Version classiqueVersion mobile

Rémy Colombat. Les Avatars d’Orphée

 | 
Jean-Marie Valentin
, 
Frédérique Colombat

V. Georg Trakl

Les poèmes hallucinés de Georg Trakl.
Quelques aspects de la contamination rimbaldienne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’hallucination n’est pas ici envisagée comme un nouveau critère de classement, mais comme une technique poétique, un procédé d’écriture directement emprunté à Rimbaud, selon la description qu’il en a lui-même donnée. Il sera donc moins question de poèmes en tant que tels que de l’application de ce procédé, qui s’observe avec le plus de commodité là où il constitue un véritable principe de composition, tant pour la constitution visuelle que pour l’organisation thématique et l’intention démonstrative. C’est le cas pour Unterwegs (1. Fassung) et Trübsinn, ainsi que pour Vorstadt im Föhn.

Pour clore ce préambule, soulignons encore que le problème de la contamination rimbaldienne n’est pas un paramètre anecdotique dans la lecture de Trakl : c’est une question qui engage la compréhension même de l’œuvre, dans l’ordre plus général d’une réflexion sur le rôle démesuré qu’y jouent les emprunts de toute provenance. Car cette œuvre si bouleversante est aussi un amalgame sans précédent du disco...

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

lcdpu.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search