Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Médiatisation de la vie privée xve-xxe siècle

 | 
Agnès Walch

Deuxième partie. Le scandale et la transgression

Rumeur, bruits et familles en Terre Ferme vénitienne au xvie siècle

Lucien Faggion

Texte intégral

  • 1 Le patriciat vénitien élit deux de ses membres, afin que ceux-ci assument la fonction de recteur da (...)
  • 2 Archivio di Stato de Venise [désormais : ASVe], Avogaria di Comun [désormais : AC], Miscellanea pen (...)

1En juin 1583, le podestat de Vicence demande au patriciat de Venise quelles sont les mesures qu’il convient de prendre au sujet d’un crime survenu au mois de mai dans le village de Trissino, situé dans le nord-ouest de la province1. On vient, en effet, de retrouver dans les champs le cadavre du cordonnier Zanmaria Bertola, lasserré de quarante-quatre coups de couteau. Les soupçons se sont immédiatement portés sur un certain Lelio Trissino, frère de Leonida Trissino qui avait été assassiné deux ans plus tôt ans des circonstances jamais élucidées. La rumeur prétendit alors que Lelio venait de tuer son ancien comparce dans le meurtre de son frère, parce qu’il s’apprêtait à tout révéler. En le faisant assassiner par ses hommes de main, Lélio avait voulu l’empêcher « d’ébruiter » (non propalasse) le crime de 15812.

2Propalare – ébruiter, diffuser –, tel est le verbe qui figure sous la plume du podestat qui s’adresse à la classe dirigeante de la République. C’est ainsi que l’assassinat commis contre un modeste cordonnier en 1583 incite à analyser le rôle joué par la rumeur propagée dans une communauté villageoise. L’intervention de la justice de Vicence, puis celle de Venise, l’émotion et la peur que l’acte criminel a soulevé dans le village ont suscité des prises de parole diverses : interrogatoires, déposition des témoins, ouï-dire... C’est que la personne tenue pour responsable des crimes appartient à une famille de l’aristocratie de Vicence, les Trissino, et déposer ne s’avère pas, ainsi, une démarche aisée.

La fin du silence : mormorare à Trissino

  • 3 Elizabeth Horodowich, Language and Statecraft in Early Modem Venice, Cambridge, Cambridge Universit (...)
  • 4 ASVe, AC, Mp, 422 1 P 71, f° 30v°-36.
  • 5 Thelma Fenster, Daniel Lord Smail, « Introduction », Thelma Fenster, Daniel Lord Smail (dir.), Fama (...)
  • 6 Ibid. C’est ainsi que la parole destinée à la connaissance des choses entre dans l’espace de la com (...)

3Le discours analysé provient des dépositions des villageois qui sont amenés à parler devant les juges. Si la parole peut être le plus souvent mesurée et contrôlée par celui qui témoigne, elle peut aussi être exprimée avec une liberté plus grande, en dépit des menaces qui pèsent sur les témoins. Que disent les déposants ? Quelle est la place prise par le bruit, la rumeur, l’information sur les faits criminels recherchés par la justice ? Celle-ci fonde sa recherche de la vérité sur le témoignage qui constitue, avec l’aveu, la pièce centrale pouvant conduire à certifier l’acte criminel et la responsabilité des auteurs. La rumeur, le gossip, la fama, l’opinion publique peuvent servir de preuves lors de l’instruction judiciaire – qu’elle soit ouverte pour cause d’hérésie, de délit ou de crime –, tout comme les tribunaux peuvent diffuser et amplifier les rumeurs surgies dans les salles d’audience auprès d’un vaste public, faisant émerger une forte interaction entre la parole prononcée par les parties impliquées dans le litige judiciaire et celle prononcée par la justice3. Qu’en est-il du monde rural, où la parole détient une valeur essentielle dans les échanges sociaux et décide de la réputation d’une personne et d’une famille ? Quelle fonction assume la rumeur à Trissino, marqué par deux crimes retentissants, le premier n’ayant de surcroît connu aucune issue judiciaire4 ? La discussion publique est et crée la fama, proche de la rumeur qui est « ce qui est dit par ce que chacun en rapporte5 ». Les capacités attribuées à la parole servent à la fois de légitimation et d’agent de reconnaissance morale, sociale et légale6.

  • 7 Lucien Faggion, « Disordini in una famiglia dell’aristocrazia vicentina : i Trissino nella seconda (...)
  • 8 Les déposants parlent de Trissino comme d’un espace spécifique, dans lequel chacun discute « per la (...)

4L’examen de ce procès instruit d’abord par le tribunal de Vicence – le Consulat, composé de douze nobles vicentins –, puis par l'Avogaria di Comun – magistrature suprême d’appel de la République, composée de trois patriciens, garants de l’équité –, permet de faire ressortir des traits de comportement habituellement tus, parce qu’ils font partie du quotidien et paraissent à tous banais et évidents, alors que la justice, pour parvenir à la vérité, doit reconstituer la trame des événements à partir des dépositions orales des uns et des autres. Le regard que la justice de Vicence, puis celle de la capitale, porte sur cette localité composée de 2 000 habitants environ en 1580, située à une trentaine de kilomètres du chef-lieu, à l’entrée de la vallée de l’Agno, jouxtant le territoire de Vérone, contribue à cerner une réalité singulière. Une fois la loi du silence brisée, l’équilibre social et les hiérarchies se trouvent remis en question. La réalité des enjeux dévoilés par la parole des témoins ne se limite pas au contexte villageois, mais à d’autres espaces sociaux et politiques qui s’intègrent dans la vie locale, qui défont le système des solidarités traditionnelles, ainsi que le jeu des clientèles. Les témoignages recueillis entre mai et juin 1583 soulèvent la question des rapports dans le monde des campagnes entre les élites locales et l’aristocratie traditionnelle, en l’occurrence la Casa Trissino, au centre du procès. Divisés en deux colonnelli – les « Miglioranza » et les « Panensacco » –, les Trissino du lignage des « Miglioranza » connaissent, dès 1530, des conflits aigus qui expliquent les meurtres des années 1570-15807. Les « Panensacco », pour leur part, sont impliqués dans de graves tensions à partir de 1540 pour cause d’héritage : la branche de Matteo Trissino – dont sont issus Leonida, le frère assassiné, Lelio l’assassin, et leur autre frère Giovan Battista – connaît des difficultés rendues publiques par les deux meurtres de 1581 et de 1583. À l’espace du village, théâtre de la parole, s’ajoute l’espace judiciaire dans lequel est validé le discours de ceux qui passent devant le juge. Les villageois rendent finalement compte d’une rumeur qui court dans la localité8.

  • 9 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 8v°. Selon la loi vénitienne, le decano est tenu de « portar la denonci (...)
  • 10 L. Faggion, Les Seigneurs du droit, op. cit. Des douze consuls qui composent le Consulat, huit sont (...)
  • 11 « Ho sentito mormorare, si mormora ou, alors, ho publicamente inteso a dir », ASVe, AC, Mp, 4221 P (...)
  • 12 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 8v°. Ainsi il « fu mormorato che dovessi esser stato questo Zanmaria et (...)
  • 13 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 22v°. Bernardino Pedrazzi reconnaît devant le juge que « li ho sentido (...)

5Lorsque le decano, le chef de la commune de Trissino9, informe le Consulat de Vicence10, du meurtre de Zanmaria Bertola, il livre en même temps des informations importantes qui vont orienter les témoignages. Le juge sait ce qui s’est passé et qui est l’auteur du crime, mais il lui faut les preuves : l’homme de loi parvient à suggérer des mots, notamment celui de mormorare11, un terme destiné à guider le déposant et à le rassurer face à celui que tous redoutent, Lelio Trissino, le commanditaire du crime. La voix publique contribue à la formulation de la responsabilité de l’homicide et à délier les langues. Ainsi un certain Nicola Cerdo affirme que le bruit courait que Zanmaria Bertola et Nicolò Tibioli avaient tué Leonida Trissino12, ce que révèle également un certain Bernardino Pedrazzi13.

  • 14 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, déposition du 20 mai 1583, f° 30v°-36, 31r°. Giovanni Lovato dit que « io (...)

6Alors que la machine judiciaire se met en place, l’affaire prend une tournure particulière, grâce à un des témoins, Giovanni Lovato, originaire de la localité de Durlo, située dans le nord de la vallée de l’Agno. Installé depuis six ans à Trissino, il décide de faire remettre au juge-consul des lettres éclairant l’autre homicide resté irrésolu, perpétré également dans le village à la fin du mois de décembre 1581. Quoiqu’il soit au service des Trissino, Giovanni Lovato estime nécessaire de dévoiler ce qu’il a appris sur les deux meurtres. Une fois convoqué à témoigner en justice, il n’hésite pas à dire que la situation dans laquelle se trouve le village est si inquiétante qu’il est nécessaire que la vérité éclate14. Aussi la rumeur s’évanouit, les faits sont exposés avec force détails et la loi du silence est enfin rompue.

Un crime peut en cacher un autre

  • 15 ASVe, AC, Mp, 4221 P71, f° 31r°.
  • 16 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 49r°. La déposante Anna Bisazza indique que « avanti la morte di esso S (...)

7La mort de Zanmaria Bertola donne au dossier une dimension singulière et s’inscrit dans les profondes divergences qui enveniment la vie de la Maison Trissino. Leonida, frère de Lefio, a en effet été assassiné en 1581, sans motif apparent par Zanmaria Bertola, Nicolò et Tomaso Tibiólo15. La question de l’héritage laissé par Matteo Trissino à ses trois fils (Leonida, Lelio, Giovan Battista), des enfants illégitimes, de l’honneur et de la pureté de la Maison aristocratique constituent la pièce angulaire du dossier et le fond de l’histoire de ce lignage noble. Les crimes conduisent les témoins à révéler les dessous d’une Casa de l’aristocratie de Vicence. Se fondant sur la rumeur, les bruits et la fama16, entendue ici comme la voix publique – la mormoratione, dont il est tant question dans les dépositions-, les déposants éclairent le fonctionnement d’une famille de l’aristocratie de la Terre Ferme. En revanche, l’autre partie du procès – qui est un procès dans un procès – s’appuie sur les villageois eux-mêmes, en quête de vérité et de justice.

8Les dépositions font ressortir des liens d’amitiés qui reposent sur la parenté charnelle et spirituelle, sanctionnée par le respect envers les hiérarchies sociales. La plupart des témoins se montrent souvent peu loquaces, imprécis, réticents à l’idée de révéler ce que le juge attend d’eux. Les réponses données reposent sur des rumeurs qui contribuent à donner au juge sans doute une marge de manœuvres plus grande dans sa quête de la vérité, car celui-ci peut laisser de côté l’auteur de la parole ainsi libérée, source de vérité, et envisager d’identifier qui a tué ou, à défaut, qui a commandité l’assassinat du cordonnier, ainsi que celui de Leonida.

  • 17 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 7v°. Giovanni Lovato évoque aussi la rumeur, selon laquelle tous savaie (...)
  • 18 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 7v°-9.
  • 19 ASVe, AC, Mp, 4221 P71, f° 7v°-9.
  • 20 Giovan Battista Trissino a fait enregistrer son testament le 3 mars 1572, mais la date de son décès (...)

9Personnage clef de la localité, le premier à être entendu en justice, le decano fournit des informations en mesure de faire connaître au juge les difficultés existant chez les Trissino17. Appartenant aux groupes émergents, celui-ci se fonde, à l’instar de la plupart des témoins, sur les rumeurs selon lesquelles Zanmaria a été tué sur ordre de Lelio Trissino pour l’empêcher de parler. Lelio Trissino redoutait que le cordonnier, après s’être confié à son épouse Paola, ne divulgue la vérité et ne le confonde en justice18. C’est ainsi qu’il révèle avoir entendu mormorare que Zanmaria avait dit avoir été à l’origine de la mort de Leonida Trissino, mais il souligne qu’il ne se souvient plus qui sont les mormoratori19. Un tel bruit s’est répandu après l’homicide, entre le 9 et le 10 mai, lors du déplacement que le décano a effectué à Vicence pour avertir les autorités. Il en a profité pour témoigner sur la famille Trissino, en particulier sur Lelio, et sur les enfants de son frère Giovan Battista, décédé de mort naturelle avant le mois de décembre 158120.

  • 21 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 4r°-7v°, 21, 24r°.
  • 22 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 29v°. Les Trissino de Castelgomberto, de la branche des « Miglioranza » (...)
  • 23 Lucien Faggion, « Disordini... », Acta Histriae, 10 (2002), p. 285-304. ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° (...)
  • 24 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, déposition de Giovan Battista de Giuliani, dont le compère est Giovanni Lo (...)
  • 25 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 34r° : Giovanni Lovato rapporte ainsi que « esso Zanmaria [Bertola] vol (...)

10La justice entend aussi la veuve Paola Bertola. Quoique protégée à Vicence, elle a peur de parler21. Toutefois, elle évoque la présence de paysans ou bravi chez Lelio22 et les menaces que ce dernier aurait proféré contre elle, en faisant allusion aux assassinats d’autres membres du lignage, en particulier à celui de Ciro Trissino en 1576 et à celui de Giulio Cesare Trissino en 1583 lors de la célébration du Vendredi saint23. Un des témoins majeurs de ce procès, Giovanni Lovato, se rend aussi à Vicence, dans l’intention d’échapper à d’éventuelles représailles et de répondre aux questions du juge sans avoir à craindre pour sa vie, ce qu’il fait le 20 mai. Giovanni Lovato révèle que le village savait que Leonida avait été tué sur ordre de son frère24. Par crainte de se faire tuer, personne n’avait osé parler, maintenant ainsi la loi du silence sur l’homicide25.

Les liens du sang, l’honneur nobiliaire, le déclassement social

  • 26 ASVi, A.N., A. Michelin, reg. 8336, f° 108v°-109.
  • 27 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 8v° : il indique que Leonida « non ha avuto fioli legittimi », qu’il un (...)
  • 28 Aussi « io [Aquilina] ho una fiolina dal detto Signor Leonida et vi era anche uno putto, ma è morto (...)
  • 29 ASVe, A.C., M.p., 4221 P 71, f° 56r°.
  • 30 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 45r° : Anna Bisazza rapporte que « [...] parve che esso Signor Lelio te (...)
  • 31 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 56v° : Aquilina rapporte ainsi que « perché esso Signor Lelio dubitava (...)
  • 32 ASVi, A.N., A. Michelin, reg. 8338, 15.07.1582, f° 95v°-96. Anna Bisazza dépose que « li son stata (...)
  • 33 Thelma Fenster, Daniel Lord Smail, « Introduction », op. cit., p. 1-14.
  • 34 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 74r° : Lelio qui s’est présenté à la justice, se soumet aux questions d (...)
  • 35 Claudio Povolo, op. cit., passim.
  • 36 Archivio Diocesano de Vicence, Registro Parrocchiale de Trissino, Archivio della curia, Trissino, n (...)

11Les liens du sang sont bafoués au nom des intérêts économiques et de la pureté du lignage, tel est du moins l’antagonisme qui oppose Leonida Trissino, âgé sans doute d’une quarantaine d’années, l’aîné appelé à gérer un jour le patrimoine familial, et Lelio, le frère cadet. Le testament du troisième frère, Giovan Battista, expose déjà les éléments de tensions centrés sur l’héritage. Dans l’acte notarié enregistré en mars 1572 à Trissino, le testateur ne manque pas d’insister sur la pureté du lignage et sur les biens familiaux qui ne peuvent échoir à celui qui a conclu un mariage avec une femme non noble. Une préoccupation qui hante Lelio jusqu’à sa décision criminelle de 158126. Le decano a expliqué au juge que les enfants naturels de Leonida étaient source d'embarras pour la famille Trissino27. Lelio n’est pas favorable au mariage que son frère Leonida projette de conclure avec sa domestique, avec laquelle il a vécu pendant plus de neuf ans et qui lui a donné deux enfants, une fille et un garçon en bas âge décédé peu après l’assassinat de son père28. Choqué par l’éventualité d’une telle union, sensible à la question de l’honneur du lignage noble, Lelio ne veut pas que des enfants illégitimes puissent revendiquer l’héritage, ce qui explique l’exaspération à laquelle il est parvenu et le choix pris en 158129. Dans sa déposition, Anna Bisazza, servante et maîtresse de Lelio, souligne que les conflits entre les deux frères sont apparus en raison des enfants naturels et illégitimes issus de la liaison entretenue par Leonida avec Aquilina qu’il aimait30. Soucieux de la préservation des biens familiaux, du status social, d’un parti honorable à conclure avec une noble31, Lelio préfèra congédier Anna Bisazza, en juillet 1582, en lui accordant une dot, alors qu’elle avait été à son service pendant près de dix ans, et décida d’épouser, en février 1583, une des filles de Benedetto Bassano, qui appartient à la petite noblesse vicentine, traditionnellement liée aux Trissino32. Les actes criminels conçus par Lelio Trissino rendent donc compte des enjeux auxquels se trouve soumis l’honneur et de sa dépendance à la fama qui légitime la réputation de la Casa noble33. Mais Lelio se disputa avec Leonida également au sujet de la tutelle que celui-ci assurait pour les enfants de leur frère décédé Giovan Battista34. Ces crispations au sein de la fratrie, ces nombreuses tensions familiales ayant abouti à la réalisation de deux crimes, le deuxième étant destiné à étouffer le premier, traduisent l’attention prêtée par Lelio à l’honneur de sa maison et son attachement à la hiérarchie de l’honneur aux dépens de la hiérarchie de la richesse35. Aussi n’a-t-il pas hésité à remercier sa maîtresse et à conclure une union tenue pour compatible avec son statut de noble, parvenant à écarter les enfants naturels et illégitimes d’un droit éventuel à l’héritage. La volonté d’exclure les enfants de naissance illégitime avait déjà poussé Lelio Trissino, lors du baptême de sa propre fille illégitime, qu’il avait eue de sa liaison avec Anna delli Brondi, à faire annuler le sacrement pourtant réalisé le 7 janvier 1574. Le curé Vincenzo di Rossi avait alors été contraint de biffer la mention dans le registre des baptêmes et de faire figurer en marge de l’acte : « nomina spurium in baptizorum numeratum non discribiventur36 ». Rien ne doit donc entacher le nom et l’honneur de la Casa Trissino. Lelio se construit une réputaion qui lui fait défaut en sa qualité de noble désargenté et rend perceptible le déclassement social et économique auquel se trouve relégué son lignage. Il exprime, comme tant de nobles de la Terre Ferme, l’honneur aristocratique qui est remis en question au XVIe siècle par la fortune, celle affichée par les groupes émergents, nombreux dans les campagnes et les villes, qui se distinguent par le talent professionnel et la richesse, et concurrencent l’autorité de la noblesse traditionnelle.

12Quoique la rumeur ne soit l’apanage d’aucun groupe social, celle-ci paraît néanmoins mettre au jour une vérité qui a été difficile à prononcer, car les pressions exercées par l’auteur des méfaits sont fortes et dangereuses. Le juge-consul reconstitue une grille de lecture des circonstances ayant pu conduire au double crime tout comme il reconstruit le discours de la violence. Le bruit commun exige l’instauration d’une forme de régulation sociale qui, dans le cas du procès de 1583, doit contribuer à rendre publique la responsabilité des deux crimes perpétrés en 1581 et en 1583, et à châtier le criminel. La rumeur, sur laquelle se fonde habilement le juge, permet de renforcer les valeurs de la communauté, d’instaurer et de faire triompher la justice, ainsi que l’équité sociale, dans la mesure où le mal commis doit être vengé, comme le demanda avec insistance Paola Bertola, la veuve du cordonnier assassiné. Aussi le mot diffusé dans le secret des foyers, partout murmuré, afin qu’il ne crée pas de difficultés pour ceux qui le prononcent, permet-il de maintenir les liens sociaux qui ont été enfreints par l’acte criminel réalisé par un noble désireux d’accaparer tous les biens familiaux possibles, au nom de l’honneur, du lignage et de la Casa aristocratiques, au mépris de l’honneur des habitants du village de Trissino.

Bibliographie

Bibliographie

Cozzi Gaetano, Ambiente Veneziano, ambiente veneto. Saggi su politica, società, cultura nella Republica di Venezia in età moderna, Venise, Marsilio, 1997.

—, (dir), Stato, sociétà e guiustizia nella Republica veneta (sec. XVI-XVIII), Rome, Jovene, 1980.

Faggion Lucien, Les Seigneurs du droit dans la République de Venise. Collège des Juges et société à Vicence à l'époque moderne (1530-1730 env.), Genève, Slatkin, 1998.

Fenster Thelma et Smail Lucien (dir), Fama. The Politics of talk and Reputation in Medieval Europe, Ithaca-Londres, Cornell University Press, 2003.

Horodowich Elizabeth, Language and Statecraft in Early Modern Venice, Cambridge, Cambridge University Press, 2008.

Povolo Claudio, L'intrigo dell’Onore. Poteri e istituzioni nella Republica di Venezia tra Cinque e Seicento, Vérone, Cierre, 1997.

Viggiano Alfredo, Governanti e governati. Leggitimità del potere ed esercizio dell’autorità sovrana Nello Stato veneto della premila età mderna, Trévise, Benetton-Canova, 1993.

Notes

1 Le patriciat vénitien élit deux de ses membres, afin que ceux-ci assument la fonction de recteur dans les villes les plus importantes de la Terre Ferme : le podestat et le capitaine résident dans la ville où ils ont été désignés pour une durée de seize mois. Ils sont dotés de compétences politiques, judiciaires, militaires et financières. Le podestat s’occupe, avec les membres des élites vicentines, de la politique et de la justice. Cf. Gaetano Cozzi, « La politica del diritto nella Republica di Venezia », Gaetano Cozzi (dir.), Stato, società e giustizia nella Repubblica veneta (sec. XV-XVIII), Rome, Jovene, 1980, t. 1, p. 17-152 ; Claudio Povolo, « Aspetti e problemi dell’amministrazione della giustizia penale nella Repubblica di Venezia, secoli XVI-XVII », Galietano Cozzi (dir.), op. cit., p. 155-258 ; Gaetano Cozzi, Ambiente veneziano, ambiente veneto. Saggi su politica, società, cultura nella Repubblica di Venezia in età moderna, Venise, Marsilio, 1997 ; Alfredo Viggiano, Governanti e governati. Legittimità del potere ed esercizio dell’autorità sovrana nello Stato veneto della prima età moderna, Trévise, BenettonCanova, 1993 ; Claudio Povolo, L’intrigo dell’Onore. Poteri e istituzioni nella Repubblica di Venezia tra Cinque e Seicento, Vérone, Cierre, 1997 ; Lucien Faggion, Les Seigneurs du droit dans la République de Venise. Collège des Juges et société à Vicence à l’époque moderne (1530-1730 env.), Genève, Slatkine, 1998.

2 Archivio di Stato de Venise [désormais : ASVe], Avogaria di Comun [désormais : AC], Miscellanea penale [désormais : Mp], 4221 P 71, f° 109 : « Fu la notte della vigilia di santa Lucia dell'anno 1581 nel loco di Dresseno di questo suo territorio crudelmente trucidato et morto el quondam messer Leonida Dresseno, citadino di questa città, et dopo formato il processo per il Signor consule di quel tempo, non havendossi possuti scoprir li malfattori, comparse a piedi di Vostra Serenità Lelio Dressino, fratello di esso quondam Leonida, et ottene da Lei la delegatione di detto caso al detto offitio della Avogaria, al quale essendo stato mandato il processo sudetto per non esserli stato datto alcuno lume ne fatta altra instantia per quelle, non è stato proceduto più oltre et perché ultimamente nel medesimo loco essendo stato chiamato la notte delli otto de detto instante fuori di casa sua sotto specie di amicitia il quondam Zanmaria Bertola, la mattina seguente l’infelice fu ritrovato morto in alcuni campi con 44 ferite et sopra cosi attroce caso essendo stato formato processo, la Maestà di Dio ha voluto che di quelle si habbi havuto non pocho lume, non solamente di quelle assassinamento, ma ancho di quelle successo al detto quondam Leonida, essendo molto indiciato il sudetto Lelio che con doi soi lavoratori habbi cost trucidato il detto quondam Zanmaria accioché lui non propalasse l'assassinamento per esso Zanmaria [...] ».

3 Elizabeth Horodowich, Language and Statecraft in Early Modem Venice, Cambridge, Cambridge University Press, 2008, p. 126-164.

4 ASVe, AC, Mp, 422 1 P 71, f° 30v°-36.

5 Thelma Fenster, Daniel Lord Smail, « Introduction », Thelma Fenster, Daniel Lord Smail (dir.), Fama. The Politics of Talk and Reputation in Medieval Europe, Ithaca-Londres, Cornell University Press, 2003, p. 1-14 : la rumeur est ainsi « that about which it is said that everyone is saying it ».

6 Ibid. C’est ainsi que la parole destinée à la connaissance des choses entre dans l’espace de la compétition à l’intérieur du monde professionnel, figurant comme un art et une science, à l’opposé du gossip.

7 Lucien Faggion, « Disordini in una famiglia dell’aristocrazia vicentina : i Trissino nella seconda metà del ‘500 », Acta Histriae, 10 (2002), p. 285-304 ; Id., « Aristocratie, famille et violence en Terre Ferme vénitienne au XVIe siècle », Annales de Démographie historique, 2 (2009), p. 13-32. Sur les « faide » aristocratiques en Terre Ferme, lire Claudio Povolo, L'Intrigo dell Onore, op. cit., passim. Sur la rumeur, le gossip, la loi du silence, voir Elizabeth Horodowich., Language and Statecraft, op. cit., passim ; Maria Pia Di Bella, Dire ou taire en Sicile, Paris, éditions du Félin, 2008.

8 Les déposants parlent de Trissino comme d’un espace spécifique, dans lequel chacun discute « per la villa » de ce qui s’est passé, une « villa » qualifiée parfois de « corpo » – le corps, ici dans le centre du village-, comme l’a exprimé Franceschina Castellani, la soeur de Giovan Maria Bertola : « vi [au juge] ho ditto quanto che so, ne vi so dir altro ne che testimonii si possano essaminare perché non sto nel corpo della villa [...] ». ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 43r°.

9 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 8v°. Selon la loi vénitienne, le decano est tenu de « portar la denoncia » à Vicence, siège politique, administratif et judiciaire du territoire.

10 L. Faggion, Les Seigneurs du droit, op. cit. Des douze consuls qui composent le Consulat, huit sont appelés milites et n'ont pas nécessairement une formation en droit, alors que les quatre restants sont issus du puissant Collège des Juges citadin, des professionnels du droit.

11 « Ho sentito mormorare, si mormora ou, alors, ho publicamente inteso a dir », ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 60r°, déposition de Giuseppe Fachinetti.

12 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 8v°. Ainsi il « fu mormorato che dovessi esser stato questo Zanmaria et uno Nicolò de Thomaso Tibiolo quelli che amazzarono detto Signor Leonida ».

13 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 22v°. Bernardino Pedrazzi reconnaît devant le juge que « li ho sentido mormorare che questo Zanmaria fu stato alla morte del Signor Leonida Dresseno ma mi non so se'l sia il vero ».

14 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, déposition du 20 mai 1583, f° 30v°-36, 31r°. Giovanni Lovato dit que « io le [les lettres destinées au juge-consul] ho fatte scrivere per Iseppo della Longa che sta in Dresseno in contra della bosa [...] io vi dirò Signor vendendolo come passano le cose in quella villa [le village] di Dresseno, mi ha parso di far saper alla giusticia quanto si contiene in quelle lettere perché non seguite maggior male, perché questo caso della morte di questo Zanmaria Berthola è causata per quale ho sentito a dire dalla morte del Signor Leonida [...] ». Iseppo Bisazza est ensuite entendu par le juge, f° 43.

15 ASVe, AC, Mp, 4221 P71, f° 31r°.

16 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 49r°. La déposante Anna Bisazza indique que « avanti la morte di esso Sgagio [surnom de Giovan Maria Bertola] che fusse sparsa fama che la Aquilina havese fatto una procura in la persona di uno gentilhomo di Venetia a supplicar la impunita per far propalar et venir in luce la morte di esso Signor Leonida. » Mais la fama est aussi considérée dans son acception traditionnelle. Anna ajoute ainsi que « detto Iseppo ha fama di esser homicidiario et di esser stato alla morte de Antonio Bertozzo et de Zuane da Lovara ». ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 50r°. Le patronyme de Zuane est, d’après la déposition de Giulio Vacaro, Cora (f° 57v°).

17 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 7v°. Giovanni Lovato évoque aussi la rumeur, selon laquelle tous savaient ce qui s’était réellement passé à Trissino, P 34.

18 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 7v°-9.

19 ASVe, AC, Mp, 4221 P71, f° 7v°-9.

20 Giovan Battista Trissino a fait enregistrer son testament le 3 mars 1572, mais la date de son décès, qui n’est pas connue, est antérieure au premier crime perpétré en 1581. Archivio di Stato de Vicence [désormais : ASVi], Archivio Notarile [désormais : AN], A. Michelin, registre 8336, f° 108v°-109.

21 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 4r°-7v°, 21, 24r°.

22 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 29v°. Les Trissino de Castelgomberto, de la branche des « Miglioranza », fréquentent ceux du village Trissino.

23 Lucien Faggion, « Disordini... », Acta Histriae, 10 (2002), p. 285-304. ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 40r°. Bartolomeo Castellani, dit le « Turcho », révèle que Lelio menaça Paola Bertola et lui dit « che era sta amazzato anche il Magnifico de Cyro Trissino et delli altri et parole simili ». Par ailleurs, Franceschina Castellani, soeur de Giovan Maria Bertola, dépose que « esso Signor Lelio li disse [à Paola, l’épouse de Giovan Maria Bertola] confortandola che non si dovesse disperare che era stata amazzato anche il Signor Cyro et delli altri et che lui la agiuteria ». ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 43r°.

24 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, déposition de Giovan Battista de Giuliani, dont le compère est Giovanni Lovato : celui-ci préférait se rendre à Vicence, puis à Venise. Il avait dû être hébergé chez Antonio Trissino, fils de Paola, ou chez Camillo dall’Ava, un fidèle d’Antonio, f° 29v°. Voir également la déposition de Giovanni Lovato lui-même, f° 30v°-36.

25 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 34r° : Giovanni Lovato rapporte ainsi que « esso Zanmaria [Bertola] volesse propalare il caso della morte di esso Signor Leonida a questo si mormorava in quelli giorni avanti la morte di esso Zanmaria che tutti quelli di Dresseno il sano, ma alcuno non ardisse dirlo per paura et è stato ancho detto nella villa [le village Trissino] che esso Lunardo predetto die esser stato quello che ha conduite fori di casa Zanmaria, il qual Lunardo è stato veduto per uno mese in circa caminar con esso Signor Lelio per la villa et fori della villa ».

26 ASVi, A.N., A. Michelin, reg. 8336, f° 108v°-109.

27 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 8v° : il indique que Leonida « non ha avuto fioli legittimi », qu’il une « putina [fille] picola » qui lui « porta inbarazzo ».

28 Aussi « io [Aquilina] ho una fiolina dal detto Signor Leonida et vi era anche uno putto, ma è morto doppo la morte di esso Signor Leonida ». ASVe AC Mp 4221 P 71, f° 56r°.

29 ASVe, A.C., M.p., 4221 P 71, f° 56r°.

30 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 45r° : Anna Bisazza rapporte que « [...] parve che esso Signor Lelio tenisse uno certo di non so che odio tra di se, ma la vera causa per la quale essr Signor Lelio ha fatto amazzar esso Signor Leonida, è stata per causa che alcuni naturali che esso Signor Leonida haveva con la detta Aquilina et si dubitava che'l la sposasse come anch credo che haría fatto perché li voleva bene, che'l [Lelio] non voleva che li naturali hereditassero quella robba et ancho che come lui havese la robba di esso Signor Leonida che'l seria uno di boni parte di Vicentia, perché credo che lui [Lelio] credesse di dover hereditar tutta la robba di esso Signor Leonida et che soi nepote fiole del quondam Domino Battista non dovessero haver niente ».

31 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 56v° : Aquilina rapporte ainsi que « perché esso Signor Lelio dubitava che esso Signor Leonida mi sposasse come ancho haveva ditto di fare et esso Signor Lelio diceva che non voleva che naturali hereditasse la sua robba, et ancho di come lui havesse questa robba che seria un bon partido che non li mancheria partidi honorati ».

32 ASVi, A.N., A. Michelin, reg. 8338, 15.07.1582, f° 95v°-96. Anna Bisazza dépose que « li son stata [...] mancho di dieci anni che quando mi menete, ma io havevo senon 14 anni ». ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 44r°. L’instrument dotal est enregistré chez Lelio Trissino. Anna Bisazza, fille d’Antonio, épouse ainsi en février 1583, au cours de la même période que son patron Lelio Trissino, Giovan Battista de Giuliani. ASVe, A.C., M.p., f° 9v°, 43v°-50. Le decano Gasparino Tonegati indique, par exemple, que « detto Signor Lelio è maridato questo carneval passato o li in circa che non so il tempo [...] e ha tolto per molgie una fiola de Domino Benedetto Bassano della prima molgie ».

33 Thelma Fenster, Daniel Lord Smail, « Introduction », op. cit., p. 1-14.

34 ASVe, AC, Mp, 4221 P 71, f° 74r° : Lelio qui s’est présenté à la justice, se soumet aux questions du juge, livre ainsi sa version des tensions familiales et indique que « per una litte che io [Lelio] faceva con questi putti fioli del quondam messer Battista, mio fratello, li quali li [Leonida] diffendeva per esser stato lassato tutor dal detto mio fratello [Battista] ala litte tra questa, perché havendo io livelatto tutta la mia robba al detto mio fratello messer Battista per cento et quaranta ducati all’anno ».

35 Claudio Povolo, op. cit., passim.

36 Archivio Diocesano de Vicence, Registro Parrocchiale de Trissino, Archivio della curia, Trissino, nati (1564-1621), 161/1327 : carton 1 (1564-1574).

Auteur

Maître de conférences à l’Université de Provence (Aix-Marseille 1), TELEMME (Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme).

© Artois Presses Université, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540