Version classiqueVersion mobile

Les Variations Jarmusch

 | 
Esther Heboyan

Partie V. Cadences jarmuschiennes sur l’échiquier de l’espace-temps / Jarmuschian cadences on the chessboard of time and space

La poésie du hors-champ musical dans Down by Law : Promenade du maquereau de John Lurie 1

Esther Heboyan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À ce jour2, Down by Law3 (1986) est certainement le film le plus comique et le plus optimiste de Jim Jarmusch. Même si, comme Permanent Vacation (1980) puis Stranger Than Paradise (1984) et comme toutes les œuvres qui suivront jusqu’à Only Lovers Left Alive (2013), il évoque désolation et tristesse, le film est un conte mélancolique dans lequel les obstacles et les souffrances trouvent une résolution naïve et heureuse, un peu à la manière de Gosses de Tokyo (1932) du Japonais Yasijuro Ozu ou de Le Havre (2011) du Finlandais Aki Kaurismäki, deux cinéastes (parmi tant d’autres) appréciés du réalisateur new-yorkais. Une sorte d’étrangeté, mêlée d’un zeste de magie, investit ce troisième long-métrage de Jarmusch. Cette étrangeté, rehaussée par la photographie en noir et blanc de Robby Müller4 ainsi que par la bande-son qui fait la part belle à deux chansons de Tom Waits5 et aux compositions de John Lurie6, donne au récit toute sa poésie.

Poésie. Mot problématique lorsqu’il s’agit de ciné...

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

lcdpu.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search