Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Médiatisation de la vie privée xve-xxe siècle

 | 
Agnès Walch

Deuxième partie. Le scandale et la transgression

De la sphère privée à la sphère publique

Un scandale à Marseille au siècle des Lumières

Christophe Regina

Texte intégral

  • 1 Le terme « mass-média » apparaît pour la première fois aux États-Unis dans les années 1920. Il est (...)

1Si le terme « média », ainsi que tous les mots qui en sont issus, sont d’une invention très récente, ils ne constituent pas pour autant une nouveauté1. La diversité des médias tels que nous pouvons les connaître aujourd’hui est quasi inexistante pour l’Ancien Régime. Les systèmes de diffusion de l’information à une échelle plus ou moins grande sont, quant à eux, réels. Il n’est pas de propos d’établir une comparaison anachronique entre les médias actuels et les systèmes de diffusion de l’information sous l’Ancien Régime, mais de montrer qu’en dépit de ce que l’on pourrait croire, l’information circulait, et fort bien. Il semble à propos d’indiquer que le terme media est le pluriel du mot latin medium, qui désigne le milieu ou l’intermédiaire. Ce sont à ces intermédiaires, qui contribuent au succès et à la circulation de l’information dans l’espace public, que nous nous proposons de nous intéresser. De façon assez réductrice et par souci de commodité, nous réifierons ces intermédiaires à trois catégories : les intermédiaires scripturaux, c’est-à-dire tous ceux qui relèvent de l’écrit, les intermédiaires imprimés et, enfin, les intermédiaires fondés sur l’oralité.

2Le dossier analysé est une affaire, dont les rebondissements multiples et variés pourraient aisément alimenter nos tabloïds actuels. En effet, les trois ingrédients nécessaires au succès de ce procès sont ici tous réunis : sexe, argent et célébrité. Mais au-delà, cette affaire nous permet d’envisager, au travers de l’histoire judiciaire et personnelle d’un couple en guerre, de quelle manière la vie privée est popularisée et par quels intermédiaires cette dernière finit par être, comme nous le dirions aujourd’hui, « médiatisée ». La durée de cette guerre conjugale, qui couvre les trois dernières décennies de l’Ancien Régime, nous invite également à nous interroger sur la question de la mémoire de l’affaire, puisque ce procès, un peu à la manière des romans feuilletons fort appréciés au siècle suivant, finit par susciter débats et passions en Provence. Procès d’autant plus intéressant qu’il débute sous les auspices de l’Ancien Régime pour se poursuivre sous la Constituante et la Convention.

  • 2 A.D. B.D.R. Marseille, 2 B 1490 f° 3, 1770.
  • 3 Sur la question des factums ou mémoires judiciaires, voir les travaux de Sarah Maza, Vies privées, (...)

3Les sources réunies pour ce travail sont avant tout judiciaires, tirées des archives de la sénéchaussée de Marseille2, parmi lesquelles on trouve aussi bien des procédures que de nombreux factums3, au civil comme au criminel entre 1770 et 1795, mais également des fonds anciens des bibliothèques municipales de l'Alcazar à Marseille et de la Méjanes à Aix-en-Provence.

4D’abord, nous présenterons les héros de cette affaire, au carrefour du roman et du drame bourgeois ; puis, nous nous intéresserons aux factums, véritable laboratoires littéraire et judiciaire, dont l’originalité mérite d’être soulignée ; enfin, nous prêterons intérêt aux intermédiaires et à leurs conséquences qui contribuèrent à rendre populaire dans l’espace public la

  • 4 A.D. B.D.R. Marseille 9 F 34, « Mémoire à consulter et consultation pour François Poutet & Magdelei (...)

trop fameuse affaire du sieur Cornet contre son épouse [qui] est une de celles que la nuit du silence devrait dérober à la connoissance de la société, parce qu’on ne peut la présenter ni la discuter dans un mémoire, sans y offrir en même tems & des images trop libres, & des scènes trop scandaleuses. Mais placés entre la crainte d’offenser peut être la pudeur, & le besoin de se défendre, il n’est pas même permis à Poutet & à sa femme d’hésiter. Ils sont forcés de parler.4

Le trio infernal

  • 5 Rose indique qu’elle « se trouvoit dans un asyle où, par une contradiction qui n’est pas la moins s (...)
  • 6 Furetière dans son article « Procureur », nous indique qu’un procureur est celui qui est « chargé d (...)
  • 7 Jean Reynouard, oncle maternel de Rose est aussi constructeur pensionnaire de galère du roi.
  • 8 Christophe Regina, « Élites, secrets de famille et publicité à Marseille au XVIIIe siècle », Rives (...)
  • 9 Sur l’histoire du couple, voir Agnès Walch, Histoire du couple... op. cit.

5L’affaire instruite par la sénéchaussée oppose initialement un consul vénitien en poste à Marseille depuis 1746, Barthélémy Cornet, à son épouse, Rose Michel Reynoir, riche héritière, fille de Joseph Reynoir constructeur pensionnaire de galère du roi. Très rapidement, les liens du mariage se détériorent, et si le couple s’oppose à peu près sur tous les points, ils se rejoignent en revanche pour souligner le caractère « mal assorti » de ce mariage de raison5. À ce conflit conjugal participe un troisième protagoniste, Me Lejourdan, procureur6 de Barthélémy Cornet7. Le triumvirat ainsi formé rend l’affaire particulièrement complexe8. L’origine de la fin du couple, à croire Rose Cornet, est à rechercher dans les perfides conseils que Lejourdan prodigua à son époux9. La dame Cornet, émancipée depuis septembre 1767, se lance donc dans une guerre judiciaire aussi bien contre son époux que contre son procureur. Rose Cornet est accusée par son époux, dès 1770, d’être une débauchée adultère et incestueuse et, qui plus est, se serait affichée publiquement au point de lire dans l’un des factums qu’

  • 10 A.D. B.D.R. Marseille 9 F 34 (Collection de factums d’Ancien Régime : plaidoyers, mémoires juridiqu (...)

il étoit impossible que pareilles aventures ne devinssent pas bientôt publiques. Les personnes vertueuses en gémissoient ; les libertins s’en amusoient ; tout le monde s’en entretenoit ; le sieur Cornet en étoit le moins instruit. Pour se convaincre de son malheur, il fallut qu’à la voix publique se joignissent les plaintes des parens de la dame Cornet.10

  • 11 A.D. B.D.R. Marseille 9 F 34, Copie de la consultation faite le 24 septembre 1771, par Mrs. les avo (...)
  • 12 Sur la question de l’adultère, Maurice Daumas, Au bonheur des mâles... op. cit et Agnès Walch, Hist (...)
  • 13 A.D. B.D.R. Marseille 2 B 1490 f° 3, plainte de Barthélémy Cornet datée du 3 octobre 1771 : « on le (...)
  • 14 La dame Cornet parvient, dans un premier temps, à les faire traduire en justice pour faux témoignag (...)
  • 15 Il est en effet indiqué dans le procès de 1770, que Rose Cornet aimait fouetter ses amants par pur (...)

6En effet, selon Barthélémy, son épouse aurait pris pour amant un juif converti, Xavier Sacerdoty, dont elle est la marraine, et au profit duquel elle aurait dépouillé le foyer conjugal pour le meubler11. La dénonciation de l'adultère est renforcée par les liens spirituels qui lient l’amant et sa maîtresse, ainsi que par les indécences auxquelles se serait livré ce couple illégitime12. En effet, dans les dépositions des témoins produits par le sieur Cornet, on insiste sur le scandale que provoque le libertinage de la dame Cornet qui s’affiche en public avec son amant13. Elle ne se contente pas de Xavier, puisqu’elle se serait éprise d’un autre homme, un certain Fabre. Pour masquer son commerce, elle maria elle-même ses amants avec l’une de ses cousines et l’une de ses servantes complices. Durant le printemps de l’année 1769, alors que le sieur Cornet était à Venise pour affaire, la dame Cornet, ses amants et leurs épouses respectives « firent des voyages à la Ciotat à la Sainte Baume, à Roquevaire, à Aix ; dans le cours de ces voyages elle prodigua tout à la fois ses caresses à Fabre et à Sacerdoty, ce même lit étoit le théâtre de leurs plaisirs » et « soit dans les auberges de route, soit à la maison de campagne, on les a vu coucher ensemble sur le même lit ou la demoiselle Reynoir la gorge découverte se livroit avec infamie aux attouchements de l’un et de l’autre dans les postures les plus indécentes ». Le couple de cabaretiers de Roquevaire14, témoin de ces libertinages, souligne que la dame Cornet caressait aussi bien ses amants que leurs femmes. Le scandale se trouve donc amplifié par les pratiques sexuelles dénoncées : plaisirs collectifs avec amants et épouses, pratiques sadomasochistes15, dilapidation de la fortune conjugale, rien n’est laissé au hasard. La dénonciation de pareilles attitudes chez une femme issue de l’élite marseillaise met en émoi le public ou, devrions-nous ajouter, le divertit.

  • 16 « Part de propriété d’un navire indivis. Lorsqu’un navire n’appartient pas à une seule personne, ma (...)
  • 17 À plusieurs reprises est mis en avant le détail des frais de justice qui sont exorbitants. Maurice (...)
  • 18 A. B.D.R. Marseille 9 F 33 Réponse à la requête remonstrative de Me Jean-Maximin Lejourdan, pour Ro (...)

7À ces différentes accusations de débauche et de prostitution, Rose répond par la dénonciation de l’avidité de son époux, dont les seuls desseins ne sont que ceux de la spolier de ses biens grâce à l’aide de son complice. Il ne s’agit pas d’entrer dans le détail de l’usurpation des biens dénoncée, même si les sommes sont considérables : ventes de différentes propriétés, cession de quirats16, détournements de loyers, autant de biens susceptibles d’exciter les convoitises et, surtout, de garantir le pouvoir. La popularité prise par cette affaire est due à la condition des intéressés, qui appartiennent à l’élite marseillaise. Mener une action d’envergure en justice n’est pas à la portée de tous, et les frais engagés pour triompher de l’autre sont considérables17. Rose est effectivement en procès contre son époux, mais surtout contre Lejourdan, auquel elle voue une haine mortelle, et qui est « la source impure d’où va sortir ce fléau domestique18 ». Elle l’accuse d’avoir « allumé parmi les époux le flambeau de la discorde qui les agite depuis longtemps ». En dépit des accusations graves que fait peser Barthélemy Cornet sur son épouse, c’est contre Lejourdan que l’action judiciaire se cristallise, le mari étant finalement le plus souvent moqué ou diabolisé. Toutes les conditions propices au scandale public sont réunies dans cette affaire, au point qu’entre emphase en tout genre et démesure, l’affaire embrase tout Marseille, son terroir, son arrière-pays, la France, une partie de l’Europe et même jusqu’aux Amériques ! La durée de ce conflit autant que l’opiniâtreté des parties autorisent cette publicité, bref cette médiatisation qu’il convient de détailler désormais.

Le mémoire judiciaire, un laboratoire littéraire

  • 19 Maurice Daumas, « Les conflits familiaux dans les milieux dominants au XVIIIe siècle », Annales, E. (...)
  • 20 A.D.B.D.R 9 F 34. Il est fait référence à l’ouvrage de Richardson. L’ouvrage publié au coeur du pro (...)

8Récemment, dans une communication tenue à Toulouse, j’ai tenté de mettre en évidence les liens qui unissent l’écriture littéraire et l’écriture judiciaire, d’une part, à travers les mémoires judiciaires et, d’autre part, à travers les plaintes19. Il existe en effet des influences respectives des genres, dont voici quelques traits susceptibles d’expliquer le succès de cette littérature particulière et, ainsi, sa large diffusion. Il convient de rappeler, tout d’abord, que depuis l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539), il n’est plus guère question d'éloquence pour les avocats. Le passage à la procédure inquisitoire prive ces derniers de la possibilité de plaider au criminel, sauf en cas de jugement à l’extraordinaire. La production de ces mémoires judiciaires offre donc une alternative à nos protagonistes. Notre propos se rapporte à la requête de Lejourdan, sur laquelle nous reviendrons, et sur deux textes, le premier intitulé Triomphe de la vérité et de l’innocence, le deuxième, L’Epoux qui veut se faire déclarer cocu, qui sont dus à la dame Cornet. Ces textes permettent de mettre en évidence un syncrétisme littéraire. En effet, l’œuvre de Rose s’inspire d’une démarche éminemment littéraire, dont le substrat narratif épouse le cheminement de l’affaire judiciaire. Suite au procès que son mari lui intenta pour adultère, Rose fut un temps en prison. Le temps de la détention fut utilisé par elle pour préparer sa défense et obtenir sa libération. Pour y parvenir, elle entreprit la rédaction d’un mémoire qui, à ce jour, nous échappe encore. Toutefois, il est possible d’en connaître le contenu grâce à son mari qui indique, en effet, « qu’elle a composé ou fait composer dans les prisons une espèce de roman en forme de lettres qui contient son histoire, & la réponse aux prétentions de son mari : chaque lettre débute par une réflexion morale tirée de quelques romans, tels que Clarisse, la Nouvelle Héloïse, Candide, &c. », viennent ensuite les détails sur la dot, le trousseau. Nous ignorons si cette production, d’un genre nouveau et tout à fait extravagant, verra le jour de l’impression, mais la dame Cornet, l’a répandue en manuscrit dans un certain public ; elle a fait l’admiration de la Conciergerie, de quelques personnes telles que la demoiselle Agnel fripière, & ne sera peut-être pas indigne des nouveaux protecteurs de l’accusée »20.

  • 21 Publié en 1748 et traduit par l’Abbé Prévost en 1751.

9La dame Cornet s’inspire de la Clarissa Harlowe de Samuel Richardson21, de la Nouvelle Héloïse de Rousseau, de la Cunégonde de Voltaire, de la Divine Comédie de Dante... Dans les textes de la dame Cornet se côtoient aussi bien les genres de la chronique que ceux du pamphlet ou du drame bourgeois, voire les histoires tragiques, dont celles de Rosset, de Poissenot et de Camus, pour ne citer que ces quelques grands maîtres. Elle cite Helvétius comme les grands criminalistes à la mode, tels Muyart de Vouglans ou Daniel Jousse. Il ne faut pas omettre, par ailleurs, cet aspect essentiel des mémoires judiciaires qui deviennent proportionnellement populaires à la qualité de leur récit. Cette qualité observée, la diffusion peut s’effectuer.

Les moyens de diffuser l’affaire

10Sans des relais et des moyens adaptés, la diffusion du procès aurait peut-être été limitée, mais en aucun cas confidentielle. Afin de comprendre la popularité de cette affaire, il faut d’une part s’intéresser à son contenu et, d’autre part, au moyen de le rendre connu. La durée de l’affaire et la qualité des protagonistes rendent possible l’usage du pouvoir de l’imprimé, pouvoir d’autant plus redouté qu’il témoigne d’un désir de diffuser et de pérenniser un événement. Le simple usage de l’imprimé trahit un désir de mémoire. Aussi Lejourdan ne manque-t-il pas de souligner que

  • 22 A.D.B.D.R. Marseille 9 F 34, Un mémoire justificatif et consultation pour Me Jean-Maximin Lejourdan (...)

l’injure est tout ce qui est fait contre le droit [...]. Il n’en est point de plus grave que celle qui est faite par écrit, c’est un monument dont il est impossible de détruire les vestiges, surtout lorsqu’il a été mis au grand jour par la voye de l’impression, & quel que puissant que soit le bras de la Justice, il n’est pas toujours en son pouvoir d’en empêcher les funestes suites. [...] L’honneur est aussi précieux que la vie, ceux qui attaquent l’un ou l’autre doivent être également punis.22

  • 23 François Dareau, Traités des injures, Paris, Prault père, 1775 : « Des injures par écrit. Ce que no (...)
  • 24 Une « requête remonstrative » qualifie un mémoire dans lequel on formule des remontrances. Les requ (...)

11Dans son traité des injures, François Dareau fait le même constat et renvoie l’usage du libelle diffamatoire au plus grave des crimes23. Plus loin, Lejourdan indique que « l’indignation & l’horreur sont les premiers sentimens que les libelles font naître chez un peuple dont l’honneur est l’idole ». Non seulement, parce qu’il rend concrète l’information qu’il matérialise, mais aussi double le circuit de la rumeur qu’il soutient. S’il est de bon ton d’utiliser l’emphase et ses effets rhétoriques en justice, il y a malgré tout une réelle ampleur de l’affaire rendue perceptible par les témoignages. Lorsque Lejourdan s’indigne que les mémoires « ont été répandus avec profusion dans cette ville, à St Maximin, à Aix & ailleurs » et que « tout cela aggrave le délit », il ne ment pas. Rose prend soin de faire adresser à Saint-Maximin une copie de sa requête « remonstrative24 » dans l’intention d’instruire les personnes qui témoignent en faveur de Lejourdan de la véritable nature de ce dernier. Dans son imprimé, elle dénonce ainsi à la fois 1’« homme public » et l’« homme privé », rédige ou fait rédiger ce qu’elle appelle l'« Histoire de Me. Jean-Maximin Lejourdan ». Elle y dénonce son adversaire et toute sa famille. Une information est ouverte contre les auteurs du libelle à Marseille le1er juin 1770. L’un des témoins de l’information, Jean-Baptiste Concordan, bourgeois, dépêché par la dame Cornet, indique

qu’il étoit dans la salle d’audience publique lors de la playdoirie civille de la dame Cornet, comme il fut parlé dans ladite playdoirie de Lejourdan, procureur auquel on imputoit des faits graves et qu’il fut même lu à l’audience l’extrait du décret d’ajournement contre luy, le déposant qui comprit que cette affaire aurait des suites pria Pierre Lejourdan et son amy de luy envoyer un des imprimés [...]. Un nommé Flayol au conseil informa les membres de l’arrivée d’un paquet qu’il ouvrit et dans lequel se trouvoit la requête remonstrative contre M. Lejourdan.

12Louis Joseph Revest, avocat en la cour indique, pour sa part, qu’il lui

tomba fortuitement entre les mains une requête rémonstrative imprimée [...], il la parcourut rapidement ne connaissant point ledit Cornet [...] ayant fait attention aux délits imputés à Me Lejourdan. [...]. Se trouvant à Marseille il a eu l’occasion de lire de nouveau une requête remonstrative [...] servant de réponse à celle de la dame Cornet dont la réputation ne lui a pas paru beaucoup plus ménagée.

  • 25 A.D. B.D.R. Marseille 9 F 33 : « Jamais citoyen, jamais homme public ne fut diffamé aussi cruelleme (...)
  • 26 A.D. B.D.R. Marseille 9 F 33 : « Je sens que les détails dans lesquels on me force d’entrer, ne ser (...)

13Louis Jean Vachier rapporte que « chez Perre il vit le mémoire de la dame Cornet qui fit beaucoup de bruit ». Nous ne citerons pas tous les témoins présents au conseil de ville, mais ils témoignent tous de l’existence de cette requête, des lectures de groupe qui en ont été faites, et surtout qu’elle circule, car tous les témoins la tiennent de personne différentes. Certains indiquent en avoir lu quelques lignes, d’autres en avoir entendu parler sans la lire, d’autres n’y avoir prêté aucun intérêt. La dénonciation portée à Saint-Maximin oblige Lejourdan à se justifier tant à Marseille que dans sa ville d’origine. Il entreprend à son tour d’user des mêmes expédients que ceux de son ennemie, et fait ainsi circuler une réponse qui s’ouvre par une longue justification personnelle et morale, qui n’est pas sans rappeler les Confessions de Rousseau25. Il lui faut « anéantir les impressions désavantageuses que le libelle répandu contre moi, pourroit laisser dans l’esprit du public26 ». Il est obligé en parallèle de demander au conseil de ville, ainsi qu’aux hommes les plus importants de Saint-Maximin, des certificats de bonne conduite qui confirme sa respectabilité. La nécessité de tels documents implique que d’autres personnes deviennent de nouveaux vecteurs de l’affaire. Ayant été attaqué à la fois sur sa vie privée et sur sa fonction publique, il est contraint de se justifier, notamment en ce qui concerne l’acquisition de sa charge. Cette justification se fait en faveur aussi bien de la justice que du public.

  • 27 A.D.B.D.R. Marseille 9 F 34, Copie de la consultation faite le 24 septembre 1771, par Mrs. les avoc (...)

14Dans l’ensemble des pièces étudiées, apparaît un constant souci des parties de prendre comme arbitre un tiers invisible mais réel, souvent convoqué en justice : le public. Véritable juge du procès, le public discoure et débat des affaires. Le pluriel est, en effet, de rigueur lorsque l’on évoque l’affaire Cornet, puisque ce n’est pas moins d’une cinquantaine de procès qui composent le dossier27, disséminés aussi bien au civil qu’au criminel ou dans les fonds de l’amirauté :

  • 28 A.D.B.D.R. Marseille 2B 1490, Copie de la consultation faite le 24 septembre 1771, par Mrs. les avo (...)

Tous les tribunaux retentissoient de son nom [la dame Cornet], & partout elle se montrait infatigable. On eut dit qu’elle se multiplioit lorsqu’il falloit nuire. On la voyoit tout à la fois, à Aix & à Marseille, au Tribunal civil, au tribunal criminel, aux soumissions, à l’amirauté, aux Juge & Consuls, entasser chicanes sur chicanes ; décliner un Tribunal, appeler des jugements de l’autre ; là poursuivre son époux, ici éluder l’effet de ses demandes, & les contester ; là calomnier cet époux sous prétexte de se défendre contre le procureur de celui-ci, produire des libelles infernaux où sa haine étoit gravée en traits de sang, & mériter le même décret qu’elle avoit attiré à son défenseur.28

  • 29 Maximilien III (Joseph de Bavière 28 mars 1727-30 décembre 1777), Charles IV Théodore (11 décembre (...)

15On se livre bataille sur tous les fronts et en utilisant toutes les possibilités de diffusion de l’information alors disponibles. Qui dit imbrications complexes de différentes juridictions dit aussi mobilisation importante de témoins, ici plus d’une centaine, mais aussi fuites en tout genre. Si au criminel, les procès s’instruisent à huit-clos, ce n’est pas le cas au civil. La justice sous l’Ancien Régime n’est rien d’autre qu’une extension de l’espace public, où les débats et les commentaires sur l’affaire vont bon-train. Le fameux bruit public, anonyme et bien utile pour rendre évasive l’origine des informations, constitue un autre vecteur d’informations, particulièrement prisé, puisqu’il est modelable à l’infini, selon la fantaisie et l’imagination de celui qui restitue l’information. Dans l’introduction, nous avons évoqué les dimensions locales, nationale, européennes, voire mondiale du procès. En effet, l’affaire circule dans tout le terroir marseillais, non seulement à cause des juridictions qui sont intervenues, tant à la sénéchaussée de Marseille qu’au Parlement d’Aix ou à l’Amirauté, mais aussi à Saint-Maximin, à la Ciotat, à la Sainte-Baume... Le procès est également connu à Venise, Barthélémy Cornet étant consul de la Sérénissime. Le frère aîné du sieur Cornet, qui est depuis très longtemps « conseiller & agent à Venise de LL. AA. SS les Électeurs de Bavière & Palatin29 », a probablement dû avoir vent de cette affaire, point qu’il nous faudra confirmer. Enfin, on sait que, par le biais de Fabre, un des présumés amants de Rose Cornet, la vie de sa maîtresse fut racontée aux Amériques, où il était parti en voyage, en s’étant vanté de ses exploits aussi bien durant la traversée que durant son séjour. Cette libéralité du discours, cette variation des échelles, cette profusion de personnages, contribuent, à leur façon, à faire croître de façon concomitante le bruit public et le succès de l’affaire.

Les conséquences de la popularité du procès

  • 30 A.D.B.D.R. Marseille 9 F 34, Réponse à la requête remonstrative de Me Lejourdan de Rose Michel Reyn (...)

16Tout d’abord, la publicité que favorisa le procès eut pour première conséquence d’inquiéter ceux et celles qui étaient liés, d’une façon ou d’une autre économiquement, au couple ou à Lejourdan. À ce propos, Me Lejourdan ne manque d’indiquer que « le divorce de la dame Cornet étant devenu aussi public que ses dissipations, ses créanciers craignirent avec raison l’aliénation des capitaux soumis à leurs hypothèques, [...] une instance en séparation entre le mari & la femme donna aux créanciers de la dame Cornet le signal des procédures30 ».

  • 31 B.M. Aix-en-Provence, Cité du Livre, fonds patrimoniaux, cote In 8 pcs 1929, Le Triomphe de la véri (...)

17L’œuvre de Rose Reynoir emprunte à différents genres littéraires. Elle rapporte dans ses écrits les événements politiques en cours qui autorisent un retour de l’espoir et une ultime confrontation avec ses ennemis. Lorsque la Révolution française éclate, Rose Cornet revient sur le devant de la scène. En effet, la justice d’Ancien Régime qui l’avait tant de fois déboutée venait d’expirer avec la tyrannie récemment mise à bas. Les « despotes en robes noires » ne sont plus, « je poursuivrai mes ennemis, & je ne quitterais l’arène qu’après les avoir terrassé31 ».

  • 32 Ibid.
  • 33 A.D.B.D.R. Marseille 9 F 34. Il est fait référence à l’ouvrage de Jean-André Perreau, Clarisse, dra (...)
  • 34 B.M. L’Alcazar, Marseille, cote XD 3163, Pétition faite par des citoyennes, à l'Assemblée patriotiq (...)

18C’est ainsi qu'elle ouvre sa dénonciation et, effectivement, elle resta longtemps dans cette arène... presque 30 ans. Rassemblant ses dernières forces, elle fait à nouveau publier entre 1790 et 1795, trois textes, à la croisée du littéraire et du judiciaire, l’un et l’autre ne s’excluant nullement. Elle fait paraître d’abord, en 1790, son Triomphe de la vérité et de l’innocence, ou l’infortunée Reynoir, victorieuse des calomnies & des criminelles manœuvres du sr. Cornet son époux, auquel succède L’époux qui veut se faire déclarer cocu et la suite de la demande en divorce de la ci-devant dame Cornet, puis en 1795, La Demande en divorce de la ci-devant dame Cornet32. Dans l’ensemble de ces trois œuvres, il y a, comme dans la série des factums, rencontre du littéraire et du judiciaire, des genres qui se soutiennent l’un et l’autre, mutuellement. Rose exhorte la ville de Marseille, personnifiée sous les traits d'une divinité, à entendre sa « dénonciation33 ». Sa démarche est d’ailleurs soutenue publiquement grâce à une pétition rédigée en sa faveur par des citoyennes à l’Assemblée patriotique, le 23 juillet 179034. On y apprend que, lors de précédentes séances de l’assemblée patriotique, le comité de conciliation aurait pris connaissance du dossier.

19En 1795, La demande en divorce est un véritable hymne à la libération des couples et aspire à une portée universelle. Le combat de la dame Cornet devient celui de tous les couples malheureux en mariage : « Si les époux désormais cessent d’aimer leurs épouses, ils ne cesseront pas d’être leurs amis ; ils seront au moins des hommes raisonnables ». Rose introduit son propos en rappelant que :

  • 35 B.M. L’Alcazar, Marseille, cote 4717 T.30, La Demande en divorce de la ci-devant dame Cornet.

La France entière a souvent retenti de ma trop célèbre et triste affaire, et conséquemment de mes malheurs. L’hymen le plus fatal m’a lié jusqu’à ce jour, à l’époux le plus injuste, le plus fourbe et le plus vil. Les crimes de cet homme avaient nécessité notre séparation. Il jouissait de mes biens, il nageait dans l’abondance, il en faisait l’emploi le plus scandaleux ; et moi ! Je manquais de pain ; et moi ! Je traînais la vie la moins supportable ; et moi ! J’étais réduite à désirer la mort ! Combien de fois... je ne sais comment j’ai pu ne pas exécuter ce suicide projet. La Providence avait constamment placé dans mon cœur une lueur d’espérance. Cette espérance s’est enfin réalisée. Le divorce a été décrété. Le mariage n’est plus considéré que comme il aurait dû l’être dans tous les tems, que comme un contrat civil, un contrat conséquemment résoluble. Cette partie de la Constitution française, amenant la pureté des mœurs et la prospérité de l’Empire, concourra le plus, par ces effets, à son maintien.35.

  • 36 Ibid.
  • 37 B.M. L’Alcazar, Marseille, cote 4717 T.30, La Demande en divorce de la ci-devant dame Cornet : « Je (...)

20Il est temps que cela change. À la date où elle publie sa demande en divorce, son époux n’a toujours pas répondu à son défi. Rose termine sur ces paroles prophétiques : « Il veut éluder le combat dissolutif de notre fatal hyménée ; mais je le forcerai bien à se rapprocher de moi dans l’arène judiciaire, pour y voir prononcer notre éternel éloignement. Je publierai bientôt la suite des préliminaires36 ». Et, effectivement, elle parvient à obtenir du tribunal des familles la restitution d’une partie de ses biens, presque quarante ans après le début de cette affaire, avec l’éternelle menace du recours à l’imprimé37.

21En conclusion, il semble important de rappeler que, si cette affaire eut un grand retentissement, ce fut en raison de la qualité de ses protagonistes. Toutefois, à une autre échelle et en dehors de l’imprimé qui reste l’apanage des élites, l’information empreinte les mêmes canaux de diffusion et provient des mêmes sources. Dans la société des voisins, géographiquement définie par les limites souvent floues du quartier, rumeur, commérages et débats animent leur sociabilité. Les procès sur lesquels je travaille montrent qu’il est rare qu’un témoin sollicité pour déposer ne sache rien de l’affaire pour laquelle il est entendu. L’oralité joue un rôle essentiel dans l’élaboration de l’information qui fait toujours l’objet de reconstruction et d’interprétation. Dans les témoignages, c’est très souvent le « brait public », déjà évoqué, qui constitue la première source d’information. Si on en revient aux Cornet, il est évident que la médiatisation ne fait aucun doute. Il existe ailleurs qu’en France des exemplaires des factums de cette affaire, preuve que, sous couvert d’une banale affaire de guerre conjugale, il y a matière première à créer le débat et l’événement médiatique avant la lettre.

Bibliographie

Bibliographie

Daumas Maurice, « Les conflits familiaux dans les milieux dominants au XVIIIe siècle », Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, 1987, vol. 42, no 4, p. 901-923.

—, Au bonheur des mâles, Paris, Armand Colin, 2007.

Maza Sarah, Vies privées, affaires publiques : les causes célèbres de la France prérévolutionnaire, Paris, Fayard, 1997.

Regina Christophe, « Élites, secrets de famille et publicité à Marseille au XVIIIe siècle », Rives méditerranéennes, no 32-33, UMR 6570 Telemme / MMSH, Aix-en-Provence, 2009, p. 45-67.

Sartre Jean-Paul, Critique de la raison dialectique, vol. II, Paris, Gallimard, 1985.

Viret Jérôme-Luther, « Le pouvoir dans la famille. Un mémoire judiciaire du Velay en 1787 », Histoire & sociétés rurales 2006/2, no 26, p. 169-192.

Walch Agnès, Histoire du couple en France, Rennes, Ouest-France, 2003.

—, Histoire de l’adultère (XVIe-XIXe siècle), Paris, Perrin, 2009.

Notes

1 Le terme « mass-média » apparaît pour la première fois aux États-Unis dans les années 1920. Il est alors utilisé pour désigner l’ensemble des moyens de diffusions de masse comme la presse, la radio, puis la télévision etc. Le terme en France apparaît en 1960 sous la plume de Jean-Paul Sartre dans sa Critique de la raison dialectique. Jean-Paul Sartre, Critique de la raison dialectique, vol. II, Paris, Gallimard, 1985, p. 160-161.

2 A.D. B.D.R. Marseille, 2 B 1490 f° 3, 1770.

3 Sur la question des factums ou mémoires judiciaires, voir les travaux de Sarah Maza, Vies privées, affaires publiques : les causes célèbres de la France prérévolutionnaire, Paris, Fayard, 1997. Voir également l’article de Jérôme-Luther Viret, « Le pouvoir dans la famille. Un mémoire judiciaire du Velay en 1787 », Histoire & sociétés rurales 2006/2, no 26, p. 169-192. Maurice Daumas, « Les conflits familiaux dans les milieux dominants au XVIIIe siècle », Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, 1987, vol. 42, no 4, p. 901-923.

4 A.D. B.D.R. Marseille 9 F 34, « Mémoire à consulter et consultation pour François Poutet & Magdeleine Tremelat [...] appelants de sentence rendue par le lieutenant criminel de la sénéchaussée de Marseille le 16 juin 1772 », p. 1.

5 Rose indique qu’elle « se trouvoit dans un asyle où, par une contradiction qui n’est pas la moins singulière dans nos mœurs, ce sont celles qui ont renoncé au monde, qui élèvent celles qui doivent y vivre. Il [Le sieur Cornet] la vit pour la première fois à travers les grilles, & cette entrevue fut courte. Une union si peu assortie & qui devoit causer tant de malheurs, ne rencontra point d’obstacles, tandis que par une singulière fatalité, il s’en élève d'invincibles contre ces mariages où les époux apportent une égalité d’amour & de désirs. Des liens qui doivent se changer en chaînes. [...] Enfin, pour nous servir d’une expression consacrée par l'usage, ce fut un mariage de convenance, c’est-à-dire un mariage mal assorti », A.D. B.D.R. 9 F 34.

6 Furetière dans son article « Procureur », nous indique qu’un procureur est celui qui est « chargé de la procuration d’autruy, qui traite en son nom ». Procureur « se dit aussi d’un officier crée pour se présenter en Justice, & instruire les procès des parties qui le voudront charger de leur exploit, ou de leur procuration. ». Antoine Furetière, Dictionnaire universel, La Haye, A. et R. Leers, 1690. Pour dire plus simplement les choses, un procureur est un officier chargé de conseiller les parties en justice et de suivre le déroulement des procédures.

7 Jean Reynouard, oncle maternel de Rose est aussi constructeur pensionnaire de galère du roi.

8 Christophe Regina, « Élites, secrets de famille et publicité à Marseille au XVIIIe siècle », Rives méditerranéennes, no 32-33, UMR 6570 Telemme/MMSH, Aix-en-Provence, 2009, p. 45-67.

9 Sur l’histoire du couple, voir Agnès Walch, Histoire du couple... op. cit.

10 A.D. B.D.R. Marseille 9 F 34 (Collection de factums d’Ancien Régime : plaidoyers, mémoires juridiques provenant de divers fonds et notamment du fonds Fréccero), « Mémoire à consulter et consultation pour François Poutet & Magdeleine Tremelat [...] appelants de sentence rendue par le lieutenant criminel de la sénéchaussée de Marseille le 16 juin 1772 ».

11 A.D. B.D.R. Marseille 9 F 34, Copie de la consultation faite le 24 septembre 1771, par Mrs. les avocats Serraire, Pascal, & Simeon d’Aix, avant d'intenter la procédure criminelle rédigée à la demande du sieur Cornet : « Sa femme a eu l’indigne & criminelle bassesse de vivre publiquement dans un commerce charnel avec un juif nommé Abraham Sacerdoti, qui étoit son domestique, & sans être arrêté par la considération de l’alliance spirituelle qu’il avoir contractée avec lui : car elle avoit été la marraine ; (lorsque sans l’objet apparemment de trouver une ressource contre son indigence), il s’étoit fait baptiser, & avoir reçu le nom de Jean-François-Xavier », p. 1.

12 Sur la question de l’adultère, Maurice Daumas, Au bonheur des mâles... op. cit et Agnès Walch, Histoire de l’adultère... op. cit.

13 A.D. B.D.R. Marseille 2 B 1490 f° 3, plainte de Barthélémy Cornet datée du 3 octobre 1771 : « on les a vu se tenir réciproquement sur les genoux, se baiser mutuellement sur la bouche, la delle Reynoir se découvrir la gorge devant luy, luy mettre la main dans la culotte, le tutoyer, luy prodiguer les expressions les plus tendres et les plus vives, l’apeller sans cesse mon beau, mon coeur, mon tout, permettre à son domestique de la nomer de même, essuyer de sa part les outrages les plus sanglants, jusques là que Xavier Sacerdoty l’apelloit la f. putain, avec la parolle sale soit en s’adressant à elle soit lorsqu’elle le faisoit apeller répondant par ces mêmes mots “que me veut cette foutue putain” son aveugle passion luy faisoit suporter ces excès avec patience ». On trouve dans le témoignage de nombreux témoins des récits semblables qui, d’ailleurs, pourraient laisser croire que les témoins ont bien appris leur leçon, du moins c’est ce que Rose Cornet dénonce. Ainsi Marie-Thérèse Morel indique dans sa déposition que « avant le départ du sieur Cornet pour Venise [il y reste 6 mois] elle avoit demeuroit plusieurs mois dans sa maison, qu'elle voyoit la dame Cornet caresser continuellement le nomé Xavier, le baisant sur la bouche, l’embrassant avec tendresse, l’appellant mon bon, mon coeur, luy disant “tu es mon tout” en agissant avec luy avec la plus grande familiarité et Xavier usant de même avec elle s’asseyant sur les genoux l’un de l’autre en s’embrassant et se baisant ; qu’un jour ladite dame ayant gardé le lit par incommodité, son mary étant entré dans l'apartement pour luy dire qu’il alloit sortir, elle luy dit de la baiser sur la bouche et comme elle avoit des boutons sur les lèvres ledit sieur Cornet se contenta de la baiser sur la joue et il n’eut pas plutot sorty que ladite dame fit appeler Xavier, lequel en entrant se jetta sur le lit, embrassa ladite dame, la serra dans ses bras et la baisa sur la bouche avec tant de vivacité ce quy fut cause que ladite dame dit à la déposante “voyez celuy là il ne craint pas de prendre mon mal comme mon mary, il a de l’amitié pour moy il le fait paraître” ».

14 La dame Cornet parvient, dans un premier temps, à les faire traduire en justice pour faux témoignages. Mais rapidement les avocats du sieur Cornet parviennent à faire lever la condamnation : « Poutet & sa femme sont l’un et l’autre totalement illitérés. N’ayant jamais eu à faire qu’avec des paysans & des gens de la populace & barbare. Ils sont hors d’état de comprendre, comme d’exprimer, un seul mot en françois. Ils ne peuvent donc assurer si ce que Me Chomel a dicté & fait écrire en cette dernière langue, lors de leurs confrontations & de leurs interrogatoires, est conforme, ou non, à l'édition que la dame Cornet en a donné. Me Chomel [le lieutenant général criminel de la Sénéchaussée de Marseille] étoit un juge faillible, & très faillible ; Poutet & sa femme n’étoient ni faits ni propres à empêcher son erreur : les contradictions qu’il a traduites sont certainement une faute commune à l’un pour s’être trompé, aux autres pour n’avoir pas été en état de l’en empêcher ; dans tous les cas, c’est moins aux témoins qu’au Juge qu’elles doivent être attribuées, & que doit en être infligée la peine : le juge, par état, doit être instruit ; le témoin peut ne l’être pas ».

15 Il est en effet indiqué dans le procès de 1770, que Rose Cornet aimait fouetter ses amants par pur plaisir. Ce qui est intéressant ici n’est pas tant la vérité de l’assertion, mais davantage la façon de percevoir et de restituer la sexualité ici présentée comme anormale et partant honteuse. Nous sommes toujours dans cette logique infamante de l’autre.

16 « Part de propriété d’un navire indivis. Lorsqu’un navire n’appartient pas à une seule personne, mais à plusieurs, on le suppose décomposé en un certain nombre de parties égales (ordinairement vingt-quatre) appelées quirats, et les divers copropriétaires le sont pour un quirat, ou deux, ou trois etc. » Dictionnaire Le Littré.

17 À plusieurs reprises est mis en avant le détail des frais de justice qui sont exorbitants. Maurice Daumas souligne que les mémoires judiciaires étaient diffusés largement dans le public, devant lequel les parties se livraient à une véritable bataille de factums. Ceux-ci revenaient chers, aussi la plupart de ces procès concernaient-ils les élites comme c’est ici le cas.

18 A. B.D.R. Marseille 9 F 33 Réponse à la requête remonstrative de Me Jean-Maximin Lejourdan, pour Rose Michel Reynoir épouse du sieur Barthélémi Cornet, consul pour la République de Venise en cette ville de Marseille.

19 Maurice Daumas, « Les conflits familiaux dans les milieux dominants au XVIIIe siècle », Annales, E.S.C., 4 (1987), p. 901-923 ; « La spécificité du factum réside dans cette combinaison de narration et d’argumentation qui le situe à mi-chemin de l’enquête et du roman apologétique, et le fonde tout à la fois comme pratique de l’idéologie et idéologie de la pratique ».

20 A.D.B.D.R 9 F 34. Il est fait référence à l’ouvrage de Richardson. L’ouvrage publié au coeur du procès montre que la dame Cornet suit l'actualité littéraire.

21 Publié en 1748 et traduit par l’Abbé Prévost en 1751.

22 A.D.B.D.R. Marseille 9 F 34, Un mémoire justificatif et consultation pour Me Jean-Maximin Lejourdan, procureur en cette sénéchaussée servant de réponse aux diverses imputations contenues dans le libelle diffamatoire de la dame Reynoir Cornet, 1er août 1770, p. 119.

23 François Dareau, Traités des injures, Paris, Prault père, 1775 : « Des injures par écrit. Ce que nous venons de dire des injures vocales, peut s’appliquer aux injures écrit. La calomnie, la médisance, les reproches, l’imprécation, les menaces, &c. peuvent avoir lieu par écrit comme par paroles. Les principes sont les mêmes ; il n’y a de différence que pour la gravité. Une injure par écrit a toujours été regardée comme plus sérieuse qu’une injure verbale. L’une est plus fatigante, plus durable & plus difficile à réparer que l’autre. Celle-ci, n’est souvent que l’effet d’une promptitude & d’une brusquerie passagère, au lieu que l’injure par écrit, paraissant être le fruit de la réflexion, renferme plus de malignité, & nous paraît beaucoup moins excusable. [...] Le règlement du Conseil, du 28 février 1723, art. 99, porte que “ceux qui imprimeront, vendront, exposeront, distribueront, ou colporteront des livres ou libelles contre la Religion, le service du Roi, le bien de l’État, la pureté des mœurs, l’honneur & la réputation des familles et des particuliers, seront punis suivant les rigueurs des Ordonnances, et qu’à l’égard des Imprimeurs, Relieurs, & Colporteurs, ils seront en outre privés & déchus de leurs privilèges & immunités, & déclarés incapables d’exercer leur profession, sans pouvoir jamais y être établis” », p. 34-39. Il est très intéressant de remarquer qu’à aucun moment les imprimeurs respectifs des parties n’ont été inquiétés alors qu’ils ont pourtant rendus possible l’amplification du conflit en troublant le « repos public ». Plusieurs déclarations royales viennent renforcer cette menace de sanction, en mai 1728, en avril 1757.

24 Une « requête remonstrative » qualifie un mémoire dans lequel on formule des remontrances. Les requêtes, qui désignent les demandes déposées en justice, sont ensuite soumises à la sénéchaussée chargée d’étudier ces remontrances qui sont des accusations.

25 A.D. B.D.R. Marseille 9 F 33 : « Jamais citoyen, jamais homme public ne fut diffamé aussi cruellement que je viens de l’être à la suite d’une plainte calomnieuse qui a servi de prétexte à des excès jusqu’à présenter une foule d’imputations odieuses, présentes sous les couleurs qui ne sont faites que pour la vérité ».

26 A.D. B.D.R. Marseille 9 F 33 : « Je sens que les détails dans lesquels on me force d’entrer, ne seront pas intéressants pour tous les lecteurs ; mais ils sont nécessaires à ma défense & à ma justification. Faut-il bien détruire cet édifice de boue élevé contre moi, & descendre pour cela dans l’examen détaillé des imputations hazardées dans le libelle. Je me vois donc forcé de faire mon histoire, puisqu’on veut bien décorer de ce nom les évènemens de ma vie. Je serai sincère. Je n’ai jamais eu la prétention de me donner pour ce que je ne suis pas. J’avoue que mes ayeux étoient boulangers, que mon père le fut aussi, & que mon frère n’est point riche ; mais je sais qu’il n’est pas besoin d’être issu d’une famille illustre pour avoir les sentimens d’un honnête homme. Je sais, & je dis avec toute la terre, que la pauvreté n’est pas un vice, qu’on peu dans tous les états se comporter d’une manière irréprochable, & je sais enfin que la conduite de toute ma famille justifie ces vérités. Je défie ici hardiment mes ennemis, leurs émissaires, leurs faiseurs de notes qui ont compulsé le greffe de ma patrie, & les registres de tous les notaires de Saint-Maximin, d’en rapporter quelque anecdote humiliante, la preuve de quelque flétrissure, de quelque tâche qui attaque les mœurs & l'honnêteté de ma famille. Leurs efforts ont été impuissans, ceux que mes ennemis ont chargés de ces recherches n’en auront rapporté que le désagrément de voir l’histoire de leur vie consignée dans ce greffe qu’ils ont bouleversé ».

27 A.D.B.D.R. Marseille 9 F 34, Copie de la consultation faite le 24 septembre 1771, par Mrs. les avocats Serraire, Pascal, & Simeon d’Aix, avant d’intenter la procédure criminelle rédigée à la demande du Sieur Cornet : « Qui pourrait croire, si la preuve n’en étoit mise sous les yeux des lecteurs, que le divorce de la Dame Cornet a, depuis l’époque du 12 décembre 1769, donné lieu à plus de cinquante procès, dont l’effrayant tableau sera joint au Mémoire ? Cette étrange femme a-t-elle donc voulu prouver qu’elle est excessive en tout ? Elle n’y est que trop parvenue », p. 54.

28 A.D.B.D.R. Marseille 2B 1490, Copie de la consultation faite le 24 septembre 1771, par Mrs. les avocats Serraire, Pascal, & Simeon d’Aix, avant d’intenter la procédure criminelle, p. 54.

29 Maximilien III (Joseph de Bavière 28 mars 1727-30 décembre 1777), Charles IV Théodore (11 décembre 1724-16 février 1799).

30 A.D.B.D.R. Marseille 9 F 34, Réponse à la requête remonstrative de Me Lejourdan de Rose Michel Reynoir épouse du sieur Barthelemy Cornet, p. 9.

31 B.M. Aix-en-Provence, Cité du Livre, fonds patrimoniaux, cote In 8 pcs 1929, Le Triomphe de la vérité et de l’innocence, ou l’infortunée Reynoir, victorieuse des calomnies & des criminelles manœuvres du sr. Cornet son époux. Et aussi, L’Époux qui veut se faire déclarer cocu et la suite de la demande en divorce de la ci-devant dame Cornet. Rose cite la vulgate de Saint Jérôme, 2e Samuel, 22 : 38 persequar inimicos meos et conteram et non revertar donec consumam eos.

32 Ibid.

33 A.D.B.D.R. Marseille 9 F 34. Il est fait référence à l’ouvrage de Jean-André Perreau, Clarisse, drame en cinq actes, et en prose, Paris, Le Jay, 1771. L’ouvrage publié au cœur du procès montre que la dame Cornet suit l'actualité littéraire : « C’est en qualité de citoyenne que je vous supplie de recevoir ma dénonciation. Je dénonce le sieur Cornet comme un fourbe, un scélérat qui a sans cesse puisé chez le Jourdan son ami toutes les subtilités, ruses, bassesses, pour se partager entr’eux deux la fortune immense que mes père, oncle & tante m’avoient donnée ».

34 B.M. L’Alcazar, Marseille, cote XD 3163, Pétition faite par des citoyennes, à l'Assemblée patriotique, le 23 juillet 1790, en faveur de Madame Cornet.

35 B.M. L’Alcazar, Marseille, cote 4717 T.30, La Demande en divorce de la ci-devant dame Cornet.

36 Ibid.

37 B.M. L’Alcazar, Marseille, cote 4717 T.30, La Demande en divorce de la ci-devant dame Cornet : « Je dois à l’Assemblée nationale constituante des remerciements. Je m’acquitterai de cette dette sacrée par des observations importantes pour le peuple français, dans la crise inquiétante où il se trouve. Je parlerai donc le langage de la plaideuse infortunée et de la vraie Citoyenne française, dans le Mémoire que m’aide à rédiger M. Sauvaire, homme de loi. Je dirai dans ce Mémoire, ce qui peut être utile à ma Cause et à ma patrie. Quand on idolâtre sa patrie, et qu’on n’est pas attaché à la vie, on ne craint pas les suites de la manifestation des grandes vérités ».

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540