Version classiqueVersion mobile

Les Variations Jarmusch

 | 
Esther Heboyan

Partie V. Cadences jarmuschiennes sur l’échiquier de l’espace-temps / Jarmuschian cadences on the chessboard of time and space

Dance in slow motion : la poétique du personnage selon Jim Jarmusch

Jean-Baptiste Chantoiseau

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Aristote, dans sa Poétique, définit la poésie dramatique « comme représentation d’action »1 : à ses yeux, « l’objet premier de la représentation est l’action, et non les actants. Cette précision fonde la prééminence de l’histoire (muthos) sur les caractères (èthè) »2. L’enjeu que le poète se doit de relever tient donc dans « la représentation non d’hommes mais d’action »3. Les « caractères », loin de constituer un point de départ, se dessinent au contraire progressivement « au travers de leurs actions »4 : ils « viennent en second »5.

Le cinéma de Jim Jarmusch à première vue se situe aux antipodes de ce principe suivant lequel « les caractères ne doivent jamais être créés pour eux-mêmes »6. À la sortie de son quatrième long-métrage, Mystery Train (1989), Jarmusch affirme : « Lorsque j’écrivais le script, comme à mon habitude, je pensais aux acteurs que je désirais et aux personnages que je voulais créer plutôt qu’à l’histoire elle-même, qui vient toujours en second lieu »7. Il convie...

Auteur

Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle /
Musée Rodin

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search