
que sans raison et sans qu’il y ait rien de mal à cela,
vous tardiez à voir ma dame.
Je ne sais de quoi vous avez peur ;
Craignez-vous qu’elle vous prie d’amour ?
Elle ne le fera certes pas, cela vous revient :
ce sera à vous l’honneur, et à elle, de consentir.
Sachez qu’un grand pas est déjà fait,
quand elle vous fait comprendre
que ce que vous soupçonnez est vrai :
j’en fais le serment solennel. » [68 r]
Sur ce s’approcha Loyauté,
pour témoigner de la vérité de ces propos :
« Je vous apporte la preuve de sa sincérité, dit-elle, par la poire
qu’elle vous a donnée et où elle a mordu ;
vous auriez dû lui faire confiance dès ce moment,
car elle n’aurait pas eu l’idée de le faire
si elle n’avait été votre loyale bien-aimée.
Et je vous apporte encore une autre preuve
par le don de son voile de tête
qu’elle vous a envoyé quand vous avez jouté ;
par ce don elle vous a accordé son amour6,
dont je suis plus assurée encore
par le tourment et la peine
dont elle souffre mille morts, je le vois bien ;
et elle endure tout cela sans se décourager.
Et j’ajouterai ceci :
Sachez qu’elle m’a chargée
de vous divulguer un chant
qu’elle a toujours à portée de main,
et qu’elle chante de sa bouche royale7 : [68 v]

  • 8 La lettre B est historiée (Fig. 20) : Loyauté, vêtue d’une robe rouge et d’une longue tunique bleue (...)
  • 9 Refrain n° 10 : il est composé de deux heptasy llabes qui riment entre eux et avec le vers 2483. Il (...)

« Bien8 dois endurer le mal
puisque j’ai un ami loyal. »9

Quant à moi, je vous le chante de sa part,
et vous prie comme si vous étiez mon ami
que sa peine ne soit pas perdue.
Puisqu’elle vous aime, qu’elle soit aimée :
et je crois bien qu’elle l’est.
Mais elle en tire peu d’avantages :
puisqu’elle ne le voit pas clairement, cela ne lui apporte rien.
L’homme doit être un peu plus entreprenant :
il doit prier d’amour la dame,
et celle-ci doit le lui accorder ;
et c’est ce qu’elle fera, je m’en porte garante. »
Mesure répondit : « Mais moi,
à qui elle m’importe plus qu’à vous, [69 r]
je me considère presque comme trahie.
Car Loyauté à vrai dire est plus efficace
pour causer le malheur ;
je ne vous ferai aucun reproche.
Mais il me faut entonner mon chant :

  • 10 La lettre A est historiée (Fig. 21) : Sur fond or, Mesure, tout de bleu vêtue, s’adresse à l’amoure (...)
  • 11 Refrain n° 11 : hétérométrique, il est composé d’un vers de neuf syllabes suivi d’un vers de quatre (...)

À10 lui, je vais, je ne pourrais m’en empêcher,
Dieu, je l’aime tant11,

  • 12 Nous corrigeons l’édition ici en rajoutant un tiret pour signifier le changement de locuteur.
  • 13 L’altercation entre Loyauté et Mesure n’est pas facile à comprendre dans le détail. Le vers 2521 : (...)
  • 14 Pour le vers 2525 : par reison qu’i adon teré, nous adoptons la correction proposée en note par Ch. (...)
  • 15 Énoncé d’allure proverbiale dont nous n’avons pas retrouvé trace par ailleurs.
  • 16 Faire languir trop longuement l’amoureux est un reproche fréquemment adressé à la dame qui, par cet (...)
  • 17 Cette question est due à un interlocuteur imaginaire.

que sur les conseils de mon cœur j’ai trouvé un ami,
et non en suivant le vôtre, je vous le dis.
– Tu ne parles pas en femme sensée,
mais comme une folle sans mesure.
Depuis quand une dame doit-elle ainsi aller [69 v]
la première parler à son ami ? »
Loyauté lui parlait sur un ton courroucé,
« La folie est encore aggravée
par le fait que tu t’appelles Mesure :
ton bon sens est nécessairement limité.
– Je te le garantis, écoute-moi :
ce n’est pas bien de reprocher à autrui
la faute dont l’on est accusé.
– Par la foi que je te dois, tu me provoques en l’occurrence12.
– Je ne l’ai pas fait pour te chercher querelle
quand j’ai renchéri sur ton engagement13 ;
et je te prie de ne pas t’en courroucer.
En effet mes paroles témoignent d’une parfaite éducation,
et je le prouverai devant tous
avec un argument que j’exposerai ici14.
Les paroles de mon chant ont cette signification :
c’est mon désir, non ma personne
que je lui envoie en chantant.
Je suis triste quand je ne le vois pas,
mais je ne dois pas chercher à le rencontrer ni ne l’ose, [70 r]
cela ne serait pas un comportement honnête.
Il me faut agir avec sagesse,
car fruit de la sagesse toujours dure. »
Sur ces mots, Mesure leur entonna une chanson
du mieux qu’elle savait le faire,
et finit par se réconcilier avec elle.
Elle s’avança vers moi et me salua,
« Ami, dit-elle, je vous apporte
une phrase dont il vous faut vous souvenir,
car elle se plaît à la répéter
celle qui est le médecin de vos maux
et ne la réprouve pas encore :
« folle est celle qui ne sait pas préserver sa vertu »15 ;
mais ne soyez pas inquiet de cela,
car le don de son amour est fait
bien plus rapidement par une dame prudente
que par une écervelée, sur mon âme.
Quand la première a trouvé un jeune homme
qui est loyal et qui est digne de confiance
et qu’elle sait avec certitude qu’il ne se joue pas d’elle, [70 v]
elle lui accorde son amour et elle fait bien ;
suivant le conseil de Mesure et de Raison,
elle lui fait aussitôt don de son amour,
et je vois là beaucoup de sagesse :
on se trahit en temporisant
et l’amour est bien plus vite détruit
par les calomniateurs et les envieux,
car ils s’aperçoivent de cet amour insatisfait.
Les écervelées se laissent piéger par leurs atermoiements,
et réduisent à néant leur l’amour,
qui périt ainsi par leur sottise16. »
– Faites-moi maintenant l’amitié
de me dire, s’il-vous-plaît comment agit Pitié17.
– Volontiers, car je le sais bien ;
après avoir mûrement réfléchi,
elle vint me saluer de la part de mon amie,
et selon son vœu, me dit en chantant :

  • 18 La lettre V est historiée (Fig. 22) : Sur fond or, Pitié vêtue d’une longue robe bleue, qu’elle ret (...)
  • 19 Refrain n° 12 : il est composé de deux heptasyllabes qui riment ensemble et avec le vers 2567 et qu (...)

« Vous18 aurez tout pouvoir [71 r]
ami, sur moi,
ce que n’a pas mon mari. »19

  • 20 La tacitumité peut être considérée comme un péché de langue, au même titre qu’un usage immodéré, co (...)

C’est cette phrase qui m’a convaincu.
« C’est bien suffisant ; que veux-tu de plus ?
tu dois t’estimer bien payé !
Veille à bien employer
un don si élevé que celui qu’elle t’accorde,
en s’abandonnant à toi
et en se livrant à toi tout entière,
grâce à moi qui l’en ai instamment priée,
qui cherche constamment à l’aider,
et n’ai de cesse
d’accomplir tes désirs. [71 v]
Quand la morsure élance, il faut que j’applique un baume
et que je guérisse ce que j’ai blessé.
Quelle récompense aurai-je de toi,
moi qui viens te faire savoir
la joie que tu peux obtenir de cette dame
et dont tu ne pensais jamais voir arriver l’heure ?
Prends garde que tout n’échoue à cause de ton inertie,
car l’attente vaine peut aboutir à ce résultat ;
mais l’on ne peut servir un muet
ni agir facilement comme il le souhaite.
Apprends donc par moi tout le secret,
et ce que je te recommande de faire :
on perd souvent en se taisant trop20 ;
je te conseille de la requérir d’amour
et je t’aiderai toujours. »
Je m’apprêtai à répondre, mais Contenance,
qui était leur souveraine, s’élança à ma rencontre ;
sa conduite était irréprochable,
mais son teint passait par toutes les couleurs,
ce qui néanmoins ne lui ôta pas ses moyens, [72 r]
car, au contraire, elle se mit à chanter,
en femme experte en la matière.
Elle s’attacha à terminer mon nom en chantant,
et elle déclara de manière très réfléchie, sans légèreté :

  • 21 La lettre T est historiée (Fig. 23) : Contenance vêtue de bleu s’adresse à l’amoureux dont la main (...)
  • 22 Refrain n° 13 : composé de deux heptasyllabes qui riment entre eux et avec le vers 2605, il est rép (...)

« Tel21 dit qu’il se meurt d’amour,
qui ne sent ni mal ni douleur. »22

Mais il apparaissait clairement à mon visage
qu’Amour avait tout pouvoir sur moi,
et certes j’y consentais de bon cœur.
J’étais pris plus irrémédiablement que le petit oiseau du taillis,
et je l’acceptais très bien, par mon âme, [72 v]
car ma dame lui avait ordonné
de me transmettre encore tout son plaisir,
aussi longtemps qu’elle en aurait le loisir,
car elle ne savait pas quand elles devraient partir ;
tout ce qu’elle avait entendu, ma dame le confirmait
et assumait tout ce qu’elle avait dit.
Elle n’avait en rien été infidèle à ses propos, lui semblait-il.
Assurément non ; sur ce elle poursuivit,
mais en tournant très agréablement son discours.
Ainsi elle me dit, en femme qui connaît les usages :
« Les demoiselles de ma maison vous ont parlé,
j’en suis témoin.
Mais vous n’avez pas encore répondu.
En vérité, soyez-en sûr, j’aimerais savoir
si vous agissez ainsi par orgueil,
par arrogance ou par défi.
– Assurément non, dame, je vous le jure.
J’attendais le bon moment.
– Je n’entends en l’occurrence rien que de très raisonnable,
dit Contenance la réfléchie. [73 r]
Dites-moi donc ce que vous pensez,
et si vous acceptez sans réserves
de faire ce que nous avons dit.

Notes

1 La lettre T est historiée (Fig. 18) : Sur fond or, une messagère de la dame (Pensée), vêtue de bleu, s’adresse à l’amoureux sur fond rouge. Les deux personnages posent la main sur la barre du T qui forme cloison. Cette lettre est la première des lettres de l’acrostiche du nom de l’auteur (Tibaut).

2 Refrain n° 8 : il est composé de deux heptasyllabes qui riment entre eux et avec le vers 2413. Un refrain assez proche est répertorié par N. Van den Boogaard sous le n° 1315.

3 Un prévôt est un agent d’administration seigneuriale ou royale dont les fonctions ont évolué dans le temps et selon le domaine géographique d’exercice de son pouvoir. Représentant de l’autorité du seigneur, il est chargé de collecter les droits et redevances. À Paris, il exerce tous les pouvoirs de police, de justice et d’administration qui procèdent de la prérogative royale.

4 La lettre I est historiée (Fig. 19) : Simplicité, vêtue d’une robe rouge orangée et d’une tunique bleue à liseré s’adresse à l’amoureux qui porte la main droite sur son cœur. Cette lettre initiale du refrain (J) est la deuxième lettre du prénom de l’auteur, la lettre I valant pour J ou I en raison d’un amalgame graphique hérité du latin.

5 Refrain n° 9 : il est composé de deux heptasyllabes dont le second rime avec le vers 2440. Il est répertorié par N. Van den Boogaard sous le n° 1113.

6 Rappel du départ au tournoi de l’amoureux évoqué dans le préambule (v. 188-189).

7 La dame est-elle une reine ? Au xixe siècle, dans La Correspondance littéraire, mai 1858, p. 163-164. Henri Michelant a identifié l’auteur à Thibaut de Champagne et la dame aimée à la reine Blanche de Castille, hypothèse aujourd’hui abandonnée. Sur ce point, voir l’introduction de l’édition p. xxix.

8 La lettre B est historiée (Fig. 20) : Loyauté, vêtue d’une robe rouge et d’une longue tunique bleue, s’adresse à l’amoureux qui porte la main gauche sur son cœur. Cette lettre constitue la troisième lettre du prénom de l’auteur.

9 Refrain n° 10 : il est composé de deux heptasy llabes qui riment entre eux et avec le vers 2483. Il est répertorié par N. Van den Boogaard sous le n° 259.

10 La lettre A est historiée (Fig. 21) : Sur fond or, Mesure, tout de bleu vêtue, s’adresse à l’amoureux, qui tient une barre verticale du A de sa main gauche tandis que sa main droite est posée sur son cœur. Cette lettre est la quatrième du prénom de l’auteur.

11 Refrain n° 11 : hétérométrique, il est composé d’un vers de neuf syllabes suivi d’un vers de quatre syllabes qui rime avec les vers 2502-2503. Il résulte du collage de deux vers relevant en fait à l’origine de pièces lyriques différentes : le premier vers est le début d’un refrain répertorié par N. Van den Boogaard sous le n° 101 ; le second vers est un refrain à part entière attesté dans diverses pièces lyriques et relevé par N. Van den Boogaard sous les n° 525 et 526.

12 Nous corrigeons l’édition ici en rajoutant un tiret pour signifier le changement de locuteur.

13 L’altercation entre Loyauté et Mesure n’est pas facile à comprendre dans le détail. Le vers 2521 : Quant ge sor vos fis la pleïne peut signifier, selon Christiane Marchello-Nizia : « Quand j’ai promis contre ton avis ». Le mot plevine, pleine a pour sens « promesse », « engagement » et il renvoie peut-être à l’engagement pris par Loyauté au vers 2496 que la dame accordera son amour au narrateur qui la sollicitera : si fera ele, ge sui plege qui a été traduit par « et c’est ce qu’elle fera, je m’en porte garante ». Mesure renchérit sur l’engagement de Loyauté, puisqu’elle propose que la femme prenne l’initiative et aille trouver son ami.

14 Pour le vers 2525 : par reison qu’i adon teré, nous adoptons la correction proposée en note par Ch. Marchello-Nizia (p. 138) : par reison qui adon tendré, l’expression tenir raison pouvant être comprise comme « soutenir un argument ».

15 Énoncé d’allure proverbiale dont nous n’avons pas retrouvé trace par ailleurs.

16 Faire languir trop longuement l’amoureux est un reproche fréquemment adressé à la dame qui, par cette cruauté, court le risque de perdre sa réputation de courtoisie. Sur ce point voir ces vers du Châtelain de Coucy, extraits de la chanson Moût m’est bele la douce conmençance (éd. E. Baumgartner et F. Ferrand dans Poèmes d’amour des xiie et xiiie siècles, Paris, UGE, 10/18, coll. Bibliothèque Médiévale, 1983) : Ha ! franche rienz, puiz qu ’en vostre manaie / Me sui touz mis, trop me secourez lent, / Quar nus dons n ’est cortoiz c ’on trop délaie, / Si s’en esmaie cil qui si atent. (« Ah ! noble amie, puisque je me suis mis tout entier en votre pouvoir, vous tardez trop à me secourir, car don trop tardif n’est pas courtois et l’angoisse presse celui qui l’attend. »)

17 Cette question est due à un interlocuteur imaginaire.

18 La lettre V est historiée (Fig. 22) : Sur fond or, Pitié vêtue d’une longue robe bleue, qu’elle retrousse sur un jupon blanc, s’adresse à l’amoureux dont la main gauche baissée repose sur la barre verticale du U et dont la main droite est posée sur le cœur. Cette première lettre du refrain (V) vaut pour la cinquième lettre (U) du nom de l’auteur, en raison d’un amalgame graphique hérité du latin.

19 Refrain n° 12 : il est composé de deux heptasyllabes qui riment ensemble et avec le vers 2567 et qui encadrent un vers de quatre syllabes. Une variante de ce refrain, qui semble extrait d’une chanson de malmariée, est répertoriée par N. Van den Boogaard sous le n° 1853. On peut lire dans ce refrain la première allusion au statut de femme mariée de la dame.

20 La tacitumité peut être considérée comme un péché de langue, au même titre qu’un usage immodéré, coupable ou nuisible de la parole. Sur ce point, voir Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, éd. Félix Lecoy, Paris, Champion, CFMA, 1973-1975, t. I, v. 3237-3239, p. 103 : « Que j’ai oï sovant retraire / que aussi se puet an trop taire / com trop parler, a la foiee. » [ « Car j’ai souvent entendu dire que l’on peut parfois trop se taire aussi bien que trop parler. »]. On consultera également : Caria Casagrande et Silvana Vecchio, Les Péchés de la langue, Paris, Les éditions du Cerf, 2007, « Taciturnitas », p. 313-321.

21 La lettre T est historiée (Fig. 23) : Contenance vêtue de bleu s’adresse à l’amoureux dont la main droite repose sur la barre verticale du T, tandis qu’il lève la main gauche. Cette lettre est la dernière (T) du nom de l’auteur.

22 Refrain n° 13 : composé de deux heptasyllabes qui riment entre eux et avec le vers 2605, il est répertorié par N. Van den Boogaard sous le n° 1768.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search