Version classiqueVersion mobile

Entraîneur de football en France

 | 
Laurent Grün

Partie 3. Une stabilisation du groupe professionnel ? Diversification et complexification (1973-2010)

Chapitre 4. L’entraînement, de l’improvisation empirique aux apports scientifiques issus de champs diversifiés

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il convient d’apporter quelques précisions avant d’aborder la partie propre à l’entraînement. Nous avons déjà souligné quelques points importants inhérents à la fonction d’entraîneur, notamment la constitution de staffs de spécialistes dans les clubs qui influencent directement le fond, la forme et la philosophie de l’entraînement, ainsi que les compétences qui sont exigées de lui au plus haut niveau. De ce fait, pour éviter des redondances, certains points seront évoqués mais sans être détaillés une seconde fois.

1. S’entraîner davantage, mieux et plus durement

La charte de 1973, en créant des centres d’enseignement du football, n’a pas seulement eu le souci de décliner les objectifs du football français, elle a également obligé les clubs à s’équiper d’infrastructures spécifiques destinées à améliorer les conditions d’entraînement. En effet, les clubs sont obligés de se doter de « terrains d’entraînement, de surfaces spécifiques (pour le circuit training, pour l’entraînement des gard...

© Artois Presses Université, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search