Version classiqueVersion mobile

Le langage manipulateur

 | 
Jan Goes
, 
Jean-Marc Mangiante
, 
Françoise Olmo
, 
et al.

III. L’argumentation dans les discours politiques et médiatiques

Les émissions politiques interactives : réelle démocratie ?

Virginie Delmas

Texte intégral

1Les périodes de campagne présidentielle sont des moments importants dans l’expression de la démocratie. Nous proposons ici de nous intéresser au traitement particulier qui est accordé à cette dernière par la télévision, à travers l’analyse de deux émissions de campagne présidentielle : J’ai une question à vous poser (2007) et Parole de candidat (2012).

  • 1 Cette émission a fait l’objet de notre thèse de doctorat, soutenue en décembre 2010 (Delmas, 2010).

2Dans un premier temps, principalement à travers l’émission J’ai une question à vous poser (2007)1, nous verrons comment la mise en scène d’un débat entre un candidat à la présidence de la République et des citoyens cherche à symboliser le débat démocratique. Puis, dans un deuxième moment, nous nous arrêterons sur quelques grandes lignes de l’argumentation de Nicolas Sarkozy avant de voir dans un troisième temps comment la forme interactive de l’émission permet ou non à ce dernier d’argumenter et / ou aux citoyens de réellement débattre avec lui. Enfin, nous ouvrirons la réflexion avec une comparaison rapide avec Parole de candidat, forme actualisée pour les élections présidentielles de 2012 de la première émission.

1. L’émission J’ai une question à vous poser

  • 2 « Choisi par la SOFRES, cet échantillon de 100 personnes (renouvelé pour chaque émission) est repré (...)

3Lors de la campagne présidentielle de 2007, les grandes chaînes généralistes françaises ont joué le jeu de la campagne électorale en invitant des hommes et des femmes politiques dans des émissions de divertissement, des journaux télévisés et en créant et programmant des émissions exclusivement politiques aux heures de grande écoute. L’émission de TF1 J’ai une question à vous poser s’inscrit dans une tradition d’émissions politiques et en même temps tente de renouveler le genre et d’attirer les téléspectateurs peu intéressés par la politique à la télévision. Elle proposait à un panel d’une centaine de citoyens, jugés représentatifs de la population2 et présentés comme témoins d’une situation personnelle, d’interroger directement les candidats. Par son côté « dialogue avec les Français », elle laisse supposer un minimum d’interaction entre un homme politique et les « vrais » problèmes des Français.

4Le contrat de cette émission sous-entend donc que c’est en répondant directement aux problèmes des « vraies gens » que l’homme politique montre le mieux son efficacité, et que le débat portant sur des questions incarnées par des individus est posé comme étant plus facile d’accès pour les téléspectateurs.

5On considère donc que cette émission répond bien à la finalité du contrat de communication médiatique mis en place par Patrick Charaudeau : elle a bien une visée d’information, c’est-à-dire une visée de « faire savoir »« qui tend à produire un objet de savoir, selon une logique civique : informer le citoyen », ainsi qu’une visée de captation, de « faire ressentir »« qui tend à produire un objet de consommation marchande selon une logique commerciale : capter le plus grand nombre pour survivre à la concurrence » (Charaudeau, 2005 : 70).

6Cette émission est donc construite sur un modèle particulier : elle ne fait pas intervenir de journaliste intervieweur face à un candidat (schéma classique) mais des « Français », des citoyens lambdas, des anonymes qui ont été choisis pour être la représentation du peuple, des électeurs. Nous pouvons noter qu’a priori ils n’ont pas l’habitude de s’exprimer dans les médias et encore moins de faire une interview politique. C’est d’ailleurs ce point qui constitue, selon les organisateurs, l’attrait de cette émission car les panélistes ne poseront pas les mêmes questions que les journalistes.

7Le journaliste, Patrick Poivre d’Arvor est donc plutôt relégué au rôle d’animateur du débat, en distribuant la parole et en gérant le temps accordé à chacun. Il effectue la distribution des thèmes selon un ordonnancement des interventions des panélistes et essaye de maintenir un cap fixé de 100 questions – en vain, car seules 40 questions seront posées.

8De plus, tout est fait pour simuler une représentation de la démocratie :

  1. La disposition des locuteurs sur le plateau fait penser à un amphithéâtre. Les panélistes sont installés en arc de cercle sur des gradins face à l’homme politique, en disposition « concentrique » qui semble, selon Patrick Charaudeau et Rodolphe Ghiglione dans La parole confisquée (Charaudeau et Ghiglione, 1997), produire un effet de “partenariat” et augmente l’image de sérieux de l’instance médiatique. On note également que cette disposition permet aux panélistes d’être placés comme l’est d’ordinaire le public quand il assiste à une émission. Ils sont donc acteurs de leur interaction directe avec le candidat et public des interactions parallèles des autres panélistes.

  2. L’homme politique est seul au centre derrière un pupitre en « verre » qui pourrait symboliser la transparence du discours de l’homme politique. Patrick Poivre d’Arvor est légèrement en retrait, derrière un bureau, à la droite de l’invité.

  3. Le décor du plateau est assez sobre, il est marqué par une dominance de gris, de rouge et de bleu qui rappelle les couleurs de la République. Derrière le candidat, il y a également des rideaux et trois écrans géants sur lesquels sont projetées des images changeantes du titre de l’émission, de l’Élysée et d’une statue de Marianne, symboles de la République.

9On peut en conclure que l’ensemble des éléments de décor et la disposition des panélistes dénotent la volonté de positionner l’émission comme participant à un moment important de la vie républicaine – les élections présidentielles – tout en affichant une volonté de démocratisation des débats et donc de démocratie médiatique.

2. Nicolas Sarkozy et son argumentation face à ce cadre particulier

2.1. Un locuteur particulier

10L’émission du 5 février 2007, qui a constitué notre corpus d’analyse, a été choisie pour deux raisons : tout d’abord, c’est la première de la série et comme elle est en direct on peut se dire qu’elle aura sans doute une petite part de spontanéité, tous les détails n’étant pas encore testés et connus ; ensuite, elle reçoit l’un des candidats favoris pour ces élections, Nicolas Sarkozy, qui va être le premier à se plier à ce nouveau dispositif.

11Nicolas Sarkozy apparaissait comme un de ces hommes politiques qui « font de la politique » d’une nouvelle façon : une omniprésence dans les médias, une maîtrise de son image et un langage plus simple et plus populaire comme l’ont montré Louis-Jean Calvet et Jean Véronis dans Les mots de Nicolas Sarkozy (Calvet et Véronis, 2008 : 27 et suivantes), d’où les fréquentes accusations de « populisme ». Il se défend d’ailleurs régulièrement de ce dernier point en argumentant sur le fait que les Français se désintéressent de la politique car ils ne comprennent pas le langage des hommes politiques, trop technocratique et trop compliqué, souvent symbole de langue de bois. Pour lui, faire de la politique c’est d’abord s’adresser au peuple, avec ses mots :

  • 3 Il s’agit d’une intervention à l’Assemblée nationale, le 22 juin 2005, en réponse à des attaques de (...)

Je comprends pourquoi le peuple s’est détourné de vous. C’est parce que vous avez oublié le peuple. Vous ne parlez pas comme lui, vous ne le comprenez pas et vous ne tirez aucune conséquence de ce qu’il vit au quotidien. Vous voulez être compris des donneurs de leçons, je veux être entendu du peuple. J’emploie des mots pour être compris de tous. Vous avez dit populisme, je réponds peuple.3

12Le format proposé par l’émission semble donc tout à fait approprié pour cet homme politique qui veut s’adresser directement au peuple.

  • 4 Les résultats de cette étude sont consultables dans l’article « Une confrontation impromptue : conn (...)

13Notons tout de même que cette volonté de s’adresser au peuple est liée à des stratégies électorales et argumentatives, car lors d’une étude4 de son passage sur une radio-jeune – Skyrock – nous avons pu remarquer qu’il établissait, au contraire, une nette différence avec les jeunes dont il ne partageait ni le langage ni les codes.

2.2. L’argumentation de Nicolas Sarkozy

  • 5 Cette méthode est présentée dans l’article « Pour une analyse pluridimensionnelle du discours : le (...)

14L’analyse de son discours, grâce à une méthode5 qui déstructure les différents niveaux linguistiques pour mieux en apprécier la synergie lors de la construction effective du sens, a permis de mettre en avant différents traits caractéristiques de l’argumentation de Nicolas Sarkozy.

Une présence très forte dans son discours

15Nicolas Sarkozy utilise beaucoup les différentes formes de la première personne du singulier et se place donc de manière prioritaire au centre de son discours. La mise en perspective de cette première personne avec les déterminants possessifs « mon », « ma », « mes » et les structures de dislocation en tête de phrase du pronom personnel disjoint « moi » lui permet d’utiliser un discours centré sur son bilan, ses réflexions, son projet politique et de recentrer régulièrement le propos sur son avis, par exemple : « moi c’est mon opinion » ou encore « et moi je suis pour ma part / pour une franchise / très modeste / mais qui permette d’intéresser le patient ».

  • 6 « Vous » de politesse ou vouvoiement.

16Parallèlement, les autres personnes de l’interlocution, notamment « on » et « vous » ou « P2 (pol)6 » apparaissent également comme particulièrement importantes, surtout dans une situation d’interaction directe, mais sans que nous puissions être sûre de savoir s’ils sont la marque de l’interlocution directe ou une adresse aux téléspectateurs.

Des évidences indiscutables

  • 7 Les auxiliaires de prédication sont également appelés « présentatifs » : c’est, voilà, il y a, etc. (...)

17Nicolas Sarkozy utilise beaucoup de tournures syntaxiques qui lui servent à poser des faits comme des évidences : par exemple, l’utilisation de détachements de substantifs ou de groupes infinitifs repris par des pronoms démonstratifs (anaphoriques ou non) tels que ce, c’, ça ; l’utilisation de prédicats non verbaux actualisés par des auxiliaires de prédication7 (par exemple « donc c’est parfaitement clair ») ; l’utilisation des structures complexes portées par des syntagmes d’évidence (bien sûr que, etc.) ; certains passifs sans agent qui permettent de parler d’un procès sans en expliciter l’agent et donc le responsable ; etc.

18Dans la plupart de ces cas, une identité, une qualité intrinsèque au sujet ou encore un fait sont posés comme vrais et peuvent difficilement être contredits, comme avec « ça c’est pas la liberté ».

19La négation analysée selon la théorie d’Oswald Ducrot (1984) est d’ailleurs très utilisée avec ces structures. Elles établissent ainsi une sorte d’état auquel s’oppose Nicolas Sarkozy, oppositions présentées comme évidentes et qui lui permettent d’ouvrir ou de clore son argumentation, comme avec « c’est pas une liberté d(e) vous laisser / vous déglinguer la santé » qui arrive en conclusion de son argumentation contre le tabac dans les lieux publics.

Une adhésion obligatoire

20Son discours est très assertif, mais on a pu relever également une utilisation intéressante des phrases interrogatives : il utilise beaucoup de questions dont la particularité est de faire partie de ses interventions, de son argumentation. Arrivant souvent après la mise en place d’évidences (à travers les structures évoquées précédemment ou des témoignages rapportés), ces questions rhétoriques sont dirigées vers les interlocuteurs mais ne constituent pas un véritable acte de questionnement. Elles servent en revanche à mettre en scène son discours et elles visent à contraindre l’acceptation des évidences posées comme postulats de base, comme prémisses à son avis et à ses propositions, facilitant ainsi l’adhésion aux conclusions à venir, par exemple « mais c’est incroyable / admettez qu(e) vous soyez à la r(e) traite à soixante ans / que vous êtes en pleine forme / aujourd’hui on vous interdit de travailler / eh bien un certain nombre de nos compatriotes / qui pourraient vouloir prendre un boulot / à temps partiel / pour compléter la r(e) traite / pourquoi les en empêcher ? ».

De même, malgré le fait qu’elles soient proportionnellement peu importantes, les phrases syntaxiquement injonctives sont intéressantes car, étant principalement associées à la deuxième personne, elles sont dirigées vers les interlocuteurs et permettent (ainsi que certaines interrogations et assertions) de poser une proximité avec eux par l’utilisation de marqueurs phatiques. Ces éléments servent principalement à interpeller et inclure son auditoire dans son raisonnement, par exemple « savez-vous que / cinquante pour cent des tués sur la route / n’ont commis qu’un seul crime / croiser un assassin de la route ? ».

Un ancrage fort des thèmes et des situations dans la réalité

21Nicolas Sarkozy utilise beaucoup de données chiffrées « y a cent cinquante mille personnes qui meurent chaque année / du cancer », de métaphores « toutes les familles / sont touchées / par ce fléau / abominable / ce crabe de l’intérieur / qui génère tant d(e) souffrances et tant de drames » et de nombreux termes connotés, mis en avant par des récurrences syntaxiques et par leur sens, par exemple « moi je suis pour que vous ayez plus de libertés / mais pas la liberté d(e) vous tuer / et pas la liberté d(e) tuer les autres », ce que Damon Mayaffre appelle des « mots forts » (Mayaffre, 2007).

  • 8 « Si l’exercice du pouvoir présidentiel tend à s’identifier à une sorte de campagne électorale inin (...)

22Dans la même idée, il utilise aussi beaucoup d’histoires a priori réelles qui lui permettent d’exemplifier une situation qui l’indigne. Ces exemples sont donc des faits particuliers, mettant en scène des personnes conférant à l’exemple une dose de réalité. Habituellement, la généralisation de ces faits particuliers n’est pas faite par Nicolas Sarkozy, mais elle paraît tellement évidente que l’auditoire ne peut s’empêcher de la faire. C’est le concept de storytelling8, qui consiste en l’« art de raconter des histoires » et à faire parler des « vraies gens » pour se montrer proche de leurs problèmes et de la réalité, elle permet aussi de s’adresser aux émotions des gens plutôt qu’à leurs opinions.

23Cette pratique s’accompagne régulièrement de discours rapporté, où il met en scène son propre discours antérieur ou les propos de personnes s’adressant à lui pour lui demander de l’aide.

24Grâce à ces différents procédés, Nicolas Sarkozy dépeint des situations d’arrière-plan, présentées comme réelles, et qui relatent des situations difficiles, souvent associées à l’expression de son indignation, pour lesquelles il propose des solutions.

Ethos

25Dans cette réalité dépeinte, il faut noter qu’il ne se positionne pas n’importe comment, mais prend bien garde de se construire un ethos en adéquation avec l’image qu’il veut transmettre dans cette campagne.

  • 9 Nous faisons référence à l’ethos de fermeté mis au jour par Catherine Kerbrat-Orecchioni et Hugues (...)

26Dans cette émission, Nicolas Sarkozy est invité en tant que « candidat à l’élection présidentielle », mais il est en même temps ministre de l’Intérieur en exercice et ancien ministre des Finances. Ce double statut lui permet d’assurer et de légitimer certaines de ses réponses et surtout de se construire un ethos d’homme politique en poste et donc d’homme d’action. Il se présente donc régulièrement comme un ministre de l’Intérieur courageux (qui va arrêter les trafiquants), ferme9 et parfois compatissant.

27Mais bien sûr cet ethos peut être aménagé en fonction des situations à traiter : il se présente également tour à tour comme un père de famille, un mari, etc.

28Ces différentes stratégies argumentatives sont bien entendu présentes et facilement applicables lors d’un discours continu adressé à un auditoire, mais qu’en est-il lors d’une situation interactive ? Nicolas Sarkozy peut-il maintenir son argumentation habituelle ou au contraire va-t-il devoir s’adapter au contexte de questionnement et d’échange mis en place par le format de l’émission ? C’est l’enjeu de l’analyse suivante, de voir si son discours persuasif de campagne pouvait s’intégrer dans la mise en scène de la démocratie prônée par cette émission.

3. Analyse de l’interaction

29L’analyse de la structure de l’émission, qui repose principalement sur les rapports de places (Flahault, 1978 et Vion, 1992 : 78-83 et 106-109) des locuteurs et sur la gestion de la prise de parole (Kerbrat-Orecchioni, 2006 : 159 et suivantes) a permis d’appréhender la situation concrète dans laquelle le discours de Nicolas Sarkozy se développe.

30Cette émission se pose comme une « rencontre » entre un homme politique et des citoyens, donc avec dès le départ un rapport de places particulier : un homme politique en campagne électorale, donc institutionnalisé en position haute – car détenteur du pouvoir – face aux panélistes, en position basse, demandeurs d’informations et présentés comme simples témoins n’ayant pas l’occasion d’exprimer une réelle opinion argumentée. En effet, nous considérons que, malgré l’apparence de l’interview, les panélistes ne peuvent pas occuper la position haute face à ce locuteur, car ils n’ont pas, en principe, de droit de réponse et ne sont institués en locuteurs que pour incarner une situation. Nicolas Sarkozy, au contraire, même s’il est contraint de répondre à des questions, en profite régulièrement pour introduire les thèmes qu’il souhaite et ainsi avancer ses idées fortes de campagne.

3.1. Les interactions « entretiens »

  • 10 La séquence est « un bloc d’échanges reliés par un fort degré de cohérence sémantique et/ou pragmat (...)

31Sur l’ensemble de l’émission, les interactions construites sur ce modèle inégalitaire sont les plus nombreuses (25), sont considérées comme des « entretiens » selon la terminologie de Robert Vion (1992 : 131), et se caractérisent la plupart du temps par des structures assez simples : une séquence10 d’ouverture (gérée la plupart du temps par Patrick Poivre d’Arvor) et une séquence de questionnement (question d’un panéliste suivie d’une réponse de Nicolas Sarkozy).

32Exemple :

  • 11 Ces codes renvoient à la numérotation des interventions dans le corpus, par exemple ici PPDA2 (1) : (...)

Interaction 1 : Régis / NS / PPDA

PPDA2 (1) → NS3 (39)11

Type entretien

Séquence d’ouverture

PPDA2 (1) → Régis2 (1)

– Intervention d’ouverture de PPDA

PPDA2

– Échange de salutations

Régis1 → NS2

– Ratification de Régis

Régis2 (1)

Séquence de questionnement (1

Régis2 (2) → NS3 (39)

échange)

Régis2 (2)

– Intervention initiative de Régis

NS3

– Intervention réactive de NS

33La réponse de Nicolas Sarkozy prend alors la forme d’une tirade qui lui permet de mettre en place ses propositions et les différentes techniques d’argumentation présentées ci-dessus comme on peut le voir avec sa réponse à la question de Régis sur l’interdiction du tabac dans les lieux publics :

  • 12 Conventions de transcription : les locuteurs sont désignés par des abréviations et le numéro de leu (...)

NS 312 : bon d’abord la règle du jeu c’est d(e) répondre franchement / y compris quand on n’est pas d’accord / est-ce que je suis pour l’interdiction du tabac / dans les lieux publics ? / la réponse est oui / sans aucune ambiguïté / j(e) vais m’en expliquer j(e) dirai juste un mot sour [sic] les libertés bien sûr / y a cent cinquante mille personnes qui meurent chaque année / du cancer / toutes les familles / sont touchées / par ce fléau / abominable / ce crabe de l’intérieur / qui génère tant d(e) souffrances et tant de drames / on n’attrape pas l(e) cancer que / par la cigarette / mais on l’attrape par la cigarette et pire / non seulement le fumeur / l’attrape / le risque d’avoir un cancer / est multiplié par dix / quand on fume / mais de plus monsieur / celui qui ne fume pas / mais qui est à côté d’un fumeur / peut l’attraper / ça c’est pas la liberté / moi je suis pour que vous ayez plus de libertés / mais pas la liberté d(e) vous tuer / et pas la liberté d(e) tuer les autres / donc c’est parfaitement clair / d’ailleurs regardez quand on prend l’avion / il y a quelques années tout le monde fumait dans l’avion / maintenant c’est interdit / qui penserait / à revenir sur cette interdiction ? / alors si j(e) veux être tout à fait honnête et le plus précis possible / je m’interroge j(e) suis pas sûr / mais je m’interroge si / dans les départements ruraux / où i(l) reste / un café tabac / un lieu de convivialité / est-ce qu’on peut appliquer strictement / la même règle ? / j- je / je m’interroge / enfin / ça n’enlève rien au fait que j(e) suis pour l’interdiction hein ? je veux être franc avec vous / mais / euh j’étais à : Rieufort-du-Randon [sic] dans dans- en Lozère y a / deux mois / i(l) reste un café tabac / et le propriétaire là qui s(e) bat [rires] / qui travaille comme un chien pou-pour garder c(e) lieu d(e) convivialité / y a sept cents habitants / me dit « vous allez pas nous faire les mêmes règles ? »/ j’ai dis « oui mais on peut mourir du cancer / à Rieufort-du-Randon [sic] comme / comme à / comme à Paris »/ mais / c’est vrai qu’on a tout intérêt à sauver / euh ces commerces de proximité / donc s’i(l) devait y avoir une adaptation / moi je serais prêt à r(e) garder celle-ci / mais pour le reste / le tabac ça tue / la cigarette ça tue celui qui fume et les autres / c’est pas une liberté d(e) vous laisser / vous déglinguer la santé /

  • 13 Nous pensons que cette idée est valable également pour les autres candidats, mais serait à vérifier (...)

34Les interactions du type « entretien » sont donc majoritairement considérées non pas vraiment comme des échanges mais comme des “prétextes” pour fournir la parole à Nicolas Sarkozy et lui donner l’occasion de faire campagne13, au travers de monologues où il a tout le loisir de poser son argumentation sans être interrompu.

35On peut également trouver dans ce contexte des séquences de questionnement où le panéliste va conserver la parole et poser une deuxième question ou faire une remarque sur la réponse de Nicolas Sarkozy, comme c’est le cas dans l’interaction 4 avec Nicole S qui reprend la parole après une première réponse de Nicolas Sarkozy : Nicole S 2 : {quand même les trente-cinq heures étaient faits pour euh : / pour pour l’embauche.

36De même, à cinq reprises, c’est Patrick Poivre d’Arvor qui s’octroie la parole pour poser une nouvelle question ou demander un éclaircissement : PPDA 10 : {pas tout de suite / i (ls) mettent du temps parfois (interaction 5).

37Mais, à part ces interventions, la plupart du temps les panélistes rendent le micro circulant entre eux après avoir posé leur question.

38Il est également intéressant de noter que l’objectif affiché des 100 questions à poser contraint Patrick Poivre d’Arvor à regrouper différentes questions et donc différents interlocuteurs dans une même interaction. En effet, il convoque ainsi parfois plusieurs panélistes en enchaînant les séquences d’ouverture avant de donner la parole à Nicolas Sarkozy. La plupart du temps les questions sont regroupées thématiquement et Nicolas Sarkozy doit y répondre en une seule intervention (comme par exemple dans l’interaction 8 avec Suzanne, Guy et Arlette), mais il arrive, notamment à la fin de l’émission, sans doute sous la pression du peu de temps restant, qu’il associe des questions très différentes : la drogue, les classes moyennes et les impôts dans l’interaction 32 avec Jean-Claude I, Christophe et Jean-Claude C.

39De manière générale, ces interactions ne sont donc pas considérées comme de vrais échanges pour différentes raisons :

  • Le micro est assez vite repris ou rendu pour certains panélistes, ce qui ne leur laisse pas la possibilité d’intervenir sur la réponse de Nicolas Sarkozy.

  • L’analyse des séquences d’ouverture nous a montré que les différentes ratifications des prises de paroles par les panélistes et les salutations adressées sont assez spécifiques de la situation de communication. Elles apparaissent sous différentes formes et selon un continuum de formalité allant d’une ratification et d’un échange complet de salutations à aucune salutation.

40Par exemple :

La plus complète (ratification et échange de salutations) :

PPDA21 : Nicolas Sarkozy / vous parliez de quartier / vous parliez de vie / y avait une question posée / oui oui / allez-y allez-y

Guillaume1 : oui bonsoir monsieur {Sarkozy

NS29 : {bonsoir

Aucune salutation :

PPDA67 : alors de très nombreuses questions vous pouvez bien sûr con- continuer à réagir / euh sur votre écran / madame j(e) vous avais promis la parole et / ensuite / euh beaucoup d(e) questions sur les privilèges puisque énormément d(e) questions sont posées / mais allez-y / posez votre question

Claude1 : monsieur Sarkozy dans plusieurs de v- vos réponses vous avez abordé les trente-cinq heures et leur application / pensez-vous modifier cette appli- cette application ? / et si ou- si oui / quelles seront ces modifications ?

41Il n’y a pas ici de « règles » comme on pourrait en trouver dans une conversation « normale », ce qui montre bien que nous sommes dans une interaction manipulée car, dans une situation « normale », ne pas saluer son interlocuteur, ou ne pas rendre une salutation, conduirait les interlocuteurs à être considérés comme coupables de la transgression d’une règle. Mais ici, le format de l’émission autorise cette transgression : les panélistes ne disposent, a priori, que d’une seule intervention, et d’un temps limité pour poser leurs questions. Par ailleurs, de par cette organisation très formelle et le rapport de places hiérarchique, on considère à la suite de Robert Vion que la communication y est moins interpersonnelle (Vion, 1992 : 129). Ce n’est pas le rapport interpersonnel qui est privilégié mais bien l’efficacité et la pertinence des propos.

42À travers l’analyse des séquences de clôture, nous avons pu remarquer que, même si elles sont très rares dans un contexte d’interactions médiatiques (Ravazzolo, 2007 : 63), quelques panélistes utilisent des formules de remerciement, parfois précédées de pré-clôtures pour marquer la fin de leur intervention, comme par exemple Bernard1 (6) merci, ou encore NicoleG2(9) alors voilà ma question je voudrais une réponse je vous en remercie.

43On peut penser qu’ils expriment ainsi la conscience qu’ils ont du fait qu’ils ne pourront pas reprendre la parole et que l’interaction dans laquelle ils s’engagent n’est pas une conversation.

44Nous pouvons également noter des séquences de clôture et d’ouverture particulières : celles entourant la coupure publicitaire. C’est bien ici une marque du contrat médiatique de l’émission, de ses objectifs propres en tant qu’« objet » de la chaîne télévisée, et d’une interaction construite (non naturelle) car aucune autre forme d’interaction ne s’arrêterait pour laisser la place à une « séquence marketing ». D’ailleurs, seuls les téléspectateurs sont conviés à cette coupure, les interlocuteurs sur le plateau poursuivent certainement quelque autre interaction.

  • 14 Il est vrai que les panélistes n’étant pas filmés continuellement, nous n’avons pas pu analyser les (...)

45L’analyse des régulateurs a montré que ces éléments vocaux (« hum », « oui », « ah d’accord », etc.) ou non verbaux, qui chevauchent généralement la production d’un autre locuteur et qui attestent de l’écoute et de l’engagement dans l’interaction comme l’a montré Véronique Traverso dans L’analyse des conversations (Traverso, 2007 : 31), sont ici assez peu présents, en tout cas au niveau verbal14.

46On peut tout de même relever 8 cas de régulateurs vocaux : 3 sont effectués par des panélistes (Andrée, Frédérick et Hakim) lors d’une intervention de Nicolas Sarkozy, 4 autres par Patrick Poivre d’Arvor dont 2 pendant une intervention de Nicolas Sarkozy, les 2 autres servant plutôt de soutien envers un panéliste (Christian) qui semble chercher un mot, et enfin 1 de Nicolas Sarkozy lors d’une intervention interruptive de Patrick Poivre d’Arvor (« bien sûr »).

47Nous considérons que cette faible présence de régulateurs semble due au format spécifique de l’émission qui ne permet pas la coopération verbale des participants, mais qui est plutôt orientée vers une finalité d’explication des propositions de campagne par Nicolas Sarkozy lors des types « entretien » et vers une tentative d’opposition de certains panélistes, dans les « discussions » que nous verrons par la suite et dans lesquelles on va plutôt se trouver face à des marques d’oppositions, de tentatives de prise de parole, plutôt que face à des marques de co-constructions.

48L’analyse de la façon dont les locuteurs prennent la parole montre que les panélistes prennent majoritairement la parole sur des places transitionnelles claires, les cas de chevauchement sont dus à des anticipations de ces dernières.

49Patrick Poivre d’Arvor interrompt quelquefois les panélistes ou Nicolas Sarkozy. Il produit des interruptions coopératives qui visent à aider les locuteurs ou des interruptions non coopératives mais toujours légitimées soit par l’objectif de faire intervenir le plus de gens possible, soit pour relancer Nicolas Sarkozy qui essaye d’éluder une question. Mais on a pu noter que ces interruptions étaient rarement brutales, s’accompagnant régulièrement de gestes préparateurs.

50Nicolas Sarkozy prend généralement la parole sans difficultés à la fin clairement identifiée des questions des panélistes. En revanche, avec Patrick Poivre d’Arvor, sa prise de parole est un peu plus disputée, notamment avec quelques cas d’interruptions non coopératives mais légitimées par la difficulté de devoir répondre à différentes questions en une intervention.

51On a donc pu remarquer que dans le type « entretien », format de base de l’émission, les prises de paroles se font le plus souvent de manière coopérative.

3.2. Les interactions « discussions »

  • 15 Nous renvoyons de nouveau à la terminologie de Robert Vion (1992 : 136).

52Parallèlement aux interactions précédentes, assez consensuelles, mises en place par le dispositif médiatique, on a pu voir que certains panélistes refusaient d’emblée le rapport de place inégalitaire en créant une interaction davantage sur le mode de la « discussion »15 et en ouvrant leurs questions surtout sur des points polémiques. C’est le cas avec Frédérick sur le mariage homosexuel (interaction12), Jérôme (interaction16) et Hayate (interaction17) qui l’accusent de racisme.

53Nicolas Sarkozy se retrouve ici obligé d’argumenter face à des gens qui défendent un point de vue généralement opposé au sien ou en tout cas opposé à des actions ou paroles qui lui sont attribuées. Il doit donc négocier sa prise de parole et s’adapter aux interruptions de ses interlocuteurs qui conservent leur micro.

54L’analyse des prises de parole nous montre notamment que dans ces « discussions » les prises de paroles sont clairement posées en opposition. Face à des questions polémiques et des interruptions non coopératives et non légitimisées, Nicolas Sarkozy tente dans un premier temps de rester dans la coopération (avec Frédérick), puis entre également dans l’opposition et les tentatives d’interruptions non coopératives et non légitimées (avec Jérôme), puis hésite entre les deux positions (avec Hayate) sans doute parce que les dernières interruptions sont accompagnées de formules de politesse.

55Dans ce deuxième cas de discussions plutôt conflictuelles, même si elles sont rares, il est plus difficile pour lui de poser son argumentation car les intervenants ne s’y laissent pas intégrer. Dans ces cas, Nicolas Sarkozy tente de rester dans la coopération pour essayer surtout, non pas de convaincre son interlocuteur, mais de reprendre la parole afin d’installer son argumentation en direction des autres panélistes et surtout des téléspectateurs. Même dans ces cas, on trouve donc des tentatives, réussies ou non, d’utiliser les divers procédés argumentatifs évoqués, comme on peut le voir avec cet extrait de son interaction avec Jérôme :

Jérôme 3 : j(e) suis tout à fait d’accord avec vous mais le but c’est d(e) tir- d(e) le tirer vers le haut <NS 74 : oui> d(e) le tirer dans l(e) droit chemin pas de / pas de / de tirer votre programme vers l(e) programme <NS 75 : alors> du Front national mais de faire l’inverse justement /

NS 76 : alors / c’est déjà bien on a un point d’accord / rendez-vous compte c’était pas gagné / hein ? / parti comme vous étiez parti / alors / donc vous êtes bien d’accord qu(e) j’ai l(e) droit d(e) leur parler / parce que comment on fait revenir vers le camp républicain / des gens qui sont partis ? / i (ls) sont partis pourquoi ? / vous vous êtes pas posé la question ? / pa (r) ce qu’i (ls) souffraient / et ça sert à rien d(e) les culpabiliser / surtout quand on souffre moins qu’eux / voter pour Le Pen / c’est un acte de désespérance / deuxième remarque / pas une fois en trente ans d(e) vie politique / pas une fois / je n’ai pas défendu une idée qui n’était pas profondément républicaine / je suis l(e) premier homme politique de droite à dire qu’i(l) faut une immigration choisie / mais j(e) vous dis aussi une chose avec la plus grande force / « personne n’est obligé d’habiter en France / et quand on habite en France on aime la France et on la respecte » {je vous dis-

Jérôme 4 : {X la France on l’aime ou on la quitte / la France on l’aime on la respecte <NS 77 : non non> / ça j(e) veux bien mais vous vous savez <NS 78 : si si> très bien qu(e) c’est ce genre de phrases / simples <NS 79 : non non non> / qui qui qui tape à à l’oreille <NS 80 : non non> engendre comme comme pensée < NS 81 : elle est-> chez les gens simples <NS 82 : elle est pas simple elle est juste> / vous savez très bien <NS 83 : non non non> / que ça rend raciste ce genre de {petitesphrases-

NS 84 : {non /

Jérôme 5 : réfléchissez un peu aux phrases <NS 85 : non> que vous dites /

NS 86 : ce qui rend / raciste monsieur / c’est cette espèce-

56Nous considérons que c’est ici, dans ces interactions plus spontanées et beaucoup moins gérées par Patrick Poivre d’Arvor, que se trouve le réel débat démocratique prôné par l’émission.

3.3. Des séquences latérales

57Par rapport à ces deux grands fonctionnements, on peut noter que Nicolas Sarkozy bouleverse parfois le schéma de l’émission en ouvrant des séquences latérales dirigées vers les panélistes, notamment pour demander des informations sur leur situation précise, ce qui provoque des échanges plus spontanés et un déplacement du rapport de place de départ accompagné parfois par un changement d’éthos.

58Par exemple, l’interaction entre Hakim et Nicolas Sarkozy démarre, comme les autres interactions, comme un « entretien ». À partir de NS147 (1) un petit quoi ? et jusqu’à la fin, Nicolas Sarkozy renverse les rôles et devient celui qui interroge l’autre pour connaître les circonstances de l’événement relaté par Hakim (un contrôle d’identité qui s’est mal passé) et pour se poser comme celui qui a le pouvoir de réparer les choses et de punir les coupables.

59Ainsi, le fait de demander au panéliste de préciser sa situation accentue la valeur du témoignage. Cette configuration d’interview par des gens censés incarner les situations place le débat dans le réel et l’émotion, que Nicolas Sarkozy accentue avec ses séquences latérales.

60L’interaction 3 entre Andrée et Nicolas Sarkozy s’ouvre également de manière conventionnelle plutôt dans le type « entretien », mais la fin de la question d’Andrée amène Nicolas Sarkozy à déplacer légèrement – sans nier le rapport institutionnel – le rapport de places et donc à changer le cadre interactif : il ouvre en NS6 euh si c’est par affection pourquoi pas on peut essayer, un type qui tient plus de la « conversation », voire de la séduction, jusqu’en NS9 où il reprend le rapport de places du départ. Nous avons bien là un module conversationnel à l’intérieur de cette interaction, initié par Nicolas Sarkozy et relayé par Andrée. On peut se demander pourquoi il y a un tel changement de rapport ici.

61Nicolas Sarkozy veut peut-être faire un trait d’humour sur la façon qu’a Andrée de poser sa question : Andrée1 (8) vous voulez pas partager deux mois votre vie avec moi pour voir comment ça s(e) passe ?, mais aussi sans doute pour ne pas enchaîner directement sur l’accusation implicite de ne pas savoir ce que cela fait de vivre avec 790 euros par mois.

62Mais il nous faut aussi tenir compte d’un fait que Bruno Jeudy et Ludovic Vigogne nous signalent dans leur ouvrage sur Nicolas Sarkozy (Jeudy et Vigogne, 2007 : 135) : avant l’émission, ce dernier a demandé à voir le plateau et a rencontré quelques-uns des panélistes, notamment Andrée. Cela signifie que, contrairement aux autres panélistes (en tout cas pour la majorité), il y a une « histoire conversationnelle » (Kerbrat-Orecchioni, 2006 : 223) entre eux, c’est-à-dire qu’ils ont déjà partagé une interaction dans laquelle un rapport de places particulier s’était développé, plutôt coopératif et orienté vers la relation interpersonnelle.

3.4. Conclusion sur J’ai une question à vous poser

63Comme on l’a souligné, le dispositif de cette émission ne permet pas aux panélistes d’avoir un droit de réponse ; ils posent leurs questions, et la plupart du temps le pouvoir de parler leur est retiré. Ils ne sont présents que pour représenter, témoigner de la situation qu’ils soulignent et qu’ils incarnent. Ils ne peuvent donc pas être considérés comme des opposants, à part dans quelques cas où certains ont réussi à conserver le micro et entament une discussion avec le candidat. Nous avons de ce fait deux types de locuteurs face à Nicolas Sarkozy : des « citoyens-témoins » qui ne font qu’exemplifier une situation particulière et en de trop rares occasions des « citoyens-opposants » qui vont tenter de créer un débat avec lui.

64Même si tout était mobilisé pour proposer une démocratie médiatique, l’apparence de la démocratie s’arrête aux manipulations de la mise en scène, car les citoyens sont “acteurs” de l’émission, au sens positif et au sens négatif : ils jouent un rôle important de questionnement mais sont contraints à se plier aux exigences du format télévisé et de cette émission : « il ne faut pas oublier en effet qu’il s’agit d’une discussion soumise à des contraintes médiatiques et que les interactants doivent coopérer non seulement à la structuration de l’échange, mais aussi à la fabrication d’un produit capable de satisfaire les attentes de l’auditoire » (Ravazzolo, 2007 : 31).

65En outre, les citoyens visés par l’émission, les téléspectateurs devant juger l’argumentation du candidat, n’ont aucun moyen d’intervenir et sont les spectateurs passifs des échanges de parole.

4. Comparaison avec l’émission Parole de candidat (2012)

66Lors de l’élection présidentielle de 2012, TF1 a de nouveau mis en place une émission reposant sur le principe d’interaction avec des citoyens, Parole de candidat.

67L’émission consacrée à Nicolas Sarkozy, le 12 mars 2012, a été analysée afin de comparer les similitudes et les différences avec J’ai une question à vous poser.

68Toujours en prime time, donc à une heure de grande écoute, et présentée par Laurence Ferrari, elle est assez proche de l’émission de 2007, mais en diffère également sur quelques points qui nous paraissent particulièrement intéressants en termes de gestion de la démocratie médiatique :

  • 16 Elle interroge en effet Nicolas Sarkozy sur ses liens avec Mouammar Kadhafi, ce qu’il prendra assez (...)

69Laurence Ferrari a un statut différent de celui de Patrick Poivre d’Arvor. Elle prend une place beaucoup plus identifiée de journaliste, en se positionnant au début de l’émission à côté du candidat et en ouvrant l’interrogatoire grâce à trois questions politiques, dont une assez polémique16. Elle se fait ensuite la porte-parole des questions des internautes, puis, lors des interactions entre Nicolas Sarkozy et les citoyens, elle n’hésite pas à intervenir régulièrement pour poser des questions et lui demander des précisions.

70On voit ici que, par rapport à l’émission de 2007, le rôle qui lui est attribué est un peu plus celui d’une journaliste, même si elle va bien entendu devenir également la gestionnaire des échanges et des prises de parole lors des interactions suivantes.

  • 17 Voir l’article de Maler Henri et Jean-Charles Dughetti, « J’ai une question à vous poser » : les jo (...)

71La présence de cinq journalistes politiques, intervenant en deuxième partie d’émission, apporte une caution journalistique supplémentaire. En effet, en 2007, les « vrais » journalistes politiques, se sentant dépossédés de leur prérogative, voyaient dans J’ai une question à vous poser une dilution de la confrontation des idées politiques et une mise en avant de réponses immédiates à des problèmes individuels17.

72En modifiant le format de l’émission de façon à le rendre plus proche d’une émission à interventions multiformes comme l’était À vous de juger sur France 2 en 2007, TF1 a sans doute souhaité répondre à ces critiques et apporter une caution de sérieux sur un débat politique de fond qui faisait défaut en 2007.

  • 18 C’était déjà le cas avec les participants aux émissions Paroles de Français, qui voyaient le présid (...)

73Mais les différences les plus importantes apparaissent au niveau de la conception des panélistes. En premier lieu, leur nombre a été réduit. Il semble a posteriori évident que l’objectif de cent questions en 2007 était beaucoup trop important, voire irréalisable, à moins de privilégier le nombre plutôt que la qualité des interventions. Dans Parole de candidat, les panélistes sont au nombre de 14 et même ainsi seuls 7 poseront leur question à Nicolas Sarkozy. Ensuite, ils ne sont plus seulement considérés comme des représentants de la « parole profane » (Mehl, 1998 : 206) car cette fois ils n’ont pas été choisis au hasard par la SOFRES, mais dans le vivier de participants aux reportages de TF118. On peut donc avancer que leur statut change car, même s’ils sont toujours présentés comme incarnant une situation, ils ne sont plus des représentants anonymes des électeurs, mais sont institués comme des témoins « experts » : ils maîtrisent un peu plus les codes de la télévision, ils ont peut-être été un peu plus coachés et ils sont connus des téléspectateurs de TF1 et des instances de l’émission. On peut noter aussi que certains semblent connus de Nicolas Sarkozy lui-même, comme Dominique que le candidat caractérise comme syndicaliste.

74Enfin, et c’est sans doute le point le plus important pour notre conception de l’émission, ils disposent chacun d’un micro, sans doute ouvert ou fermé par la production, mais ils ont la possibilité de réagir aux propos de Nicolas Sarkozy lors de sa réponse, voire de l’interrompre. Les échanges sont donc un peu plus naturels et certains en profitent pour tenter d’engager une vraie discussion avec lui et de mettre en avant leurs propres arguments.

75Dans ce contexte, Nicolas Sarkozy tente d’utiliser ses techniques argumentatives mais on peut remarquer qu’il se trouve un peu plus dans la contre-argumentation et dans la mise en avant d’un nouvel ethos, celui de président sortant ayant un bilan et des actions à défendre.

76Pour conclure, on peut dire que ce format est sans doute plus proche du véritable débat démocratique avec des interactions plus spontanées et plus longues, même si le statut des citoyens présents peut poser question quant à leur réelle représentation des citoyens-électeurs.

77On a pu aussi noter que malgré cette tentative un peu plus démocratique, les téléspectateurs n’ont pas suivi car les audiences ont été beaucoup moins importantes que celles des émissions de J’ai une question à vous poser en 2007.

Bibliographie

Bibliographie

CALVET Louis-Jean et VÉRONIS Jean, Les mots de Nicolas Sarkozy, Paris, Seuil, 2008.

CHARAUDEAU Patrick, Les médias et l’information. L’impossible transparence du discours, Bruxelles, De Boeck, 2005.

CHARAUDEAU Patrick et GHIGLIONE Rodolphe, La parole confisquée. Un genre télévisuel : le talk-show, Paris, Dunod, 1997.

DELMAS Virginie, « Pour une analyse pluridimensionnelle du discours : le discours politique », dans La Linguistique, n° 48, fasc. 1, Paris, PUF, 2012, p. 103-122.

— , Le politique dans le médiatique. Étude de l’intervention de Nicolas Sarkozy dans l’émission télévisée de la campagne présidentielle de 2007 « J’ai une question à vous poser », thèse de doctorat sous la direction de Colette Feuillard, Université Paris Descartes, 2010.

DELMAS Virginie et FIÉVET Anne-Caroline, « Une confrontation impromptue : connivence et distanciation entre Nicolas Sarkozy et les animateurs d’une émission radiophonique pour les jeunes », dans Burger M., J. Jacquin et R. Micheli, La parole politique en confrontation dans les médias, Bruxelles, Éditions De Boeck Université, 2011, p. 169-192.

DUCROT Oswald, Le dire et le dit, Paris, Éditions de Minuit, 1984.

FLAHAULT François, La parole intermédiaire, Paris, Le Seuil, 1978.

FRANÇOIS-GEIGER Denise, « Les auxiliaires de prédication », dans La Linguistique, n° 11, fasc. 1, Paris, PUF, 1975, p. 31-40

GAMBOTTI Christian, Sarkozy. La métamorphose, Toulouse, Éditions Privat, 2007.

JEUDY Bruno et VIGOGNE Ludovic, Nicolas Sarkozy. De Neuilly à l’Élysée, Paris, L’Archipel, 2007.

KERBRAT-ORECCHIONI Catherine, Les interactions verbales. Approche interactionnelle et structure des conversations, Paris, Armand Colin, 2006 (1re édition 1990).

KERBRAT-ORECCHIONI Catherine et CONSTANTIN DE CHANAY Hugues, « 100 minutes pour convaincre : l’ethos en action de Nicolas Sarkozy », dans Broth M., M. Forsgren, C. Noren et F. Sullet-Nylander (éds.), Le français parlé des médias, Stockholm, Acta Universitatis Stockholminensis, 2007, p. 309-329.

MAYAFFRE Damon, « Vocabulaire et discours électoral de Sarkozy : entre modernité et pétainisme », dans La Pensée n° 352, 2007, p. 65-80.

MEHL Dominique, « La parole profane », dans Bourdon J. et F. Jost, Penser la télévision - Actes du colloque de Cerisy, Paris, Nathan, 1998, p. 205-215.

RAVAZZOLO Élisa, Analyse du discours interactif médipatique. Le rôle de l’animateur d’une émission radiophonique, Rome, Aracne, 2007.

SALMON Christian, Storytelling, Paris, Éditions La Découverte, 2008 (1re édition 2007).

TRAVERSO Véronique, L’analyse des conversations, Paris, Armand Colin, 2007 (1re édition 1999).

VION Robert, La communication verbale. Analyse des interactions, Paris, Hachette, 1992.

Notes

1 Cette émission a fait l’objet de notre thèse de doctorat, soutenue en décembre 2010 (Delmas, 2010).

2 « Choisi par la SOFRES, cet échantillon de 100 personnes (renouvelé pour chaque émission) est représentatif de la composition de la population française dans sa diversité » (TF1.fr).

3 Il s’agit d’une intervention à l’Assemblée nationale, le 22 juin 2005, en réponse à des attaques des élus socialistes (Gambotti, 2007).

4 Les résultats de cette étude sont consultables dans l’article « Une confrontation impromptue : connivence et distanciation entre Nicolas Sarkozy et les animateurs d’une émission radiophonique pour les jeunes » (Delmas et Fiévet, 2011).

5 Cette méthode est présentée dans l’article « Pour une analyse pluridimensionnelle du discours : le discours politique » (Delmas, 2012).

6 « Vous » de politesse ou vouvoiement.

7 Les auxiliaires de prédication sont également appelés « présentatifs » : c’est, voilà, il y a, etc. (François-Geiger, 1975).

8 « Si l’exercice du pouvoir présidentiel tend à s’identifier à une sorte de campagne électorale ininterrompue, les critères d’une bonne communication politique obéissent de plus en plus à une rhétorique performative (les discours fabriquent des faits ou des situations) qui n’a plus pour objectif de transmettre des informations ni d’éclairer des décisions, mais d’agir sur les émotions et les états d’âme des électeurs, considérés de plus en plus comme le public d’un spectacle. Et pour cela de proposer non plus un argumentaire et des programmes, mais des personnages et des récits, la mise en scène de la démocratie plutôt que son exercice » (Salmon, 2008 : 136-137).

9 Nous faisons référence à l’ethos de fermeté mis au jour par Catherine Kerbrat-Orecchioni et Hugues Constantin de Chanay (2007 : 313).

10 La séquence est « un bloc d’échanges reliés par un fort degré de cohérence sémantique et/ou pragmatique » (Kerbrat-Orecchioni, 2006 : 218), c’est-à-dire lié à des critères thématiques et/ou d’activités.

11 Ces codes renvoient à la numérotation des interventions dans le corpus, par exemple ici PPDA2 (1) : Patrick Poivre d’Arvor, 2e tour de parole, 1re phrase jusqu’à NS3 (39) : Nicolas Sarcozy, 3e tour de parole, 39e phrase

12 Conventions de transcription : les locuteurs sont désignés par des abréviations et le numéro de leur tour de parole :
NS = Nicolas Sarkozy ; PPDA : Patrick Poivre d’Arvor, etc.(x) Son(s) non prononcé(s) {xxxx
{xxxxChevauchement< xxx >Chevauchement à l’intérieur d’un tour de parole/
Pause[…]Pause assez longue « xxxx » Discours direct[xxxxx]Précisions
phonétiques{xxxx}Précisions extralinguistiques

13 Nous pensons que cette idée est valable également pour les autres candidats, mais serait à vérifier par le même type d’analyse.

14 Il est vrai que les panélistes n’étant pas filmés continuellement, nous n’avons pas pu analyser les possibles régulateurs gestuels.

15 Nous renvoyons de nouveau à la terminologie de Robert Vion (1992 : 136).

16 Elle interroge en effet Nicolas Sarkozy sur ses liens avec Mouammar Kadhafi, ce qu’il prendra assez mal.

17 Voir l’article de Maler Henri et Jean-Charles Dughetti, « J’ai une question à vous poser » : les journalistes politiques et les panélisés de TF1, publié le 20 avril 2007 sur le site Acrimed : http://www.acrimed.org/article2606.html

18 C’était déjà le cas avec les participants aux émissions Paroles de Français, qui voyaient le président Nicolas Sarkozy répondre aux questions d’une dizaine de citoyens.

Auteur

Université Paris Descartes

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search