Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Médiatisation de la vie privée xve-xxe siècle

 | 
Agnès Walch

Troisième partie. La volonté de faire savoir

Vie privée, vie publique : le cas Béranger

Sophie-Anne Leterrier

Texte intégral

1Il est rare que l’on parle de « culture de masse » avant la fin du XIXe siècle. Pourtant, les chansons de Béranger ont été en quelque sorte des « produits culturels » massivement diffusés et partagés sous la Restauration et la monarchie de Juillet. Ses chansons ont fait partie, au moins quelques décennies, de la culture commune, et sa personne a été célébrée autant que ses chansons. La popularité dont il a joui – « la renommée la plus éclatante et la plus populaire du siècle, après celle de Napoléon », Pierre Larousse dixit – en a fait incontestablement un personnage, dont la célébrité a transcendé les barrière de classes, dans une société encore très hiérarchisée pourtant.

  • 1 Émile de Montégut, « Béranger », Revue des deux mondes, 1er décembre 1857, p. 640-641.
  • 2 Napoléon Peyrat, Pierre-Jean de Béranger, Correspondance, entretiens et souvenirs, Paris, Ch. Meyru (...)
  • 3 Savinien Lapointe, Mémoires sur Béranger, Souvenirs, confidences, opinions, anecdotes, lettres, Par (...)

2En acceptant, voire en alimentant, le phénomène, Béranger s’est seulement efforcé, disent certains, d’être à la hauteur de sa réputation1. Pour d’autres, il a littéralement été l’esclave de sa popularité. « Ce grand homme avait une multitude de petits manèges de renommée », écrit ainsi Napoléon Peyrat2. De façon plus neutre, la plupart des commentateurs soulignent son goût pour « les marques d’affection qui venaient d’en bas3 ». Soucieux de former des émules dans le peuple, le chansonnier ne pouvait guère rester inaccessible. La patrie et la popularité ont donc été ses deux passions.

3Mais que signifie être un personnage public sous la Restauration, quand on n’est ni un homme politique, ni un acteur, mais un simple chansonnier, même pas un interprète, à peine un auteur ? En quoi le succès des chansons de Béranger a-t-il entraîné le dévoilement de sa vie privée ?

  • 4 Article du 11 octobre 1828, repris dans Fragments littéraires, Paris, 1879, p. 269

4Dès 1828, Pierre-François Dubois rend compte du nouveau recueil de chansons de Béranger en commençant par dire qu’il est très connu de tous, et ajoute : « Je ne sais qu’une chose qui pourrait plaire en parlant de lui aujourd’hui, ce seraient tous les détails de sa petite histoire, qui sera grande pour la postérité », une préface expliquant chaque chanson par ses circonstances et les sentiments qui l’ont suscitée4.

  • 5 Béranger, Dernières Chansons, Paris, Garnier, 1842, p. 2.
  • 6 Ibid., p. 2-3.
  • 7 Ibid, p. 3.
  • 8 Ibidem.

5Béranger ne semble pas s’être prêté de bon cœur à cette inquisition. Au contraire, il a toujours mis en avant son goût de l’obscurité, particulièrement dans la préface de son dernier recueil : « De bonne heure, je me suis défendu du bruit, si contraire à mon humeur et à mes goûts5 ». Cependant, il reconnaît alors que « cela n’est guère possible, quand on se fait le champion des intérêts populaires, à une époque où la politique passe chaque jour en revue ses bataillons et donne le besoin de se connaître aux soldats comme aux chefs. Puis, nous vivons dans un régime de grande publicité : de ses immenses avantages doivent résulter quelques inconvénients6 ». La suite donne d’intéressants exemples de la façon dont le pauvre homme a été livré au public, cette terrible divinité des temps modernes. On imprime vos lettres sans votre assentiment, dit-il, on fait votre portrait sans même vous avoir vu ; si vous avez un ami journaliste, « il vous dépèce en colonnes et vous vend à tant la ligne7 ». Si bien que « la personne du pauvre auteur, sa vie intime, ses douces habitudes, arrivent en peu de temps à la connaissance des oisifs8 ».

6Béranger a voulu être l’expression des sentiments populaires, et ce faisant, il a dû accepter qu’une partie de sa vie privée devienne également publique. Les lignes qui suivent essaieront de montrer à la fois pourquoi et comment, pour servir la cause dans laquelle il s’était engagé, il a construit « son image » comme on dirait aujourd’hui, puis dans quelle mesure elle lui a échappé, comment l’histoire est devenue légende.

« Un régime de grande publicité »

7Fondamentalement démocrate, Béranger a bien compris et assumé les obligations qui incombaient à un auteur populaire dans le nouveau régime. Il a choisi délibérément les contenus et les formes propres à diffuser le plus largement son message.

8Si Béranger évoque les « immenses avantages » d’un « régime de grande publicité », c’est qu’il s’agit d’un enjeu majeur de la démocratie. D’une certaine façon, c’est le cœur de l’héritage de la Révolution, la définition même du régime représentatif : un régime d’opinion. Qu’est-ce en effet que la démocratie, sinon la liberté des opinions et celle des débats (la liberté d’expression) ? C’est ce qui fait de la tribune (politique et littéraire) le lieu du pouvoir, et explique ce magistère de la parole si bien évoqué par Hugo (magistère passé aujourd’hui à l’image et aux média). Or, s’il est alors une parole plus partagée que d’autres, et plus populaire, c’est bien la chanson.

  • 9 Lettre à Cuvier du novembre 1820, dans Béranger, Correspondance, Paris, Garnier, 1860, vol. 1, p. 2 (...)

9Sous la Restauration, la presse est encore une presse d’élite, étroitement surveillée, vendue par abonnements à des lecteurs cultivés. La chanson, en revanche, peut courir plus librement, puisqu’elle peut se passer de la lecture, et même de l’impression : « La presse est esclave, il nous faut des chansons9 ».

  • 10 La création de la SACEM date du début de Second Empire.
  • 11 Il existe ainsi plus de 250 chansons sur l’air de la Marseillaise, républicaines, réactionnaires, o (...)

10Il existe une culture commune de la chanson, dont l’ampleur nous étonne aujourd’hui. Les chansons passent de la cour à la ville, du théâtre à l’atelier, souvent par l’intermédiaire des chanteurs et des joueurs d’orgue de barbarie, qui s’approprient sans scrupule les airs à la mode, puisque le droit d’auteur n’existe pas encore pour les compositeurs10, et que n’importe qui peut écrire des paroles nouvelles sur les airs connus11, dans toutes sortes de circonstances.

  • 12 Béranger, Dernières Chansons, op. cit., p. 13.
  • 13 Émile de Montégut, « Béranger », art. cit., p. 640-641.

11Béranger écrit pour tous, en choisissant à dessein la forme et le fond les plus appropriés à cette vaste circulation. Dans la tradition du XVIIIe siècle et de la Révolution, il écrit sur des airs connus, des « timbres », venus pour la plupart de la tradition et du vaudeville. En outre, la plupart de ses chansons comportent un refrain, moyen de concentrer le message, de le rendre plus audible et plus facile à retenir, de l’approprier enfin au chant collectif (même ceux qui ne connaissent pas les paroles des couplets peuvent fredonner le refrain). Dans certains cas, le niveau de la langue (« Paillasse ») ou la forme (parodie ou emphase) les plus familières au public populaire sont également choisies pour permettre encore mieux l’appropriation. Le chansonnier sait bien que « le public ne reconnaît pas ses héros sous d’autres costumes » et ne se libère de ces contraintes que dans ses chansons posthumes12. Non seulement, Béranger écrit pour tous, mais il écrit pour chacun. Chaque variété de ses chants s’adresse à un public immense13.

  • 14 Cf. Jules Brivois, Bibliographie de l'œuvre de P.-J. de Béranger, L. Conquet, Paris, 1876.
  • 15 Cf. Martin Lyons « Les Best-sellers », dans Roger Chartier et Henri-Jean Martin, Histoire de l'édit (...)

12Le chansonnier adapte à son public la forme de ses recueils autant que celle de ses couplets. Le recensement des éditions de ses chansons le montre bien ; il a d’abord publié en petit format (l’in-18 domine largement), à relativement bon marché (2 F pour le recueil de 1816 ; 1,6 F pour l’édition en 4 volumes de 1826). Ses procès ont fait beaucoup pour sa notoriété, et par conséquent permis d’augmenter considérablement les tirages et de diversifier les éditions14. Les chansons de Béranger sont des « best-sellers » du XIXe siècle, après 1821 du moins, et surtout entre 1826 et 1831, où il est l’auteur le mieux représenté, avec des tirages cumulés de plusieurs centaines de milliers d’exemplaires15.

  • 16 30 F pour les deux volumes in-8 de 1828 avec 40 illustrations de Deveria et Monnier ; pour l’éditio (...)
  • 17 L’excellente chanson « L’in-8° et l’in-32 » qui sert de préface à cette édition souligne ironiqueme (...)

13Enfin, très conscient de ce que les recueils imprimés ne s’adressent pas à tous, il ne néglige pas le support de l’image. Dès 1826, Perrotin édite de façon séparée des gravures illustrant certaines chansons. L’année suivante, Baudouin propose une édition in-32 avec 84 vignettes d’après Devéria. En 1828, il met sur le marché deux volumes in 8 illustrés, édition très chère16 cette fois, pour un public bourgeois17.

« Ma Biographie »

14Enfin, une fois « son rôle fini », avec le succès de la Révolution de Juillet, Béranger prend soin d’écrire lui-même sa vie, en partie pour éviter que l’on dise n’importe quoi sur son compte (comme on le verra plus loin). Les éléments de cette biographie sont peu ou prou ceux que Sainte-Beuve a conservés dans le premier article qu’il ait consacré à Béranger, en 1832 : sa naissance à Paris chez un tailleur, les vanités nobiliaires de son père, l’auberge de Péronne, ses lectures classiques et son éducation en liberté, son apprentissage dans l’imprimerie de M. Laisné, sa jeunesse joyeuse, puis la réorientation politique de ses chansons après Waterloo, l’amitié de Manuel et sa gloire.

  • 18 Cf. Revue Bleue, 5 octobre 1907 (article d’Adolphe Lair), p. 420-425.

15C’est une vie arrêtée bien avant la fin (Béranger mourra en 1857 à 77 ans ; il n’a qu’une cinquantaine d’années quand il écrit sa biographie). Et comme l’a tout de suite remarqué P.-F. Dubois, Ma Biographie est un livre un peu décevant, dans la mesure où l’on n’y apprend rien que l’on ne sache déjà, que Béranger n’ait déjà dit, dans ses chansons, ou dans ses préfaces. Il n’y dit que ce qu’il veut bien dire, notamment « rien de l’homme intérieur », ni de sa Judith (sa compagne, Judith Frère), ni sur ses amitiés au Globe18.

16Cette autobiographie est déjà un portrait de l'auteur en saint populaire (le saint d'une époque déiste et démocrate). Elle est facilement réutilisable par toutes les notices de dictionnaires, biographies universelles, etc., qui accompagnent la notoriété des « grands hommes » au XIXe siècle. Comme le disait Gaël Rideau dans sa communication (au sujet des vies de saints contemporaines), une telle « vie » est relativement standardisée, elle se passe de miracles, manifeste des vertus ordinaires, essentiellement philanthropiques, et met surtout en valeur la cohérence des valeurs et des pratiques, dans un récit chronologique où ia familiarité des lieux facilite l’identification.

  • 19 Alphonse de Lamartine, Cours familier de littérature, Paris, Firmin Didot, t. 4, entretien no 22, 1 (...)
  • 20 Bernard Thalès, La Lisette de Béranger, souvenirs intimes, Paris, Bachelin-Deflorenne, 1864, p. 57.

17Dans son apologie de Béranger, Lamartine propose du reste de faire des épisodes de sa vie les bas-reliefs de son tombeau, en commençant par sa jeunesse à Péronne et en finissant par ses conversations avec l’élite de son temps19. La correspondance de Béranger, publiée par son disciple Paul Boitteau chez Perrotin après sa mort, a été également manifestement expurgée par son éditeur, en particulier de lettres irritées20 qui pouvaient nuire à la réputation de leur auteur.

18Béranger a donc tiré toutes les conséquences du contexte de « grande publicité » dans lequel il a vécu et écrit. Il a choisi le genre, les formes, les plus propres à diffuser largement son message. Il a construit son « image » en cohérence avec ses chansons. Cela ne veut pas dire cependant qu’il ait « hurlé avec les loups », au contraire. Loin de choisir la voie de la facilité, de flatter le pouvoir et le parti dominant, Béranger a clairement été l’homme d’une cause.

« Le champion des intérêts populaires »

  • 21 Béranger, Œuvres complètes, Paris, Perrotin, 1834, vol. 1, préface, p. X.

19Car s’il a écrit pour tous et pour chacun, Béranger s’est toujours voulu l’expression de « l’esprit public », le porte-parole d’un peuple acquis à la cause de la Révolution et de la liberté, y compris contre les pouvoirs restaurés de la monarchie et de l’Église. Le chansonnier avoue, dans sa préface de 1834, avoir « étudié l’instinct du peuple avec un soin religieux », « et presque toujours attendu que ses sentiments lui parussent en rapport avec ses réflexions pour en faire sa règle de conduite, dans le rôle que l’opposition d’alors lui avait donné à remplir21 ».

20Aussi ses chansons les plus connus sont-elles comme des expressions du sentiment dominant à différentes époques. « Le Roi d’Yvetot » (en 1813) manifeste la lassitude des guerres de l’Empire, l’aspiration à un règne débonnaire après des années de conquêtes européennes. « Les Gueux » ou « le Vilain » disent la fierté du peuple qui ne ploie plus la tête devant les gens « bien nés ». « Les souvenirs du peuple » (en 1828) contribuent à la légende napoléonienne, après la mort de Napoléon à Sainte-Hélène, alors que l’Empire abattu suscite la nostalgie de la gloire et de l’égalité républicaine. D’autres chansons fixent les types caractéristiques de la société d’alors : la girouette politique (« Paillasse »), le noble revenu d’émigration sans avoir rien appris ni rien oublié (« Le marquis de Carabas »), l’aristocrate infatuée de ses quartiers de noblesse mais sensible au charme plébéien (« La marquise de Prétintaille »), la grisette de 1820 (« Lisette »), la bonne fille (« Frétillon »), et bien d’autres.

  • 22 Cf. Jean-Jacques Goblot, La Jeune France libérale, le Globe et son groupe littéraire 1824-1830, Par (...)

21Béranger, parlant de ses contemporains, n’hésite pas à parler aussi de lui-même dans ses chansons, mais toujours dans ce qui le rattache à son public, le rapproche de lui, que ce soit dans ses pratiques ou dans ses valeurs. Il évoque ainsi la pauvreté heureuse de sa jeunesse (« Le Grenier »), ses velléités de parvenir (« L’habit de cour »), son refus des prébendes (« Non mes amis, non je ne veux rien être »). C’est pourquoi Le Globe peut voir dans Béranger une sorte d’incarnation de l’universel et de l’individuel, et le promouvoir au rang de modèle, de préférence à un Lamartine ou à un Chateaubriand, dans le souci d’éviter l’enfermement narcissique lyrique, et parce qu’il sait d’enseigner le patriotisme sans faire de sermon22.

  • 23 Lettre à Mme Biolay du 16 décembre 1828, dans Béranger, Correspondance, op. cit., vol. 1, p. 345.
  • 24 Lettre à Cauchois-Lemaire du 8 janvier 1829, dans Béranger, Correspondance, op. cit., vol. 1, p. 35 (...)

22La popularité qui résulte de cette stratégie d’identification, lui fournit des atouts maîtres. Elle lui permet de tenir tête aux ministres, en leur jetant le gant par son recueil de 1828, et en triomphant à l’occasion de son second procès. « Je crois pouvoir être sûr que, sans l’opinion qui est en ma faveur, j’aurais été traité plus rudement encore », écrit-il alors23. Elle lui permet, par la même occasion, de tenir tête à ceux de ses alliés libéraux qui sont les plus enclins au compromis. En publiant son recueil, Béranger rompt ouvertement avec les partisans de la « politique de fusion », et préfère la prison, qui couronne son opposition, à l'arrangement proposé par Laffitte pour éviter le procès. La popularité de Béranger force enfin les classes supérieures à des aménagements. C’est ce qu’il explique alors à son ami Cauchois-Lemaire : « J’ai un avantage sur vous et sur bien d’autres ; c’est d’être populaire beaucoup plus que ne le peut être un prosateur dont les brochures ne vont pas dans toutes les mains, tandis que mes chansons vont partout, et en me donnant les basses classes pour appui, forcent les classes supérieures à prendre avec moi de mitaines24 ».

Le « costume » du héros : la légende de Béranger

23Mais ces avantages ont, bien sûr, une contrepartie. Élever le peuple, faire des émules implique de permettre l’identification. Et pour cela, il faut accepter de devenir soi-même une sorte de légende.

  • 25 Jules Michelet, L'Étudiant, Paris, Seuil, 1977, p. 131.
  • 26 Ibid., p. 133.

24Dans le cours donné par Jules Michelet au Collège de France en 1847-1848, l’historien se pose la question des livres populaires. Dans la septième leçon, en janvier 1848, il arrive à la conclusion que ce qu’il faut, c’est un légende commune à tous, gravée dans les cœurs : « Le roman, le récit d’une passion, d’une destinée individuelle, touche médiocrement le peuple ; il s’y reconnaît rarement. Il veut des choses grandes et vraies25 ». Il s’ennuie aux généralités, veut rire ou pleurer. « Ses formes de prédilection sont cencentrées, eliptiques, rapides, pleines de sous-entendus [...] sa devise est celle de Hoche : des choses, et non des mots ! ». Histoire et poésie populaire peuvent seules lui convenir26.

  • 27 Émile de Montégut, art. cit., p. 656.

25Béranger a en quelque sorte adapté sa production à ce besoin. Ses chansons ont répondu à ce besoin de poésie populaire. « Son Napoléon est un homme », dont il fait la légende plutôt que l’épopée27. Lui-même, tel qu’il se présente dans ses chansons, se résume à quelques traits simples et vigoureux : un homme du peuple, patriote, railleur, indépendant à tous prix, philanthrope.

  • 28 Savinien Lapointe, Mémoires sur Béranger, Souvenirs, confidences, opinions, anecdotes, lettres, Par (...)
  • 29 Cf. Béranger, Correspondance, op. cit., vol. 1, p. 342.

26« Béranger est peuple de la tête aux pieds. Il a le rire du peuple, sa foi, sa religion, ses antipathies28 ». Non seulement il ne cherche pas à cacher son extraction populaire (« Le tailleur et la fée »), mais il s’en flatte, il la revendique. Il revendique aussi son patriotisme, qui le fait pleurer sur son pays envahi, occupé, rejeter la réaction politique et religieuse. C’est ce patriotisme qui est, selon son défenseur, la cause de sa popularité en 1828, et devrait lui valoir l’absolution29. Pour Pierre Larousse, le patriotisme est sa muse encore plus que la liberté.

  • 30 Le parallèle entre Béranger et de Franklin est développé particulièrement dans une note qui fait du (...)

27Son Dieu est celui de Voltaire et des « bonnes gens » : un Dieu débonnaire, tolérant, ami des hommes. Dans l’autobiographie de Béranger, un épisode raconte qu’il a été frappé par le tonnerre, étant enfant et, en ayant réchappé, a demandé à sa pieuse tante à quoi servaient ses patenôtres. Cet épisode, repris dans l’article de 1833 de Sainte-Beuve, souligne le parallèle entre Béranger et Franklin, et ancre Béranger dans la tradition des Lumières dont il est effectivement un héritier30.

  • 31 A. de Lamartine, op. cit., t. 4, entretien no 22, 1857, § 32 (anecdotes de sa charité) et § 33 (au (...)
  • 32 Ibid.., § 40.

28À la mort de Béranger, Lamartine, évoquant le disparu, insiste beaucoup sur cette dernière incarnation du chansonnier, rapportant sa charité par nombre d'anecdotes édifiantes31. « Élevons un mausolée à cet homme », conclue le poète. « Il n’a fait que des chansons ! direz-vous. Il a fait plus, il a fait exemple ; il a fait plus encore, il a fait l’âme d’un peuple32 ».

  • 33 Eugène Noël, Jules Michelet et ses enfants, Paris, 2e éd. 1878, p. 80.
  • 34 Jules Simon, « Béranger », dans Figures et croquis, Paris, 1909, p. 189-208.
  • 35 Paul-François Dubois, Fragments littéraires, Paris, 1879, vol. 2, notice sur Béranger parue le 11 o (...)
  • 36 Henri Avenel, Chansons et chansonniers, Paris, s.l.n.d. (1889).

29Laissons pour le moment de côté la dernière proposition, mais examinons la première. Béranger, en effet, a « fait exemple ». Sa popularité repose sur ses idées, les valeurs exprimées par ses chansons, mais aussi sur le personnage qui y apparaît, sur l’homme. Plusieurs de ceux qui l'ont cotoyé disent aussi que s’il était apprécié, c’est davantage comme homme que comme auteur. Et ceux qui l’ont chanté, comme ceux qui l'ont fréquenté, l’ont aimé plus qu’admiré. Mme Dumesnil, dont Eugène Noël souligne l’influence positive sur Michelet (auquel elle apporte l’esprit du XVIIIe siècle et sa gaieté), aurait dit un jour que, de tous ses contemporains, « Béranger était le seul qu’elle eut envie d’embrasser33 ». Jules Simon, qui rappelle qu’on ne jurait que par Béranger à la fin de la Restauration et sous le gouvernement de Juillet, écrit : « Ce n’était pas, comme pour Chateaubriand, de l’adoration, c’était de l’amour. On l’aimait vraiment ; on aimait sa personne, on aimait ses vers et on les chantait34 ». Certains, qui le connaissent, le retrouvent dans ses chansons et aiment à les chanter pour cela. D’autres, qui ne le connaissent pas personnellement, le chantent « au lieu de la juger, et qui juge en effet un ami35 ». C’est pourquoi Henri Avenel peut écrire que Béranger a été pour le peuple « plutôt un ami qu’un mentor36 », ce qu’on ne pourrait dire d’autres auteurs pourtant très populaires, mais beaucoup plus distants socialement de leurs lecteurs, comme Hugo.

  • 37 Bernard Thalès, op. cit., p. 60.
  • 38 Flaubert, L'Éducation sentimentale, Paris, éd. Pléiade, 1952, p. 427.

30Cette proximité n’a pas que des avantages. Comme tous les personnages connus, Béranger a des émules et des parasites. Certains tablent sur sa notoriété pour lui demander son entremise afin d’obtenir une place, une faveur, ou de l’argent. Il répond chaque jour à des courriers d’apprentis-poètes qui lui envoient leurs vers en lui demandant conseil, parce que « le soin de sa popularité l’exige37 ». Du rôle de maître es-chanson, il passe facilement à celui de directeur de conscience, politique (pour les étudiants qui, pourchassés par la police, se réfugient chez lui dans les années 1840) ou morale. Dans L’Éducation sentimentale, l’ironique Flaubert précise que la Vatnaz a autrefois « dans une peine de cœur, écrit à Béranger pour obtenir un conseil38 ».

  • 39 Louise Colet, Quarante-cinq lettres de Béranger et détails sur sa vie, Paris, Librairie nouvelle, 1 (...)
  • 40 Ibid., p. 35-37.
  • 41 Alphonse de Lamartine, op. cit., t. 4, entretien no 22, 1857, § 31.

31Le chansonnier ne semble pas manquer tout à fait de vanité, même si les ovations dont il est l’objet peuvent l’embarrasser ou l’agacer, notamment celles reçues à l’occasion des funérailles de Laffitte39. Certains épisodes de célébration populaire prennent place dans sa légende. C’est en particulier le cas d’une rencontre avec des admirateurs en goguette à la Closerie des Lilas en 1849, à l’occasion de laquelle les femmes l’embrassent, le couvrent de fleurs, l’orchestre joue les airs de ses chansons, le patron le raccompagne. Il va même jusqu’à lui offrir quelques jours plus tard une lithographie commémorative de la scène, que tous les journaux ont entre temps racontée « diversement et infidèlement40 », si l’on en croit Louise Colet. Lamartine, évoquant ses promenades avec Béranger, dit qu’à chaque fois, ils étaient interrompus par quelque noce de paysans ou d’ouvriers venant aux guinguettes de Neuilly, qui le reconnaissaient et le saluaient en levant leur chapeau et en criant « Vive Béranger », ce à quoi il remerciait et leur recommandait de chanter ses chansons mais surtout de suivre sa morale. Il évoque ensuite les réunions des élites bourgeoises provinciales qui chantaient aussi ses chansons au dessert, et conclut : « Béranger, pour ces ouvriers, pour ces soldats, pour cette bourgeoisie française, n’était réellement plus un homme ; c’était un ménétrier national, dont chaque coup d’archet avait pour cordes les cœurs de trente millions d’hommes exaltés ou attendris41 ». Ce qu’écrit Lamartine à ce sujet est manifestement enjolivé. Mais on trouve bien d’autres marques de vénération populaire dans l’histoire de Béranger racontée par ses disciples (on est tenté de dire : ses apôtres).

32J’ai cherché à montrer jusqu’ici en quoi le chansonnier, qui se voulait « le champion des intérêts populaires », avait dû en accepter la contrepartie, endosser le costume du héros populaire. Cela ne veut pas dire qu’il ait été un grand manipulateur. On peut penser que ses chansons étaient les expressions sincères de ses sentiments, et Jean Touchard, pourtant assez suspicieux, ne peut qu’attester de son intégrité. Cependant, on aurait tort de penser que Béranger a pu tout contrôler. Il a eu bien du mal à conserver un jardin secret, et sa popularité en a fait la proie des folliculaires, de son vivant et après sa mort.

Incarnations et avatars de Béranger

  • 42 J. Brivois, op. cit., p. 5. Signer du nom de Béranger une chanson étant en quelque sorte une garant (...)

33D’abord, ses ouvrages ont fait l’objet d’un commerce clandestin pour partie voulu (les versions manuscrites), mais pour partie involontaire (contre-éditions et contrefaçons). On sait qu’au début du XIXe siècle, le contrôle des écrits en France amène le développement en Belgique (en fait aux Pays-Bas, pays où l’expression est plus libre), d’un commerce florissant de contrefaçons et de contre-éditions, c’est-à-dire de sorte de fac-simile d’éditions interdites, reproduites généralement dans de plus petits formats, sur de papier de moindre qualité, et avec une typographie moins soignée, mais beaucoup moins chers. En ce qui concerne Béranger, les contrefacteurs publient à partir de son premier procès (1821) un grand nombre d’éditions, « le plus souvent mal imprimées et fautives, contenant des couplets étrangers à l’auteur et contre lesquels il a toujours protesté42 ». Mais ces contrefaçons ont deux qualités : elles diffusent encore plus largement ses chansons, et les mettent à portée du peuple grâce aux colporteurs.

  • 43 Béranger, Correspondance, op. cit., t. 1, p. 300.
  • 44 Lettre à Joseph Bernard du premier janvier 1829, dans Béranger, op. cit., t. 1, p. 351.
  • 45 Hortense Allard, qui fait partie de ses intimes, écrit un article sur lui pour la Revue de Paris, a (...)

34À mesure que Béranger devient célèbre, à partir de son premier procès surtout, les journaux donnent des notices sur lui et sur la nature de son talent avec des extraits de ses chansons. Le chansonnier a très tôt le sens des concessions nécessaires sur ce plan. En mai 1826, il écrit par exemple à Cauchois-Lemaire : « Bien que le Globe ne parle qu’à une cercle très circonscrit, qui manque d’écho et n’a point de retentissement, nous ne sommes pas en position, ni même de caractère, à avoir tout le monde contre nous43 ». Il ne se donne jamais cependant « tout le travail qu’il faut [...] pour que le public crie au grand homme » : corrompre des journalistes ou écrire lui-même son éloge, comme d’autres ne manquent pas de le faire44. Il ne laisse pas publier n’importe quoi, et contrôle soigneusement ce que l’on écrit sur son compte, comme en attestent Hortense Allard45 ou Sainte-Beuve, dont les articles ont été minutieusement préparés par des entrevues et des échanges de correspondance.

  • 46 Léon Séché, Hortense Allard, Paris, Société du Mercure de France, 1908.
  • 47 Le Magasin populaire commence en 1833.

35C’est d’ailleurs dans une lettre à Hortense Allard du 23 janvier 1826, que Béranger se plaint de ne pas savoir où trouver les premiers volumes de ses chansons, et ajoute : « On vient de publier une mauvaise édition des trois volumes ; les chansons condamnées n’en font pas partie, mais, par compensation, on a mis mon portrait, pour lequel je n’ai jamais posé et qui m’a beaucoup fait rire. Il a encore les lunettes que je portais il y a quatre ans ; mes amis prétendent que je devrais enfin faire faire mon portrait, mais je trouve cela si niais que j’aurais bien de la peine à m’y décider, d'autant plus que ceux que j’ai vus jusqu’à présent m’ont beaucoup fait rire46 ». Il contrôle donc nettement moins l’édition de ses portraits lithographiques que les articles à son sujet, pour des raisons diverses : d'une part, les « journalistes » font partie de son cercle, ou du moins de son monde, ce qui n’est pas le cas des lithographes, gens obscurs pour la plupart. D’autre part, Béranger est auteur, et connaît le pouvoir du texte, mais ne semble pas s’être soucié autant de pouvoir de l’image, surtout dans les années 1820, où les nouveaux modes de circulation de l’image populaire ne sont pas encore tous en place47.

  • 48 Docteur Nivelet, Souvenirs historiques et étude analytique sur Béranger, Paris, Garnier, 1891.

36Certains pourtant lui conseillent de faire faire son portrait à mesure qu’il devient un « homme célèbre ». Il s’en moque d’abord, puis finit pas céder. Il en résulte deux portraits célèbres, l’un par Raffet, l’autre par Scheffer, tous deux artistes reconnus, dans des genres différents. Raffet est l’un des deux illustrateurs majeurs de la légende impériale, Scheffer est par excellence le peintre des auteurs romantiques. Ces deux portraits illustrent d’après le docteur Nivelet les deux époques de la vie de Béranger (Lisette et la politique, puis la philosophie et l’amitié)48. Ils ont en effet une place et une fonction différente. Le portrait par Raffet accompagne les premières éditions des chansons, et contribue à la vision militante de Béranger. Le portrait peint par Scheffer est celui de Béranger en martyr de la cause libérale, à la prison de la Force. Le contexte est évident, du fait de l’adjonction des barreaux à la fenêtre en arrière-plan. Mais c’est aussi le portrait d’un homme mûr, d’un épicurien souriant, d’un philanthrope.

  • 49 Napoléon Peyrat, op. cit., Paris, 1861, p. 153.
  • 50 Bernard Thalès, op. cit., p. 121.

37Si Béranger contrôle plus ou moins ces images gravées et signées, il ne peut rien en ce qui concerne les caricatures, en deux ou trois dimensions. Dans une lettre du 28 décembre 1838, il s’insurge : « Avez-vous vu que Dantan vient de publier un buste de moi ? Il était ici chez des amis à moi ; je l’invite à dîner, et, pour prix de mon hospitalité, il me vole ma figure qu’il va faire de mémoire à Paris, où il la vend 2,5 F aux badauds. Je l’aimais peu, je le déteste maintenant49 ». Car l’image de Béranger, comme ses chansons, se vend bien (certaines de ses chansons circulent du reste aussi sous forme d’images imprimées, notamment les « Souvenirs du Peuple »). On se rappelle que dans L'Éducation sentimentale, Flaubert orne l’alcôve de Dussardier d'un de ces portraits, dans un cadre en palissandre. Selon Bernard Thalès, après sa mort, son portait a été répandu en France à 100 000 exemplaires50.

  • 51 Louise Colet, op. cit., Paris, 1857, p. 1-2.

38Sa disparition suscite d’ailleurs un véritable commerce de ce que nous appelerions des « produits dérivés ». « Sa médaille, son buste, son portrait lithographique ou gravé remplissent les étalages et se vendent dans les rues », écrit Louise Colet. « Depuis l’effigie artistique jusqu’à la grossière image qui vaut quelques centimes, tous ces portraits sont ressemblants51 ». La photographie s’empare aussi de Béranger de son masque mortuaire, car tout ce qu’a touché Béranger prend à sa mort un caractère de relique (reliques laïques de l’âge démocratique), et l’on grave dans les journaux à grand tirage des images de sa maison, de sa chambre, ou de ses objets familiers.

39Mais avant d’être mort et embaumé, Béranger a vécu sous de multiples incarnations. Au delà des chansons, des notices, il y a tout un « personnage Béranger », presque un type, qui court dans les chansons de ses disciples et dans les vaudevilles ou les comédies dont il est le héros. « C’est de bonne guerre » : Béranger est devenu un personnage de chansons, un personnage réduit à quelques traits dominants, qui sont précisément les plus propres à contribuer à sa légende, ceux qu’il a lui-même accentués.

  • 52 Charles Nisard, Des Chansons populaires, Paris, 1866, vol. 1, p. 256.
  • 53 Bernard Thalès, op. cit., E. Dentu, p. 118.

40Charles N isard en atteste : « Le malheureux est accommodé de toutes les façons, ainsi que sa Lisette. De plus, il n’y a que le bon Dieu dont on ait chanté les louanges si souvent et avec un pareil concert. Les uns chantent ses amours, les autres sa philosophie ; ceux-ci sa bonté, ceux-là sa pauvreté. Il y en a qui le prennent en détail et qui chantent ou son habit, ou sa fleur de prédilection, ou ses cheveux blancs, ou sa mansarde. Quelques-uns ouvrent les portes du Panthéon ou de l’Olympe52 ». Certains de ces hommages sont intéressés ; introduire un recueil de chansons par une dédicace à Béranger, reproduire une de ses lettres d’encouragement, est un moyen de s’inscrire dans sa lignée, de recueillir un rayon de sa lumière. D’autres sont authentiquement admiratifs. Après sa mort, comme le peuple veut non seulement le voir (acheter son portrait) mais aussi l’entendre, les musiciens ambulants jouent ses chansons mais inventent encore des complaintes à son sujet53.

  • 54 Béranger, Œuvres inédites, éditées par Henri Lecomte, Paris, H. Daragon, 1909.
  • 55 « Quelque nouveau contrôleur des actions humaines » (scène 2), que Saint-Pierre est bien le seul à (...)
  • 56 Théodore Muret, L'Histoire par le théâtre, Paris, Amyot, 1865, t. 3, p. 86.

41Le personnage Béranger existe aussi au théâtre, notamment sur les scènes des théâtres les plus populaires, les scènes de vaudeville. Henri Lecomte dénombre seize pièces mettant en scène Béranger ou Lisette, entre 1843 et 1908, et cinquante-cinq ouvrages inspirés des personnages de ses chansons, entre 1832 et 189754. Ces incarnations sont de deux types : dans les unes, Béranger est le chansonnier du peuple que nous avons déjà évoqué sous d’autres formes. C’est le cas en particulier dans Les Chansons de Béranger, ou le Tailleur et la fée, de Van der Burch, en 1831. Dans les autres, il devient une sorte de génie tutélaire de la révolution de Juillet, par exemple dans « Napoléon en paradis », vaudeville en un acte de Simonin, Benjamin Antier et Théodore Nezel joué à la Gaîté le 17 novembre 1830. La pièce fait intervenir à la fois des personnages des chansons de Béranger (« Les Deux sœurs de charité » Zéphirine et Sainte-Camille, le Saint-Pierre dépossédé des « Clefs du paradis ») et des personnages historiques, plus ou moins légendaires (Arcolle, héros de Juillet) ou typiques (Marengo, vieux soldat ; Ernest, élève de Polytechnique ; François, ouvrier). Elle met en scène un Saint-Pierre victime d’une révolte des anges, qui doit accueillir en paradis les victimes de Juillet, et porter les trois couleurs. Béranger n’est pas sur scène, mais il est évoqué à plusieurs reprises, car il signe les billets qui permettent d’aller en paradis55. « D’un côté, la divinité bafouée, de l’autre Napoléon divinisé », résume Théodore Muret56. Dans certains cas, la popularité d’acteurs est redoublée par celle du chansonnier, ou l’inverse. Ainsi, Virginie Dejazet interprète successivement Frétillon et Lisette (de Frédéric Bérat) en 1831. La venue de l’actrice dans la demeure du chansonnier, leur rencontre émouvante, alimente aussi leur légende.

  • 57 Le parallèle est possible de ce point de vue avec les femmes mémorialistes évoquées par Claudine Gi (...)

42En somme, pour ses contemporains, Béranger existe bien au-delà des textes dont il est l’auteur, sous des formes à la fois simplifiées et condensées. Ces formes décousues, digressives, impromptues – anecdotes édifiantes ou dialogues rapportés – sont cohérentes avec la « posture modeste » qu’il a adoptée57, mais aussi avec son statut de légende vivante.

Sources autorisées et fantasmes : « La personne du pauvre auteur livrée aux oisifs »

  • 58 Alphonse Séché et Jules Bertaut, « Béranger anecdotique », Mercure de France, vol. 68, no 242, p. 2 (...)
  • 59 Savinien Lapointe, op. cit., p. 226.
  • 60 Ibid.., p. 225.

43Alphonse Séché et Jules Bertaut expliquent en effet que les anecdotes se forgent toutes seules ou à peu près : « Plus le personnage est célèbre, plus l’anecdote prospère58 ». Certaines sont avérées, d’autres tout à fait fantaisistes. Savinien Lapointe proteste contre l’invraisemblance ridicule d’une histoire selon laquelle Béranger aurait fait la charité pendant huit ans à un médecin sans clientèle, comme le corbeau de la Bible : « Voilà vingt ans que je connais ce mauvais conte, et j’en ai toujours ri, et j’observe qu’il suffit souvent, pour faire passer les plus sottes balivernes, de les faire endosser par une célébrité quelconque59 ». Mais il ajoute : « Il est inutile d’ajouter le romanesque au réel, quand on n’a qu’à choisir dans la vie de cet excellent homme60 ». Et de fait, rares sont les ouvrages aussi riches en anecdotes que le sien, et aussi unilatéralement apologétiques.

  • 61 Ibid, p. XXXIX.

44D’une façon générale, rares sont du reste les anecdotes qui éraflent l'auréole ou enfreignent les frontières de son intimité. La plupart de ses biographes ne manquent pas de faire état de l’humilité du chansonnier pour justifier cette réserve. « La simplicité avec laquelle le poète parle de lui-même nous a imposé une grande retenue. Béranger ne veut pas de nos louanges placés en tête de ses œuvres », écrit par exemple Boitteau dans la préface à ses œuvres complètes61.

  • 62 Revue des deux mondes, 1er décembre 1832, repris dans Critiques et portraits littéraires, t. 2, 183 (...)
  • 63 Ibid., p. 115.

45Sainte-Beuve consacre un premier article à Béranger en 183262, préparé dès le mois d’août 1830 par des entretiens plus ou moins informels. Béranger fait en sorte que ne soient pas divulgués des éléments gênants (sur ses vers de jeunesse, ou les malversations paternelles). Le critique se flatte pourtant de n’avoir rien eu à cacher, mais affirme avoir respecté les « bosquets mystérieux dans le champs du souvenir », qu’il déclare « inviolables pour tous63 ».

  • 64 Louise Colet, op. cit., Paris, 1857.

46Béranger vivant, la plupart de ceux qui parlent de lui font de même, plus soucieux de profiter de sa gloire que de prendre barre sur lui par des révélations importunes. Une fois le chansonnier disparu, en revanche, certains sont moins réservés, ou plus mercantiles. Ainsi, plusieurs destinataires de lettres de Béranger en font commerce dès son dernier souffle, notamment Louise Collet64, et l’on commence à déboulonner sa statue, que ce soit parmi les jeunes socialistes (Eugène Pelletan) ou dans les rangs des esthètes (Gustave Flaubert), c’est-à-dire parmi les générations qui ne partagent plus ni la culture politique ni la culture chansonnière du début du siècle.

47Cependant, leurs voix sont discordantes. Béranger disparu, la plupart de ceux qui écrivent son histoire le font le plus souvent dans un sens très favorable, et cherchent surtout à faire connaître et apprécier son œuvre. Ses chansons font alors office de source.

  • 65 Béranger, Œuvres complètes, Paris, Librairie des publications illustrées, 1875, vol. 1, notice de P (...)
  • 66 Joseph Bernard, Béranger et ses chansons, d’après les documents fournis par lui-même et avec sa col (...)
  • 67 J.-E. Demangeot, Biographie de Béranger par ses chansons, Paris, Barrière-Bérard, 1892.
  • 68 Docteur Nivelet, Souvenirs historiques et étude analytique sur Béranger, Paris, s.d.
  • 69 Alexis Dalès, auteur d’immortelles et pervenches, édition populaire contenant la biographie poétiqu (...)

48On trouve dans l’œuvre de Béranger « son âme, son esprit, son cœur, son génie, tout lui-même65 ». On peut aussi y trouver des éléments biographiques inattendus, si on les prend au pied de la lettre. Quand ils sont rédigés par des proches, les livres consacrés à Béranger sont de véritables analyses documentées des chansons, parlant peu de la personne du chansonnier ; c’est le cas, par exemple, pour l’ouvrage de Joseph Bernard, Béranger et ses chansons, d’après les documents fournis par lui-même et avec sa collaboration66. Pour d’autres, plus lointains, les chansons deviennent au contraire une sorte de trame pour parler de sa vie privée, comme dans l’ouvrage de Demangeot, Biographie de Béranger par ses chansons67. Les chansons apportent des précisions sur les origines et les parents de Béranger, ses études, le contexte de sa jeunesse, les cercles sociaux dans lesquels il évolue, ses relations, ses procès, ses prisons, ses amours et ses principes. Le Docteur Nivelet propose, dans le même esprit, une anthologie dont la première partie s’intitule « Béranger peint par lui-même », les parties suivantes regroupant les chansons par thèmes (chansons nationales, satires politiques et autres)68. Enfin, certains chansonniers populaires font de la vie de Béranger une sorte de préface à leur propre carrière, notamment Alexis Dalès, auteur d’Immortelles et pervenches, édition populaire contenant la biographie poétique, notice biographique suivie d’une foule d’anecdotes concernant la vie de l’immortel poète, et terminée par plusieurs poésies et chansons choisies de P. Alexis Dalès69.

Les amours de Béranger

  • 70 Auguste Ricard, La Lisette de Béranger, Paris, B. Renault, 1846.
  • 71 Cela ne concerne pas seulement Béranger ; on se souvient que Lamartine a fait les frais de cette cr (...)

49Du vivant de Béranger, pourtant, il est paru quelques ouvrages plus indiscrets ou plus imaginatifs. Certains n’ont pas hésité à tirer des thèmes conventionnels de certaines chansons, et particulièrement du personnage de Lisette, des allégations fantaisistes. La Lisette de Béranger, par A. Ricard70, illustre bien ce phénomène. C’est une brochure d’une centaine de pages, dont le titre développé resssemble à celui d’une complainte : La Lisette de Béranger, histoire véritable de ses amours, ses plaisirs, ses aventures, sa dévotion, son pélerinage, sa vertu et ses succès dans le monde, précédée de treize couplets en réponse à la chanson si populaire « Eh non, non, non, vous n’êtes plus Lisette ». Ce titre annonce bien le caractère romancé du texte. Les deux personnages principaux y sont deux femmes, une Anglaise, Lady Owinson, et une Française, la fameuse Lisette, toutes deux amies de Béranger, la première le retrouvant après d’autres amours, la seconde devenant son amie à la quarantaine après bien des aventures. Ricard n'est pas le seul à prendre pour des preuves toutes les chansons de bon vivant de Béranger. Les souvenirs de théâtre du début du XIXe siècle montrent bien que le public populaire est souvent très crédule, et ne fait pas toujours la part de la fiction et de la réalité71.

  • 72 Bernard Thalès, op. cit., p. 14.
  • 73 Ibid., p. 110. On pense à Brassens, qui, après avoir, à longueur de chanson, évoqué les infidélités (...)
  • 74 Lettre du 5 juin 1848 au rédacteur en chef de l’Assemblée nationale mentionnée par Bernard Thalès, (...)
  • 75 Portrait que Bernard Thalès compare à un tableau d’une femme en turban de Domenico Feti, cf. Bernar (...)
  • 76 Eugène Pelletan, Une Étoile filante, Paris, E. Dentu, 1860.

50Habitués que nous sommes aux incursions, pour ne pas dire à l’étalage de l’intimité des personnes connues, nous pouvons être surpris du respect relatif du public d’autrefois pour les élements de cette nature. Les thuriféraires de Béranger ont peu parlé de sa vie privée. Si beaucoup ont glosé sur Lisette, peu ont parlé de sa compagne Judith Frère. Bernard Thalès apporte un certain nombre d’éléments biographiques sur celle-ci. Il prend la peine de dire que la Lisette de Béranger n’a rien à voir avec sa compagne réelle, mais donne tout de même à celle-ci une existence réelle, et confère à Béranger le fait d’avoir « revêtu le type d’une forme définitive72 ». En effet, il est de notoriété publique que Béranger a partagé sa vie pendant cinquante ans avec une femme rencontrée à Paris dans sa jeunesse, qui l’a accompagné dans ses déménagements, mais n’a jamais été son épouse. Bernard Thalès justifie ce fait par la crainte du poète de « fournir un sujet d’inspiration trop abondant aux chansonniers en l’épousant73 ». Pour certains, il ne fait pas de doute que Judith ait été sa maîtresse (sa compagne au sens actuel) ; pour d’autres, ils ont toujours partagé en amis le quotidien. De façon significative, Perrotin a fait graver le portrait de cette femme74. Tout au plus Béranger a-t-il considéré comme nécessaire d’apporter un démenti public à un journal qui avait publié qu’il avait épousé sa servante75. À la mort de Béranger, seul Eugène Pelletan, manifestement hostile, souligne la « position équivoque » de Judith76. Les autres commentateurs soulignent au contraire à l’envi sa dignité, voire sa hauteur, et insistent sur sa contribution critique à l’œuvre du chansonnier.

51De même, peu de biographes évoquent l’histoire d’amour de Béranger vieillissant pour une jeune Anglaise rencontrée en Touraine, histoire sur laquelle Jean Touchard a apporté quelques précisions. Enfin, son amitié avec Manuel, extrêmement importante dans sa carrière de chansonnier politique, n’est jamais évoquée non plus sous un angle plus intime, ce qui pourrait pourtant être le cas si l'on s’attachait aux élements fournis par Béranger lui-même (notamment sa volonté d’être enterré dans le même caveau), ou par les indices iconographiques (le portrait de Manuel ornant le mur de sa prison).

52En somme, le chansonnier populaire n’a pas été tant que cela « livré aux oisifs ».

53Mais aujourd’hui encore, d’une certaine façon, le personnage éclipse l’œuvre ; on ne lit plus Béranger, on ne le chante hélas plus, mais son nom reste populaire, ainsi que l’image d’Epinal d’un vieil homme bienveillant. C’est le danger d’avoir été trop actuel, en montant à l’assaut des « révérends pères » et du « trône pourri » des rois restaurés ; tout ce que chantait Béranger a disparu, il ne reste que les anecdotes de son existence devenue légende, et le sourire du vieux bonhomme, dans les milliers de lithographie suscitées par sa popularité.

54Le « Cas Béranger » est donc un exemple de médiatisation tout à fait volontariste de la vie privée, dans un contexte où les enjeux d’image ne sont pas seulement personnels, mais politiques. C’est parce que Béranger était « populaire » qu’il est devenu « médiatique ». Il est remarquable qu’aujourd’hui le mouvement se fasse plutôt en sens inverse, la médiatisation précédant et suscitant la popularité.

Bibliographie

Bibliographie

Goblot Jean-Jacques, La Jeune France libérale, Le Globe et son groupe littéraire 1824-1830, Paris, Plon, 1995.

Lyons Martin, « Les Best-sellers », dans R. Chartier et H.-J. Martin, Histoire de l'édition française, t. 3 « Le Temps des éditeurs, du romantisme à la Belle Époque », Paris, Fayard, 1990, p. 409-448.

Notes

1 Émile de Montégut, « Béranger », Revue des deux mondes, 1er décembre 1857, p. 640-641.

2 Napoléon Peyrat, Pierre-Jean de Béranger, Correspondance, entretiens et souvenirs, Paris, Ch. Meyrueis, 1861, p. 191.

3 Savinien Lapointe, Mémoires sur Béranger, Souvenirs, confidences, opinions, anecdotes, lettres, Paris, 1857, p. 108.

4 Article du 11 octobre 1828, repris dans Fragments littéraires, Paris, 1879, p. 269

5 Béranger, Dernières Chansons, Paris, Garnier, 1842, p. 2.

6 Ibid., p. 2-3.

7 Ibid, p. 3.

8 Ibidem.

9 Lettre à Cuvier du novembre 1820, dans Béranger, Correspondance, Paris, Garnier, 1860, vol. 1, p. 218.

10 La création de la SACEM date du début de Second Empire.

11 Il existe ainsi plus de 250 chansons sur l’air de la Marseillaise, républicaines, réactionnaires, ou même apolitiques.

12 Béranger, Dernières Chansons, op. cit., p. 13.

13 Émile de Montégut, « Béranger », art. cit., p. 640-641.

14 Cf. Jules Brivois, Bibliographie de l'œuvre de P.-J. de Béranger, L. Conquet, Paris, 1876.

15 Cf. Martin Lyons « Les Best-sellers », dans Roger Chartier et Henri-Jean Martin, Histoire de l'édition française, t. 3 « Le Temps des éditeurs, du romantisme à la belle-époque », Paris, Fayard, 1990, p. 409-448.

16 30 F pour les deux volumes in-8 de 1828 avec 40 illustrations de Deveria et Monnier ; pour l’édition illustrée Perrotin de 1829, en livraisons, 13 F 50 pour le texte seul, 27 F pour le texte et les gravures, et à 54 F pour l’édition de luxe, sur papier vélin, figures sur chine.

17 L’excellente chanson « L’in-8° et l’in-32 » qui sert de préface à cette édition souligne ironiquement le caractère bourgeois de l’entreprise.

18 Cf. Revue Bleue, 5 octobre 1907 (article d’Adolphe Lair), p. 420-425.

19 Alphonse de Lamartine, Cours familier de littérature, Paris, Firmin Didot, t. 4, entretien no 22, 1857, § 40.

20 Bernard Thalès, La Lisette de Béranger, souvenirs intimes, Paris, Bachelin-Deflorenne, 1864, p. 57.

21 Béranger, Œuvres complètes, Paris, Perrotin, 1834, vol. 1, préface, p. X.

22 Cf. Jean-Jacques Goblot, La Jeune France libérale, le Globe et son groupe littéraire 1824-1830, Paris, Plon, 1995, p. 448.

23 Lettre à Mme Biolay du 16 décembre 1828, dans Béranger, Correspondance, op. cit., vol. 1, p. 345.

24 Lettre à Cauchois-Lemaire du 8 janvier 1829, dans Béranger, Correspondance, op. cit., vol. 1, p. 351.

25 Jules Michelet, L'Étudiant, Paris, Seuil, 1977, p. 131.

26 Ibid., p. 133.

27 Émile de Montégut, art. cit., p. 656.

28 Savinien Lapointe, Mémoires sur Béranger, Souvenirs, confidences, opinions, anecdotes, lettres, Paris, Gustave Havard, 1857, p. 246.

29 Cf. Béranger, Correspondance, op. cit., vol. 1, p. 342.

30 Le parallèle entre Béranger et de Franklin est développé particulièrement dans une note qui fait du coup de tonnerre un point commun entre les deux « sages », que l’auteur retrouve aussi dans l’analogie de leur physionomie. Cf. Sainte-Beuve, Le National, 4 mars 1833, repris dans Critiques et portraits littéraires, t. 2, 1836, puis dans les Portraits contemporains. Détails et lettres citées dans l’édition Quarto, p. 146, note 13.

31 A. de Lamartine, op. cit., t. 4, entretien no 22, 1857, § 32 (anecdotes de sa charité) et § 33 (au sujet des ouvriers poètes qu’il désillusionne).

32 Ibid.., § 40.

33 Eugène Noël, Jules Michelet et ses enfants, Paris, 2e éd. 1878, p. 80.

34 Jules Simon, « Béranger », dans Figures et croquis, Paris, 1909, p. 189-208.

35 Paul-François Dubois, Fragments littéraires, Paris, 1879, vol. 2, notice sur Béranger parue le 11 octobre 1828, p. 330.

36 Henri Avenel, Chansons et chansonniers, Paris, s.l.n.d. (1889).

37 Bernard Thalès, op. cit., p. 60.

38 Flaubert, L'Éducation sentimentale, Paris, éd. Pléiade, 1952, p. 427.

39 Louise Colet, Quarante-cinq lettres de Béranger et détails sur sa vie, Paris, Librairie nouvelle, 1857, p. 16.

40 Ibid., p. 35-37.

41 Alphonse de Lamartine, op. cit., t. 4, entretien no 22, 1857, § 31.

42 J. Brivois, op. cit., p. 5. Signer du nom de Béranger une chanson étant en quelque sorte une garantie de qualité, donc de bienveillance du public, certains n’ont pas hésité à lui attribuer certaines de leurs productions pour les écouler.

43 Béranger, Correspondance, op. cit., t. 1, p. 300.

44 Lettre à Joseph Bernard du premier janvier 1829, dans Béranger, op. cit., t. 1, p. 351.

45 Hortense Allard, qui fait partie de ses intimes, écrit un article sur lui pour la Revue de Paris, article paru le 17 mars 1833, en essayant de respecter son désir de ne pas être « mis sur des échasses » ni « auréolé », cf. Mme P. de Saman, Les Enchantements de Prudence, Lévy, Paris, 1873, p. 230.

46 Léon Séché, Hortense Allard, Paris, Société du Mercure de France, 1908.

47 Le Magasin populaire commence en 1833.

48 Docteur Nivelet, Souvenirs historiques et étude analytique sur Béranger, Paris, Garnier, 1891.

49 Napoléon Peyrat, op. cit., Paris, 1861, p. 153.

50 Bernard Thalès, op. cit., p. 121.

51 Louise Colet, op. cit., Paris, 1857, p. 1-2.

52 Charles Nisard, Des Chansons populaires, Paris, 1866, vol. 1, p. 256.

53 Bernard Thalès, op. cit., E. Dentu, p. 118.

54 Béranger, Œuvres inédites, éditées par Henri Lecomte, Paris, H. Daragon, 1909.

55 « Quelque nouveau contrôleur des actions humaines » (scène 2), que Saint-Pierre est bien le seul à ne pas connaître, tandis que l’Ange Gabriel dit qu’il y a longtemps que les anges savent ses chansons (scène 6).

56 Théodore Muret, L'Histoire par le théâtre, Paris, Amyot, 1865, t. 3, p. 86.

57 Le parallèle est possible de ce point de vue avec les femmes mémorialistes évoquées par Claudine Giacchetti.

58 Alphonse Séché et Jules Bertaut, « Béranger anecdotique », Mercure de France, vol. 68, no 242, p. 254-269, 16 juillet 1907.

59 Savinien Lapointe, op. cit., p. 226.

60 Ibid.., p. 225.

61 Ibid, p. XXXIX.

62 Revue des deux mondes, 1er décembre 1832, repris dans Critiques et portraits littéraires, t. 2, 1836, puis dans les Portraits contemporains. Détails et lettres citées dans l’édition Quarto, p. 111, note.

63 Ibid., p. 115.

64 Louise Colet, op. cit., Paris, 1857.

65 Béranger, Œuvres complètes, Paris, Librairie des publications illustrées, 1875, vol. 1, notice de Paul Boiteau, p. XXVIII.

66 Joseph Bernard, Béranger et ses chansons, d’après les documents fournis par lui-même et avec sa collaboration, Paris, E. Dentu, 1858.

67 J.-E. Demangeot, Biographie de Béranger par ses chansons, Paris, Barrière-Bérard, 1892.

68 Docteur Nivelet, Souvenirs historiques et étude analytique sur Béranger, Paris, s.d.

69 Alexis Dalès, auteur d’immortelles et pervenches, édition populaire contenant la biographie poétique, notice biographique suivie d’une foule d’anecdotes concernant la vie de l’immortel poète, et terminée par plusieurs poésies et chansons choisies de P. Alexis Dalès, Paris, Dutertre, 1857.

70 Auguste Ricard, La Lisette de Béranger, Paris, B. Renault, 1846.

71 Cela ne concerne pas seulement Béranger ; on se souvient que Lamartine a fait les frais de cette crédulité en 1848 ; certains pensaient que ce nouveau membre du Gouvernement provisoire étant une femme !

72 Bernard Thalès, op. cit., p. 14.

73 Ibid., p. 110. On pense à Brassens, qui, après avoir, à longueur de chanson, évoqué les infidélités de sa femme imaginaire, trouvait difficile de faire porter ce fardeau à une femme réelle.

74 Lettre du 5 juin 1848 au rédacteur en chef de l’Assemblée nationale mentionnée par Bernard Thalès, op. cit., p. 112.

75 Portrait que Bernard Thalès compare à un tableau d’une femme en turban de Domenico Feti, cf. Bernard Thalès, op. cit., p. 21.

76 Eugène Pelletan, Une Étoile filante, Paris, E. Dentu, 1860.

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540