Version classiqueVersion mobile

Maurice Carême. « Comme une boule de cristal… » Entre poésie savante et chanson populaire

 | 
Brigitte Buffard-Moret
, 
Jean Cléder

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Propos recueillis par Jeannine Burny, Archives de la Fondation Maurice Carême.
  • 2 Théophile Gautier, « Portail », La Comédie de la Mort, dans Œuvres poétiques complètes, éd. Michel (...)
  • 3 P. Verlaine, « Préface » de Sagesse du 30 juillet 1880, où Verlaine évoque des vers qu’il a « publi (...)

1Maurice Carême a choisi la forme de la chanson, d’abord parce qu’il aime « [la] recherche verbale, [la] richesse rythmique, [les] assemblages de sons [...] extraordinaires »1 : or la chanson poétique, en remplaçant la musique des notes par celle des mots, est un terrain propice aux jeux sonores élaborés. Ensuite, si, comme le dit Maurice Carême, le poète ne fait que se raconter, néanmoins, en adoptant le style de la chanson, il se révèle tout en restant masqué : la chanson poétique, parce qu’elle renvoie à d’autres textes qui ont perdu de leur caractère tragique parce qu’ils ont été chantés et rechantés, ou bien ont une tonalité légère, permet de tenir à distance les émotions exprimées. Mais il faut savoir entendre les sentiments retenus : de la même façon que Théophile Gautier parle de ses vers qui « pleurent bien souvent en paraissant chanter »2, ou Verlaine de ses « vers tristement légers »3, Maurice Carême semble s’adresser à lui-même quand il dit dans Heure de grâce : « Chante pour étourdir / Ta rage de souffrir, / Enchanteur de néant » et, plus loin : « Tu reviendras si las de tout / [...] / Et demain, tu chanteras faux / Parce qu’il faut bien que tu chantes ».

2Comme on le voit dans les poèmes des pages suivantes, Maurice Carême a chanté la déception amoureuse dans Chansons pour Caprine, ainsi dans le poème « Rencontre » ; il a chanté le temps du bonheur qui n’est plus dans Mère ; mais celui qui déclarait : « Je reste tous les jours émerveillé devant la vie » n’a cessé de chanter, aussi vertigineux que la forme qu’il adopte, le miracle des petits bonheurs du quotidien, comme dans « Le ciel dans l’eau ».

Rencontre

  • 4 Plante des herbages humides.

Subitement, bombe fleurie,
Tu as éclaté sur ma vie.
Sur une hélice de fumée,
J’ai vu mon cœur déchiqueté.
Et j’ai erré, tous sens éteints,
Dans la presqu’île du matin.
(Chansons pour Caprine)
Il y avait mes sabots
En fin bois de bouleau
Qui claquaient au soleil.
Les entendez-vous plus,
Ma mère, au bord de l’eau ?
Il y avait mes comptines
Répondant aux oiseaux
Parmi les cardamines.4
Les entendez-vous plus,
Ma mère, au long des prés ?
Il y avait le bonheur
Qui chantait comme un coq
Sur mon épaule nue.
Ne l’entendez-vous plus,
Ma mère, au fond du cœur ?
(Mère)

Le ciel dans l’eau

Ah ! ne dire que l’eau qui passe,
Le peuplier au bord de l’eau,
Du peuplier la branche basse,
Sur la branche basse, l’oiseau.
Ne dire que le ciel dans l’eau,
Et, dans l’eau, la nuée qui passe,
Sous la nuée, la clarté basse
Du soleil au ras du coteau,
Ne dire que moi près de l’eau,
Moi, sous la nuée bleue qui passe,
Moi, couché sous la branche basse
Et qui écoute cet oiseau
Faire chanter, sous lui, l’espace.
(Du ciel dans l’eau)

Notes

1 Propos recueillis par Jeannine Burny, Archives de la Fondation Maurice Carême.

2 Théophile Gautier, « Portail », La Comédie de la Mort, dans Œuvres poétiques complètes, éd. Michel Brix, Paris, Bertillat, 2004, p. 141.

3 P. Verlaine, « Préface » de Sagesse du 30 juillet 1880, où Verlaine évoque des vers qu’il a « publié[s] très jeune, c’est-à-dire il y a une dizaine et une douzaine d’années » (op. cit., p. 239).

4 Plante des herbages humides.

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search