Version classiqueVersion mobile

Les Variations Jarmusch

 | 
Esther Heboyan

Partie I. Jim Jarmusch, perspectives et (dis)continuités / Jim Jarmusch, perspectives and (dis)continuities

Jim Jarmusch, l’ironie du regard

Justin S. Wadlow

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le cinéma de Jim Jarmusch est profondément lié à la scène artistique du Lower East Side telle qu’elle s’invente à New York à partir du milieu des années 1970. Dans ce cadre, les images de Jim Jarmusch rentrent en résonance avec les scènes punk et no wave, c’est-à-dire la musique d’Arto Lindsay, de John Lurie, des Lounge Lizards (et bien sûr du propre groupe de Jim Jarmusch, The Del-Byzanteens), ainsi qu’avec les créations visuelles décalées de George Condo, de Richard McGuire et de Robert Longo, développant en commun un sens de l’ironie et du dandysme spécifique à une ville en pleine décadence à l’époque.

There’s Something Wrong in Paradise1 : le sourire du désespoir

L’ironie de Jim Jarmusch s’inscrit dans une généalogie typiquement new-yorkaise : de l’humoriste Lenny Bruce aux groupes punk rock issus du club new-yorkais CBGB dont il fut proche, tels Blondie, Devo, The B-52’s, Kid Creole and the Coconuts ou James Chance and The Contortions. Une attitude de distanciation amusée que l’é...

Auteur

Université de Picardie Jules Verne

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search