Version classiqueVersion mobile

Tibaut. Le Roman de la Poire

Adresse à la dame et dédicace du Roman de la Poire (v. 241-397)

Texte intégral

  • 1 II n’y a pas de lien narratif entre l’évocation du tournoi et cette adresse à la dame.
  • 2 Première allusion, sibylline, à la morsure de la poire dans le verger.

Gracieuse de corps, douce de visage1, [11 r]
je suis mort de la morsure, je crois,
car après vous, dans le verger, j’ai mordu2.
Le tort vous en revient, je pense,
un jour je m’en plaindrai, j’en suis bien sûr,
puisqu’il n’y aura aucune guérison.

Vous direz : « Pauvre de moi ! », je le sais bien,
car, à cause de vous, j’ai beaucoup souffert,
si vous avez assez de courage pour le reconnaître.

  • 3 Refrain n° 1 : composé de deux décasyllabes, prêté par anticipation à la dame. Le premier décasylla (...)

« Jamais je n’ai aimé autant que j’ai été aimée,
cœur déloyal, je vous ai vaincu trop tard. »3

C’est pourquoi, je vous prie de m’écouter,
et d’avoir pitié de moi,
qui vous aime et vous chéris tant
qu’à votre vue je deviens fou ;
au nom de Dieu je vous prie de me guider
en me montrant votre beau visage

  • 4 Du vers 241 au vers 263, nous avons conservé la disposition de l’édition qui met en valeur la reche (...)

que je désire voir, s’il-vous-plaît,
plus qu’aucune autre richesse
au monde.
Accordez à l’amoureux prétendant
la faveur de vous voir,
discrète et franche, innocente et pure4.

  • 5 Du vers 264 au vers 283. le poème s’organise en cinq quatrains d’alexandrins monorimes.

Dame, au nom de celui qui est ivre d’amour5, [11 v]
recevez ce présent ; vous avez tant de prix et de renommée,
de sagesse et de valeur, que je vous aime et estime,
et que par votre amour vous m’avez lié et capturé.

Noble dame courtoise, mon cœur m’envoie vers vous ;
cœur qui s’en vient vers vous ne s’égare en rien.
Aussi vrai que je demande au Seigneur Dieu de vous revoir un jour,
je suis, si vous ne m’aidez, en passe de mourir.

Car une douleur sans repos nuit et jour me torture.
Amour a contre moi mené une bataille
qui est très dure et âpre, sachez-le assurément,
car il n’est heure du jour ou de la nuit qu’il ne m’assaille.

Amour possède des armes puissantes pour me combattre :
par vos yeux, il m’attaque et me frappe et me bat ;
par votre bouche, il m’inflige une plaie dans le cœur ;
par votre grande valeur, il m’abat d’un croc-en-jambe.

  • 6 L’amour comme combat, qui conduit inévitablement à la défaite de l’amant, est un lieu commun de la (...)

Certes, je ne prétends en aucun cas me mesurer à Amour :
puisqu’il est si bien armé, il peut me battre aisément6.
Il m’a fait une plaie telle que je ne puis m’en réjouir,
et dont je parlerai en ce livre, que j’ai fait pour vous divertir.

  • 7 La lettre A est historiée (Fig. 11) : L’amoureux est assis sur un banc, la tête penchée, la main dr (...)
  • 8 Refrain n° 2, chanté par le narrateur amoureux : il est répertorié par N. Van den Boogaard sous le (...)

« Ah7, Dieu ! Le mal d’aimer me tue, »8 [12 r]

à moins que ne l’apaise pour moi
celle pour qui je meurs de langueur.
Mais je sens Amour si puissant
qu’à peine m’aura-t-il blessé
qu’il me récompensera,
quand il lui plaira et lui semblera bon.

  • 9 En ancien français le mot franchise signifie « noblesse de cœur », « générosité ».
  • 10 Au seuil du récit proprement dit, le narrateur revendique la vérité et la singularité de son expéri (...)
  • 11 Des vers 372 à 375 l’octosyllabe est brisé par un système de questions / réponses mimant un conflit (...)
  • 12 Le titre, qui donne à l’œuvre son identité, reste assez énigmatique, faute d’un indice de contenu p (...)

Je le prie donc de m’octroyer ce don,
de m’accorder son aide et sa grâce,
et qu’en son nom je fasse un livre tel
qu’il puisse plaire à ma dame,
quand on lui en fera la lecture à voix haute.
Plaire : qu’il en soit ainsi,
et que Pitié et Franchise9,
l’exhortent à m’accorder sa miséricorde ;
car à cause d’elle je suis si malheureux [12 v]
qu’aucune langue ne saurait l’exprimer.
Toujours lui plaisent le grand martyre,
le tourment et la cruelle souffrance
que je ressens pour elle nuit et jour.
Mais pour autant je n’ai pas l’intention de la quitter,
au contraire, je préfère être martyr
plutôt que de jamais m’éloigner d’elle ;
je veux en mourir, ou connaître la joie ;
c’est ce qui va m’arriver, je n’en doute pas,
si je n’ai l’aide d’un prompt secours.
Ah, Dieu ! D’où pourrait-il venir
ce secours qui mettrait un terme à mon mal ?
D’où ? Que voici une belle demande !
De là où se trouve celle pour qui Amour commande
que j’entreprenne de composer une histoire
qui sera à tout jamais en mémoire !
Et j’ai un bon motif pour cela,
car Amour s’y accorde ainsi que Raison,
et ma dame aussi à qui plaît beaucoup ce projet. [13 r]
Donc, il faut, quel qu’en soit le prix,
que la chose soit achevée,
puisque cela plaît à ma douce aimée.
Mais en ce commencement, je suis rempli d’anxiété
car je n’ai pas l’habitude d’une telle tâche.
Mais cependant, quoi que j’endure,
quelles que soient mes compétences pour cette tâche,
tout mon réconfort réside en ceci :
travail bien commencé est à demi achevé.
Je prie donc Amour en ce commencement
qu’il daigne m’aider en tout pour cette tâche.
Chacun peut exprimer son opinion,
mais je dis que personne, sans avoir souffert
par amour, ne pourrait exprimer avec justesse
le mal d’amour ni son supplice,
la racine ni la pousse,
quelque application qu’il y mette.
Il est des gens qui s’approprient les mensonges
qu’ils entendent dire par autrui
et les couchent par écrit ; [13 v]
mais jamais ne seront bien décrits
les faits d’Amour, sinon par ceux
qui en souffrent la passion.
La juste voie de cette description est obscure,
car qui y met sa simple application,
sans qu’Amour le tourmente et le fasse souffrir,
perd sa peine en s’engageant à le faire
dans une chanson, un roman ou un livre ;
car s’il veut décrire Amour,
pas plus qu’on ne peut descendre dans un abîme,
il ne pourrait raconter le dixième
des maux qu’endurent les amants loyaux
et jour et nuit, aussi vrai que je demande à Dieu de m’aider.
Il perd bien son travail et sa peine,
celui qui s’évertue à composer de la poésie amoureuse,
s’il ne ressent ou n’a pas ressenti
cette souffrance qu’il y mettra,
telle qu’Amour me la fit sentir ;
mais je ne puis reculer, je le crains,
dès lors que je vis la plus noble
qui soit jusqu’à Constantinople,
la plus charmante, sans mentir, [14 r]
que Dieu ait jamais conçue10.
Certains diront peut-être
que je suis un expert hors du commun
pour m’entremettre d’une si grande chose.
Je ne le suis pas, mais Amour m’a ouvert
la juste voie et dissipé l’obscurité,
tant j’ai frappé à la porte.
Je ne suis pas un grand expert,
mais les peines et l’expérience
qui me sont venues d’Amour et nuit et jour
m’ont amené à ce divertissement.
– Divertissement ? Est-ce un divertissement ? – non !
Au contraire, c’est un mortel péril.
– Comment ? Est-ce un péril mortel ?
– Oui, assurément11 ; Amour meurtrit sa victime
au point que ni armure,
ni enchantement ni charme
ne pourront empêcher que la morsure n’en aille jusqu’au cœur
avec la douleur qui fait frémir
le corps et soupirer et se plaindre. [14 v]
Nul péril ne peut être plus grand.
Vous qui voulez écouter une histoire d’Amour
pour réjouir davantage vos cœurs,
prêtez quelque attention ici !
Car vous n’avez jamais entendu auparavant
conter d’Amour nulle part
comme vous entendrez dans cet ouvrage maintenant.
La matière en est bonne et raffinée,
car il n’est duchesse ou reine
que l’on ne pût à juste titre
comparer à celle
pour laquelle ce roman
que je commence fut inventé.
Si jamais l’on demande
pourquoi il fut écrit, et de quoi traite
cette œuvre que nous entreprenons,
nous répondrons qu’elle a pour titre le Roman de la Poire12.

Notes

1 II n’y a pas de lien narratif entre l’évocation du tournoi et cette adresse à la dame.

2 Première allusion, sibylline, à la morsure de la poire dans le verger.

3 Refrain n° 1 : composé de deux décasyllabes, prêté par anticipation à la dame. Le premier décasyllabe est le premier vers du premier couplet et le second décasyllabe est le dernier vers du dernier couplet d’une chanson attribuée à Richard de Foumival. Voir L’œuvre lyrique de Richard de Fournival, édition critique par Yvan G. Lepage, Ottawa, Éditions de l’Université d’Ottawa (Publications médiévales de l’Université d’Ottawa / University of Ottawa Mediaeval Texts and Studies, 7), 1981, chanson xxi, p. 122-126. Le premier décasyllabe est par ailleurs le premier vers d’un refrain répertorié par N. Van den Boogaard sous le n° 1427. Ce refrain est extérieur au système des acrostiches.

4 Du vers 241 au vers 263, nous avons conservé la disposition de l’édition qui met en valeur la recherche de la versification. Du vers 241 au vers 251 se découpent un sizain puis un tercet d’octosyllabes, suivis d’un refrain composé de deux décasyllabes. Les vers 252 à 263 sont composés d’une série de deux sizains d’octosyllabes.

5 Du vers 264 au vers 283. le poème s’organise en cinq quatrains d’alexandrins monorimes.

6 L’amour comme combat, qui conduit inévitablement à la défaite de l’amant, est un lieu commun de la poésie des trouvères.

7 La lettre A est historiée (Fig. 11) : L’amoureux est assis sur un banc, la tête penchée, la main droite sur le cœur.

8 Refrain n° 2, chanté par le narrateur amoureux : il est répertorié par N. Van den Boogaard sous le n° 784. Il peut être rapproché du refrain n° 19 qui apparaît au v. 2954 : Soutenez moi, li max d’amors m’ocit ! Il s’agit d’une variation sur le thème très fréquent dans la poésie lyrique de la mort par amour. Ce refrain n’entre pas dans le système des acrostiches.

9 En ancien français le mot franchise signifie « noblesse de cœur », « générosité ».

10 Au seuil du récit proprement dit, le narrateur revendique la vérité et la singularité de son expérience que reflétera son écrit, élaborant ainsi une sorte de pacte autobiographique à l’adresse du lecteur.

11 Des vers 372 à 375 l’octosyllabe est brisé par un système de questions / réponses mimant un conflit intérieur. Cette technique du monologue intérieur, dont use Chrétien de Troyes pour analyser les sentiments des personnages, remonte au Roman d’Eneas (vers 1155-1160), l’un des premiers romans de la langue française. Voir Alexandre Micha, « Énéas et Cligès », dans Mélanges de philologie romane et de littérature médiévale offerts à E. Hoepffner, Paris, Les Belles Lettres, 1949, p. 237-243, repris dans De la chanson de geste au roman, Genève, Droz, 1976, p. 55-61.

12 Le titre, qui donne à l’œuvre son identité, reste assez énigmatique, faute d’un indice de contenu plus explicite dans cette introduction. Ce mystère sert à amorcer la curiosité du lecteur.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search