Version classiqueVersion mobile

La Médiatisation de la vie privée xve-xxe siècle

 | 
Agnès Walch

Deuxième partie. Le scandale et la transgression

Archives secrètes, archives publiques ?

Témoignages de la vie intime dans les archives ecclésiastiques italiennes à l’époque moderne

Elena Taddia

Texte intégral

  • 1 Classés dans ces archives comme Criminalium. J’utiliserai ici l’abréviation ASDG, Crim. pour « Arch (...)
  • 2 Pour ces problématiques en Italie voir : Prosperi Adriano, Tribunali della coscienza. Inquisitori, (...)

1En Italie, les fonds « criminels » des archives diocésaines constituent une archéologie de la vie quotidienne et un outil incontournable qui nous permet de nous mêler au plus profond de l’intimité des gens. J’analyserai de près une série de cas tirés des Archives historiques du diocèse de Gênes1 entre 1567 et 1746. Ces archives montrent comment l’Église, après le concile de Trente, vérifie les mœurs et le « zèle » du clergé et des paroissiens. Elles restituent un témoignage de la vie privée autrement perdu. Les Archives historiques du diocèse de Gênes ne gardent pas en principe la documentation de l’Inquisition génoise, indépendante de la justice ecclésiastique ordinaire. Néanmoins, la chasse aux « crimes de la foi » a souvent produit des échanges de compétence avec le tribunal ecclésiastique ordinaire, visibles dans ces archives2.

  • 3 Acta Ecclesiae mediolanensis tribus partibus distincta. Quibus concilia prouincialia, conciones syn (...)
  • 4 Voir Elena Taddia, « Violences physiques et violences verbales : le prêtre criminel d’après les arc (...)

2Le contrôle du clergé et des fidèles part du sommet du tribunal ecclésiastique, avec le vicaire général, responsable des causes criminelles et civiles. Au niveau plus bas, dans les périphéries des diocèses, il y a le vicaire forain qui, selon le modèle mis au point dans le recueil Acta Ecclesiae Mediolanensis (1582)3 de l’archevêque de Milan Charles Borromée, a le pouvoir de punir et découvrir ce qui se passe autour de lui et, dans les cas plus graves, à travers les « délits privilégiés » (casi riservati) de les relater à l’archevêque. Les vicaires assurent l’honnêteté du clergé, comme un chapitre de l’ouvrage De vita et honestate episcoporum et clericorum le souligne. Selon Charles Borromée, le prêtre est désormais un soldat de Dieu qui doit se tenir loin des affaires séculières (« Qui deo militat, implicare se negotijs secularibus prohibetur »). Malgré ces recommandations, de nombreux prêtres après le concile de Trente, contrevenant aux strictes règles de la pastorale, fréquentent les femmes, se promènent avec l’arquebuse, en somme transgressent les limites imposées par l’appartenance à l’Église et agissent comme des séculiers4, devenant ainsi l’objet d’une copieuse série d’enquêtes conservées dans les archives.

3Un premier exemple vient de l’église de Santa Maria della Plebe de Palmaro, près de Gênes. En mai 1686 l’archiprêtre Antonio Pizzorno décrit ainsi les événements à la curie génoise qu’il a lui-même appris ad aures :

  • 5 ASDG, Crim., fz. 416.

J’ai entendu ad aures que ladite femme avait accouché en cachette et qu’elle aurait emmené son enfant mort dans une ferme à la campagne de propriété de son père. D’où ce matin j’y suis allé en compagnie du révérend notre curé, et on a retrouvé au niveau de la ferme dans un coin un enfant enterré, nouveau-né mort, [...] et j’ai fait emmener ledit enfant dans une maison de l’oratoire près de cette église ; j’attends ainsi les ordres de Votre Excellence afin de savoir comment il faut agir...5

4La découverte du cadavre a été faite, comme l’archiprêtre Antonio Pizzorno l’écrit dans la lettre suivante, en secret (con ogni secretrezza) et personne ne doit être au courant que le cadavre a été déplacé à côté de l’oratoire. Pourtant, même si nous ne connaissons pas la suite de cette histoire qui se veut secrète, le secret peut avoir ensuite été dévoilé et, à propos de la dépouille, le recteur ajoute :

  • 6 Ibid.

Si vous estimez l’exposer [le cadavre] au public quand la femme sera [ill] et même si on ne peut pas la capturer, afin d’inspirer de l’horreur aux femmes qui le verront afin qu’elles apprennent à vivre dans la crainte de Dieu, et aussi pour obtenir des indices et preuves.6

5Éventuellement le prélat génois pense montrer une représentation de l’infanticide, une sorte de théâtre de la mort et d'exemplum infamant en exposant ainsi un fait secret au public.

  • 7 Cf. Edoardo Grendi, Lettere Orbe. Anonimato e poteri nel Seicento genovese, Palermo, Gelka, 1989.
  • 8 ASDG, Crim. fz. 392 : « ingiustamente molestata dalle lettere orbe ».

6D’autres scénarios montrent un topos récurrent dans ces archives : la lettre de dénonciation anonyme. Les nombreuses lettres anonymes sont l’une des particularités qui caractérisent dans l’Italie moderne, et principalement à Gênes et à Venise, le fonctionnement de la justice et la relation entre État et citoyens. En tant que moyen d’accusation, la lettre de dénonciation se présente en général sous forme de lettre anonyme, la lettera orba ou « lettre aveugle ». A Gênes, la délation secrète voit le jour au Moyen Âge, où déjà sont attestées des boîtes dans le palais municipal ou dans les églises, employées pour y insérer les lettres anonymes. Légitimée en 1607 par une loi, la Legge dei biglietti, la lettre aveugle était employée dans les Collegi et dans le Minor Consiglio où un membre de l’aristocratie qui était nommé secrètement au moins quatre fois dans les billets anonymes pouvait être exilé pendant deux ans, exposant ainsi l'infamia, auparavant secrète, au déshonneur public7. La pratique était si courante qu’une femme se plaint, en 1656, à la curie archiépiscopale d’être injustement « molestée » avec des « lettres aveugles »8.

  • 9 Ibid., fz. 365.
  • 10 Pour une liste des vicaires généraux à Gênes et leur profil voir Cambiaso Domenico, « I vicari gene (...)

7Un exemple éclairant de délation, qui renseigne sur les mauvaises habitudes d’un ecclésiastique et déchaîne une véritable enquête, vient d’une des régions les plus sensibles de l’arrière-pays, Gavi, avant-poste fortifié de la République, à la frontière avec le Piémont. Le protagoniste est Giacomo Andrea Alino, curé de la paroisse de San Giacomo. Le dossier Alino9, daté 1634, est constitué principalement de trois lettres anonymes, certainement de la même main. Les documents prouvent que ces dénonciations ne sont pas restées sans suite, car les pièces jointes aux délations, écrites par le vicaire forain de Voltaggio, lancent une enquête qui arrive à Gênes entre les mains du vicaire général Andrea Sperelli. Les traces de Sperelli au sommet du tribunal ecclésiastique sont bien visibles dans ces archives et il se montre souvent déterminant dans nombreuses enquêtes10.

  • 11 En italien encore aujourd’hui on dit « il lupo perde il pelo ma non il vizio », en substituant ains (...)

8Un supposé infanticide est l’événement majeur autour duquel se déroule le récit. La dénonciation débute avec l’accouchement imminent de la maîtresse du prêtre et se conclut avec la disparition de cette femme et du nouveau-né. Mais ce qui retient l’intérêt c’est la procédure de la dénonciation et ses conséquences. Le délateur écrit que padre Alino passe beaucoup de temps à boire et à manger dans une « cave », ce qui peut donner une piste sur l’auteur de la lettre, peut-être un tenancier de cave et taverne. Il paraît qu’Alino pratique aussi des enchantements (incanti) pour que les femmes « courent derrière ses jupons ». Pourtant, il est tellement maladroit et ignorant qu’il sait à peine lire, ayant comme seul but de faire l’amour dans l’église et « hors l’église », manger et boire avec les jeunes qui travaillent la terre. La dernière délation assume un ton burlesque et dérisoire vis-à-vis de prete Alino, concubin public (concabinario publico) et sodomite (sodomita). Visant ses « vertus », le délateur cite un proverbe : « le renard change son pelage mais non pas ses vices11 » (la volpe muta il pello e non li vitii). On apprend aussi qu’Alino aurait des vertus « de cardinal », (cardinalesche), car il a été aussi banni perpétuellement du diocèse de Pavie pour avoir « abusé devant et derrière d’une pauvre fille de Bartolomeo Separino, orpheline de père et de mère » (imbugiarato di dietro e di avanti una povera figliola del Bartolomeo Separino non avendo pin ne padre ne madre), et enceinte de six mois. La lettre continue, insistant sur le fait que les citoyens ont droit d’avoir « la conscience stimulée par de si graves méfaits et par le zèle de l’honneur de Dieu », afin que « de tels sodomites soient châtiés » (acio simili sodomiti siano castigati), et pour que la colère de Dieu n’envoie pas le feu du châtiment sur le village à la manière de Sodome, comme le méritent de pareils péchés (et anche acio l’ira di Dio non mandi il fuoco sopra questo povero luocho aguisa di Sodoma come pure meritano simili peccati). Mais l’intrigue n’est pas terminée. On apprend aussi que contrairement à la volonté des auteurs, ces lettres anonymes ont été envoyées et lues par une troisième personne et ensuite renvoyées à l’archevêque. Enfin, cinq mois après ce témoignage, deux courriers du vicaire forain nous informent qu’une des lettres a été consignée par un messager au prêtre sur la place de Gavi, en présence de nombreux témoins, faisant tomber la dénonciation anonyme dans le domaine public.

  • 12 ASDG, Crim., fz. 347.

9Une autre dénonciation anonyme montre du doigt un ecclésiastique accusé d’enterrer ses enfants illégitimes dans sa propre paroisse : ainsi, en 1623, le vicaire général ouvre une enquête contre le père Bartholomeo De Ferrari12. La mise en examen est déclenchée à la suite d’une lettre anonyme sans date. Bartholomeo est décrit comme une personne ignorante, qui fréquente les tavernes, s’enivre et a eu des enfants de ses paroissiennes et « filles spirituelles », dont on ne sait pas s’ils sont morts ou vivants, et dont un certain nombre aurait été enterré dans l’église paroissiale. L’enquête menée insiste surtout sur des témoignages de personnes qui confirment avoir vu l’une de ces femmes disparaître quelques jours avant l’accouchement et revenir « le ventre vide » ou bien, selon les mauvaises langues, rester cachée à la maison jusqu’à la parturition. Bartholomeo aurait ensuite enterré discrètement l’enfant, mais on ne sait ni où ni comment. Du récit des témoins émerge aussi la liaison de Bartholomeo avec deux sœurs, dont il aurait eu deux enfants, une fille et un garçon. Un témoin, le père Bernardo Castiglione, explique que dans une conversation Bartholomeo lui a avoué avoir fait supprimer l’un de ces enfants, précisément celui conçu avec « la rousse », parce qu’il était « l’ennemi de son propre sang ».

  • 13 ASDG, Crim., fz. 365.
  • 14 Le nom de famille du prêtre, Moglia est incertain car difficilement lisible, il pourrait s’agir aus (...)

10Un autre cas de dénonciation dévoile des caractères originaux, car il se présente comme un mémoire de cinq pages signé. Il vise à discréditer le recteur de la paroisse des « pauvres âmes » de Montoggio, village dans les montagnes de l’arrière-pays de Gênes qui compte au moment de la rédaction du texte, d’après les renseignements des auteurs mêmes de la délation, 300 feux. La pétition est adressée à l’archidiocèse le 28 juillet 163413. La rédaction du texte atteste une considérable compétence lexicologique des auteurs et aussi une connaissance des faits divers (administratifs, liturgiques, juridiques) de la communauté, ce qui dévoile avec certitude la provenance sociale élevée des auteurs du mémoire. Le texte débute avec une déclaration des porte-paroles de la communauté de Montoggio, qui dénoncent le révérend Marco Moglia14. Depuis son arrivée sept ans auparavant dans leur paroisse, il a transformé Montoggio « d’un poulain en une mule qui louche ». Il ruine sa « pauvre église » qui n’a plus « d’entrées » suffisantes. Ensuite les délateurs, très attentifs aux directives du concile de Trente, dénoncent des faits liés à sa mauvaise conduite. Il n’a, par exemple, jamais enseigné la doctrine chrétienne, ni « le signe de la croix » ; il a célébré un mariage entre consanguins. Après ces graves négligences, la liste de ses « crimes » expose trois cas concernant des étouffements d’enfants. Le scandale majeur est produit par la malhonnêteté du révérend qui encaisse lui-même l’argent ou le blé qu’il demande aux pénitents comme amende pour obtenir l’absolution. Ici, la délation est collective et non pas anonyme. Elle expose à l’archidiocèse des faits bien connus par la petite communauté de Montoggio afin de se débarrasser de son curé incompétent et prévaricateur.

11En général l’ecclésiastique, et principalement celui qui vit à la campagne, joue un rôle de premier ordre dans la micro société dont il fait partie : il écoute les confessions, recueille les dénonciations et donne des conseils. Mais son rôle est pour le moins ambigu. Quand le fidèle, pendant la confession, avoue avoir eu connaissance d’un meurtre, il lui conseille de se taire. C’est ainsi que des faits très graves, par exemple des meurtres, n’ont jamais été découverts, ou l’ont été tardivement. Parfois l’homme d’Eglise agit lui-même sur le champ, avec une envie de jouer à l’enquêteur, ou bien il garde le secret du meurtre à tout jamais.

  • 15 ASG, AS, Iuris., 1167, f. 79.

12Les familles, quant à elles, utilisent souvent le procédé des lettres anonymes pour laver leur honneur, n’hésitant pas à dévoiler des secrets de famille et à mettre en cause l’un des membres de leur lignages. En 1698, une lettre anonyme15 dénonce le révérend Cesare Maria Di Bernard, « sous-curé » de Borzone, confesseur de Margherita Curotta, une « fille célibataire d’environ vingt-trois ans » qu’il a séduite et engrossée au grand scandale de tout les paroissiens. Il a essayé de la faire avorter au moyen de boissons avec l’aide de son frère. C’est l’oncle de cette fille, orpheline de père et mère, qui a remis la lettre au capitaine de Chiavari, mais, comme le juge ordinaire ne peut pas punir le prêtre en tant qu’ecclésiastique, le délateur souhaite l’intervention de la curie génoise. Il suggère aussi que l’Inquisition puisse intervenir car on soupçonne un cas de sollicitation durant la confession (sollecitatio ad turpia). Dans ce dossier, l’oncle, tuteur de la jeune fille, demande aussi la réparation de l’honneur de sa nièce et de sa propre famille.

  • 16 La signature est illisible mais il s’agit probablement du vicaire forain qui demande de rendre ladi (...)

13Parfois, la famille se fait l’auxiliaire de la justice contre l’un de ses membres afin de faire cesser le scandale. Cattarina, « épouse d’un homme absent », reconnue coupable d’infanticide, a été enfermée par des membres de sa famille pour qu’elle n’échappe pas à la justice, en attendant l’arrivée des sbires. Mais l’archiprêtre de Levi vient la libérer et l’emmène dans l’église. L’auteur de ce rapport transmis à l’archidiocèse, daté 25 octobre 1701, probablement le vicaire forain16, écrit que le crime de cette femme est particulièrement atroce (molto atroce), et l’action de l’archiprêtre – probablement le père de l’enfant – très inopportune (molto impropria).

14Le prêtre et la femme sont à la fois complices et ennemis. Les tentatives de séduction du « mauvais » prêtre peuvent être dénoncées par les victimes elle-mêmes. Ainsi en 1609, Gregorio Vignolo, recteur de la petite paroisse de San Martino de Paravanico, est accusé par plusieurs femmes d’actes indécents, de solliciter ses pénitentes dans l’église, pendant la confession (sollecitatio ad turpia), avec des enfants comme témoins. Il aurait embrassé, touché les fesses et les seins de ses paroissiennes « sans crainte de Dieu et du Saint Sacrement ». Le récit de l’une de ces femmes, Maria, révèle que le prêtre lui avait demandé de lui donner un enfant (desiderava che gli ne facesse uno a lui [figliolo]). En racontant tout, elle rend public le désir de paternité de cet homme qui veut prouver sa virilité et avoir une descendance.

15Un autre religieux est poursuivi pour avoir juré devant le crucifix de ne jamais quitter la femme aimée. Le père Pasquale Solaro, accusé en 1649 par un témoin de chanter des chansons grossières (sporche) sous le balcon de Maria Maddalena, près de la cathédrale de San Lorenz, de lui écrire des lettres d’amour, dont l’une, Cara pupilla de miei ochi, est interceptée par malchance par la cour ecclésiastique pendant sa captivité. Cette lettre décrit le désir de cet homme de partager la vie de son aimée et sa vie intime aussi bien que quotidienne :

  • 17 ASDG, Crim., fz. 381. Voici le texte italien : « Da Giosepe mi vengonoportate tante racomandacioni (...)

Chère prunelle de mes yeux
Giosepe m’apporte un tel nombre de recommandations de votre part, que je ne sais pas s’il faut y croire. Ma chère ennemie et amante, je sortirai de prison, et je viendrai tout de suite vous voir, il me semble ne pas vous avoir vue depuis mille ans, afin de me montrer comme votre plus fidèle servant, et obéissant en tout ce que vous m’ordonnerez, plus que ce que j’ai fait dans le passé. Et si je n’avais qu’un seul écu celui-ci vous appartiendrait, car à la maison je ferai ce qu’il faudra faire, mais je ne désire que votre bonheur et je vous prie du plus profond de mes entrailles d’avoir tant de rigueur, comme vous en avez eu envers moi autrefois, de m’aimer avec plus d’amour car de moi vous n’aurez jamais le moindre dégoût. Et je me comporterai avec vous comme si vous étiez ma chère femme car mes efforts seront des plus importants et il est bien vrai que je voudrais aussi que votre mère ne me détestasse pas, et alors moi, en échange, je l’aimerai et la respecterai comme si elle était ma propre mère et ainsi je vivrai à la maison avec le plaisir d’être au service de vous tous et de vous en particulier, qui êtes mon âme. Enfin, j’embrasse avec toute l’affection de mon cœur vos merveilleuses lèvres, et je me recommande à vous tous du plus profond de mon cœur. Adieu chère, et seul bien de mon âme. Adieu.
Votre très fidèle servant, P. Solaro.17

  • 18 Ibid., fz. 353.
  • 19 Pour un exemple détaillé à Gênes de la vie intime d’une femme séduite par son beau-frère et ensuite (...)

16Le principal scandale soulevé par les liaisons des curés de village reste les naissances illégitimes qui débouchent généralement sur des infanticides. Aussi les interrogatoires entrent-ils dans des détails intimes qui permettent de se rendre compte des habitudes sexuelles et des moyens de contraception de l’époque. Une enquête18 datée du 6 janvier 1629 met en cause Angeleta et le père Ambrosio, concubins. Pendant son interrogatoire, Angeleta déclare avoir été capturée avec le prêtre par des sbires quand elle se trouvait dans une chambre accolée à l’église. Elle raconte au chancelier, qui transcrit les événements, qu’elle habite avec Ambrosio depuis un an en qualité de servante (fantesca) car, orpheline et n’ayant personne pour l’aider, elle n’a trouvé que le curé pour la secourir et la faire travailler en l’engageant à son service. Une nuit Ambrosio s’est introduit dans son lit et, sans rien dire, l’a violée. Elle s’est retrouvée enceinte et a accouché d’une petite fille en présence des femmes du village, venues l’aider. Deux jours après, l’enfant a été baptisé par un autre prêtre et emmené à l’hôpital où Ambrosio paye une nourrice pour l’allaiter. Angeleta conclut l’interrogatoire affirmant avoir refusé d’avoir d’autres rapports sexuels avec Ambrosio, craignant de tomber à nouveau enceinte. Angeleta fait part – fait très rare à cette époque –19 de détails intimes et du seul moyen contraceptif du pauvre : l’abstinence.

  • 20 ASDG, Crim., fz. 408.

17Un autre cas montre encore une fois le danger qu’une liaison « secrète » avec un ecclésiastique peut entraîner. Le 17 octobre 1675, dans un bois, deux villageois retrouvent le cadavre d’un nouveau-né. La vox populi montre du doigt Angelica Picaluga, engrossée par le révérend Giuseppe Fabiano, lequel, dit-on, l’a faite avorter plusieurs fois. Dans le témoignage rendu par Angelica sur son intimité, les rapports charnels se sont poursuivis jusqu'au jour où elle s’est aperçue qu’elle n’avait plus ses règles (« mi accorsi che mi mancavano le mie purghe20 »). Elle a cessé tout rapport durant sa grossesse.

  • 21 Ibid., fz. 438.
  • 22 Jean Pontas, Abrégé du Dictionnaire des cas de conscience, à Paris, chez les Libraires Associés, 17 (...)

18La contraception peut, dans de rares cas, être maîtrisée. En 1720 les archives gardent l’exceptionnel témoignage, qui vient « d’en bas » et non d’une source savante, du virulent recteur de l’église de San Pietro in Cremeno, déjà soupçonné d’homicides, dont la servante, Chiara Picalugamariée, lui a donné plusieurs enfants21. Il déclare qu’il peut continuer à pécher avec elle en pouvant éviter une grossesse – peut-être instruit par la fréquentation des prostituées – car pendant l’acte sexuel, il a l’habitude de « retirer son membre » en éjaculant hors « de sa nature ». Le religieux avoue ainsi devant le juge qu’il pratique la « pollution », classée parmi les péchés mortels s’il elle est volontaire22.

19D’après les cas analysés, un élément émerge : l’emploi de l’accusation d’infanticide comme moyen de déclencher un scandale. Les nombreux cas dont les prêtres sont accusés – l’infanticide est le délit du secret et de l’intimité par excellence – sont parmi les crimes les plus honteux et les plus graves. L’infanticide est généralement avéré, mais il arrive qu’il soit imaginaire, un expédient employé pour faire sortir du secret un autre scandale. Les accusations de ce type semblent indiscutablement masquer la vengeance. Le curé joue un rôle ambigu. Tour à tour, visé par les accusations de ses paroissiens et contrôleur des consciences, il apparaît comme le premier inquisiteur de la communauté, un homme qui a le pouvoir de faire sortir du secret les mauvaises actions des paroissiens.

  • 23 Voir Wietse De Boer, La Conquista dell’anima. Fede, disciplina e ordine pubblico nella Milano della (...)

20Une série de questions se dégagent de ces témoignages : d’abord pourquoi l’autorité ecclésiastique devient un véhicule privilégié qui permet d’exposer des faits qui appartiennent à la sphère privée ? Quelle est la réelle volonté des juges de connaître la vérité ? Préfèrent-ils renfermer ces secrets entre les murs de la cour ecclésiastique ou bien les ébruiter ? Est-il vrai que les gens s’adressent de bon gré à l’autorité ecclésiastique pour raconter ou relater leurs affaires et celle des autres ? Pour ce type de justice, tout semble se jouer de façon équivoque dans le for interne. Depuis l’institution de la confession obligatoire à Pâques (1215) et son renforcement après le concile de Trente, chaque curé se voit obligé d’envoyer la liste des paroissiens susceptibles d’être excommuniés ou de devenir objet d’une enquête, et ces listes doivent être affichées hors la porte de l’église23. En outre, dans l’ancienne société, la règle qui remonte au Moyen Âge et aux pénitentiels selon laquelle à un pêché privé correspond toujours une punition dans le privé et vice versa à un pêché public correspond un châtiment public semble, au fil du temps, se rompre. Les confins du public et du privé deviennent fragiles à travers le renforcement de la confession, parfois suivie d’une dénonciation et de l’excommunication publique des pécheurs. De plus en plus donc, le secret rentre dans le domaine public.

21En Italie, la dénonciation anonyme est un moyen – légitimé par la loi – de démasquer l’ennemi. Bien que les auteurs des lettres anonymes manifestent une volonté de se cacher, celle-ci n’est qu’apparente. Les délateurs semblent jouer à cache-cache : faire semblant de ne pas vouloir faire sortir le secret, ayant, au contraire, comme but de le rendre public. Dans un monde comme celui des montagnes ligures, où le déplacement représente un voyage coûteux et généralement exceptionnel et qui se fait souvent par mer, la circulation des informations – grâce à l’oralité au sein de la « gossip society » – se transmet vite avec le bouche à oreille au sein de la communauté. Quelquefois l’information arrive de la périphérie à l’archevêque à Gênes, et alors c’est la lettre écrite par l’officier de justice, le vicaire forain, qui dévoile les secrets de quelque lointaine communauté montagnarde... Une certitude semble néanmoins se profiler : ces faits, relatés par des témoignages spontanés ou forcés qui viennent « du bas » ne nous seraient jamais parvenus sans l’action de contrôle engagée par l’Eglise après le concile de Trente. Les enquêtes du tribunal ecclésiastique sont le concervatoire de la vie privée, transformant « les archives secrètes » en « archives publiques ».

Bibliographie

Bibliographie

Brambilla Elena, Alle origini del Sant’Uffizio. Penitenza, confessione e giustizia spiritual dal medioevo al XVI secolo, Bologna, Il Mulino, 2000.

De Boer Wietse, The Conquest of the soul, Leiden, Brill, 2001.

grendi Edoardo, Lettere Orbe. Anonimato e poteri nel Seicento genovese, Palermo, Gelka, 1989.

Pizzolato Nicola, « Ordinarie trasgressioni. Adulterio e concubinato, dal vicinato al tribunale (Diocesi di Monreale, 1590-1680) », Quaderni Storici, 124, 2007, p. 231-259.

Prosperi Adriano, Tribunali della coscienza. Inquisitori, confessori, missionari, Torino, Einaudi, 1996

Taddia Elena, « Una voce di donna negli archivi ciminali genovesi. L’accusa di infanticidio e incesto ad Angela Maria Noceta nel 1736 », Archivio per la Storia delle Donne, VI, ed. A. Valerio, 2009, p. 57-84.

Notes

1 Classés dans ces archives comme Criminalium. J’utiliserai ici l’abréviation ASDG, Crim. pour « Archivio Storico della Diocesi di Genova », Criminalium.

2 Pour ces problématiques en Italie voir : Prosperi Adriano, Tribunali della coscienza. Inquisitori, confessori, missionari, Torino, Einaudi, 1996 et Brambilla Elena, Alle origini del Sant’Uffizio. Penitenza, confessione e giustizia spiritual dal medioevo al XVI secolo, Bologna, II Mulino, 2000.

3 Acta Ecclesiae mediolanensis tribus partibus distincta. Quibus concilia prouincialia, conciones synodales, synodi dioecesanae, instructiones, litterae pastorales, edicta, regulae confratriarum, formulae, et alia denique continentur quae Carolus s.r.e. Cardinalis tit. S. Praxedis, Archiepiscopus egit, Mediolani, apud Pacificum Pontium, 1582.

4 Voir Elena Taddia, « Violences physiques et violences verbales : le prêtre criminel d’après les archives ecclésiastiques de l’ancienne République de Gênes », Actes du colloque Violence(s) de la Préhistoire à nos jours. Les sources et leur interprétation, Perpignan 12-13 novembre 2009, Université de Perpignan-CRHSM, textes réunis par Marie-Claude Marandet, Presses universitaires de Perpignan, 2011, sous presse ; pour les transgressions en Sicile voir Pizzolato Nicola, « Ordinarie trasgressioni. Adulterio e concubinato, dal vicinato al tribunale (Diocesi di Monreale, 1590-1680) », Quaderni Storici, 124, 2007, p. 231-259.

5 ASDG, Crim., fz. 416.

6 Ibid.

7 Cf. Edoardo Grendi, Lettere Orbe. Anonimato e poteri nel Seicento genovese, Palermo, Gelka, 1989.

8 ASDG, Crim. fz. 392 : « ingiustamente molestata dalle lettere orbe ».

9 Ibid., fz. 365.

10 Pour une liste des vicaires généraux à Gênes et leur profil voir Cambiaso Domenico, « I vicari generali degli arcivescovi di Genova, a cura di Giuseppe Mario Carpaneto », Atti della Società Ligure di Storia e Patria, LXXXVI, fasc. I, 1972, p. 13-70.

11 En italien encore aujourd’hui on dit « il lupo perde il pelo ma non il vizio », en substituant ainsi le loup au renard.

12 ASDG, Crim., fz. 347.

13 ASDG, Crim., fz. 365.

14 Le nom de famille du prêtre, Moglia est incertain car difficilement lisible, il pourrait s’agir aussi de Meglia comme une des paroissiennes qui demandent l’absolution.

15 ASG, AS, Iuris., 1167, f. 79.

16 La signature est illisible mais il s’agit probablement du vicaire forain qui demande de rendre ladite femme au capitaine de justice de la République.

17 ASDG, Crim., fz. 381. Voici le texte italien : « Da Giosepe mi vengonoportate tante racomandacioni da parte vostra, che non so se me li deba credere. Cara mia nemica amante io uscirò di prigione, e vi vero subito a vedere, che mi par mille anni, con esebirmi vostro fidelissimo servo, e obediente in tutto quello che mi comandarete piu che non ho fatto per il passato, e se havrò un scudo ne sarete piu patrona voi, che io proprio e in casa faro quello che anderà fatto, ma desidero bene ancor io, e ve ne prego con tutte le mie visere che ancor voi deponíate tanto rigore, come avete fatto verso di me per il passato, e trattarmi con più amore che da me non avrete mai un minimo disgusto e mi passerò con voi come se mi fosse cara moglie in quanto si estenderano le mie forze. E’ben vero che vorei che vostra madre non mi dasse nessun disgusto che io per cambio la amerò e portero riverenza come se fosse madre propria ed a questo modo si vivera in casa con gusto e servir tutti in casa a voi specialmente, che sete l’anima mia ; e per fine vi bacio con tutto l'affetto del mio core la vostra bellissima boca e mi racomando a tutti in casa di core. Adio cara et unico bene dell’anima mia.
Adio Vostro fidellissimo servitore. P. Solaro
 ».

18 Ibid., fz. 353.

19 Pour un exemple détaillé à Gênes de la vie intime d’une femme séduite par son beau-frère et ensuite accusée d’inceste et infanticide, raconté par elle-même voir : Taddia Elena, « Una voce di donna negli archivi ciminali genovesi. L’accusa di infanticidio e incesto ad Angela Maria Noceta nel 1736 », Archivio per la Storia delle Donne, VI, ed. A. Valerio, 2009, p. 57-84.

20 ASDG, Crim., fz. 408.

21 Ibid., fz. 438.

22 Jean Pontas, Abrégé du Dictionnaire des cas de conscience, à Paris, chez les Libraires Associés, 1771, tome II.

23 Voir Wietse De Boer, La Conquista dell’anima. Fede, disciplina e ordine pubblico nella Milano della Controriforma, traduzione di Aldo Serafini, Torino, Einaudi, 2004 (éd. or. The conquest of the soul, Leiden, Brill, 2001).

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search