Version classiqueVersion mobile

Les Variations Jarmusch

 | 
Esther Heboyan

Partie IV. Philosophie et spiritualisme : la vie, la mort selon Jim Jarmusch / Philosophy and spiritualism : life and death according to Jim Jarmusch

Sens et contemplation dans Dead Man et Ghost Dog

Pascal Couté

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Justus Nieland dans son article « Graphic Violence : Native Americans and the Western Archive in Dead Man » souligne la difficulté à situer ce film de Jim Jarmusch (sorti en 1995). Il le qualifie, entre autres, d’anti-western, de western révisionniste, mais aussi de méditation sur la mort et la transfiguration, de quête de la vision, de voyage métaphysique1. Cette dimension métaphysique est également centrale dans Ghost Dog : The Way of The Samouraï, 19992 (Ghost Dog : la voie du samouraï), et les deux films mettent en jeu les mêmes concepts : regard, vision, sens, contemplation. Précisons-les quelque peu. Le regard suppose la distance entre le sujet qui regarde et l’objet regardé. En cela, dans le regard, le sujet est dans une position de surplomb à l’égard du monde qu’il appréhende comme donnée lui appartenant, et qu’il peut instrumentaliser à sa guise. Tout autre est la contemplation : celle-ci suppose de perdre le regard, annulant ainsi toute distance avec le monde. La contempla...

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search