Version classiqueVersion mobile

Tibaut. Le Roman de la Poire

Les souffrances de l’amant (v. 1827-2016)

Texte intégral

  • 1 L’état de ravissement amoureux est exprimé à l’aide d’une image biblique qui fait peut-être allusio (...)
  • 2 Selon la topique courtoise, le texte souligne la distance sociale qui sépare l’amant (pauvre) de la (...)
  • 3 Le nom tricherie signifie « tromperie » en ancien français.
  • 4 Le poème reprend ici le topos de la mort par amour, très répandu dans la poésie des troubadours et (...)
  • 5 Les invocations à la mort personnifiée rappellent celles qui ponctuent les deux monologues de Lance (...)
  • 6 Évocation a contrario du début du Roman de la Rose de Guillaume de Lorris.
  • 7 Cette description des souffrances de l’amoureux, construite en deux temps suivant une phase diurne (...)
  • 8 Dans une note consacrée aux v. 2002-2014 (p. 138 de son édition), Christiane Marchello-Nizia rappro (...)

Tandis que je suis seul, abîmé dans ces pensées
dont rien ne peut, je crois, me distraire,
Amour met devant mes yeux
celle qui est si avenante,
si pleine de mérites et de qualités, si courtoise
que même Envie en éprouve du dépit ;
mais elle peut bien en mourir de chagrin !
Certes, c’est ce qu’elle ferait s’il ne tenait qu’à moi,
elle et toute sa compagnie
qui est si mal dégrossie :
ce sont des envieux médisants, [52 r]
qui sont si malveillants et si déplaisants,
que je n’ose lui parler :
je redoute tant leur insigne malveillance
que je n’ose regarder ma dame.
Mais j’agis ainsi pour préserver son honneur
plus que par crainte d’envieux
qui sont jaloux de ce qu’ils n’ont pas.
Mais je prie Dieu de bien vouloir faire en sorte
qu’ils ne puissent jamais me nuire
ni avoir vent de l’existence de ma dame
ni rien connaître de son doux nom,
qui est extrêmement gracieux et bien porté
par une dame belle et séduisante ;
ils vont bien ensemble, je trouve,
le nom et la dame.
Quand je la regarde dans les yeux,
aussi vrai que je demande à Dieu de m’aider,
j’ai l’impression que le messager de Dieu m’enlève au ciel1.
Mais une chose me chagrine,
dont je peux me blâmer par dessus tout : [52 v]
comment ai-je osé un jour aimer
une dame de si haut renom
qui ne m’apportera que désillusion ?
Certes, je n’ai aucun doute à ce sujet :
j’ai tort d’espérer
qu’elle puisse un jour me combler de bonheur.
J’aime, mais je ne récolterai jamais le fruit
ni le bon blé de cette semence,
car il y a une trop grande différence
entre richesse et pauvreté2 ;
et je redoute trop Fausseté
et Trahison et Tricherie3,
par lesquelles Loyauté est morte ;
car ces menteurs, avec leur visage,
donnent l’impression qu’ils sont très épris
et qu’Amour les plonge dans une grande souffrance :
ainsi se comportent les amants déloyaux.
Ils ont tant porté préjudice aux amants loyaux
que l’on n’aura plus jamais confiance en ceux-ci ;
car cela arrive souvent à la cour : [53 r]
tel est puni qui n’a jamais commis de faute.
Il n’est pas étonnant si les dames
voyant leur comportement et leur conduite blâmable
n’osent pas se fier à eux.
C’est pourquoi il me faut endurer
cette souffrance et ce tourment
car tout ce que je pourrais dire
ne me servirait à rien ;
je préfère languir en laissant
dans une totale ignorance
celle qui m’a blessé
d’un javelot sans guérison possible.
Je commettrais une grave erreur
si j’osais dire ou faire
quelque chose qui dût lui déplaire.
Déplaire ? Mon Dieu ! Mais quel serait le mal ?
À qui ferais-je du tort
si je lui révélais le mal dont je souffre ?
Certes, si elle était aussi parfaite
et que dans son cœur il y eût autant [53 v]
de douceur et de noblesse
que je le crois sincèrement,
elle aurait pitié de moi
plutôt que de me laisser ainsi mourir.
Nul autre qu’elle ne peut me guérir
des souffrances de ce mal,
dont je vais mourir en pleine jeunesse4.
Moi, mourir ! Je ne crains pas la mort
si elle me délivre de la douleur
qui ne cesse de s’acharner sur mon cœur.
Et que Celui qui rend à tous justice
me permette de le prier humblement,
de m’envoyer la mort
pour me délivrer sans tarder.
Plutôt mourir que vivre
dans une telle souffrance et un tel chagrin !
Mort, viens avec toute ta puissance !
Tu dois bien employer ta force
pour abattre et tuer celui
qui te méprise et te hait [54 r]
et qui ne te sait nul gré de le laisser en vie.
Ah ! Vile Mort ! Être misérable !
Veux-tu donc me laisser vivre
pour que je subisse éternellement
cette souffrance et ce tourment ?
Mort, si tu fus jamais courtoise,
prends ta flèche, encoche-la,
je t’en supplie instamment,
laisse-la partir et frappe m’en,
car j’ai largement mérité la mort5,
et laisse la vie sauve
à ceux qui connaissent la joie et le plaisir
et reposent entre les bras
de leur amie, nu à nu ;
car ils ont bien de la chance,
et que Dieu leur accorde autant de joie
que je voudrais en avoir ;
il est juste qu’ils restent longtemps en vie.
Mais moi, qui dois supporter les maux
qu’aucune créature au monde [54 v]
sinon moi n’endure,
il ne me reste plus qu’à prier et à souhaiter
de pouvoir mourir bientôt.
C’est à juste titre, peut-être,
qu’on pourrait se demander d’où
me vient cette cruelle souffrance qui me tourmente
et m’est versée cent fois par jour avec la régularité
[d’une rente.
Je vais vous le dire ; ce sera très utile pour vous,
si vous avez la sagesse de le retenir.
Et en voici la raison :
vous prendrez tous exemple sur moi,
car à regarder le malheur des autres,
on peut aisément éviter le sien.
Écoutez donc quel mal j’endure
à longueur de journée !
Quand je me lève de mon lit au petit matin,
en homme qui ne rechigne pas
à sortir du lit
où il n’a ni joie ni plaisir,
je pense me divertir en allant me promener, [55 r]
mais rien de ce que je peux voir en marchant,
ne parvient à me réjouir6.
Et quand j’ entends les autres chanter
et que je les vois rire et plaisanter,
alors je pleure à chaudes larmes et je soupire
en homme qui a perdu toute joie,
et je m’en vais sans plus attendre.
Je vais m’isoler et me cacher
afin que nul ne puisse m’appeler.
Je préfère aller me cacher, solitaire,
en pleurs, mélancolique et tourmenté,
plutôt que les calomniateurs et les médisants,
qui ne cessent d’outrager les hommes de bien,
me voient pleurer devant eux.
Puisse Mort transpercer plutôt le cœur
de ceux qui me demandent la raison
de ma souffrance ! Que leur importent
ma souffrance et mon chagrin ?
Ils n’éprouvent aucune compassion.
Ces traîtres perfides, que me veulent-ils ? [55 v]
Pour quelle raison se plaignent-ils ou s’apitoient-ils à ce propos ?
Que leur importe ? En quoi sont-ils concernés ?
Que Dieu leur accorde douleur et honte !
Ma foi, pour qu’on ne voie pas
ma douleur, mes pleurs ni mon tourment,
je fuis, à longueur de journée,
la compagnie des traîtres scélérats
qui pensent pouvoir connaître par d’incessantes questions
la source des souffrances et des plaintes.
Tel est le mal que j’endure le jour. Mais la nuit
me fait souffrir cent mille fois plus ;
car alors que je cherche à m’endormir,
tous les membres de mon corps se mettent à frémir
et à transpirer.
Alors il faut que je me lève
pour trouver une autre couche ;
car ce lit où mon corps
est parcouru de frissons et de tremblements,
où tous les membres me font mal, me met au supplice.
Je me recouche aussitôt ; [56 r]
sur ce je tressaille, je me retourne alors,
tantôt à plat ventre, tantôt sur le dos.
Tantôt je suis plus froid que fer,
tantôt plus brûlant que feu.
Alors Amour me montre ses tours ;
car, par enchantement,
il fait venir à moi avec habileté
ma dame telle qu’en elle-même,
avec sa beauté et son allure,
sa courtoisie et ses mérites7
qui éveillent en moi une vive ardeur
et font jaillir la flamme d’un feu qui couvait
et ne dégageait encore que de la fumée ;
et il m’envoie la flamme
et les étincelles parmi les aisselles,
et il m’en brûle d’un feu ardent,
si bien que je m’embrase tout entier en la regardant8.
Car plus je la regarde et plus je pense à elle,
et moins j’ai de défense envers Amour.

Notes

1 L’état de ravissement amoureux est exprimé à l’aide d’une image biblique qui fait peut-être allusion à l’enlèvement au ciel d’Hénok (Gn 5,21-24) et d’Élie (2 R 2,11) ascension qu’ils partagent avec le Christ (Ac 1,9-12). Dans l’écriture de la fin’amor, le désir s’exprime parfois à travers une phraséologie religieuse qui le purifie de son essence sexuelle et lui donne un caractère aussi absolu que la foi.

2 Selon la topique courtoise, le texte souligne la distance sociale qui sépare l’amant (pauvre) de la dame toute-puissante, épouse d’un suzerain qui détient terre et richesses.

3 Le nom tricherie signifie « tromperie » en ancien français.

4 Le poème reprend ici le topos de la mort par amour, très répandu dans la poésie des troubadours et des trouvères.

5 Les invocations à la mort personnifiée rappellent celles qui ponctuent les deux monologues de Lancelot du lac, qui, alerté par une fausse nouvelle, croit morte la reine Guenièvre et, désespéré, attente à ses jours. Voir Le Chevalier de la charrette, éd. cit., v. 4250-4283, p. 130-131 et v. 4318- 4396, p. 132-134.

6 Évocation a contrario du début du Roman de la Rose de Guillaume de Lorris.

7 Cette description des souffrances de l’amoureux, construite en deux temps suivant une phase diurne et une phase nocturne, reprend celle des aventures redoutables que le dieu d’Amour promet à l’amant dans Le Roman de la Rose (éd. cit., t. I, v. 2253-2286, p. 70-71 et v. 2411-2490, p. 74-77). On retrouve dans les deux poèmes, outre l’évocation des maux et émotions de l’amant frustré, celle de son désir d’isolement lorsqu’il est en société et celle de l’apparition illusoire, dans ses rêves ou ses fantasmes nocturnes, de la femme qu’il convoite.

8 Dans une note consacrée aux v. 2002-2014 (p. 138 de son édition), Christiane Marchello-Nizia rapproche cette image galante du feu qui couve d’un passage du Chevalier au Lion de Chrétien de Troyes (éd. Mario Roques, Paris, CFMA, 1960, v. 1779-1782, p. 55), dans lequel Laudine prend conscience de son amour naissant pour Yvain : ... et par li meïsmes s’alume / ensi come li feus qui fume / tant que la flame s’i est mise, / que nus ne la soufle n’atise. (« Elle s’enflamme d’elle-même comme le feu qui fume jusqu’à ce que jaillisse la flamme, sur laquelle nul ne souffle et que nul n’attise. »)

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search