Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Médiatisation de la vie privée xve-xxe siècle

 | 
Agnès Walch

Deuxième partie. Le scandale et la transgression

Scandale au presbytère. Paroisse et officialité face au curé délinquant au xviie siècle : quelle médiatisation ?

Kévin Saule

Texte intégral

  • 1 Dans l’introduction de l'Histoire de la vie privée, Philippe Ariès s’interroge : « une histoire de (...)
  • 2 Il n’existe quasiment aucun développement à propos des curés du Grand Siècle dans l'Histoire de la (...)

1Ces dernières années, la vie privée de certains prêtres de l’Église catholique a connu une médiatisation sans précédent. Les révélations de centaines d’agressions sexuelles à caractère pédophile commises par des ecclésiastiques notamment aux États-Unis, en Irlande et en Autriche ont levé le voile sur les aspects les plus scandaleux de leur vie privée. De nombreuses victimes et quelques coupables, des policiers et des magistrats ont permis de faire progressivement éclater la vérité après des décennies de silence et de tabou. Même si les problématiques ne sont évidemment pas les mêmes, l’historien a lui aussi bien du mal à accéder à la vie privée des curés du Grand Siècle. Faire l’histoire de la vie intime est un exercice périlleux, c’est là un lieu commun1. La tâche semble plus ardue encore lorsqu’on s’intéresse aux curés de l’Ancien Régime2.

2Alors que la Réforme catholique déploie ses effets en France au cours du XVIIe siècle et multiplie les prescriptions et les interdits pour encadrer la vie du curé, ce dernier devient peu à peu l’homme le plus contraint de la paroisse. Durant tout son sacerdoce, il ne doit jamais cesser d’être, du maître-autel au presbytère, un modèle pour ses ouailles. Dès lors, les règles à respecter sont telles qu’on peut se demander si le curé a droit à une vie privée. Pourquoi le bon curé aurait-il quelque chose à cacher ?

3Les études consacrées à la vie privée des curés ne sont pas rares dans le paysage historiographique. Elles concernent les aspects matériels et concrets de leur vie quotidienne. La plupart s’intéressent surtout aux dérèglements de leur vie intime car les sources qui les évoquent ne manquent pas. Les rappels à l’ordre, les procès-verbaux de visite pastorale et autres procès intentés contre les curés scandaleux ont laissé beaucoup de traces. Les monographies diocésaines accordent toujours une large place à ces dérèglements car ils illustrent bien l’étendue du travail que le clergé français réformateur devait accomplir au XVIIe siècle.

  • 3 Lettre du 26 février 1672 de la marquise de Sévigné à sa fille, Correspondance, Paris, Gallimard, B (...)
  • 4 Dans Le Psautier, Jean de la Fontaine met en scène une communauté de religieuses en émoi après avoi (...)

4Pour autant, l’étude de la médiatisation de la vie privée des curés du Grand Siècle reste à faire. Le siècle des Lumières a longtemps focalisé l’attention, à juste titre. C’est alors que des scandales et des grands procès ont défrayé la chronique et ont suscité la multiplication des factums et des romans. Le procès du père jésuite Jean-Baptiste Girard, accusé de sorcellerie, d’inceste spirituel et de commerce charnel avec l’une de ses pénitentes (Marie-Catherine Cadière) qui eut lieu à Aix-en-Provence en 1731 en est la meilleure illustration. Le scandale fut tel qu’il suscita la publication, bien des années plus tard, du roman philosophico-pornographique Thérèse Philosophe, attribué à Boyer d’Argens. Au cours du XVIIIe siècle, pas moins de dix éditions de ce romain virent le jour. Dès 1741, Le Portier des chartreux. Histoire de Dom Bougre qui raconte l’itinéraire sur le chemin des plaisirs du jeune Saturnin, devenu portier des chartreux, avait déjà opéré une certaine forme de médiatisation des vices du clergé, qu’ils soient réels, supposés ou fantasmés. Le roman libertin Vénus dans le cloître et dans une moindre mesure La Religieuse de Diderot feront de même. On peine à identifier des exemples comparables au XVIIe siècle. Les procès au retentissement national contre les prêtres à la vie scandaleuse n’ont pas encore lieu et les auteurs qui les mettent en scène dans leurs écrits sont rares. Jean de la Fontaine est le plus illustre d’entre eux. Dans la fable intitulée Le curé et le mort, l’écrivain dépeint un curé âpre au gain qui se réjouit intérieurement des revenus suscités par l’enterrement d’un paroissien. Jean de la Fontaine s’inspire ici d’un événement réel, narré également par la marquise de Sévigné dans sa Correspondance3. Dans La Jument du compère Pierre, le curé Jean – qui « prêchait peu sinon sur la vendange » – profite de sa supériorité intellectuelle sur un paroissien pour s’adonner à des caresses déplacées sur sa femme. Toutefois, ces exemples de médiatisation sont peu répandus et dans la plupart des cas, ils ne sont que fiction littéraire4. Est-ce à dire qu'il n’existe aucune forme de médiatisation de la vie privée des curés du Grand Siècle ? La vie intime des prêtres serait-elle à ce point fidèle aux normes prônées par l’Église qu’elle ne susciterait aucune forme de publicité ? En réalité, une analyse à une échelle plus fine fait apparaître que la médiatisation de la vie privée des curés existe bel et bien au XVIIe siècle. Elle est toujours liée au scandale de la transgression des règles qui encadrent la vie du curé. Mais cette médiatisation ne repose pas sur les mêmes canaux qu’au siècle des Lumières où la presse, les factums et les écrits littéraires jouent un rôle central. À partir de l’étude des fonds du tribunal ecclésiastique de Beauvais, nous aimerions démontrer qu’au XVIIe siècle, la médiatisation ne s’observe que localement, au sein de la paroisse ou du doyenné. Elle est alors moins directe et plus insidieuse : elle s’appuie sur les rumeurs et l’oralité et connaît son apogée à l’heure du procès intenté par le tribunal ecclésiastique contre les curés à la vie privée dissolue.

Le curé a-t-il une vie privée ?

  • 5 Abbé Richard, Règles de conduite pour les curés, Paris, Villery, 1684, p. VII.
  • 6 1re règle de conduite.

5La vie privée des curés du Grand Siècle, réduite au minimum, ne doit pas donner lieu à publicité. Le curé n’a pas à faire parler de lui. Dans le sillage du concile de Trente qui visait notamment à réformer les mœurs des membres du clergé séculier, de nombreux textes à caractère normatif sont diffusés au cours du XVIIe siècle. Les curés sont particulièrement concernés. Ces textes ne leur interdisent pas explicitement d’avoir une vie privée. Toutefois, les prescriptions en la matière sont nombreuses. L’abbé Richard, auteur des Règles de conduite pour les curés, leur recommande d’éviter absolument l'ivrognerie, « une hydre à plusieurs têtes [car] c’est d’elle que viennent les querelles, les meurtres, les larcins, les jurements et les blasphèmes5 ». Le curé doit être « affable et de facile accès à ses paroissiens6 », faire preuve de douceur (seconde règle), être disponible à tout moment (quatrième règle) et se montrer patient (cinquième règle de conduite). Dès règles de prudence sont également mises en avant : le curé se doit de « ne se laisser jamais prévenir contre personne » mais travailler à « apaiser les divisons entre les paroissiens ». Dans l’ouvrage intitulé Des obligations des ecclésiastiques tirées de l'Écriture sainte publié en 1680, les injonctions concernent plus explicitement les mœurs des prêtres détenteurs de la charge des âmes. L’article IV leur rappelle l’obligation de porter « l’habit long » et l’article XIV leur impose de ne pas se comporter en « gens d’armes, [en] conducteurs de meutes de chiens et de chasseurs », c’est-à-dire d’éviter d’aller à la chasse. La fréquentation des tavernes est rigoureusement défendue (article XVI) tandis que la fuite des femmes est mise en avant (article XVII).

6Outre ces différentes règles qui témoignent de l’encadrement très contraignant de leur vie intime, les responsabilités pastorales des curés sont telles qu’ils n’ont de toute façon par vraiment le temps de s’offrir une vie privée. Leurs devoirs sont très nombreux et leur imposent une disponibilité constante. Ainsi, les curés doivent être à la disposition de leurs paroissiens nuit et jour afin de leur donner au besoin les sacrements nécessaires à leur salut. Ils ont pour obligation de se rendre fréquemment au chevet des malades et de leur porter l’extrême-onction en cas de risque de décès. Ils peuvent aussi être appelés à tout moment pour baptiser en urgence un nouveau-né souffrant. À l’approche d’un danger imminent, on attend des curés qu’ils se rendent dans l’église pour sonner le tocsin et alerter le village. Le curé n’a donc théoriquement pas vraiment de temps à lui. Même le presbytère est là pour lui rappeler qu’il est l’homme de la paroisse. La maison dans laquelle il réside ne lui appartient pas, c’est la communauté des habitants qui en est propriétaire.

  • 7 AD Oise, registre paroissial de Notre-Dame de Chambly. 1 mi/eca 139r1, folios 108-110.

7Dans quelle mesure ces prescriptions ont-elles vraiment influencé la vie des curés ? Seraient-elles seulement restées dans des textes coupés du réel ? Un document conservé aux archives départementales de l’Oise nous donne la preuve que la vie quotidienne de certains curés du Grand Siècle devait être très proche de l’idéal prôné par l’Église. Au cours des années 1640, le curé de la paroisse de Notre-Dame de Chambly a recopié à l’intérieur des registres paroissiaux de son village la « Règle de conduite pour un curé tirée d’un règlement particulier d’un de nos confrères ». Ce texte détaille avec précision le déroulement de la journée d’un curé, du lever au coucher. Entre six heures et vingt-deux heures trente, seuls deux créneaux sont prévus pour le « temps libre » du curé, après le dîner et avant le souper. Le curé indique cependant que ce temps doit être employé « à faire les lectures qui sont les plus nécessaires ou les plus agréables et à travailler aux affaires de la cure, de la fabrique ou de la paroisse7 ». Tout le reste de la journée est consacré à la prière, aux offices et aux paroissiens. Le curé idéal a donc fort peu de temps à consacrer à sa vie privée. Celle-ci fait l’objet d’un encadrement très strict pour être au-dessus de tout soupçon. Elle ne doit donner lieu à aucune forme de médiatisation. En la matière, la situation est sensiblement différente lorsque le curé a une vie privée répréhensible au regard des lois ecclésiastiques.

La vie privée du curé à l’heure du scandale

  • 8 L’officialité est le nom de la cour ecclésiastique chargée de juger les prêtres. En vertu du for ec (...)

8Dans les archives, la déviance fait bien plus de bruit que la normalité. C’est donc quand la vie privée du curé est scandaleuse que l’historien est le mieux documenté. Ainsi, dans le seul diocèse de Beauvais, plusieurs centaines de procédures judiciaires ont été instruites par l’officialité8 aux XVIIe et XVIIIe siècles contre des ecclésiastiques, essentiellement pour affaires de mœurs. Deux cents vingt procès concernent des curés du Grand Siècle. Ils rendent compte non seulement des dérèglements de la vie privée de ces prêtres mais également des réactions des paroissiens et des autorités ecclésiastiques. Ils mettent en évidence les différents stratagèmes adoptés par les coupables pour étouffer les scandales et éviter toute forme de médiatisation.

  • 9 Le promoteur exerce le ministère public au sein de l’officialité : il est chargé de l’accusation.
  • 10 AD Oise, G 4311.
  • 11 AD Oise, G 4356.

9De quoi se rendent coupables les prêtres détenteurs de la cura animarum ? Les procédures instruites pour non-résidence sont rares. La quasi-totalité des « procès criminels » instruits par l’officialité de Beauvais concernent des affaires de mœurs et les reproches formulés à l’encontre d’un même curé sont le plus souvent multiples. Les curés sont surtout poursuivis en raison de leur trop grande consommation d'alcool qui engendre des comportements violents contre les paroissiens. La plupart des ecclésiastiques qui suscitent l’intérêt du promoteur9 de l’officialité agissent comme des laïcs dans la vie de tous les jours. Ils se rendent au cabaret, jouent aux boules dans la rue avec leurs ouailles10 et se montrent publiquement sans soutane. Quelques procès sont instruits contre des curés chasseurs qui passent des journées entières à la chasse avec chiens, fusils et parfois furets11. Les procès les plus longs et qui engendrent les plus lourdes condamnations sont ceux qui concernent des curés accusés de fréquentations féminines. Ainsi, plusieurs dizaines de procès ont lieu au cours du Grand Siècle contre des curés coupables d’avoir « eu la connaissance chamelle » d’une femme. Il s’agit d’une domestique, d’une paroissienne ou d’une inconnue du village « scandaleuse et à la mauvaise réputation ». Les viols existent mais quelques relations prennent parfois la forme de vraies histoires d’amour. Le scandale est à son comble dans la paroisse lorsqu’un enfant voit le jour suite à cette relation interdite.

  • 12 AD Oise, G 4286.
  • 13 AD Oise, G 4225.
  • 14 À Hodenc en 1648, deux curés se battent sur la place publique du village sous les yeux de plusieurs (...)
  • 15 AD Oise, G 4243.

10Les curés essayent-ils de dissimuler les dérèglements de leur vie intime ? Plusieurs attitudes sont adoptées en fonction de la gravité de ce qu’ils doivent cacher aux paroissiens et aux autorités ecclésiastiques. Leur comportement varie du tout au tout selon qu’il s’agit d’affaires sexuelles ou d’autres choses. Les prêtres n’ont aucune gêne à afficher leur penchant pour l’alcool, la chasse et le jeu. Tel prêtre boit en public et incite les convives d’un mariage à rire12 ; tel autre pratique la chasse depuis plusieurs années avec armes à feu et chiens13. On rencontre même certains prêtres qui n'hésitent pas à vendre au premier venu du vin et du cidre, dans le presbytère. Les curés n’ont pas honte non plus de recourir à la violence, parfois sur la place publique du village14. Il apparaît en fait que les affaires qui concernent des dérèglements autres que de la délinquance sexuelle ne donnent pas lieu à tentative de dissimulation de la part du curé. Dans ces cas-là précisément, les curés se montrent si peu soucieux de dissimuler les dérèglements de leur vie privée qu’ils se permettent même de les afficher dans l’exercice de leur sacerdoce. Ainsi, l’alcoolisme conduit certains prêtres à négliger les fonctions pastorales liées à la cure ou à mal les accomplir. On voit certains célébrants très alcoolisés uriner derrière le maître-autel au cours de la cérémonie15 ou oublier les paroles qu’il faut prononcer lors d’un baptême par exemple. Ces comportements font scandale et les paroissiens en viennent à douter de la validité des sacrements administrés par ces prêtres très éloignés de l’idéal tridentin. Toutefois, on peut légitimement se demander dans quelle mesure il s’agit là d’esclandre lié à la vie intime du curé car ici, précisément, rien n’est secret ni tabou.

  • 16 AD Oise, G 4399.
  • 17 AD Oise, G 4532.
  • 18 En 1663, lors du procès contre Robert Gaude, curé de Saint-Félix, une paroissienne raconte qu’étant (...)

11L’attitude du curé en matière de dissimulation est en revanche très différente quand il s’agit de ses frasques sexuelles. Le prêtre adopte alors plusieurs stratagèmes afin d’en dissimuler l’existence même si, parfois, l’alcool peut l’amener à dévoiler sa lubricité, en faisant quelques remarques déplacées qui choquent les paroissiens. En mars 1653, Anne Le Roux, « fille à marier » d’un tavernier, raconte au juge d’Église que les curés Carneau et Langlois sont venus boire au logis et lui ont tenu plusieurs discours impudiques, lui demandant par exemple « si elle était bien aise de les servir, et quel service elle leur pourrait rendre si c’était au lit16 ». Ivre, le curé de Grandvillers-aux-Bois a quant à lui déclaré publiquement que « s’il avait une centaine de femmes, il en viendrait à bout » et avec son bâton « faisant la figure d’un tireur d’armes, il dit qu’il était si vigoureux et si adroit qu’il enfilerait vingt femmes17 ». Mais il ne s’agit là que de propos déplacés. Dans le diocèse de Beauvais, aucun curé n’ose publiquement dévoiler une relation amoureuse avec une femme même si parfois quelques villageois sont témoins d'attouchements intimes18.

  • 19 AD Oise, G 4567.
  • 20 AD Oise, G 4167.
  • 21 AD Oise, G 4567.
  • 22 AD Oise, G 4567.
  • 23 AD Oise, G 4358.
  • 24 La grande majorité des femmes victimes du curé sont dans une situation économique précaire.
  • 25 Le procès contre le curé de Hodenc-en-Bray fait apparaître que ce prêtre n’a eu aucune difficulté à (...)
  • 26 AD Oise, G 4534.

12Les curés qui ont une véritable vie sexuelle font tout pour en éviter la médiatisation. Cela doit rester secret. Les stratagèmes élaborés dans ce sens sont multiples et constants à partir du moment où le curé tombe dans le péché et jusqu’à la fin du procès instruit par l’officialité diocésaine. Certaines mesures de précaution sont prises par le curé avant même que n’apparaissent les premières rumeurs dans la paroisse. Ainsi, pour avoir des relations sexuelles, le curé choisit toujours des endroits discrets où il peut lui arriver toutefois de se faire surprendre : sa chambre, la grange du presbytère, un moulin isolé de la paroisse transformé en véritable garçonnière ou, beaucoup plus rarement, le confessionnal19. Certains prêtres prennent de nombreuses précautions pour ne pas être surpris à « heure indue » en dehors de leur presbytère : tel curé qui se déplace en pleine nuit dans sa paroisse quitte sa soutane pour une casaque noire20, tel autre surveille les rues avant de quitter le domicile d’une maîtresse21. Le curé de Monchy-le-Perreux va jusqu’à demander à ses paroissiens lors de son prône dominical de se retirer chez eux tôt le soir et de ne pas paraître dehors après vingt heures afin d’être totalement libre de ses mouvements22. Les curés imposent aux femmes séduites de rester discrètes. Lors de relations non consenties, ils demandent à la victime de ne pas se débattre et de rester silencieuse pour de ne pas être surpris23. Ils se montrent suspicieux et inquiets lorsque cette femme envisage d’aller se confesser à des missionnaires présents dans la paroisse. De façon récurrente, les curés utilisent leur aisance matérielle pour acheter le silence des femmes qu’ils mettent dans leur lit. Ils leur promettent qu’elles ne manqueront jamais de rien si elles savent rester discrètes et disponibles. D’ailleurs, les paroissiennes qui ne sont pas consentantes mais victimes du curé sont le plus souvent dans une situation qui les rend sensibles à ce type d’argument24. Ces curés à la vie privée condamnable peuvent profiter des absences d’un mari ou de ses faiblesses pour séduire une femme sans trop de risque25. Ils ont conscience que le passage d’une femme dans le presbytère peut éveiller les soupçons des paroissiens, surtout si elle leur est inconnue. Lors de la venue de visiteurs, ils la présentent comme une nièce ou une cousine, même si beaucoup ne sont pas dupes26.

  • 27 AD Oise, G 4173.
  • 28 AD Oise, G 4413.
  • 29 AD Oise, G 4440.

13« Nous voilà bien chanceux » : c’est par ces mots que Louis Benard accueille la nouvelle de la grossesse de la femme qu’il a séduite27. De nouveaux stratagèmes voient le jour lorsque la naissance d’un enfant, fruit des amours interdites du curé et de sa maîtresse, s’annonce. À chaque fois, le prêtre lui suggère la prise de remèdes achetés chez l’apothicaire afin de la faire avorter. Des saignées sont aussi systématiquement pratiquées à la demande du curé. Si cela ne fonctionne pas, il organise le voyage en dehors de la paroisse pour que l’accouchement ait lieu dans l’anonymat d’une grande ville, à Paris surtout28. Parfois, la ficelle est trop grosse et précipite la chute du curé, à l’image du pasteur de Berthecourt qui organise le mariage de la femme qu’il a mise enceinte avec un paroissien, pour étouffer le scandale à venir29 !

14Toutes ces mesures « de précaution » sont prises par le curé avant que le scandale n’éclate, pour ne pas ébruiter ses relations amoureuses. Quand elles échouent et que le tapage apparaît dans la paroisse, le curé ne désespère pas pour autant.

  • 30 AD Oise, G 4358.
  • 31 Au cours de sa première déclaration devant l’official, Isabelle Gérard, victime du curé, accuse fau (...)
  • 32 Thomas Theresse, curé de Moncy-le-Perreux, propose plusieurs centaines de livres à la famille de Ma (...)

15La première attitude des curés soupçonnés d’avoir des relations sexuelles avec une femme est de tout nier en bloc. Nombreux sont ceux qui deviennent violents quand on les questionne sur leurs fréquentations féminines. Les coups pleuvent alors sur les paroissiens les plus curieux30. Lorsque la femme séduite attend un enfant et que la preuve de ses péchés devient évidente, le curé peut la contraindre à rédiger une fausse déclaration pour faire retomber la responsabilité de la grossesse sur un autre homme31. Il peut également proposer un accommodement à la famille afin d’éviter d’éventuelles poursuites judiciaires32.

  • 33 AD Oise, G 4358 et G 4456.
  • 34 AD Oise, G 4358.

16Quand le procès a lieu en dépit de ses efforts, le curé fait appel à d’autres subterfuges. Lui et ses proches recourent fréquemment à l’intimidation des témoins et de l’accusatrice : tentative de subornation, menaces verbales et pressions physiques sont monnaie-courante. Ainsi, les curés de Fontenay et de Saint-Léger contraignent leurs paroissiens à signer un papier qu’ils refusent de leur lire dans lequel les signataires affirment n’avoir rien à reprocher à leur pasteur33. Contre-attaquer et parfois la meilleure des défenses. C’est la politique suivie par un curé qui rédige une supplique adressée à l’official dans laquelle il explique qu’on ne peut accorder aucun crédit à la plaignante car on lui connaîtrait beaucoup de fréquentations masculines dans le village34.

  • 35 Contrairement à nous, Jacques Solé avait souligné les répercussions des frasques sexuelles des curé (...)

17Les curés délinquants sur le plan sexuel ont un comportement cohérent face à la justice : ils n’acceptent à aucun moment de la procédure d’admettre qu’ils ont cédé aux plaisirs charnels avec une femme. Au cours de leur interrogatoire, ils ne passent jamais aux aveux. Ils font tout pour que cela reste strictement privé car ils ont pleinement conscience d'avoir enfreint une règle absolue. D’ailleurs, ces fréquentations féminines n’ont pas de répercussions sur la vie religieuse de la paroisse35. Les paroissiens ne se plaignent pas de leur curé pour ces raisons. Dans l’intérêt de leur réputation et de leur carrière, et pour sauver les apparences, ces hommes sont prêts à multiplier les mensonges et les ruses. Mais les dizaines de procès intentés contre eux démontrent que ces stratagèmes sont incapables d’éviter que le scandale éclate. Quelle en est la médiatisation ? Sous quelle forme et à quelle échelle peut-on l’observer ?

La vie privée du curé en pleine lumière

  • 36 Frédéric Meyer, « Religiosi fuorillegge : i Regolari di fronte alla Giustizia in Savoia nel secolo (...)
  • 37 Mickael Hayden, Malcolm Greenshields, « Les Réformations catholiques en France : le témoignage des (...)
  • 38 Kevin Saule, « La place des statuts synodaux dans le processus de normalisation des mœurs des curés (...)

18Dans quelle mesure ces désordres qui touchent la vie privée du curé ont-ils été médiatisés ? Y a-t-il véritablement volonté de faire savoir ? Il serait tout à fait abusif de dire que la hiérarchie ecclésiastique fait « tout pour éviter le scandale et cacher les affaires aux yeux du public36 ». Mais, en la matière, la politique suivie par le diocèse de Beauvais est différente de celle observée ailleurs. Alors que la plupart des textes parus à cette époque dans le royaume de France mettent l’accent sur la discipline ecclésiastique et les interdits qui pèsent sur la vie privée des curés – notamment en matière de fréquentations féminines37 – les statuts adoptés par les prélats beauvaisiens n’accordent qu’une petite place à ces questions38. Surtout, les autorités diocésaines n’incitent pas les paroissiens à leur rapporter les éventuels dérèglements de leur curé, comme le montrent les statuts synodaux adoptés en 1646 et réédités à l’identique en 1653. Le point 111 de ces textes normatifs énumère la trentaine d’articles que les curés doivent lire fréquemment aux paroissiens au moment du prône. Aucun d’entre eux ne concerne les questions relatives à la discipline ecclésiastique et à la vie privée des curés. L’Église ne les met pas à la connaissance des paroissiens. Certes, les ouailles n’ont pas besoin d’en avoir une lecture hebdomadaire pour saisir pleinement le caractère répréhensible de certains agissements de leur pasteur, mais la publicité donnée à ces règles aurait sans doute pu faciliter la médiatisation des désordres.

  • 39 Les statuts synodaux promulgués à Amiens le 3 octobre 1696 incitent les paroissiens à dénoncer cert (...)
  • 40 Il faut noter toutefois que ces visites des paroisses du doyenné de Breteuil sont effectuées dans l (...)
  • 41 C’est le cas par exemple lors de la visite de la paroisse de Troussencourt en 1627. Aucune question (...)

19De même, si l’évêque exige que les visites pastorales soient annoncées dans la paroisse plusieurs jours avant leur tenue, il n’appelle pas les villageois à dénoncer les errements de la vie du curé comme c’est le cas à Amiens par exemple39. Aucun monitoire ou appel à témoins n’est d’ailleurs diffusé dans ce sens au cours du XVIIe siècle. Les quelques procès-verbaux de visite pastorale qui subsistent aux archives départementales de l’Oise sont également éloquents. Le doyen rural ne s’intéresse pas du tout à la vie privée du curé. Seul l’état général de l’église et des objets liturgiques attire son attention40. Même les curés déjà poursuivis par l’officialité pour des affaires de mœurs ne sont pas interrogés à ce sujet et aucune question n’est posée aux paroissiens41.

  • 42 Au cours de son audition en août 1658, la paroissienne Marie Guibert déclare que malgré les défense (...)

20Les rumeurs circulent cependant et certains paroissiens ont connaissance des « défenses » faites au curé par l’évêque en matière de fréquentation féminine notamment42. Dans les archives judiciaires, les villageois sont très nombreux à souligner que les fréquentations inavouables du curé sont « chose publique », que « le bruit commun et bruit public » les déshonorent jusque dans les « lieux circonvoisins » du village. Ils déplorent le « scandale » suscité par la vie privée condamnable de leur pasteur.

  • 43 AD Oise, G 4459.
  • 44 AD Oise, G 4411.
  • 45 AD Oise, G 4553.
  • 46 AD Oise, G 4220.

21Comment les nouvelles se répandent-elles dans le village en dépit de la discrétion voulue par les autorités ecclésiastiques ? Les domestiques, qui vivent avec le curé ou qui l’ont servi au presbytère, sont généralement à l'origine des rumeurs dans la paroisse, car ils sont les mieux informés. On les retrouve d’ailleurs très souvent parmi les témoins appelés à déposer au cours de l’instruction. Lors du procès du curé René Linel de la paroisse de Hodenc-en-Bray accusé de mener une vie dissolue et d’avoir engrossé une paroissienne, François Peaucelle déclare avoir « bonne connaissance » du prêtre « pour avoir demeuré chez lui comme serviteur durant cinq ans43 ». Cet ancien domestique qui a quitté le presbytère depuis plusieurs années sait beaucoup de choses et les raconte à l’official. Dans le village de Mothois, les habitants prennent connaissance des fréquentations féminines de leur curé par l’intermédiaire du clerc de la paroisse, qui avait lui-même tout appris de son fils, autrefois « valet » du prêtre44. À Orvillers, la servante du curé affirme à qui veut l’entendre que « si on savait ce qu’elle sait, le curé ne chanterait jamais la messe45 » ! Certains domestiques ne supportent pas l’idée d’être complices de la vie privée condamnable du curé et préfèrent démissionner46.

  • 47 AD Oise, G 4311.
  • 48 AD Oise, G 4358.
  • 49 Les paroissiens sont particulièrement attentifs aux denrées alimentaires offertes par le curé à la (...)
  • 50 AD Oise, G 4179.
  • 51 Après plusieurs heures de surveillance, le curieux décide de rentrer chez lui, alors que le prêtre (...)
  • 52 AD Oise, G 4459.

22Les voisins du curé disposent eux aussi d’informations privilégiées. Comme les domestiques, ils sont à l’origine de leur diffusion dans la paroisse. Au moment de son audition au cours du procès contre Claude Féret, un paroissien affirme que le curé va continuellement à la chasse et mange le gibier ainsi obtenu au presbytère où le curé et ses amis « restent à chanter et danser [...] jusqu’au coq chantant [...] de telle sorte que même ils faisaient bouger les planches de la maison du déposant47 ». Les paroissiens sont curieux et interrogent les voisins du curé sur ses fréquentations. À Saint-Léger, on reproche au voisin du presbytère de ne pas dire tout ce qu’il sait des dérèglements de la vie privée du curé48. Confrontés à ces rumeurs, les paroissiens deviennent suspicieux et regardent d’un mauvais œil leur curé. On s’étonne des cadeaux qu’il fait à une femme et on la jalouse49. On s’offusque de voir le curé et sa maîtresse « boire et manger ensemble du même potage et pain50 ». Certains villageois n’hésitent pas à espionner leur pasteur, surtout lorsque la nuit tombe et que la paroisse s’endort. Un habitant d’Orvillers déclare au cours de son audition par l’official qu’il avait décidé de surveiller un soir son curé « en raison de ce qu’on disait mal de lui51 » et d’une paroissienne. Certaines rumeurs autour du curé ont dû véritablement accaparer toute l’attention des villageois et empoisonner la vie de certains habitants. À Hodenc-en-Bray, un membre de la famille d’une femme suspectée de relations sexuelles avec le curé déclare à l’official que « le bruit était si commun [de ces] hantises et fréquentations que le déposant avait de la honte et de la confusion d’aller par les rues52 ».

  • 53 AD Oise, G 4179.

23Les paroissiens ne sont pas seulement spectateurs des désordres de la vie intime du curé. Ils tentent parfois de peser sur elle pour qu’elle reprenne une certaine normalité. À Noroy, plusieurs habitants vont voir leur curé pour l’avertir de ne pas garder à son service une « jeune fille de mauvaise réputation dont on murmurait dans la paroisse53 ». Sans prendre la forme des traditionnels charivaris, de véritables petites expéditions sont organisées parfois par les jeunes hommes de la paroisse pour démasquer le curé et lui signifier publiquement la condamnation de son comportement. Ils l’attendent pendant de longues heures à la sortie d’une maison dans laquelle il ne devrait pas être ou ils surprennent au petit matin une femme qui tente de quitter discrètement le presbytère.

  • 54 AD Oise, G 4358.
  • 55 AD Oise, G 4405.

24Le temps que met la justice ecclésiastique à se saisir de certaines affaires et à écarter les prêtres les plus scandaleux est propice à la circulation des rumeurs. Ces dernières représentent une certaine forme de médiatisation. À l’ouverture du procès, il apparaît clairement que bon nombre de paroissiens savaient depuis des mois, voire des années que leur curé avait une vie privée incompatible avec son sacerdoce. Lors de son audition par le juge d’Église, un paroissien déclare avoir été témoin de la présence de la maîtresse du curé dans le presbytère trois ans auparavant54. Adrienne Patonde raconte quant à elle avoir surpris trois ans plus tôt le curé « avec sa chemise retroussée par dessus son épaule55 », en train de faire l’amour avec une paroissienne. Les sentences prononcées par l’official font le plus souvent mention de ces longues années au cours desquelles le curé a mené une vie dissolue. La médiatisation est alors évidente. Elle repose sur la circulation orale des rumeurs. Mais c’est surtout lorsque la justice se saisit officiellement d’une affaire que la médiatisation de la vie privée scandaleuse du curé est la plus importante.

  • 56 Au début de leur audition, les témoins doivent jurer de n’être « ni parent, ni allié ni domestique  (...)
  • 57 Voir notamment à ce sujet Fabrice Mauclair, La Justice au village. Justice seigneuriale et société (...)
  • 58 L’official procède simplement, au début de l’audition du témoin, à la lecture de l'acte d’accusatio (...)

25L’instruction du procès par l’officialité représente le grand moment de la diffusion du scandale. L’Église qui jusqu’alors ne voulait pas trop ébruiter les démarches entreprises contre les curés délinquants ne cherche plus du tout à rester discrète. La procédure judiciaire n’a plus rien de secret car la collaboration des paroissiens est indispensable à son bon déroulement. Elle induit une réelle médiatisation. Lorsqu’elle entame un procès, l’officialité se déplace dans la paroisse concernée en la personne de l’official, accompagné de son greffier. Le juge procède alors à l’audition des témoins chez un habitant ou dans une hôtellerie. Ils déposent tous à charge contre le curé56. Il arrive qu’au cours de certains procès, plusieurs dizaines de témoins soient entendus par le juge, sur plusieurs jours. Il y a alors une libération de la parole, facilitée par le caractère officiel de la procédure. La tenue des audiences du tribunal dans le village est une « manifestation majeure de la vie publique57 ». Les rumeurs qui circulent depuis de longs moments trouvent un exutoire et les paroissiens parlent entre eux de ce petit événement que représente la venue de ce haut dignitaire ecclésiastique. La façon dont on procède à l’audition des témoins rend publics les motifs du procès. Si les témoins doivent légalement être entendus « à part et en secret », sans qu’aucune question ne leur soit posée58, on sait en réalité que le juge ne se prive pas pour les interroger. Les dépositions sont alors clairement orientées par le tribunal et il n’est pas rare qu’elles soient similaires à la virgule près !

26Le récolement des témoins a lieu après l’interrogatoire du curé et redonne la parole à la paroisse. La première déposition est relue au témoin qui doit indiquer « s’il y persiste » ou s’il désire y apporter quelques changements. C’est à ce moment là surtout qu’on apprend que les paroissiens discutent beaucoup entre eux du procès. Ils évoquent aussi assez fréquemment les pressions et les intimidations qu’ils subissent de la part du curé ou de ses proches afin de ne pas déposer.

  • 59 Effectuée de la sorte, cette citation à cri public fait partie « des voies exposées à l’appel comme (...)

27La comparution des témoins n’est pas le seul moment au cours duquel on demande aux paroissiens de collaborer avec les autorités judiciaires du diocèse. Ainsi, lorsque l’official décide de délivrer une assignation à comparaître à un curé absent, les paroissiens voisins du presbytère se voient remettre le document. Il arrive parfois que toute la paroisse soit informée du prochain interrogatoire du prêtre, lorsque l’assignation à comparaître lui est remise en présence de nombreux paroissiens. En cas d’absence du curé, ses ouailles apprennent la nouvelle avant lui. Le 4 septembre 1654, l’huissier du tribunal de Beauvais se déplace à Rotangy assisté de Jacques Lempereur, « trompette juré », pour transmettre au curé l’assignation à comparaître. Mais, « cité sur le quart d’abondance tant en son domicile qu’en devant de la principale porte de l’église », le curé reste introuvable. On décide alors « après avoir fait sonner par trois fois la trompette » de prononcer publiquement l’assignation à comparaître en l’auditoire de l’officialité59. Tout le monde dans la paroisse apprend que les choses commencent à mal tourner pour le curé. Le déroulement du procès est donc le grand moment de la médiatisation de la vie privée du curé même si cela ne repose pas sur un média très précis.

  • 60 Dans son étude consacrée aux lettres de cachet, Claude Quétel évoque aussi la discrétion des sancti (...)

28À l’issue du procès, en effet, aucune publicité n’est faite autour de la sentence prononcée par l’official. La répression est discrète60. Dans le diocèse de Beauvais, les décisions judiciaires qui sanctionnent les curés scandaleux ne sont pas publiées. Aucune affiche n’est imprimée pour informer la paroisse des conséquences du procès. On n’en retrouve pas la mention non plus dans les journaux et autres gazettes. La sentence prononcée contre le curé laisse-t-elle la moindre trace dans la paroisse ? Dans le cas des affaires les plus graves, la communauté ne peut pas ignorer la décision judiciaire car le curé est contraint de se défaire de sa cure. Un nouveau prêtre fait son apparition dans la paroisse sans que l’on sache comment elle réagit à ce changement. Etonnamment, les autorités diocésaines n’utilisent pas les mesures disciplinaires prises contre un curé pour faire un exemple auprès de ses confrères et les dissuader de s’engager dans la voie de la délinquance. La sanction n’est pas médiatisée.

29La médiatisation de la vie privée des curés du Grand Siècle est difficile à identifier. La vie intime des prêtres dont le comportement est conforme à l’idéal tridentin n’a pas connu de publicité. Seuls quelques très rares exemples sont volontairement mis en avant par l’Église à l’image de la vie du prélat de Cahors, Alain de Solminihac, ou de celle de l’évêque du diocèse de Genève-Annecy, François de Sales. La médiatisation, lorsqu’elle apparaît, est liée au scandale de la transgression. Dans le village, les discussions et les bruits autour de la vie privée condamnable du curé sont nombreux. Bientôt, les paroisses voisines en sont informées. La rumeur enfle. Mais cette médiatisation laisse peu de traces car elle se fait sous forme orale.

  • 61 Kevin Saule, « L'officialité de Beauvais et l’enfermement des curés délinquants au XVIIe siècle : e (...)

30Le canal par lequel la vie privée du curé connaît sa plus grande médiatisation est le procès dont le but est justement de la dévoiler pour la juger et la condamner. Mais là encore, peut-on parler de véritable médiatisation ? Les centaines voire les milliers de pages de procédures produites par l’activité du tribunal n’ont absolument pas cet objectif. Pour autant, les autorités ecclésiastiques de Beauvais n’ont pas tenté de dissimuler les dérèglements de la vie intime des curés contrairement à d’autres diocèses. Alors que le prélat de Châlons-sur-Marne demande que les scandales suscités par les curés soient mis par écrit dans un mémoire clos et scellé, l’évêque de Beauvais n’entend pas garder le secret autour des procédures judiciaires. D’ailleurs, les curés emprisonnés au moment de leur interrogatoire le sont dans les mêmes prisons que les laïcs, à leur grand désespoir61.

  • 62 AD Oise, G 4358.

31La médiatisation de la vie privée des curés doit être relativisée car il faut souvent des mois voire des années avant que le scandale devienne tel que le tribunal ecclésiastique s’en saisisse. Dans la marge d’un mémoire rappelant l’historique d’une procédure contre un curé, l’official écrit, lucide : « la chose était publique à plusieurs ecclésiastiques [...] auparavant que l’official en sut quoi que ce soit62 » !

Bibliographie

Bibliographie

Aries Philippe, Duby Georges, Histoire de la vie privée. Tome 3. De la Renaissance aux Lumières, Paris, Seuil, 1999.

Hyaden Mickaël, Greenshields Malcolm, « Les Réformations catholiques en France : le témoignage des statuts synodaux », Revue d'histoire moderne et contemporaine, no 48-1,2001.

Mauclair Fabrice, La Justice au village. Justice seigneuriale et société rurale dans le duché-pairie de La Vallière (1667-1790), Rennes, P.U.R., 2008.

Meyer Frédéric, « Religiosi fuorillegge : i Regolari di fronte alla Giustizia in Savoia nel secolo xviii », in Quaderni Storici. Nuova Serie, no 119, agosto 2005, p. 519-553.

Quetel Claude, De par le Roy. Essai sur les lettres de cachet, Paris, Privat, 1981

Notes

1 Dans l’introduction de l'Histoire de la vie privée, Philippe Ariès s’interroge : « une histoire de la vie privée est-elle possible ? », Philippe Ariès, Georges Duby, Histoire de la vie privée. Tome 3. De la Renaissance aux Lumières, Paris, Seuil, 1999, p. 7.

2 Il n’existe quasiment aucun développement à propos des curés du Grand Siècle dans l'Histoire de la vie privée.

3 Lettre du 26 février 1672 de la marquise de Sévigné à sa fille, Correspondance, Paris, Gallimard, Bibl. de la Pléiade, 1972, t. I, p. 446.

4 Dans Le Psautier, Jean de la Fontaine met en scène une communauté de religieuses en émoi après avoir découvert dans la cellule d’une novice un jeune jouvenceau. Alertée en pleine nuit alors qu’elle se trouvait en compagnie du curé, l’abbesse se couvre maladroitement du chapeau du prêtre pour aller enquêter. Elle est alors publiquement démasquée en raison de sa tenue. La communauté décide de garder le silence par peur du scandale.

5 Abbé Richard, Règles de conduite pour les curés, Paris, Villery, 1684, p. VII.

6 1re règle de conduite.

7 AD Oise, registre paroissial de Notre-Dame de Chambly. 1 mi/eca 139r1, folios 108-110.

8 L’officialité est le nom de la cour ecclésiastique chargée de juger les prêtres. En vertu du for ecclésiastique, les prêtres ne pouvaient théoriquement être jugés que par leurs pairs. Mais ce privilège est progressivement contesté par la justice royale qui s’attribue de plus en plus de prérogatives au détriment de la cour d’Église. À l’époque moderne, les crimes les plus graves commis par un ecclésiastique sont appelés cas privilégiés (ce sont notamment les crimes qui portent atteinte à l’autorité du roi). Dans ces cas-là, official et lieutenant criminel instruisent conjointement la procédure.

9 Le promoteur exerce le ministère public au sein de l’officialité : il est chargé de l’accusation.

10 AD Oise, G 4311.

11 AD Oise, G 4356.

12 AD Oise, G 4286.

13 AD Oise, G 4225.

14 À Hodenc en 1648, deux curés se battent sur la place publique du village sous les yeux de plusieurs paroissiens et d’un vicaire, AD Oise, G 4170.

15 AD Oise, G 4243.

16 AD Oise, G 4399.

17 AD Oise, G 4532.

18 En 1663, lors du procès contre Robert Gaude, curé de Saint-Félix, une paroissienne raconte qu’étant un jour dans le presbytère, elle vit le curé et une femme boire dans le même verre, « laquelle [...] se laissait toucher le sein par ledit curé », AD Oise, G 4333.

19 AD Oise, G 4567.

20 AD Oise, G 4167.

21 AD Oise, G 4567.

22 AD Oise, G 4567.

23 AD Oise, G 4358.

24 La grande majorité des femmes victimes du curé sont dans une situation économique précaire.

25 Le procès contre le curé de Hodenc-en-Bray fait apparaître que ce prêtre n’a eu aucune difficulté à entretenir une longue relation avec une paroissienne mariée car son mari étant paralytique, « il n’avait pas la langue libre pour parler », AD Oise, G 4459.

26 AD Oise, G 4534.

27 AD Oise, G 4173.

28 AD Oise, G 4413.

29 AD Oise, G 4440.

30 AD Oise, G 4358.

31 Au cours de sa première déclaration devant l’official, Isabelle Gérard, victime du curé, accuse faussement un cavalier de l’avoir violée et mise enceinte pour protéger le prêtre, AD Oise, G 4173.

32 Thomas Theresse, curé de Moncy-le-Perreux, propose plusieurs centaines de livres à la famille de Marie de Villers pour qu’elle accepte d’étouffer le scandale. AD Oise, G 4567.

33 AD Oise, G 4358 et G 4456.

34 AD Oise, G 4358.

35 Contrairement à nous, Jacques Solé avait souligné les répercussions des frasques sexuelles des curés sur la vie religieuse des paroisses du diocèse de Grenoble dans « La crise morale du clergé du diocèse de Grenoble au début de l’épiscopat de Le Camus », Jean Godel (dir.), Le Cardinal des montagnes. Etienne Le Camus. Évêque de Grenoble. Actes du colloque Le Camus, Grenoble, 1971, p. 206.

36 Frédéric Meyer, « Religiosi fuorillegge : i Regolari di fronte alla Giustizia in Savoia nel secolo xviii », in Quaderni Storici. Nuova Serie, no 119, agosto 2005, p. 519-553.

37 Mickael Hayden, Malcolm Greenshields, « Les Réformations catholiques en France : le témoignage des statuts synodaux », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 48-1, 2001.

38 Kevin Saule, « La place des statuts synodaux dans le processus de normalisation des mœurs des curés beauvaisins du Grand Siècle », journée d’études de l’université de Reims, La Fabrique de la norme (à paraître).

39 Les statuts synodaux promulgués à Amiens le 3 octobre 1696 incitent les paroissiens à dénoncer certaines fautes commises par leur curé, notamment en cas de défaut de port de la soutane. Le dénonciateur se voit attribuer la moitié de l’amende payée par le prêtre condamné. Thomas Gousset, Actes de la province ecclésiastique de Reims, L. Jacquet, 1842, t. IV, p. 540-559.

40 Il faut noter toutefois que ces visites des paroisses du doyenné de Breteuil sont effectuées dans la première partie du siècle, au cours des années 1620-1630, peu de temps après la fin des désordres liés aux guerres et aux troubles religieux. La vérification de l’état des églises semble alors prioritaire pour le visiteur.

41 C’est le cas par exemple lors de la visite de la paroisse de Troussencourt en 1627. Aucune question n’est posée au curé Gratien Brunet poursuivi trois ans plus tôt pour fréquentations féminines.

42 Au cours de son audition en août 1658, la paroissienne Marie Guibert déclare que malgré les défenses faites par l’évêque de Beauvais au curé de la paroisse de « hanter et fréquenter avec Barbe de Bussy », cette relation perdure. Denise Chardmiller dépose la même chose. AD Oise, G 4405.

43 AD Oise, G 4459.

44 AD Oise, G 4411.

45 AD Oise, G 4553.

46 AD Oise, G 4220.

47 AD Oise, G 4311.

48 AD Oise, G 4358.

49 Les paroissiens sont particulièrement attentifs aux denrées alimentaires offertes par le curé à la femme séduite : confitures, poires et gâteaux suscitent leur jalousie car ils estiment financer indirectement ces dépenses.

50 AD Oise, G 4179.

51 Après plusieurs heures de surveillance, le curieux décide de rentrer chez lui, alors que le prêtre est toujours enfermé dans le domicile de la paroissienne. AD Oise, G 4553.

52 AD Oise, G 4459.

53 AD Oise, G 4179.

54 AD Oise, G 4358.

55 AD Oise, G 4405.

56 Au début de leur audition, les témoins doivent jurer de n’être « ni parent, ni allié ni domestique » du curé. Les proches du prêtre, qui pourraient faire un faux témoignage en sa faveur, son systématiquement écartés.

57 Voir notamment à ce sujet Fabrice Mauclair, La Justice au village. Justice seigneuriale et société rurale dans le duché-pairie de La Vallière (1667-1790), Rennes, P.U.R., 2008, p. 50.

58 L’official procède simplement, au début de l’audition du témoin, à la lecture de l'acte d’accusation.

59 Effectuée de la sorte, cette citation à cri public fait partie « des voies exposées à l’appel comme d’abus » d'après l’avocat au Parlement de Paris Jean-Louis Brunet (Le Parfait Notaire apostolique et procureur des officialités, Paris, Claude Robustel, 1728, p. 858). L’officialité de Beauvais n’hésite pas à y recourir malgré tout.

60 Dans son étude consacrée aux lettres de cachet, Claude Quétel évoque aussi la discrétion des sanctions prises contre les membres du premier ordre du royaume. Claude Quétel, De par le Roy. Essai sur les lettres de cachet, Paris, Privat, 1981, p. 96.

61 Kevin Saule, « L'officialité de Beauvais et l’enfermement des curés délinquants au XVIIe siècle : entre rigueur et indulgence », colloque mai 2010, Les Officialités dans l'Europe médiévale et moderne. Des tribunaux pour une société chrétienne, organisé par Véronique Beaulande-Barraud et Martine Charageat (à paraître).

62 AD Oise, G 4358.

Auteur

Fondation Thiers

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540