Version classiqueVersion mobile

Tibaut. Le Roman de la Poire

Dialogue avec Raison (v. 2017-2252)

Texte intégral

  • 1 Porte-parole de la sagesse, Raison est aussi une personnification hostile à la folie de l’amour dan (...)
  • 2 L’amoureux rejette donc la sagesse de Raison au profit de la folie de l’amour.
  • 3 Ce passage s’inspire des prédictions du dieu d Amour dans le Roman de la Rose de Guillaume de Lorri (...)
  • 4 Le débat de l’audace et de la timidité, lieu commun indissociable du motif de la requête amoureuse, (...)
  • 5 Ces vers insistent sur la nature audiovisuelle de l’ œuvre, faite pour être lue à haute voix, chant (...)
  • 6 Nous avons traduit par « poème » le mot ditié qui désigne en ancien français soit une composition p (...)

Mais contre cela Raison veut m’aider, [56 v]
par ses propos pleins de sagesse1.
Elle se met à me faire des reproches :
« Jeune homme, toi qui ne peux trouver le repos,
dis-moi donc : pourquoi t’intéresses-tu à
une dame noble et de grande qualité ?
Si elle est vertueuse, courtoise et belle,
dis-moi, de quel droit oses-tu
avoir de telles prétentions à son égard ?
L’Écriture sainte ne t’enseigne pas
à aimer en un lieu
dont tu ne puisses retirer aucun profit,
ni à aimer ce qui te détruit.
Car je te vois souvent la nuit
si angoissé et si tourmenté,
que tu voudrais mourir cent fois.
Pourtant tu aspires à conquérir cette femme
qui ne t’aime ni ne t’estime.
Tu es fou, retire tes sentiments
de cette douloureuse fureur.
Crois-moi, suis mon conseil : [57 r]
va, recherche ta pareille
qui puisse être tout à toi qui pourrais être sien.
Tu n’es ni roi ni comte
pour prétendre à un amour si haut placé ;
il te faut en rechercher un autre.
Pars donc au plus vite et mets-toi en quête
d’une autre amie qui te fasse du bien.
Laisse donc cette dame tranquille,
car tu n’as rien à y gagner.
Mais peut-être regrettes-tu
qu’elle soit si belle et si courtoise ;
je suis bien sûre qu’Envie
te pousse à haïr ta vie à ce point. »
Sur ces mots elle me conclut son discours.
« – De grâce, par Dieu, n’en dites pas plus !
Je vous sais peu de gré
des bontés que vous m’avez dites,
quand vous me conseillez de changer
la dame que j’aime sincèrement pour une autre.
On pourrait m’amener ici [57 v]
toutes les dames bien nées,
les plus nobles et les plus belles,
mon cœur ne serait pas attiré par elles,
mais reviendrait toujours en arrière.
Il souhaite rester fidèle à la première,
à laquelle il s’est promis et a juré fidélité.
Est-ce bien ce que vous me conseillez,
voulez-vous que je prenne une amie,
alors que je la saurais en vie ?
Gardez ce conseil pour vous.
Qui plus est, vous me dites
que j’envie ses qualités.
Il est vrai qu’aucun homme au monde
n’éprouve une telle envie à son égard ;
et si je le fais, c’est sans méchanceté ni mauvaise intention,
dont Dieu la garde et la protège.
Croyez-vous donc que je voudrais
son malheur comme son ennemi ?
Même si Dieu avait mis en elle
plus d’intelligence et de sagesse, [58 r]
si tant est qu’il puisse y en avoir davantage,
même si Nature de son côté,
qui distribue généreusement toutes les qualités
selon son bon plaisir,
avait mis en elle plus de beauté
qu’il ne peut y en avoir en une dame,
sur le salut de mon âme,
même si j’avais la possibilité
de tout empêcher par ma simple volonté,
je ne m’élèverais en rien contre cela.
Certainement pas, au contraire
je rehausserais encore, si je le pouvais,
sa beauté, son intelligence et sa distinction.
Certes, j’éprouve l’envie de posséder
ce trésor riche et précieux.
Mais c’est au sens que l’envie
accroît l’amour et l’intensifie ;
car le désir et la convoitise
attisent l’amant et l’embrasent.
Ah ! Dieu ! Moi, pourquoi la haïrais-je ? [58 v]
Elle m’assaille et me fait la guerre avec son amour :
Peut-être en est-elle chagrinée
et assurément cela ne lui cause aucun plaisir
que je sois si malmené.
Jamais, aussi insensé que j’aie été,
aussi fou et présomptueux,
et quelques sottises que j’aie pu lui dire,
jamais elle n’a voulu m’en tenir rigueur.
Je dois donc l’aimer bien davantage,
si je suis quelqu’un de bien.
C’est ce que je fais, et sans aucune mesure ;
il n’est pas un amant accompli et ne le sera jamais,
celui qui cherche la mesure en amour,
sachez-le, car Amour ne se soucie
ni de raison ni de mesure.
C’est pourquoi je veux aimer sans mesure,
même si l’on doit m’en décréter fou2. »
Quand Raison se rend compte
qu’en dépit de toutes ses objurgations
je ne changerais pas d’avis, [59 r]
elle me pose alors de nouvelles questions :
« Jeune homme, toi qui ne veux pas suivre mon conseil,
tu vas me dire alors, s’il-te-plaît,
puisque tu l’aimes et désires tant,
comment cela se fait que tu ne tentes pas
de lui déclarer ton amour
soit par des mots ou par des actes ?
Tu m’as sans cesse répété
qu’elle était noble et bienveillante,
et que toute qualité s’épanouit en elle.
Un homme sensé, avant de mourir,
lui aurait découvert sa conscience.
Aie confiance en Franchise
qui te viendra bien en aide.
Va donc, prie-la de te donner son amour :
tu vois bien qu’il ne te reste plus qu’à mourir
si rien ne peut te secourir.
Aucun médecin, aucune plante ni aucune racine,
ne peut t’apporter de remède ;
personne, sinon elle, ne peut te guérir. [59 v]
Mais si elle voulait s’en donner la peine
et que tu lui eusses révélé ton mal,
elle aurait tôt fait de te redonner la santé.
Qu’attends-tu donc que tu n’y vas pas ?
Te laisseras-tu mourir, espèce de lâche ?
As-tu peur qu’elle ne te morde ?
La femme est d’une grande miséricorde,
quand on la met en de bonnes dispositions.
Et quand on parvient à l’assurer
de la sincérité de son amour,
elle sait fort bien distinguer
le vrai du faux dans les propos :
elle n’est ni anglaise ni bretonne,
pour ne pas bien comprendre ta déclaration ;
elle n’est ni sotte ni insensée
au point de vouloir te faire injure.
Pourquoi supportes-tu la domination
d’Amour, qui t’étrangle avec sa corde ?
Va le trouver, et rappelle-lui
les grandes douleurs et les brûlures du désir [60 r]
que tu éprouves et endures à cause de lui.
Je sais bien à son attitude,
je t’en donne ma parole, je le jure,
qu’il n’a pas en tête de te faire du mal.
– Certes, mais si cela doit l’importuner,
lui ferai-je un aveu contre son gré ?
Que je ne vive pas un mois de plus
si je la prie de quelque chose
qu’elle accueille mal ;
je préfère ne rien lui dire, dût-on me donner Pavie ;
je ne tiens pas tant à la vie :
je préfère endurer cette souffrance
que de dire quelque chose qui lui déplaise.
Et supposons que je le veuille,
à Dieu ne plaise que je passe l’année,
si j’ai l’occasion de le faire,
car, à sa seule vue, assurément,
je perdrai l’esprit et la mémoire.
Et, aussi vrai que je demande à Dieu de me donner
[sa béatitude céleste,
lorsque je suis debout en sa présence, [60 v]
on pourrait me frapper de deux épieux
dans les côtés et dans les flancs,
tout mon sang a reflué au point
qu’il n’en tomberait, je crois, pas une goutte.
Alors je perds l’usage de la parole
et je reste comme une statue muette
qui ne s’agite ni ne remue
et qui ne peut dire un mot3.
J’ai connu un homme amoureux
qui était très mesuré :
il avait beaucoup de chance,
puisqu’il avait cet avantage
de pouvoir transmettre son message.
Mais moi, qui suis si tourmenté,
je ne sais sous quelle étoile je suis né ;
car je ne puis lui dire un mot,
même si elle devait me donner de la joie4.
Il me convient donc de trouver un messager
qui puisse m’apaiser
et qui lui rapporte mes souffrances. [61 r]
Eh, Dieu ! À qui grâce soit rendue,
il faudrait qu’il soit très valeureux,
avisé, courtois et éloquent.
Assurément, il faudrait qu’il soit avisé,
qu’il sache les manières de présenter une requête.
Pour un peu j’en enverrais un auprès d’elle :
Est-ce agir sagement ? Certes non !
Je commettrais une grande sottise.
Il est préférable de la dire, cette folie,
plutôt que de la commettre !
À Dieu le créateur ne plaise
que cette situation critique et cette chose
soient révélées par moi à quelqu’un
susceptible d’aller colporter ce secret ailleurs !
Cette résolution n’est pas des plus judicieuses ;
je vais trouver mieux, si je peux.
Que je meurs le jour même
si un autre l’apprend de ma bouche :
le messager choisi en l’occurrence sera
tel que ni homme ni femme ni garçon [61 v]
ne découvriront qui il est
ni ne sauront jamais qui je suis.
Cela sera fait, et sans être su d’autrui,
car ce roman que je vois ici
saura très bien parler pour moi
et montrer pleinement à l’œil5
ce que je sollicite et ce que je veux.
Et je ne la sens pas femme
assez dure ni assez cruelle,
quand on lui dira ce poème6,
pour n’avoir pas pitié de son ami
et pour n’en avoir pas le cœur attendri
s’il est quelqu’un qui le lui fasse entendre.
Assurément son cœur serait ému,
si on lui avait lu
à voix haute toutes les aventures.
Je prie donc le Seigneur qui jamais ne ment,
que quiconque lui lise ce roman
le fasse selon son gré ;
et quand elle verra l’écrit dans sa totalité, [62 r]
jamais son cœur ne sera assez orgueilleux
pour ne pas en éprouver de compassion : en limant,
on vient à bout du diamant ;
surtout qu’elle n’est pas de pierre !
Envers celui qui la désire tant,
qu’elle soit douce, bienveillante et généreuse !
Je suis mort si elle n’apaise ma douleur :
si elle ne le fait pas, qu’elle me promette
de ne pas aggraver la situation :
elle ne m’aurait pas rien donné ;
elle me comblerait de joie et de bonheur,
rien qu’en me promettant
que je serais son ami.
Avec cela s’adouciraient les affres de la passion
que j’endure si fort pour elle. »

Notes

1 Porte-parole de la sagesse, Raison est aussi une personnification hostile à la folie de l’amour dans le Roman de la Rose. Le rôle de Raison est cependant différent dans le Roman de la Poire car, dans un deuxième temps, constatant qu’elle ne peut convaincre l’amoureux de renoncer à sa passion, elle l’encourage à déclarer son amour et à l’assumer pleinement. Elle l’aide ainsi à trouver dans l’écriture du roman un moyen de toucher la dame. Plus maternelle et adjuvante dans la Poire, cette personnification reçoit donc un traitement inattendu et plus ambigu.

2 L’amoureux rejette donc la sagesse de Raison au profit de la folie de l’amour.

3 Ce passage s’inspire des prédictions du dieu d Amour dans le Roman de la Rose de Guillaume de Lorris (éd. cit., t. I, v. 2272-2278, p. 70) : Or avendra autre foïes / qu ’en pensant t’entroblieras / et une grant piece seras / aussi corne une ymage mue / qui ne se croule ne remue, / sanz pié, sanz main, sanz doi croller, /sanz ieuz movoir et sanz paler. (« D’autres fois il arrivera que, plongé dans tes pensées tu aies des absences et tu resteras longtemps comme une statue muette qui ne s’agite ni ne remue, sans bouger les pieds, les mains, les doigts, sans bouger les yeux et sans parler. »).

4 Le débat de l’audace et de la timidité, lieu commun indissociable du motif de la requête amoureuse, prend le relais de celui de la sagesse et de la folie.

5 Ces vers insistent sur la nature audiovisuelle de l’ œuvre, faite pour être lue à haute voix, chantée et contemplée. C’est le livre, dans sa matérialité de manuscrit enluminé, qui assure l’interpénétration des arts dans et par l’écriture.

6 Nous avons traduit par « poème » le mot ditié qui désigne en ancien français soit une composition poétique isolée ou une œuvre relativement brève qui mêle narration et lyrisme et présente souvent une dimension morale et didactique.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search