Version classiqueVersion mobile

Tibaut. Le Roman de la Poire

Amour amène la dame à l’amant : elle est frappée en plein cœur (v. 2253-2409)

Texte intégral

  • 1 Dans le dialogue, Amour apparaît comme un intermédiaire entre les deux amants au moment de la recon (...)
  • 2 Cette disparition soudaine confère au dieu d’Amour un pouvoir magique qui le distingue des autres p (...)
  • 3 La mention du métal doré indique que la dame est touchée par une vertu. En effet dans le Roman de l (...)
  • 4 Annonce des deux procédés d’énonciation cryptée du nom de l’auteur : l’acrostiche (procédé vertical (...)
  • 5 Le mot contenence signifie « dignité », « comportement conforme aux bonnes manières ».
  • 6 Les liens de parenté servent souvent à construire le système des personnifications dans un texte al (...)
  • 7 En ancien français le nom simplece a pour sens « simplicité », « honnêteté » et sert à désigner la (...)

Mais pour ne pas aller trop vite en besogne,
je veux revenir à Amour,
dont j’avais dit précédemment
que je le verrais apparaître :
il m’avait amené ma dame, [62 v]
pour me libérer de la flamme
qu’il avait fait jaillir en moi si vive
qu’il avait embrasé mon cœur et mon corps,
si bien que je me consumais, et dans le brasier
Amour se rappela à mon bon souvenir et me dit :
« Ne vois-tu donc pas que je t’amène
ta dame ? Prends-la par la main,
je te la donne et te la remets
et lui ordonne qu’elle te délivre
de la prison où je t’ai mis
pour elle, toi, son ami sincère. »
En entendant Amour parler ainsi,
mon cœur éclata de joie
au point de s’évanouir sur-le-champ.
De son côté le corps fut si surpris
que je restai sans voix.
Sur ce ma dame m’adressa la parole
en ces termes : « Ami, sur le conseil d’Amour
que je veux suivre désormais,
je vous agrée et vous prends pour ami. » [63 r]
Alors retrouvant mes esprits, je dis : « Ami !
Quelle chance, assurément ! »
En compagnie d’Amour, ma dame
vint alors s’asseoir à côté de moi1.
Que Dieu ne les sépare jamais de moi !
Amour me dit : « Et toi, que dis-tu ?
– Certes, seigneur, je vous remercie,
et je me soumets à vous et à elle
les mains jointes. – Ami, je vous accepte
comme tel, et je m’accorde à vous.
Mais je vous demande ici une chose :
que le secret soit bien gardé,
et notre amour en sera mieux préservé
et durera plus longtemps.
– De cela, dame, aussi vrai que je demande la faveur de Dieu,
un muet parlerait avant moi
si je n’ai votre permission ;
il me faut taire ma douleur
tant qu’il vous plaira ;
et elle m’est d’autant plus cruelle et intense [63 v]
que je n’ose m’en plaindre à personne. »
Je n’avais pas encore achevé mon discours
qu’Amour m’avait ravi ma dame
pour l’emmener là où il voulait2.
Je fus stupéfié et restai sans mot dire,
triste, pensif et très contrarié ;
et depuis lors je ne cessai de l’être,
et le resterai, j’en suis sûr,
jusqu’à ce que j’apprenne ce qu’Amour
fit d’elle. « Je vais te le dire,
sans mentir d’un mot, je te l’assure.
Amour, avec joie et plaisir,
a conduit ta dame chez elle
et avant de la quitter,
l’a initiée à un nouveau savoir,
dont elle n’avait jamais eu aucune connaissance
et auquel elle ne s’était jamais appliquée ;
désormais elle s’y exercera, je crois.
– Que sais-tu ? – Je la vois
plus pensive qu’à l’ordinaire, [64 r]
et elle aime rester seule. »
En la voyant ainsi plongée dans ses pensées,
Amour sait bien qu’elle est vulnérable
désormais à toute requête ;
Alors il a pris une flèche,
dont le fer est tout doré3.
Il s’en va plus vite que le vent,
et, en plein cœur, frappe la dame
qui ne laissera à aucun prix
Amour déchoir : telle est sa promesse,
dès lors qu’elle a senti l’étincelle
du feu d’Amour qui la tourmente.
En frémissant, elle ne cesse de bâiller.
Elle pousse de longs soupirs, profonds et faits avec art,
du coin des lèvres, aussi subtils
que si elle s’y était exercée depuis toujours.
Alors Amour dit que j’ai trouvé
une apprentie loyale et parfaite,
car plus elle s’y applique et plus il l’attise
l’invitant à ne pas garder le silence [64 v]
lui disant au contraire : « Tu as un modèle idéal à suivre,
prends bien garde à ne pas le rejeter,
celui dont tu as le cœur
que je t’ai envoyé par Doux Regard.
Que ton cœur lui appartienne réciproquement,
et envoie-lui ton messager.
Je t’en fournirai un plein de mérite et de sagesse,
qui est très loyal et digne de confiance.
– S’il pouvait être déjà là, répond la dame,
je le voudrais à un point
inimaginable pour moi ;
Amour, avant de l’envoyer,
je vous prie au nom de Dieu de lui demander
de saluer de ma part, sans dédain,
celui que j’aime plus que tout autre ;
et de même qu’il a pris plaisir
à prononcer deux fois mon nom,
je dirai aussi le sien deux fois,
sans que personne ne puisse le reconnaître,
à moins d’avoir été bien éduqué par Amour4. [65 r]
Pour un peu il m’échapperait de la bouche,
tant mon cœur le chérit.
Je vous prie donc, courtois messager,
que votre message soit transmis si bien
qu’il en soit mieux disposé à mon égard
et que je n’aie aucun doute à ce sujet. »
À ces mots Amour appelle Contenance5 :
« Dame, dit-il, vous transmettrez ce message,
ce qui est bien légitime,
car vous êtes sœur de Doux Regard6.
Dites à mon ami qu’il garde ce cœur
que j’ai échangé avec le sien.
Dites-lui que telle est ma volonté,
mais je ne veux pas que vous y alliez seule,
sans être accompagnée.
Je vais au contraire vous donner la compagnie
des darnes les plus valeureuses de ma maison,
grâce auxquelles vous serez bien soutenue :
avec vous ira Subtile Pensée,
et il y aura aussi Simplicité7 et Loyauté, [65 v]
accompagnées de Mesure et de Pitié,
car ce sont les cinq dames les plus subtiles ;
en effet Contenance ferait une trop faible impression
et Contenance d’amoureux
ne doit jamais être sans elles.
Elle n’est pas seule, je n’en doute pas ;
vous êtes toutes dépourvues de bassesse,
et vous lui direz, c’est mon ordre,
tout cela avec assurance ;
et pour lui causer une plus grande joie,
dites que ce sont les paroles de son amie :
elle souhaite qu’il sache qu’elle l’aime
et se plaint à lui de ses souffrances.
Elle n’est pas injuste à son égard,
et elle veut énoncer avec subtilité
et concision le nom de son ami
par ces six dames qui lui apportent le présent
qu’elle lui offre de son cœur.
Elle lui donne maintenant la récompense,
les remerciements et la rétribution [66 r]
en échange de son cœur qu’elle a en pleine possession.
Partez sans tarder,
et dites-lui ce que je lui fais savoir.
C’est pour cette raison que j’ordonne à Contenance
[de vous prendre avec elle,
car vous avez toutes reçu de moi un fief
et tenez de moi vos terres.
Vous êtes des vassales irréprochables ;
veillez à ce que mon honneur soit sauf,
et que je sois remercié.
– Très volontiers », répondirent-elles.
Elles partirent, sans plus attendre,
chacune de ces demoiselles ayant une chanson aux lèvres.

Notes

1 Dans le dialogue, Amour apparaît comme un intermédiaire entre les deux amants au moment de la reconnaissance mutuelle de leurs sentiments. Notons toutefois qu’il n’y a pas de réel aveu de l’amour, puisque la dame n’a pas encore été frappée de la flèche du dieu, mais une acceptation et une reconnaissance de l’autre comme ami(e), qui empruntent leur expression très ritualisée à la gestuelle féodale.

2 Cette disparition soudaine confère au dieu d’Amour un pouvoir magique qui le distingue des autres personnifications.

3 La mention du métal doré indique que la dame est touchée par une vertu. En effet dans le Roman de la Rose, le dieu d’Amour possède deux séries de cinq flèches : l’une dont les fûts sont tout en or symbolisent des vertus courtoises, et l’autre dont les fûts et les fers sont noirs métaphorisent les souffrances de l’amour ou des défauts incompatibles avec la fin’amor (voir Le Roman de la Rose, éd. cit., v. 921 -984, p. 29-31). Comme dans le Roman de la Rose la flèche d’amour occasionne une blessure sèche, sans effusion de sang repoussante.

4 Annonce des deux procédés d’énonciation cryptée du nom de l’auteur : l’acrostiche (procédé vertical) et l’anagramme (procédé horizontal).

5 Le mot contenence signifie « dignité », « comportement conforme aux bonnes manières ».

6 Les liens de parenté servent souvent à construire le système des personnifications dans un texte allégorique. En l’occurrence le lien adelphique fonde une relation de symétrie entre les messagers respectifs des deux amoureux et symbolise aussi la parfaite réciprocité de leurs sentiments.

7 En ancien français le nom simplece a pour sens « simplicité », « honnêteté » et sert à désigner la qualité d’un naturel sans détours.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search