Version classiqueVersion mobile

Les Variations Jarmusch

 | 
Esther Heboyan

Partie II. Une esthétique de l’énigme : rêve ou réalité ? / The aesthetics of enigma : dream or reality ?

The Limits of Control : une insurrection cinématographique contre le pouvoir coercitif du langage

François Prud’homme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« [C]’est un rêve, c’est peut-être un rêve, ça m’étonnerait, je vais me réveiller, dans le silence, ne plus m’endormir, ce sera moi, ou rêver encore, rêver un silence, un silence de rêve. »
Samuel Beckett, L’Innommable1

Le titre du dixième long-métrage de Jim Jarmusch, The Limits of Control (2009)2, n’est pas fortuit et recèle la clé nécessaire à la pleine compréhension du récit qu’il évoque. En 1975, William S. Burroughs écrivait en effet un essai intitulé « The Limits of Control »3 dans lequel il réfléchissait sur les instruments de domination intellectuelle employés par les plus grandes civilisations de notre Histoire, comme les Britanniques, les Mayas ou les États-Uniens. Dans la première partie, il y est question des techniques de modification comportementale, de la suggestion post-hypnotique ainsi que des recherches menées par un neurophysiologiste espagnol, le Docteur Delgado, sur les effets des stimuli électriques sur l’esprit de sujets humains, comme Sirhan Sirhan, l’a...

Auteur

Université du Québec, Montréal

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search