Version classiqueVersion mobile

Tibaut. Le Roman de la Poire

Amour se rend à Paris, y choisit la dame qui gardera le cœur (v. 1324-1579)

Texte intégral

  • 5 La lettre S est historiée (Fig. 17) : Doux Regard, tout de bleu vêtu, présente à genoux, le cœur de (...)
  • 6 Refrain n° 7 composé de trois pentasyllabes, qui est répertorié par N. Van den Boogaard sous le n°  (...)

« Si5 je n’ai son amour,
la mort elle m’a donnée,
je ne puis m’y soustraire. »6

  • 7 Employé à la forme pronominale, le verbe oblïer signifie « s’absorber dans une contemplation au poi (...)
  • 8 Dans une note de son édition (p. 137), Christiane Marchello-Nizia interprète le substantif terme (v (...)
  • 9 Nous avons modifié la ponctuation des vers 1505-1506, en mettant un point final au vers 1505 et un (...)
  • 10 Nous corrigeons les vers 1548 et 1549 : quant siguerredon son greigneur / . C. mile tant en toutes (...)
  • 11 Le raisonnement est subtil : en suivant la piste du cœur, le corps devient lui-même la proie de la (...)
  • 12 Les vers 1579-1580 sont embrouillés. Le ms A donne : si par celui n ’est conseilliez / cui il avoit (...)

Puis il s’avança vers la dame et s’inclina devant elle,
comme si elle était une créature sainte et vénérable.
Vénérable, bien le semblait son visage,
dont le regard est d’une infinie douceur,
très bienveillant et très franc.
Doux Regard ne fut pas grossier,
ni désagréable ni sot ni hautain ;
il ploya le genou devant elle ;
le cœur qu’il tenait dans sa main,
il le lui mit tout doucement dans son sein,
ce qui ravit à l’extrême celle [42 r]
dont toutes les aspirations allaient
vers l’amour et la courtoisie.
Amour l’avait choisie avec un grand discernement,
car elle était plus noble et plus avenante
que toute autre femme ;
elle aurait vraiment bien mérité d’être cherchée
depuis Bagdad jusqu’en Angleterre.
Mais Doux Regard s’attarda en ce séjour,
la servant et l’honorant.
– Pourquoi ne revient-il pas ou ne s’engage-t-il pas à revenir
[à un jour certain ?
– Il la dévore des yeux au point
qu’il a oublié de revenir.
– Ne doit-on pas l’en tenir pour fou ?
– Ah, pour Dieu ! Laissez Doux Regard
voir et contempler ma dame
à son aise et à loisir,
pendant qu’il est auprès d’elle.
En effet ce serait un mortel péché
que de l’arracher de là.
Il était absorbé au point de tout oublier7, sans aucun doute, [42 v]
mais quand il retrouva la mémoire,
il prit congé et s’en alla.
Sachez cependant que la séparation lui coûta beaucoup :
il aurait préféré être
avec la dame plutôt qu’avec son maître,
mais il lui fallait bien partir.
– Eh, Dieu ! Qu’advint-il du cœur
qui fut placé dans le sein de la belle ?
– Je vous dis qu’à un savoir nouveau
l’a si bien instruit et initié
la dame, qu’elle ne pourra s’éloigner d’un pas
que le cœur ne soit avec elle.
Sans cesse il la suit, jamais il ne la quitte des yeux,
il se donne à elle et ne jure que par elle,
si bien qu’il ne se souvient pas de moi.
Il désire son corps, et n’a pas plus envie du mien
que d’une obscure prison ;
car, jeunes et vieux le savent bien,
qui trouve mieux oublie facilement.
Et je ne l’envie nullement : [43 r]
il n’a pas tort de m’oublier
pour la meilleure dame qui vive en France.
Maudit soit celui qui les séparera
un seul jour de sa vie !
Que l’écuyer s’attache à suivre
sa dame, où qu’elle ira !
Assurément, il ne la quittera pas à cause de moi,
puisqu’il s’est tout entier voué à elle.
– Certes non, car vous ne le pouvez pas.
– Même si j’en avais la force,
je ne le séparerais sûrement pas d’elle.
– Bien sûr que si, par la foi que vous me devez !
– Certainement pas ! – Alors, c’est que vous êtes fou.
Ne doit on pas couvrir de huées
celui qui fait de son cœur un écuyer
alors qu’il pourrait être maître de lui-même ?
Oui, sans aucun doute possible.
– Pas du tout, car qui sert un sage seigneur,
ne perd pas sa peine en le servant,
au contraire il y trouve son intérêt et il est gagnant : [43 v]
car jamais ne sera stérile la souffrance
que pourrait éprouver l’amant pour son amie ;
au contraire le bonheur croît et multiplie
au centuple de la souffrance.
Et si je n’étais si troublé,
si affecté par la tristesse et par les larmes,
le meilleur clerc qui soit, avec des arguments savants8
ne vous le prouverait pas mieux que moi.
Je me sens très abattu et accablé9 ;
toutefois, pour me changer les idées,
je vous dirai trois ou quatre mots à ce sujet
et je vais m’en acquitter pour vous sur-le-champ.
Tout comme le roi donne
à celui qui est son serviteur
son or, son argent
et son bien généreusement
pour le récompenser de ses services,
à l’instar du serviteur royal,
la même chose peut arriver au loyal amant :
Amour a tôt fait de rendre et d’acquitter [44 r]
ce qu’on a dépensé pour lui.
– Dépensé pour lui ? Quelle dépense ?
– sa chair, son sang et sa pensée.
Je le sais parfaitement,
car qui aime d’un amour inébranlable
et qui est serviteur de l’amour parfait,
dépense son bien le plus cher.
Mais une telle dépense ne saurait coûter,
quand ses dons peuvent fructifier.
Si mon cœur avait tant veillé,
avait accepté tant d’épreuves et de souffrances
qu’il eût mérité celle
vers laquelle tendent toutes mes pensées et tous mes désirs,
et que Dieu acceptât de me l’accorder,
que pourrait-il demander de plus ?
Dieu ! Qu’ai-je dit ? Ne serait-ce qu’un baiser
de sa bouche rosée, car je n’en demande pas plus,
vaut mieux que d’obtenir
la suprême joie d’un autre amour.
Pour avoir servi avec constance, [44 v]
le cœur n’aura pas tant mérité,
et a fortiori certainement pas le libre abandon du corps.
J’ai fait preuve d’une audace trop présomptueuse
en osant aller jusque là.
Jamais aucun homme doté de sagesse ne dit
qu’un cœur pourrait accomplir un service
tel qu’un amant puisse avoir à sa libre disposition
la créature qu’il désire et aime plus que tout.
De fait, il est fou celui qui se plaint
d’Amour, au lieu d’en faire son seigneur,
alors que ses récompenses sont
cent mille fois supérieures en tous points
aux peines ou aux épreuves10.
Il faut être fou pour renoncer à servir Amour.
C’est pourquoi je conseille à mon cœur, s’il m’écoute,
de ne jamais cesser de le servir.
– À condition qu’il ne fasse pas du corps une proie !
Car le corps se met toujours en chasse et suit
le cœur à la trace lorsqu’il a trouvé sa piste11.
– Ces propos que j’entends sont insensés : [45 r]
le corps est contraint d’aller
là où se dirige le cœur.
– Le cœur sera-t-il donc en détresse
sans que le corps n’en ait sa part ?
La peine serait bien mal répartie,
certes, entre les deux,
si le cœur souffrait tout seul.
– Dites, aussi vrai que je demande à Dieu de vous protéger,
si par hasard l’on avait mis en prison
l’un de vos parents,
comment Nature pourrait-elle supporter
que vous n’en n’éprouviez une grande pitié ?
Il souffre cent mille fois plus
le corps qui est fortement attaché au cœur ;
jamais le corps ne sera si éloigné
qu’il ne suive sans cesse à la trace
de loin ou de près,
la belle qui emporte son cœur.
Il est mort, si elle ne lui apporte pas de réconfort,
à tout jamais, et anéanti, [45 v]
s’il n’est aidé par celle
qu’il voit emporter son cœur12.

Notes

5 La lettre S est historiée (Fig. 17) : Doux Regard, tout de bleu vêtu, présente à genoux, le cœur de l’amoureux à la dame qui est assise devant lui. Elle lève le bras droit peut-être pour accueillir le cœur dans sa poitrine. À la ceinture de Doux Regard pend un gant, emblème du messager. Cette lettre constitue la dernière du prénom de la dame.

6 Refrain n° 7 composé de trois pentasyllabes, qui est répertorié par N. Van den Boogaard sous le n° 1685. Il est inséré dans de nombreuses compositions courtoises.

7 Employé à la forme pronominale, le verbe oblïer signifie « s’absorber dans une contemplation au point d’oublier jusqu’au sentiment de sa propre existence ». Il sert à désigner un état de désappropriation de soi, proche de l’extase. On retrouve un emploi voisin du verbe oblïer, en construction transitive cette fois, dans la description de l’extase amoureuse de Lancelot du Lac, tout entier absorbé dans la pensée de la reine Guenièvre (Les Romans de Chrétien de Troyes édités d’après la copie de Gniot (BnF, fr. 794). III. Le Chevalier de la Charrette, éd. Mario Roques, Paris, Champion, CFMA, 1958, v. 714-716, p. 22) : « et ses pansers est de tel guise / que lui meïsmes en oblie, / ne set s’il est, ou s’il n ’est mie... » [ « Sa méditation est si profonde qu’il s’en oublie lui-même. Il ne sait s’il existe ou s’il n’existe pas. »].

8 Dans une note de son édition (p. 137), Christiane Marchello-Nizia interprète le substantif terme (v. 1504) au sens de « mot », « expression » et donne ainsi pour les vers 1504-1505 : « Le meilleur lettré que l’on puisse interroger / Ne pourrait vous convaincre mieux que moi par les mots propres à la science ». Cependant, elle propose une autre interprétation possible en donnant au mot terme le sens de « frontière, région », et, en faisant porter l’expression a termes sur le verbe estre, elle traduit le vers 1504 par « le meilleur lettré qui soit à votre disposition ». Nous avons donné au nom terme, compris comme un complément de prover, l’un des sens que son étymon terminus avait en latin : « sentence », « terme d’une définition ».

9 Nous avons modifié la ponctuation des vers 1505-1506, en mettant un point final au vers 1505 et un point virgule à la fin du vers 1506. Le vers 1506 nous semble en effet plutôt lié par le sens avec le vers 1507 : le narrateur est affligé ; malgré tout il va s’expliquer.

10 Nous corrigeons les vers 1548 et 1549 : quant siguerredon son greigneur / . C. mile tant en toutes guise en quant si guerredon sont greigneur /. C. mile tant en toutes guises. Il est possible que la consonne finale du verbe estre à P. 6 soit amuïe d’où son. Il faut cependant corriger guise en guises pour respecter la pureté de la rime avec servises.

11 Le raisonnement est subtil : en suivant la piste du cœur, le corps devient lui-même la proie de la souffrance d’amour qui peut le conduire à la mort. Alors que le narrateur prône un service d’amour sans réserve, qui engage le cœur et le corps, l’interlocuteur imaginaire préconise plutôt une distance prudente du corps par rapport au cœur, afin de préserver son intégrité, sa santé et sa vie.

12 Les vers 1579-1580 sont embrouillés. Le ms A donne : si par celui n ’est conseilliez / cui il avoit son cuer porter. Le a de avoit est exponctué et surmonté de en. Nous comprenons en comme un adverbe quasi préfixai adjoint à la forme verbale porter. Il est séparé de l’infinitif qu’il complète par le verbe conjugué veoir, employé au présent de l’indicatif à la P. 3, dont l’infinitif est le complément. Pour plus de clarté, il conviendrait peut-être de couper ainsi les mots du vers 1580 : cui il en voit son cuer porter. Quant à la forme de cas régime indirect masculin celui (v. 1579) mise pour la forme du cas régime indirect féminin celi, elle résulte d’une tendance à l’élimination des formes cesti et celi au profit des formes de cas régime direct ceste, cele ou de la forme du cas régime indirect masculin cestui, celui (sur ce point voir Gaston Zink, Morphologie du français médiéval, Paris, PUF, coll. Linguistique nouvelle, 1989, p. 81).

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search