Version classiqueVersion mobile

Tibaut. Le Roman de la Poire

L’amant entre dans la légende d’Amour (v. 21-240)

Texte intégral

[1 v] [peinture en pleine page à gauche du texte : dans un rectangle deux médaillons lobés : dans le premier, Amour, doté de six ailes, bande son arc ; dans le second, situé en-dessous, les deux amants, assis, tête levée vers le dieu, reçoivent chacun une flèche en pleine poitrine. (Fig. 2)]

  • 1 Du vers 21 au vers 240, le texte est composé de quatrains d’alexandrins monorimes à rime brisée, c’ (...)

« Je suis le dieu d’Amour qui gouverne les amants1. [2 r]
Aux loyaux j’apporte secours et je les sors de peine ;
de joie et de douceur toujours je les comblerai,
et les traîtres hypocrites, je les plongerai dans la douleur.

  • 2 Le dieu d’Amour est doté d’un attribut réservé dans l’iconographie religieuse aux Séraphins, classe (...)

Étant des amants le dieu souverain,
je siège devant Fortune, aussi séduisant
qu’un ange du ciel, paré de mes six ailes2.
J’accomplis de mes désirs plus qu’aucun homme mortel.

Fortune est très sage, et nous sommes bien informés ;
elle perçoit le prix de mon passage, nous exerçons un grand pouvoir.
Aux loyaux nous ôtons leur maladie et leur souffrance,
mais le traître laisse un gage et nous lui interdisons le passage.

Celui qui loyalement aime, celui-là je le chéris,
et je veux l’élever auprès de moi.
Mais le traître qui me ment et s’emploie à me tromper,
de la roue honteusement il n’a plus qu’à tomber à terre.

Fortune sans reproche fait tout ce que j’ordonne ;
ceux que je touche de mon dard, elle les place tout en haut de sa roue,
et si un autre y prétend, elle le renverse,
le jette à terre et le fait tomber dans la boue. »

[2 v] [Peinture représentant Fortune et sa roue ; la dame est en haut : dans sa main gauche, elle tient une couronne ; elle tend sa main droite vers l’amant, qui n ’est pas encore à sa hauteur ; sur le côté et au bas de la roue, sont représentés, renversés, deux hommes : l’un est habillé et tente de retenir son manteau bleu qui retombe, l’autre, tout en bas de la roue, est dénudé et ne porte plus que des braies et un bonnet. Ces deux figures représentent peut-être l’amoureux disgracié ou deux faux amants. (Fig. 3)]

  • 3 Fortune est une personnification omniprésente dans la littérature allégorique à partir du Roman de (...)

« Je m’appelle Fortune et l’on doit bien me redouter3, [3 r]
car je ne suis en rien équitable, j’aime l’un et je hais l’autre ;
tout ce que chacun assemble, en peu de temps je le disperse ;
ce qui est dispersé, je le rassemble, quand il me plaît,
[et je le recompose.

  • 4 Pour les vers 47 et 48, le ms A propose : « de vouris est mon pont, d’eür est mon voler, / souz cel (...)

Je suis reine du monde, vous pouvez ici le voir :
je mets l’un de bas en haut et puis je le fais choir,
sachez que personne n’a sur moi aucun pouvoir,
ceux qui m’offensent, je fais tout pour les anéantir4.

11 apparaît bien à ma roue, faite à la perfection,
que j’aime et loue droiture, mais quand un amant fait un faux pas,
je lui crache au visage et le jette là en bas.
Mais je fais don de mon amour à cette dame et à ce malheureux.

J’en fais don, assurément, et que ce don, inestimable, leur appartienne,
à la condition que l’un ne trahisse pas l’amour de l’autre ;
et s’il s’avise jamais de le faire, je me propose de l’accommoder
de telle sorte qu’il ne le voudrait pas pour tout le pays
[de France ou de Beauce.

Que chacun de son côté veille à être sincère,
car si je trouve les amants sincères, qu’ils sachent qu’avant un mois
j’accroîtrai leur félicité au-dessus de celle des plus puissants rois ;
des amoureux plaisirs dont je dispose ils seront roi et reine. »

[3 v] [Deux médaillons quadrilobés à fond d’or sont superposés : dans le médaillon supérieur Cligès et Fenice sont assis côte à côte : Fenice, couronnée, a placé sa main gauche sur le genou de Cligès, tandis que celui-ci l’enlace de son bras droit ; dans le médaillon inférieur, les médecins versent du plomb dans les mains de Fenice endormie. (Fig. 4)]

« Je suis Cligès l’amoureux, et voici mon amie Fenice, [4 r]
qui, du dard de doux Amour est blessée sous sa pelisse.
Le fer en est bien délicieux et le dieu ne fut pas sot,
qui, par le trait d’un seul dard nous prit tour, château
[et remparts.

Le dieu d’Amour qui capture les amants nous a capturés.
Il réussit ce qu’il entreprend, il est vaillant et bien éduqué,
il n’agit pas mal en faisant des prisonniers, il a tant de valeur
[et de prix
que si l’on s’attache à lui, on ne doit pas en être blâmé.

Jamais amants ne se mettront en quête d’amour plus digne,
où il y ait tant de douceur. Eh ! Dieu ! Où pourront-ils en faire
[l’expérience ?
Les traîtres perfides agiront mal envers Amour,
de quoi, au bout du compte, ils se repentiront trop tard.

  • 5 Allusion à un épisode célèbre du roman de Cligès de Chrétien de Troyes. Cligès s’éprend de la femme (...)

Par les traîtres échoue tout amour, cela personne ne peut le nier.
Rien ne leur importe que de confondre les amants.
Ils firent fondre le plomb tout chaud dans les mains de Fenice5.
Je prie Dieu que, de là-haut, Il les engloutisse en enfer.

Jamais dans les cieux là-haut nul médisant ne demeurera ;
je ne crois pas qu’il puisse jamais s’y élever, non.
[jamais il n’y atteindra.
Le Seigneur Dieu les avertit qu’il les châtiera durement ;
pour le mal qu’ils m’ont fait, Il les fera blêmir de douleur. »

[4 v] [Deux médaillons ronds au fond rouge clair cerclés d’or sont superposés : dans le médaillon supérieur, l’amant reçoit un anneau de sa dame qui pointe un doigt ; dans le médaillon inférieur, les deux amants s’embrassent. (Fig. 5)]

  • 6 Du vers 81 au vers 100, discours de l’amant.

« Qui s’engage à aimer est d’une grande vaillance
[et d’une grande sagesse6. [5 r]
Moi, qui entreprends d’aimer, je suis bien doté de ces qualités.
J’y applique mon cœur et ma pensée, et je me suis tant mis en peine
que ma dame me promet son amour. Quelle chance j’ai !

Je suis assis à côté de ma dame que j’aime,
qui possède mon cœur et mon âme, et je suis tout entier
[en son pouvoir ;
c’est la fleur, c’est la pierre précieuse ; malgré mes ennemis,
en femme loyale, elle m’a fait don de ce petit anneau.

  • 7 La gestuelle de l’amant, qui, vaincu, se rend à la dame et lui tend ses mains jointes en signe de s (...)

Dame, de qui je suis le sujet et à qui je me rends,
je suis pris, retenu dans vos lacs, mes mains jointes je vous tends7 ;
ne me repoussez pas, car de tout mon être vers vous je tends.
Mon cœur, qui s’est logé en vous, votre grâce attend.

Ah ! Si les médisants ne pouvaient concevoir de mensonges,
qui mettent les amoureux au supplice et font perdre la raison !
Ils ne me nuisent pas aux yeux d’Amour, je le sais fort bien.
Mais les hypocrites nous rabaissent trop par leurs discours.

Dame douce et plaisante, pleine d’une grande beauté,
ne croyez pas les médisants ni leur déloyauté ;
mais toute consentante, soyez sans cruauté
à moi, qui suis pour vous un parfait amant
[en toute loyauté. »

[5 v] [Deux médaillons quadrilobés à fond d’or : dans le premier, Tristan enlace Yseut qui porte une couronne ; dans le second est représentée la scène de la loge de feuillage dans la forêt : les deux amants endormis sont séparés par une épée ; à gauche Marc monté sur un cheval bouche avec son gant un trou de la loge qui laisse passer un énorme rayon de soleil prenant sa source à l’extérieur du médaillon et dessinant une diagonale derrière les figures. (Fig. 6)]

  • 8 Le discours de Tristan (v. 101-160) a été édité et traduit par Christiane Marchello-Nizia, dans Tri (...)
  • 9 Le poème fait rimer à la césure trite an que l’on pourrait littéralement traduire par « triste anné (...)

« Maint amant8, plein du désir d’aimer, sombre
[dans la tristesse9. [6 r]
Mais moi je suis Tristan, et voici mon amie Yseut ;
on fait à notre sujet de bien beaux récits, Jésus m’en soit témoin.
Nul ne vit semblable amour au nôtre.

  • 10 Yseut est surnommée la Blonde comme dans le prologue de Cligès (v. 4) de Chrétien de Troyes.

Cet amour entre nous deux a été sincère ;
il est d’une parfaite loyauté, et que je ne sois jamais en bonne santé
si je commets une déloyauté à l’égard d’Yseut la Blonde10.
Je suis sien sans traîtrise, et elle est toute à moi.

Belle, très douce amie, asseyez-vous à droite, à côté de moi !
Cela ne me déplaît pas, car cette place doit être la vôtre.
Tel se plaint et se désole, et se targue d’être expert en amour
qui abuse son monde, par Dieu le roi des cieux.

Il n’aime pas loyalement, celui qui n’observe
[pas les règles d’Amour.
Pour ma part, j’accomplis un service royal,
[car mon amie est reine.
Mais celui qui aime sans loyauté agit en insensé :
s’il n’accomplit un service loyal, je ne pourrais pas
[lui porter d’amitié.

Les traîtres et les médisants, qui doivent être blâmés,
nous devons les éviter : moi, je ne pourrais pas être leur ami.
Que Dieu, qui en son pouvoir tient le ciel, la terre et la mer
confonde le menteur, je l’en prie instamment !

Les amants n’osent plus parler ni faire allusion
[l’un à l’autre, [6 v]
ni rechercher l’amour parfait, car pour leur nuire
les calomniateurs rôdent, s’imaginant recevoir
une récompense en les dénonçant, mais ils ne diront
[jamais la vérité.

Si les amants aimaient comme chacun le devrait,
ceux qui s’acharnent à faire le mal ne pourraient leur nuire,
et ils ne nous blâmeraient pas tant, car ils n’en auraient
pas l’opportunité :
ils abandonneraient, et leur calomnie se retournerait
[contre eux.

Les amants sont malheureux et l’amour est en mauvaise posture ;
ni roi, ni prince ou bailli ne peuvent plus les protéger.
Les perfides médisants, à qui toute joie est refusée,
s’en prennent aux amants et ont attaqué l’amour.

Amour périclite et décline, de cela je n’ai aucun doute ;
il arrive malheur aux amants parfaits, car toute loyauté a disparu ;
mais nous avons de la chance, car notre amour n’est pas brisé ;
les calomniateurs, pour leur malheur, ne voient rien du tout.

  • 11 Pour le vers 140 nous adoptons la correction suggérée par Jean Frappier : mes tote Fausetez est et (...)

Parce que Loyauté s’est logée en nous,
Cruauté réside loin de nous,
et Valeur et Beauté sont hébergées en nous ;
Mais Fausseté est tout entière installée chez les traîtres11.

  • 12 Évocation de l’épisode célèbre de la découverte des amants par le roi Marc, alors qu’ils sont exilé (...)

Nous sommes des amants à nuls autres pareils,
je l’affirme. [7 r]
Le roi Marc s’en rendit compte, lorsqu’il nous a trouvés couché ;
dans la verte feuillée sur l’herbe verdoyante,
et qu’il occulta le rayon du soleil avec son gant12.

  • 13 Dans le roman de Béroul, le roi découvre les amants dans la forêt, non pas lors d’une chasse, mais (...)

Il était allé chasser dans la forêt touffue13,
et moi, pour me divertir avec ma bien-aimée,
j’avais fait dresser et construire cette cabane de feuillage,
pour enlacer ma dame, qui a le titre de reine.

  • 14 Dans la version de Tibaut, l’emploi du passé simple pour les différents procès attribués au roi, à (...)

Le roi vint, me semble-t-il, pour nous surprendre,
[que ce fût joie ou peine,
mais moi je mis mon épée entre nous deux ;
puis nous détournâmes nos visages tristes et angoissés14.
C’est ainsi, je vous le jure, que nous trouva le roi
[venu tout seul.

  • 15 Allusion au forestier qui vient à la cour dénoncer les amants. Par l’emploi du discours indirect, T (...)

Le roi en conçut une grande joie en son for intérieur,
[n’en doutez pas,
quand il aperçut l’épée qui me séparait de mon amie,
et il se dit qu’il l’avait bien trompé, le traître
qui l’avait conseillé par son esprit de médisance15.

  • 16 Dans le roman de Béroul, seul le visage d’Yseut est frappé par un rayon de soleil (v. 1827-1828, p. (...)
  • 17 Dans le roman de Béroul, il est dit que le roi « couvre » le rayon qui frappe le visage d’Yseut, sa (...)

Le roi, délicat et bienveillant, ne voulut pas s’emporter ;
sur nos visages baignés de lumière16, il vit le soleil
[darder ses rayons ;
dans le trou qui n’était pas large, il plia son gant17,
puis il s’en alla, d’humeur joyeuse, sans plus attendre. »

[7 v] [Deux médaillons ronds superposés : dans le médaillon supérieur Pyrame et Thisbé communiquent grâce à un fétu de paille à travers le mur qui sépare leurs chambres : le lit de Thisbé est rouge avec un oreiller vert, celui de Pyrame est vert avec un oreiller rouge ; dans le médaillon inférieur : Pyrame et Thisbé reposent à terre, bouche contre bouche, transpercés par une épée ; derrière le lion quitte les lieux, un voile blanc dans la gueule. (Fig. 7)]

  • 18 La légende de Pyrame et Thisbé, tirée des Métamorphoses d’Ovide (Livre IV, v. 55-166), est évoquée (...)
  • 19 Dans les Métamorphoses (v. 57). les deux jeunes gens sont enfermés par leurs pères dans deux maison (...)

« Moi, qui suis Pyrame, je me tourmente pour Thisbé18, [8 r]
car dans cette tour je me perds en rêveries à cause d’elle19 ;
[non, je mens,
mais j’y gaspille ma jeunesse très amoureusement,
et, que nul ne doute de cela, je n’y suis pas pour mon plaisir.

Nos pères, nos parents, cela semble une ignominie,
nous ont enfermés dans ces tours, pour nous empêcher
[de parler ensemble :
nos ennemis se réjouissent de nous voir séparés.
Je tremble d’une colère sans bornes de ne pouvoir
[rencontrer Thisbé.

  • 20 Dans les Métamorphoses (v. 65-66) et dans Piramus (v. 320-329), les amants communiquent par une fen (...)

Le mur de ces tours est haut, épais et fait avec art ;
les arcs voûtés ne m’ont pas facilité la tâche.
Percer le mur à l’aide d’un ciseau bien fait m’a demandé
[de grands efforts :
je suis désolé que le trou soit petit20.

  • 21 Le truchement de la tige d’avoine n’apparaît que dans la Poire. Dans Piramus (v. 330), Thisbé fait (...)

Nous avons bien du mal à voir à travers,
et nous ne pouvons y passer que cette tige d’avoine21 ;
cela doit m’être d’un grand réconfort, car j’en reçois et respire,
sans aucun doute, la très douce haleine de Thisbé.

Thisbé tient l’une des extrémités de la tige dans sa bouche ;
et par chance, l’autre touche à la mienne.
De là vient ce baiser qui s’insinue dans nos coeurs ;
douloureux est le désir, car nous ne pouvons nous approcher
[l’un de l’autre. »

[8 v] [Dans un rectangle compartimenté, deux miniatures étagées. Dans le registre supérieur, la dame, debout et parée d’une couronne, rabat de sa main gauche le ventait du heaume du chevalier, assis et équipé pour le tournoi, et de sa main droite, elle lui tend un voile de tête ; dans le registre inférieur, debout, la dame remet une lance à gonfanon à l’amant qui part à cheval, le voile attaché à son heaume. Il porte un écu aux armoiries semblables à celles figurant sur leurs vêtements et sur le caparaçon du cheval. (Fig. 8)]

  • 22 Dialogue de Tamoureux qui se rend au tournoi contre les losengiers et de la dame qui l’équipe et le (...)

« À ce tournoi, pour peu que je sois armé, [9 r]
j’irai rapidement, dame, si vous m’aimez22.
Vite et bien fermez ma ventaille !
De ce retard, je crains d’être fort blâmé. »

« Ami, elle est fermée, n’ayez crainte à ce sujet,
par une dame tendrement aimante ; et j’ai fixé sur votre lance
qui n’est pas abîmée ce pennon qui flotte.
Sur des gens de piètre réputation, frappez sans hésiter !

Ami, ce voile qui est beau et charmant,
portez-le sur votre tête pour vous protéger des médisants,
à qui Dieu puisse envoyer malheur, et défendez les couleurs
[des parfaits amants !
Aujourd’hui vous en viendrez à bout, je vous en donne
[ma parole. »

« Dame, je vous en remercie : vous m’avez bien équipé.
Aujourd’hui, je le jure, les médisants seront mis à mal.
Faites amener ici, mon destrier reposé,
car j’ai hâte, je vous le dis, de m’en revenir.

Je vais au tournoi, ma dame m’y envoie,
pour l’amour de qui je me réjouis ; je me mets en route ;
les fieffés médisants, qui dévoient l’amour parfait
je les frapperai sur l’heure, dussc-je en mourir. »

  • 23 La peinture de pleine page ne correspond pas aux vers du folio 10 r qui lui font face. Elle illustr (...)

[9 v] [Deux médaillons quadrilohés superposés ; dans le registre supérieur, quatre personnages sont dans un navire, dont un couple enlacé à droite : probablement Pâris et Hélène ; dans le registre inférieur, entrée dans la ville de Troie des amants, représentés à cheval23. (Fig. 9)]

Le tournoi est crié, afin de divertir les amoureux, [10 r]
contre ceux qui sont appelés pour abattre les amants :
déjà ceux-ci les ont défiés ; pour battre les médisants
ils se sont accordés ; tous sont prêts à combattre.

À ce tournoi, jeunes et vieux,
Venez vite ! Que chacun ait son pennonceau !
Sur les médisants qui mentent, frappez en grand nombre,
pour faire sortir le venin de leur panse.

  • 24 Le récit du tournoi des parfaits amants contre les entités qui symbolisent le camp des médisants s’ (...)

Envie et Convoitise, Médisance et Vilenie,
Déloyauté, Feintise, Cruauté et Félonie,
chacune attise le mal et renie tout bienfait,
mais d’elles les amants feront justice, je n’en doute pas24.

  • 25 Nous avons traduit par « plomb » le nom masculin piautre, peautre qui désigne plus précisément un a (...)

La bataille est fixée par un serment de part et d’autre ;
Chacun, la tête armée, est présent, lance sur feutre.
11 y a maints boucliers abîmés, recouverts d’or fin sans plomb25.
Les amants frappent sur la maudite engeance
[comme s’il s’agissait de chiens.

Les médisants sont battus et détruits dans la bataille :
les amants parfaits ont remporté la victoire pour cette fois ;
désormais, en nul château ni en nulle tour,
ces soudards n’auront protection ou refuge.

  • 26 Evocation du quatrième et dernier couple d’amants exemplaires, Pâris et Hélène, dont l’enlèvement e (...)

En Grèce, par le beau Pâris, fut ravie Hélène, [B 2 v b et 3 r a]
la belle gracieuse, à la si douce haleine26.
À Troie, avec une grande flotte, il l’emmena dans son pays,
ce dont il souffrit ensuite toute sa vie tourment et peine.

Aux amoureux il faut endurer peine et souffrance.
Je me souviens de ce jour où il me fallut offrir
à la mort mon corps qui gémit d’un amoureux soupir ;
mais l’amoureux ne saurait renoncer à son amour.

On abandonne son amour pour n’oser le défendre :
le couard se cache ; on doit pendre un tel amant.
Pâris entreprit un difficile exploit en osant enlever Hélène ;
Amour parfait lui apprit à endosser un tel fardeau.

Pâris conquit son amie grâce à sa prouesse, il me semble.
Pour cette raison, ces amants sont placés en haut lieu.
Il est noblement armé. Que Dieu, qui tous nous réunit,
apporte tristesse à celui qui brise un amour parfait !

  • 27 En fait huit entités constituent le camp des médisants : Envie, Convoitise, Médisance, Bassesse, Dé (...)
  • 28 Contrairement à la construction antérieure du texte qui, par le truchement d’un discours direct, do (...)

Les amants sont assis en haut lieu l’un à côté de l’autre.
Je suis Pâris qui demande le tournoi contre six27,
dans les conditions que j’ordonne, je ne tergiverse pas à ce sujet,
seul contre tous, sans délai, sans renvoi à un jour fixé28.

Notes

1 Du vers 21 au vers 240, le texte est composé de quatrains d’alexandrins monorimes à rime brisée, c’est-à-dire dont les vers riment par la césure. Nous avons conservé la disposition en quatrains sans chercher à reproduire cette prouesse rimique.

2 Le dieu d’Amour est doté d’un attribut réservé dans l’iconographie religieuse aux Séraphins, classe d’anges la plus élevée dans la hiérarchie céleste. Voir Louis Réau, Iconographie de l’art chrétien, 3 vol., Paris. PUF, 1955-1959, t. II, I, p. 40 ; Jean Wirth, L’image à l’époque gothique (1140- 1280), Les éditions du Cerf. 2008. p. 280-281.

3 Fortune est une personnification omniprésente dans la littérature allégorique à partir du Roman de la Rose de Jean de Meun et durant tout le xive siècle. Elle apparaît dans la littérature didactique et politique pour symboliser l’instabilité de la condition humaine et pour dénoncer la vanité attachée à la réussite sociale, ainsi que dans la littérature courtoise, pour représenter l’inconstance de la vie amoureuse. Sur le destin littéraire de cette personnification, on consultera d’Armand Strubel, « Grant senefiance a : » Allégorie et littérature au Moyen Age, Paris, Champion. 2002, p. 330-333 ; Yasmina Foehr-Janssens, Emmanuelle Métry (dir.), La Fortune. Thèmes, représentations, discours (« Recherches et Rencontres, Publications de la Faculté des Lettres de (Genéve », 19), Genève, Droz, 2003.

4 Pour les vers 47 et 48, le ms A propose : « de vouris est mon pont, d’eür est mon voler, / souz celui que haz font, en moi est del noter. ». Faute d’interprétation satisfaisante, l’éditrice n’étant pas parvenue à identifier le mot vouris, la traduction suit la leçon fournit par le ms B : « Sachiez nules genz n ’ont encontre moi pooir ; ceus qui vers moi meffont destruis a mon pooir. ».

5 Allusion à un épisode célèbre du roman de Cligès de Chrétien de Troyes. Cligès s’éprend de la femme de son oncle, nommée Fenice. Pour éviter de consommer son mariage, celle-ci absorbe un philtre qui la fait tomber dans un état cataleptique. Passant ainsi pour morte, elle est libérée du tombeau par Cligès et peut vivre avec lui dans une tour secrète. Mais avant qu’elle ne soit ensevelie, des médecins subodorent la supercherie et la torturent, pour la faire sortir de son mutisme, en lui versant du plomb fondu dans la paume de ses mains. Voir Chrétien de Troyes. Cligès. éd. Alexandre Micha, Paris, Champion. CFM A. 1970, v. 5900-5948, p. 179-181.

6 Du vers 81 au vers 100, discours de l’amant.

7 La gestuelle de l’amant, qui, vaincu, se rend à la dame et lui tend ses mains jointes en signe de soumission, est typique de la fin’amor.

8 Le discours de Tristan (v. 101-160) a été édité et traduit par Christiane Marchello-Nizia, dans Tristan et Yseut, Les premières versions européennes, édition publiée sous la direction de Christiane Marchello-Nizia, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade. 1995, p. 1011-1017. On lira pour cet extrait la notice, les notes et variantes, p. 1576-1577.

9 Le poème fait rimer à la césure trite an que l’on pourrait littéralement traduire par « triste année » (v. 101) et Tristan (v. 102), rappelant ainsi par le jeu sur les signifiants la liaison souvent établie dans les différentes versions de la légende entre le nom du héros, la tristesse de sa naissance (sa mère mourant dans les douleurs de l’enfantement), et son funeste destin. Le nom représente l’essence même de la personne, ce que rappelle l’adage cité au vers 2653 : Que par le non conoist l’en l’ome, et c’est pourquoi, l’adjectif triste est souvent donné comme l’étymon du prénom Tristan. Voir notamment Gottfried de Strasbourg : « Son nom de Tristan vient de triste, et ce nom était vraiment en tout point adapté à sa vie. » (Tristan et Isolde, traduction de Danielle Buschingeren collaboration avec Wolfgang Spiewok, dans Tristan et Yseut, Les premières versions européennes, éd. cit., p. 416.)

10 Yseut est surnommée la Blonde comme dans le prologue de Cligès (v. 4) de Chrétien de Troyes.

11 Pour le vers 140 nous adoptons la correction suggérée par Jean Frappier : mes tote Fausetez est et fax assiegiee en mes tote Fausetez est es fax assiegiee.

12 Évocation de l’épisode célèbre de la découverte des amants par le roi Marc, alors qu’ils sont exilés dans la forêt du Morrois et reposent dans une loge de feuillage. Il est rapporté dans la version commune de la légende, représentée principalement par le roman de Béroul. Voir dans Tristan et Yseut. Les premières versions européennes, éd. cit., Béroul. Tristan et Yseut, éd. et trad. Daniel Poirion, v. 1801-2054, p. 50-57.

13 Dans le roman de Béroul, le roi découvre les amants dans la forêt, non pas lors d’une chasse, mais sur la dénonciation d’un forestier qui vient le trouver au palais et le guide jusqu’à la loge.

14 Dans la version de Tibaut, l’emploi du passé simple pour les différents procès attribués au roi, à Tristan et aux amants donne l’impression d’actions qui se succèdent. Ainsi Tristan semble avoir placé l’épée entre lui et Yseut après avoir aperçu le roi Marc. De même, les amants semblent détourner sciemment leur visage l’un de l’autre et feindre de dormir. Or, dans la version de Béroul, Tristan a placé son épée avant l’arrivée du roi Marc et les amants dorment réellement (voir v. 1805-1806 et 1829, éd. cit., p. 51).

15 Allusion au forestier qui vient à la cour dénoncer les amants. Par l’emploi du discours indirect, Tibaut transcrit les pensées du roi Marc qui juge sévèrement le calomniateur. Absent du roman de Béroul, ce jugement rejoint la condamnation des losengiers, à plusieurs reprises énoncée dans le roman, et si typique de la représentation courtoise de l’amour.

16 Dans le roman de Béroul, seul le visage d’Yseut est frappé par un rayon de soleil (v. 1827-1828, p. 51).

17 Dans le roman de Béroul, il est dit que le roi « couvre » le rayon qui frappe le visage d’Yseut, sans que soit précisé comment il accomplit ce geste (éd. cit., v. 2041-2042, p. 57). Dans d’autres versions, le roi dépose son gant sur le visage d’Yseut, notamment dans la Folie d’Oxford (dans Tristan et Yseut, Les premières versions européennes, éd. et trad. Mireille Demaules, v. 883-884, p. 240) et dans la Saga norroise (ibid.. Frère Robert, La Saga de Tristram et d’Isönd, trad. Régis Boyer, p. 879).

18 La légende de Pyrame et Thisbé, tirée des Métamorphoses d’Ovide (Livre IV, v. 55-166), est évoquée à deux reprises dans le roman (v. 161-180 et v. 717-740), qui correspondent à un découpage en deux parties de l’histoire avec dans le premier passage l’évocation de la séparation des deux amants par leurs pères et le mode de communication ingénieux qu’ils ont trouvé, puis dans le second, l’exposition du dénouement : Pyrame se tue de son épée, Thisbé fait de même et leur sang teint la racine du mûrier sous lequel ils se trouvaient, si bien que de blancs ses fruits devinrent noirs. La source de Tibaut pourrait être une adaptation versifiée du xiiie siècle, intitulée Piramus et Tisbé.

19 Dans les Métamorphoses (v. 57). les deux jeunes gens sont enfermés par leurs pères dans deux maisons contiguës ; dans Piramus (v. 313-316), ils le sont dans deux palais ayant un mur mitoyen.

20 Dans les Métamorphoses (v. 65-66) et dans Piramus (v. 320-329), les amants communiquent par une fente qui lézarde le mur mitoyen et dont personne n’avait jusqu’alors remarqué l’existence, ce qui prouve l’ingéniosité de l’amour. Ce détail du trou percé fait écho au trou de la loge de feuillage où reposent Tristan et Y seul, dont l’histoire vient d’être rappelée. Un lien poétique est ainsi établi entre les deux histoires exemplaires.

21 Le truchement de la tige d’avoine n’apparaît que dans la Poire. Dans Piramus (v. 330), Thisbé fait passer sa ceinture dans la fissure pour attirer l’attention de Pyrame.

22 Dialogue de Tamoureux qui se rend au tournoi contre les losengiers et de la dame qui l’équipe et le revêt des insignes de son amour.

23 La peinture de pleine page ne correspond pas aux vers du folio 10 r qui lui font face. Elle illustre les vers 221-240 absents du ms A mais présents dans le ms B 2 vb et 3 ra, que l’éditrice a insérés à la place qu’ils occupent dans le manuscrit B. La lacune est peut-être due à une erreur du copiste ou à un feuillet manquant.

24 Le récit du tournoi des parfaits amants contre les entités qui symbolisent le camp des médisants s’organise selon un montage allégorique hérité de la Psychomachie de Prudence. Cette évocation par le biais d’une allégorie des vices contraires à l’amour rappelle la description des peintures sur le mur du jardin de Déduit dans le Roman de la Rose de Guillaume de Lorris, qui représentent les vices et les imperfections dont l’amant doit être exempt pour pénétrer dans le jardin de Déduit (Guillaume de Lorris et Jean de Meun, Le Roman de la Rose, éd. Félix Lecoy, 3 vol., Paris, Champion, 1965-1970, t. I, v. 139-460, p. 5-15). Les vices communs aux deux romans sont Envie, Convoitise, Vilenie et Félonie. Feintise peut être considérée comme une variante laïcisée de Papelardie, qui désigne plus spécifiquement chez Guillaume de Lorris l’hypocrisie religieuse. Quant à Cruauté, si elle ne constitue pas une entité à part chez Guillaume de Lorris, elle est un attribut d’Envie : Envie est de tel cruauté / qu’ele ne porte leauté / a compaignon ne a compaigne. (éd. cit., v. 253-255, p. 9).

25 Nous avons traduit par « plomb » le nom masculin piautre, peautre qui désigne plus précisément un alliage d’étain et de plomb.

26 Evocation du quatrième et dernier couple d’amants exemplaires, Pâris et Hélène, dont l’enlèvement est relaté dans le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure (vers 1160). Fréquemment citée dans la littérature d’inspiration courtoise, cette légende propose un modèle amoureux, tantôt glorifié, parce qu’il incarne la passion poussant l’homme à l’héroïsme, tantôt rejeté parce qu’il implique la fuite et l’adultère. Voir sur ce point Georges Duby, Le Chevalier, la Femme et le Prêtre, Paris, Hachette, 1981, p. 254 : « Quoi qu’il en soit de la réalité des premiers âges féodaux, l’important est cette autre réalité : la chevalerie, au milieu du xiiie siècle, se glorifiait d’aïeux ravisseurs, et d’aïeules de meilleur sang, qu’un héros victorieux avait généreusement cédées aux auxiliaires de sa puissance ». Pour la contestation de ce modèle amoureux dans Cligès, voir Christiane Marchello-Nizia, « L’invention du dialogue amoureux : le masque d’une différence », dans Masques et déguisements dans la littérature médiévale, Montréal-Paris, Presses de l’Université de Montréal-Librairie Vrin, 1988, p. 223-231 et plus particulièrement p. 230.

27 En fait huit entités constituent le camp des médisants : Envie, Convoitise, Médisance, Bassesse, Déloyauté, Hypocrisie, Cruauté et Traîtrise. Il est permis de voir dans cette annonce du tournoi de l’amoureux contre six une allusion à un célèbre épisode du Lancelot propre, au cours duquel pour défendre la reine Guenièvre injustement accusée d’imposture par des barons de Carmélide, Lancelot du Lac réclame un duel judiciaire contre trois chevaliers les représentant. Curieusement non mentionné dans cette suite d’amants exemplaires, Lancelot serait ainsi implicitement présent. Voir, Le Livre du Graal II, édition préparée par Daniel Poirion, publiée sous la direction de Philippe Walter, Galehaut, texte établi, traduit et présenté par Mireille Demaules, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2003, §108-122, p. 1046-1059.

28 Contrairement à la construction antérieure du texte qui, par le truchement d’un discours direct, donne la parole à la figure exemplaire d’un amant illustre (Cligès, Tristan, Pyrame), ce passage n’est pas un monologue de Pâris, mais un discours du narrateur qui s’identifie à la figure de Pâris, symbole le plus puissant de l’héroïsme amoureux, puisqu’à la passion il joint la prouesse guerrière.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search