Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Médiatisation de la vie privée xve-xxe siècle

 | 
Agnès Walch

Deuxième partie. Le scandale et la transgression

« Une curiosité vaine et indiscrète » : Le mariage au carrefour de la vie privée et de l’intérêt public

Claire Carlin

Texte intégral

1Le congrès, cette forme si particulière du tribunal de l’impuissance, nourrit depuis la Renaissance une multitude d’écrits de divers genres. L’idée d’un époux obligé de faire preuve de sa capacité de passer de l’érection à l’intromission et puis à l’éjaculation sous les yeux de témoins experts a de quoi fasciner un public de lecteurs et, aux XVIe et XVIIe siècles, de spectateurs – spectateurs tenus à distance, mais présents tout de même, observant les événements d’aussi près que possible selon les cas les mieux documentés.

  • 1 Dans Le Tribunal de l’impuissance (Paris, Seuil, 1979), Pierre Darmon passe en revue les origines (...)
  • 2 Ibid., p. 213.

2La pratique du congrès laisse des traces en Espagne et en Italie, mais c’est en France à partir des années 1550 qu’il connut ses heures de gloire, terminées pourtant avec l’abolition de ce genre de procès par le parlement de Paris en 1677. Les sources les plus citées de nos jours se concentrent sur quelques causes célèbres qui concernent toutes des familles nobles ou autrement notoires1. Les noms qui reviennent le plus souvent sont ceux de trois couples : Catherine de Parthenay et Charles de Quellenec, Marie de Corbie et Étienne de Bray, et quelques quatre-vingt ans plus tard, Marie de Saint Simon et René de Cordouan, marquis de Langey2. Les trois ménages sont le sujet de factums et de traités longs et sérieux, mais aussi de libelles, de chansons et de vers populaires, grivois et satiriques.

  • 3 Ibid., p. 106. Darmon passe en revue les événements, p. 105-108 ; 127-128.
  • 4 Antoine Hotman, Traité de la dissolution du mariage par l’impuissance et froideur de l’homme ou de (...)
  • 5 Observation de M. de Thou rapportée par l’annotateur du Dictionnaire historique et critique de Bay (...)
  • 6 Factum du procès d’entre Maistre Estienne de Bray... et damoiselle Marie de Corbie, sa femme, s. 1 (...)
  • 7 Reproduit par Darmon, op. cit., p. 100 ; voir aussi p. 126, 216 et 223-224 pour le cas Corbie-De B (...)

3Le congrès se pratiquait depuis seulement une vingtaine d’années lorsque la mère de Catherine de Parthenay se plaignit, en 1568, de l’impuissance de son gendre, Charles de Quellenec3 ; en 1581 Antoine Hotman publia sa fameuse défense d’Etienne de Bray4. Dans les deux cas, la situation sociale des protagonistes était pour beaucoup dans la diffusion de leur histoire. Parmi les notables protestants impliqués dans l’affaire Quellenec, on peut citer Jeanne d’Albret, l’amiral de Coligny et Henri de Navarre. Quand Quellenec fut tué la nuit de la Saint-Barthélemy, la légende veut que les dames de la cour demandèrent à voir le cadavre, pour rire en examinant la taille du membre viril5. Etienne de Bray, pour sa part, était un conseiller du roi, intendant des finances en 1579-1580. Marie de Corbie rendit public sa plainte contre l’impuissance de son mari par « monitions publiées en plusieurs églises de la ville de Paris6 ». Après un troisième congrès, ordonné suite à des résultats ambigus lors des deux premiers, le cas De Bray inspira non seulement le traité de Hotman et plus d’un factum, mais aussi un sonnet publié dans Les Dames Galantes de Brantôme7.

4Entre ces causes (très) célèbres des années 1580 et 1657, aucun procès pour impuissance n’atteignit le niveau de publicité de « l’affaire Langey ». Sur une scène sociale qui avait sensiblement évolué, la médiatisation de ce congrès connut une intensité qui dépasse de loin celle des autres congrès retentissants. L’amas de documents s’étend jusqu’au XIXe siècle ; les cas Quellenec et De Bray demeurent des pierres de touche, mais le discours sur le congrès sera désormais dominé par l’histoire du marquis de Langey.

5L’argumentaire très riche du colloque « La médiatisation de la vie privée » suggère trois champs d’étude qui doivent attirer notre attention dans le cadre du congrès de Langey : d’abord, l’éveil de la curiosité du public par un comportement transgressif, deuxièmement, la valeur symbolique de l’exposition de soi, enfin la manière dont s’établit la frontière entre ce qui devrait rester caché et ce qui est acceptable sur la scène publique.

Transgressions de toutes parts

  • 8 Tallement des Réaux, Historiettes, éd. Antoine Adam, Paris, Gallimard (Bibl. de la Pléiade), 1961, (...)

6Trois sources nous racontent en détail le déroulement de l’affaire Langey : une « historiette » de Tallemant des Réaux écrite entre 1659 et 1661, un rapport du Journal du Palais qui date de 1677, et le Plaidoyé sur le congrès de Chrétien-François Lamoignon, avocat général au parlement de Paris, publié en 16808. Le texte de Tallemant, plus près des événements et de la réaction des divers publics, insiste sur le ridicule du marquis, dont le cas est jugé avec plus d’indulgence par les deux contributions juridiques. Les divergences dans leur analyse des transgressions commises de part et d’autre révèlent les tensions entre différentes conceptions du mariage au XVIIe siècle, comme nous le verrons plus loin.

  • 9 Darmon, op. cit., p. 76, citant Anne Robert (pseudonyme de Louis Servin), Quatre Livres des arrest (...)
  • 10 Lamoignon, op. cit., p. 9-10.
  • 11 Tallemant des Réaux, op. cit., p. 889.

7Accuser son mari d’impuissance dans le but de faire annuler le mariage est le droit, sinon l’obligation, de l’épouse selon certains théologiens et juristes de la fin du XVIe siècle, mais le raisonnement qui sous-tend ce droit est moins la déception de ne pas avoir de progéniture que l’idée que « l’épouse d’un impuissant est une malade privée de soins » ; la femme, de nature lascive, connaîtra des souffrances atroces – ou cherchera ailleurs à se satisfaire – si elle n’est pas dépucelée en bonne et due forme9. Voilà Mme de Langey déjà dans une situation précaire pour sa réputation quand sa demande d’annuler son mariage. Elle « fit tant d’éclat, que cette affaire qui ne regardoit que des particuliers devint l’affaire & l’entretien du public, & partagea les esprits par de differens motifs d’intérest ou de curiosité10 ». Condamnée par Lamoignon dans ce passage, elle le fut aussi par la voix publique féminine, selon Tallemant, surtout au moment de la « visite » ou examen des organes génitaux des deux époux par douze experts (médecins, chirurgiens, matrones) : « Je ne sçay combien de harengueres et autres femmes estoient à la porte du Lieutenant civil et dirent en voyant Langey : “Hé ! plust à Dieu que j’eusse un mary fait comme cela !” pour elle, elles luy chanterent poüilles. [...] Et avoir esté regardée de tous les costez, par tant de gens et si long-temps, car cela dura deux heures, donna une si grande indignation à tout le sexe que, depuis ce temps-là jusqu’au congrez, toutes les femmes furent pour luy11 ».

  • 12 Ibid., p. 890.

8Non seulement les « harengueres » mais aussi les femmes de la noblesse participaient à l’événement : on entendait rire Mme de Sévigné et son amie Mme de Lavardin, en carosse dans les parages. Tallement nous dit que « Les femmes s’accoustumerent insensiblement au mot de Congrez, et on disoit des ordures dans toutes les ruelles. [...] Les Vaudevilles ne chantaient autre chose [...]12 ». La marquise de Langey était donc tenue responsable de la déchéance morale de la gent féminine de Paris.

  • 13 Journal du Palais, op. cit., p. 780.
  • 14 Tallement des Réaux, op. cit., p. 889. A. Adam note que ce factum a été perdu (p. 1576).
  • 15 Lamoignon, op. cit., p. 12-13.

9Néanmoins c’était son époux qui occupait le devant de la scène à partir du moment où le congrès fut ordonné. Le public parisien attendit le jour de l’épreuve avec impatience pendant plus d’un an, sachant que Langey avait insisté pour qu’elle ait lieu. La « visite » lui avait été favorable : le membre viril avait l’air intact et capable de fonctionner, tandis que sa femme semblait avoir perdu sa virginité. Elle s’est défendue en disant que « si elle ne paroissoit plus fille, c’estoit par les entreprises brutales d’un impuissant, & par l’effort d’un amour également sterile & furieux, qui met tout en usage pour se satisfaire13 ». Afin de renforcer cet argument, par la suite « on fit pour elle un factum si sale que depuis on a trouvé à propos de le desavoüer14 ». Pour Lamoignon, défendre la cause de Mme de Langey par des moyens si rebutants ne faisait qu’illustrer les problèmes posés par la nature scandaleuse de sa plainte : « Nous voudrions pouvoir obmettre ces particularitez si essentielles à cette cause, & nous empécher de faire entendre, au travers des voiles du discours, des choses qui ne devroient jamais paroistre dans des audiances publiques15 ».

10En 1658, et le public et les instances juridiques paraissaient complètement méfiants face à l’apparente désinvolture de la marquise, dont le comportement était considéré peu pudique :

  • 16 Tallemant des Réaux, op. cit., p. 891.

Cette madame de Langey ne tesmoigna pas beaucoup de cœur ; car, dans une rencontre qui eust mis une autre personne au desespoir, elle joüoit aux espingles avec sa cousine la Coq, et n’a pas pam extremement touchée de toutes les indignitez qu’on luy a fait souffrir. Les juges de l’Edict estoient assez mal satisfaits d’elle, et si Langey n’eust point esté si sot que de demander le congrez, elle eust esté bien empeschée. Il ne tint qu’à luy de s’accommoder assez avantageusement. Pour peu qu’il y. eust eu de galanterie du costé de Mme de Langey, elle estoit perdüe, car on ne trouva pas bon qu’elle fust allée en cachette, chez un des parens de sa tante, voir un feu d’artifice sur l’eau.16

  • 17 La condamnation la plus célèbre est probablement celle de Boileau dans sa Satire VIII de 1668 :
    Jam (...)

11La condamnation de Mme de Langey par les témoins des années 1650 comme par Lamoignon en 1680 ne disparaît jamais des textes traitant de cette affaire17, même au XVIIIe et au XIXe siècles, mais c’est le marquis qui en sera la vraie vedette à partir du moment de son échec au congrès.

  • 18 Tallemant des Réaux, op. cit., p. 887-888.
  • 19 Tallemant raconte dans une note que « Renevilliers-Galand, alors conseiller au Chastelet, disoit : (...)
  • 20 Journal du Palais, op. cit., p. 780.
  • 21 Tallemant, op. cit., p. 889.

12Tallemant souligne les « milles bizarreries » de Langey, y compris sa jalousie et sa vantardise même avant que sa femme n’entame la procédure contre lui18 : c’est un portrait rétrospectif qui prétend expliquer le comportement à venir. Pourquoi avoir insisté sur le congrès, quand il avait déjà gain de cause ? L’accusation qu’il avait défloré sa femme « de ses dix doigts »19 flottait dans l’air ; il « se creut obligé de demander le congrès » selon le Journal du Palais, l’honneur oblige20. Dès l’annonce du congrès, « il se mit [...] beaucoup plus dans le monde qu’il n’avoit jamais fait [...] »21 ; chez Langey, la conduite transgressive est inséparable de l’exposition de soi, comme le montre Tallemant :

  • 22 Ibid., p. 890-893.

On l’appelloit, luy, le marquis du Congrez. Il avoit le portrait de sa femme, et monstroit partout ses lettres. [...] Le jour qu’on ordonna le congrez, Langey crioit victoire ; vous eussiez dit qu’il estoit desjà dedans : on n’a jamais veû tant de fanfaronnades. [...] En s’en allant mettre au lict, il dit : « Apportez-moy deux œufs frais, que je luy fasse un garçon tout du premier coup ». Mais il n’eut pas la moindre emotion où il falloit ; il sua pourtant à changer deux fois de chemise : les drogues qu’il avoit prises l’eschauffoient. [...] Enfin le temps expiré, on le fit sortir du lict ; « Je suis miné », s’écria-t-il en se levant. Ses gens n’osoient lever les yeux, la pluspart s’en allerent. [...] Les femmes qui avoient esté pour Langey estoient desferrées : « C’est un vilain », disoient-elles, « n’en parlons plus ».22

  • 23 A. Adam reproduit l’annonce du 1er février 1659 dans son édition des Historiettes, p. 1577.
  • 24 Ibid., p. 893.
  • 25 Ibid, p. 893-894.

13Et pourtant, ce ne sont que les débuts de la production textuelle inspirée par la performance du marquis de Langey, qui refusa de disparaître discrètement. Le congrès eut lieu en septembre 1658 ; en janvier 1659, il présenta la requête d'un second congrès, attribuant son échec à la corruption des experts, à l’hostilité de sa femme, à la manière dont on l’avait baigné et à des maléfices ; sa requête fut annoncée par Loret dans La Muse historique23. En attendant la réponse, Langey allait « partout à son ordinaire, et tout le monde en estoit embarrassé » selon Tallemant24. Sa demande de refaire l’expérience fut refusée le 8 février 1659 et son mariage déclaré nul, avec obligation de rendre la dot de Marie de Saint-Simon avec intérêts et dommages, Langey « s’avisa de dire qu’il avoit gagné et qu’il estoit delivré d’une vilaine. [...] Après cela, il eut l’effronterie d’aller au bal ; on le pria par malice de danser ; ce fut une huée estrange. Il ne sentit point tout cela, et il dansa encore une autre fois qu’on le reprit25 ».

  • 26 Ibid., p. 893 ; Lamoignon, op. cit., p. 16-17 ; Journal du Palais, op. cit., p. 780.
  • 27 Journal du Palais, p. 780.

14Le témoignage de Tallemant avec son ton souvent moqueur est un document précieux dans la mesure où il capte l’atmosphère de cirque créée par les démarches du marquis. Il faut cependant noter que les sources plus « sérieuses » que sont le Journal du Palais et le Plaidoyé de Lamoignon contribuent elles aussi à dresser le portrait d’un homme responsable de sa propre notoriété : malgré le remariage interdit26, « le lendemain le sieur de Langey fait ses protestations devant deux notaires, declare qu’il ne se reconnoist point impuissant ; et que nonobstant les défenses qui luy sont faites de se marier, il pourvoira par mariage, ainsi & quand il le jugera à propos27 ».

  • 28 Décrit par Tallement de Réaux, op. cit., p. 887-888 : Langey voulait jeter sa femme « dans la dévo (...)
  • 29 Ibid, p. 895.

15La publicité de cette déclaration souligne la « différence » confessionnelle des partis dans ce cas : le protestantisme de Langey, et en particulier une dévotion religieuse bien affichée28, vont de pair avec ces autres comportements peu bienséants. À la rumeur que l’arrêt de se remarier avait été confirmé, « Monsieur le chancelier le rebutta, en disant : “A-t-il recouvert de nouvelles “pièces” ?” »29

  • 30 Ibid., p. 1578 ; Journal du Palais, op. cit., p. 780 ; Lamoignon, op. cit., p. 19. Voir Tallemant (...)

16Chaque nouvelle étape du drame provoque des commentaires désobligeants. Les sept enfants nés suite à son mariage avec Diane de Montaut-Navailles en août 166130 furent la source de plaisanteries de la part de Tallemant : « Quand Langey eut des enfans, il s’en vantoit sans cesse. Un jour qu’il les monstroit, Bensserade luy dit : « Moy, Monsieur, je n'ay jamais douté que Mlle de Navailles ne fust capable d’engendrer ».

  • 31 Tallemant des Réaux, op. cit., p. 896.
  • 32 Beaucoup d’entre ces chansons sont toujours disponibles sous forme manuscrite ; voir le manuscrit (...)
  • 33 Les Délices de la poésie galante, Des plus celebres autheurs du temps. Dédiées à Monsieur le marqu (...)

17Et encore : « J’espere qu’un de ces matins, le cavalier présentera requeste pour faire defense à l’avenir d’appeller les impuissants, Langeys31 ». Cette identification étroite du marquis à l’idée même de l’impuissance ne disparaissait pas de la conscience publique car la circulation de nouvelles chansons32 fut suivie de la publication des vers des Délices de la poésie galante en 166433, où les auteurs font appel à tout un stock d’images traditionnelles (surtout la défaite militaire et le masque qui cache l’absence de virilité). En 1670, dans le roman Les Vieilles Amoureuses, une femme se moque de son amant en se référant à Langey :

  • 34 Cité par Yves Citton, Impuissances : Défaillances masculines et pouvoir politique de Montaigne à S (...)

Vous voici dépeint, lui dit-elle, on ne peut pas mieux [...]. Vous n’avez plus qu’à vous marier après cela : c’est le moyen d’étendre votre réputation bien loin, et je ne désespère pas de vous voir aussi bien que lui sur ma cheminée.34

18Cette mise en abyme de l’histoire de Langey dans la fiction souligne sous un nouvel angle sa célébrité devenue légendaire.

  • 35 La doctrine protestante permettant le remariage en cas d’adultère, le deuxième mariage de sa femme (...)
  • 36 Lamoignon, op. cit., p. 21-22.
  • 37 Journal du Palais, op. cit., p. 780, p. 789.
  • 38 Lamoignon, op. cit., p. 95. Il blâme « la jeunesse imprudente » de Langey, qui aurait dû accepter (...)
  • 39 Ibid., p. 13.

19En août 1675, Langey se mit encore une fois devant le public : le père de sept enfants obtint la permission de célébrer son deuxième mariage35. « À la verité ce moyen est nouveau pour arrester une requeste civile », nous dit Lamoignon ; « [...] on peut dire que le nombre en augmente la verité36 ». Avoir eu gain de cause en ce point encourage Langey à porter plainte pour redresser ce qu’il percevait comme l’injustice des arrêts de 1659 ; bien que ces arrêts soient confirmés, le montant à remettre au second mari et aux trois filles de la première Mme de Langey fut réduit considérablement37. Si enfin la personne de Langey cessa de paraître sur la scène publique, l’affaire n’était pas close : en 1677, un arrêt du parlement de Paris abolit la pratique du congrès ; même les juges des officialités catholiques n’avaient plus la possibilité de l’ordonner. Et puis en 1680, Lamoignon publia son Plaidoyé sur le congrés, faisant du cas Langey l’exemple de l’injustice de cette épreuve – mais le scandale mis en scène par le congrès, fortement exacerbé par le comportement du marquis, troublait le procureur général beaucoup plus que les souffrances de ce dernier : « Le public la regarde [cette cause] comme un de ces evenemens extraordinaires propres à faire un sujet de theatre, où la fiction a plus de part que la verité38 » et qui dévoile « des choses qui ne devroient jamais paroistre devant des audiances publiques39 ».

La valeur symbolique de la publicité

  • 40 M. Daumas, Le Mariage amoureux... op. cit., p. 290.
  • 41 Y. Citton, op. cit., p. 38-42, p. 48, p. 93-94.

20Le texte de Lamoignon signale la nouvelle attitude envers le mariage et la vie de couple qui commence à se manifester dans le second tiers du XVIIe siècle, un phénomène étudié en profondeur par Maurice Daumas : suite au processus de valorisation du mariage qu’on peut situer dans le contexte des Réformes, le développement de l’amour conjugal et la valorisation de la femme font que « la relation conjugale et la famille restreinte sont devenues pour les hommes la source de gratifications identitaires40 ». Le déplacement, qui fera de la vie intime un fondement essentiel de l’identité masculine, coïncide avec les événements de l’affaire Langey, les faisant paraître bien à l’extérieur des nouvelles normes en voie de construction. Tout en admettant que la médiatisation dépassait de loin les intentions et la volonté de Langey, toujours est-il que sa conduite, excessive, publique, de longue durée, apparemment sans gêne, fait de lui un bouc émissaire, en termes tout à fait typiques de la période antérieure à ce changement. Yves Citton, dans son livre Impuissances, constate « que dans le cas de notre marquis la cause de l’impuissance n’intéresse personne ; l’impuissant est accusé de comportements bizarres et de désordres libertins ; la femme de l’impuissant cherchera ailleurs à soulager son désir (de progéniture comme de satisfaction sexuelle) ; les métaphores utilisées pour décrire l’impuissant dans les textes littéraires (chansons et vers) soulignent sa fausseté et sa faiblesse ; en effet, l’impuissant se déguise, car ce n’est pas un “vrai homme” »41. C’est précisément cette dernière perspective à partir de laquelle la nécessité du procès pour impuissance de Langey est décrite dans le Journal du Palais :

  • 42 Journal du Palais, op. cit., p. 781.

Car outre que le péril du péché est tout évident, il est encore de l’interest public, que chacun soit dans une condition conforme à ce qu’il est effectivement, & en quoy il doit estre utile à l’Estat, ce corps politique dont il fait partie.42

  • 43 Ibid., p. 788.

21Langey finit par démontrer sa virilité en se remariant, et il contribua ainsi à l’élimination du congrès, dont Lamoignon se félicitait. Mais les autorités ne remercièrent pas le marquis pour autant : son refus de respecter le jugement émis en février 1659 lui interdisant le remariage ne lui attira que des reproches. Il est clairement visé dans le Journal du Palais quand l’existence du congrès en France est mise sur le compte de « l’imprudence de quelques maris43 ». Lamoignon pour sa part semblait lier le scandale public qu’il déplore au protestantisme des Langey :

  • 44 Lamoignon, op. cit., p. 9-10.

Comme les parties estaient de la Religion pretendue & reformee, la demande en dissolution, ou plûtost en nullite de Mariage fut portée au Chastelet ; & elle fit tant d’eclat, que cette affaire qui ne regardoit que des particuliers devint l’affaire & l’entretien du public, & partagea les esprits par de differens motifs d’intérest ou de curiosité.44

  • 45 Jean Rou, Mémoires inédits et opuscules (publiés pour la Société d’histoire du protestantisme fran (...)
  • 46 La plupart d’entre les textes faisant mention de Langey après 1700 se servent de son exemple pour (...)

22La relation complexe sinon hostile entre Langey et l’État français depuis le début de son procès prend encore une autre dimension au tournant du siècle quand son histoire fut reprise dans les mémoires de l’écrivain protestant Jean Rou. Rou tenta de réhabiliter la réputation du marquis en faisant de lui un héros militaire et un martyr protestant dont les exploits après la révocation de l’édit de Nantes soulignent le courage authentiquement masculin45. Nonobstant l’effort de Rou, Langey serait désormais connu comme une figure indigne de son sexe46.

  • 47 Yves Citton, op. cit., p. 25, p. 61.
  • 48 Au bonheur des mâles : Adultère et cocuage à la Renaissance, Paris, Armand Colin, 2007, p. 40, p.  (...)
  • 49 Voir l’anthologie virtuelle Le Mariage sous l'Ancien Régime (http://mariage.uvic.ca/), surtout les (...)
  • 50 Selon Angus McLaren « [...] the very subject came to be treated by the respectable with greater an (...)

23Mais pas une figure de ridicule. Yves Citton souligne qu’entre (environ) 1575 et 1675, « le domaine littéraire voit se multiplier les écrits de tous genres » qui ont pour but la dérision de l’impuissant dont la défaillance menace le fantasme de maîtrise mâle47 – mais à partir de 1675, ce genre de texte devient rare. La « littérature de divertissement » relative aux cocus étudiée soigneusement par Maurice Daumas dans Au bonheur des mâles pour la période 1400-1650 était aussi en voie de disparition dès la fin des années 1650, à un moment où le sexe et l’amour étaient en train de se réconcilier dans le cadre du « nouveau mariage48 ». Ma propre recherche suggère que la satire misogame virulente qui foisonne entre 1575 et 1630, dans laquelle les maris à la fois cocus et impuissants jouent un rôle de premier ordre, sera remplacée par un discours sur le mariage (élogieux ou critique) tout à fait dépourvu du sourire caractéristique de cette littérature du premier XVIIe siècle49. Dans Impotence : A Cultural History, Angus McLaren note que dans les années 1660, le public français, toutes classes sociales confondues, trouvait l’impuissance fondamentalement comique, mais dès le milieu du siècle suivant, cette condition devient un sujet de tragédie50. Bref, il y a un déplacement dans la représentation de l’impuissance qui fait que les manifestations textuelles de l’affaire Langey prennent une allure beaucoup plus sobre dans le dernier quart du siècle. Les seules nouvelles contributions du vivant des protagonistes sont les documents produits par le Journal du Palais et l’avocat général Lamoignon, qui ne prêtent guère à rire.

Discrétion sur la scène publique

  • 51 Journal du Palais, op. cit., p. 788.
  • 52 Cité par Darmon, op. cit., p. 196. Darmon décrit plusieurs procès du XVIIIe siècle, mais il note q (...)

24À la fin du XVIIe siècle, de nouvelles frontières s’érigeaient entre la scène publique et la sphère domestique. L’impuissance devient moins drôle dans un contexte où la vie intime du couple est valorisée ; le jugement amusé du grand public devant le cas Langey est qualifié de « curiosité vaine et indiscrète » par le Journal du Palais51. Les procès pour impuissance ne disparurent pas entièrement en France ; en 1712, par exemple, commença celui du marquis de Gesvres qui « donna au public des farces fort singulières » selon le duc de Saint-Simon52. Néanmoins, le retentissement de ces cas, de plus en plus rares, était déjà moindre que dans l’affaire Langey grâce au changement d’optique sur le mariage. L’abolition du congrès est une étape dans l’évolution de l’éthique conjugale, une étape particulièrement significative en ce qu’elle élimine le spectacle potentiel offert par cette pratique et par sa publicité. Le marquis de Langey dans son insistance pour se mettre en scène pendant une période de transition finit par s’attirer tous les regards, à la fois amusés et méprisants, mais par la suite pleins de dégoût. Le genre de médiatisation de la vie privée à laquelle Langey se prêtait volontiers avait passé définitivement de mode en France.

Bibliographie

Bibliographie

Carlin Claire, « The Staging of Impotence : France’s Last congrès » in Theatrum Mundi : Studies in Honor of Ronald W. Tobin, dir. C. Carlin et K. Wine, Charlottesville, VA, Rookwood Press, 2003, p. 108-111.

Citton Yves, Impuissances : Défaillances masculines et pouvoir politique de Montaigne à Stendhal, Paris, Aubier, 1994.

Darmon Pierre, Le Tribunal de l'impuissance, Paris, Seuil, 1979.

Daumas Maurice, Le Mariage amoureux, Paris, Colin, 2004.

—, Au bonheur des mâles : Adultère et cocuage à la Renaissance, Paris, Armand Colin, 2007.

Notes

1 Dans Le Tribunal de l’impuissance (Paris, Seuil, 1979), Pierre Darmon passe en revue les origines du congrès et son déroulement habituel (p. 207-231). Darmon note l’impossibilité d’établir la vraie fréquence du congrès : quelques dizaines de cas en constituent le record imprimé (p. 94-95 ; p. 212). Il n’est pas étonnant que la publicité éclate là où les familles sont capables d’engager des avocats célèbres et de financer la rédaction de factums (p. 135-136).

2 Ibid., p. 213.

3 Ibid., p. 106. Darmon passe en revue les événements, p. 105-108 ; 127-128.

4 Antoine Hotman, Traité de la dissolution du mariage par l’impuissance et froideur de l’homme ou de la femme, Paris, Robert Estienne, 1581.

5 Observation de M. de Thou rapportée par l’annotateur du Dictionnaire historique et critique de Bayle plus de cent ans plus tard, article « Parthenai », t. III, Genève, Slatkine, 1969.

6 Factum du procès d’entre Maistre Estienne de Bray... et damoiselle Marie de Corbie, sa femme, s. 1., 1580, p. 8, cité par Darmon, op. cit., p. 97.

7 Reproduit par Darmon, op. cit., p. 100 ; voir aussi p. 126, 216 et 223-224 pour le cas Corbie-De Bray.

8 Tallement des Réaux, Historiettes, éd. Antoine Adam, Paris, Gallimard (Bibl. de la Pléiade), 1961, t. 2, p. 887-896 ; Journal du Palais, Paris, Denis Thierry et Jean & Michel Guignard, 1701, t. 1, p. 780-789 ; Chrétien-François de Lamoignon, Plaidoyé sur le congrès (Paris, 1680). La datation de l’historiette « Madame de Langey » est fournie par A. Adam à la p. 1575. Les Historiettes sont publiées pour la première fois en 1834-1835 ; A. Adam nous dit que « ce fut aussitôt le scandale » (p. xvi), scandale dont participe l’histoire du congrès du Marquis de Langey, même à cette date assez tardive.

9 Darmon, op. cit., p. 76, citant Anne Robert (pseudonyme de Louis Servin), Quatre Livres des arrests et choses jugées par la cour, trad., du latin J. Tournet, Paris, 1627, p. 580.

10 Lamoignon, op. cit., p. 9-10.

11 Tallemant des Réaux, op. cit., p. 889.

12 Ibid., p. 890.

13 Journal du Palais, op. cit., p. 780.

14 Tallement des Réaux, op. cit., p. 889. A. Adam note que ce factum a été perdu (p. 1576).

15 Lamoignon, op. cit., p. 12-13.

16 Tallemant des Réaux, op. cit., p. 891.

17 La condamnation la plus célèbre est probablement celle de Boileau dans sa Satire VIII de 1668 :
Jamais la Biche en rut, n’a pour fait d’impuissance,
Traîné au fond des bois un Cerf à l’audience ;
Et jamais Juge entr’eux ordonnant le congrés,
De ce burlesque mot n’a sali ses arrests.
Œuvres complètes, éd. F. Escal, Paris, Gallimard, Bibl. de la Pléiade, 1966, p. 44. Voir aussi la note 18 à la p. 916, où F. Escal montre qu’il s’agit du congrès Langey.

18 Tallemant des Réaux, op. cit., p. 887-888.

19 Tallemant raconte dans une note que « Renevilliers-Galand, alors conseiller au Chastelet, disoit : “On ne pourra pas dire que Langey, durant ces quatre ans [de son mariage], n’a pas fait œuvre de ses dix doits” » (ibid., p. 889).

20 Journal du Palais, op. cit., p. 780.

21 Tallemant, op. cit., p. 889.

22 Ibid., p. 890-893.

23 A. Adam reproduit l’annonce du 1er février 1659 dans son édition des Historiettes, p. 1577.

24 Ibid., p. 893.

25 Ibid, p. 893-894.

26 Ibid., p. 893 ; Lamoignon, op. cit., p. 16-17 ; Journal du Palais, op. cit., p. 780.

27 Journal du Palais, p. 780.

28 Décrit par Tallement de Réaux, op. cit., p. 887-888 : Langey voulait jeter sa femme « dans la dévotion ; il luy lisoit et luy faisoit lire sans cesse la Sainte-Escriture ». Pour les catholiques, les accusations d’impuissance passaient devant l’officialité ecclésiastique plutôt que de se délibérer en cour civile.

29 Ibid, p. 895.

30 Ibid., p. 1578 ; Journal du Palais, op. cit., p. 780 ; Lamoignon, op. cit., p. 19. Voir Tallemant des Réaux, op. cit., p. 895, pour une description désobligeante de cette « estrange poulette ».

31 Tallemant des Réaux, op. cit., p. 896.

32 Beaucoup d’entre ces chansons sont toujours disponibles sous forme manuscrite ; voir le manuscrit Tralage (Bnf n. 6541 f. 212). Émile Magne en a reproduit plusieurs dans son Madame de Villedieu (Hortense Des Jardins), 1632-1692, documents inédits et portrait, Paris, Société Mercure de France, 1907, p. 186-187. Magne les note parce que Mme de Villedieu aurait offert le congrès à Langey par plaisanterie, ce selon Tallemant (op. cit., p. 1586).

33 Les Délices de la poésie galante, Des plus celebres autheurs du temps. Dédiées à Monsieur le marquis de Coislin, Paris, Jean Ribou, 1664.

34 Cité par Yves Citton, Impuissances : Défaillances masculines et pouvoir politique de Montaigne à Stendhal, Paris, Aubier, 1994, p. 79. Les Vieilles Amoureuses est reproduit dans Histoire amoureuse des Gaules, suivie des Romans satiriques du XVIIe siècle, recueillis et annoté par Ch.-L. Livet, Paris, 1857, Liechtenstein, Kraus Reprint, 1972, t. III.

35 La doctrine protestante permettant le remariage en cas d’adultère, le deuxième mariage de sa femme aurait en principe autorisé Langey à épouser Diane de Navailles – mais pas en France, où « tous les sujets du Roi sont obligez par l’Édit de pacification » [l’Édit de Nantes] (Journal du Palais, op. cit., p. 783).

36 Lamoignon, op. cit., p. 21-22.

37 Journal du Palais, op. cit., p. 780, p. 789.

38 Lamoignon, op. cit., p. 95. Il blâme « la jeunesse imprudente » de Langey, qui aurait dû accepter les résultats de la visite des époux (p. 23). Il faut souligner que le congrès fut vivement critiqué depuis le factum d’A. Hotman en 1581.

39 Ibid., p. 13.

40 M. Daumas, Le Mariage amoureux... op. cit., p. 290.

41 Y. Citton, op. cit., p. 38-42, p. 48, p. 93-94.

42 Journal du Palais, op. cit., p. 781.

43 Ibid., p. 788.

44 Lamoignon, op. cit., p. 9-10.

45 Jean Rou, Mémoires inédits et opuscules (publiés pour la Société d’histoire du protestantisme français), éd. F. Waddington, vol. I, La Haye, Nyhoff, 1857, p. 167-195. Pour une analyse des remarques de Rou, voir mon étude « The Staging of Impotence : France’s Last congrès » in Theatrum Mundi : Studies in Honor of Ronald W. Tobin, dir. C. Carlin et K. Wine, Charlottesville, VA, Rookwood Press, 2003, en particulier p. 108-111.

46 La plupart d’entre les textes faisant mention de Langey après 1700 se servent de son exemple pour réitérer la nécessité de l’abolition du congrès, en soulignant la responsabilité du Marquis : voir par exemple les traités des médecins Nicolas Venette (Tableau de l’amour conjugal considéré dans l'estat du mariage, Amsterdam, Jean et Gilles Jansson, 1685, p. 79-80) et Louis-François-Luc de Lignac (De l'homme et de la femme considérés physiquement dans l’état du mariage, vol. I, Lille, J.-B. Henry, 1773, p. 325-351). Une exception notable est le Traité de la dissolution du mariage pour cause d’impuissance de l’homme, avec quelques pieces curieuses sur le même sujet du Président Jean Bouhier (Luxembourg : Jean-Marie Vander Kragt, 1735). Bouhier voulut montrer le bien-fondé de ces procès en mettant l’accent sur les trois cas célèbres cités dans la présente étude, mais pour lui aussi, l’imprudence de Langey posait problème (p. 63).

47 Yves Citton, op. cit., p. 25, p. 61.

48 Au bonheur des mâles : Adultère et cocuage à la Renaissance, Paris, Armand Colin, 2007, p. 40, p. 316-318 et passim.

49 Voir l’anthologie virtuelle Le Mariage sous l'Ancien Régime (http://mariage.uvic.ca/), surtout les commentaires fournis à la page « Articles ».

50 Selon Angus McLaren « [...] the very subject came to be treated by the respectable with greater and greater reserve. In the mid-1660s, the upper class shared the common view that impotence was inherently funny ; by the mid-1700s, the elite seized on the notion that it had to be regarded as inherently tragic » (Impotence : A Cultural History, Chicago, University of Chicago Press, 2007, p. 78).

51 Journal du Palais, op. cit., p. 788.

52 Cité par Darmon, op. cit., p. 196. Darmon décrit plusieurs procès du XVIIIe siècle, mais il note qu’il « ne saurait être question de mettre les procès en impuissance d’Ancien Régime et les affaires contemporaines du même genre sur le même plan » malgré la continuité du phénomène au XIXe et même au XXe siècle (p. 233).

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540