Version classiqueVersion mobile

Entraîneur de football en France

 | 
Laurent Grün

Partie 1. Vers la constitution d’une profession (1890-1942)

Chapitre 3. Reconnaissance et médiatisation : de l’absence à la visibilité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une profession qui n’existe pas vraiment ne peut avoir de représentant visible et identifié. Pour autant, les acteurs qui proposent et imaginent sa mise en place en définissent les contours, de même qu’ils présupposent le profil des hommes qui pourront l’occuper. Cela ne signifie pas que dès leur apparition, les quelques entraîneurs suscitent un intérêt démesuré de la part de la presse nationale. Les véritables vedettes restent les joueurs, vers lesquels se cristallisent toutes les attentions.

1. L’image de l’entraîneur ne s’impose que lentement

1.1. Le poids du capitaine : un facteur qui retarde l’émergence de l’entraîneur

Avant que l’entraîneur ne jouisse d’un prestige reconnu, il est précédé par un personnage qui bénéficie d’une aura particulière : le capitaine de l’équipe. À l’origine, dans les années 1890, c’est souvent un des membres fondateurs de l’équipe qui tient ce rôle, qu’il soit britannique ou collégien. L’attribution du capitanat est conditionnée par la démonstration ...

© Artois Presses Université, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search