Version classiqueVersion mobile

Le langage manipulateur

 | 
Jan Goes
, 
Jean-Marc Mangiante
, 
Françoise Olmo
, 
et al.

III. L’argumentation dans les discours politiques et médiatiques

Quelle pertinence pour le débat politique médiatisé ?

Guillaume Carbou

Texte intégral

  • 1 En raison de notre corpus, nous nous en tiendrons ici à la définition restreinte que propose Christ (...)

1Les débats politiques médiatisés1 sont, dans nombre de travaux académiques, stigmatisés comme factices ou stériles. Les conclusions alternent entre un regard actant la fin des idéologies au profit d’une gestion technocratique ou spectaculaire, et des propositions de soins palliatifs sous forme de nouvelles normes éthiques (Corroyer, 2008). Nous souhaitons cependant arguer dans cette contribution que s’il existe effectivement un ensemble de phénomènes qui condamnent d’avance une conception des débats politiques comme recherche raisonnée du consensus, il n’en reste pas moins que, notamment dans la discorde, subsiste une forte dimension idéologique que l’analyse du discours peut s’attacher à mettre au jour.

2Après avoir brièvement précisé notre positionnement au sein des différentes approches contemporaines du débat politique, nous présenterons une typologie de quelques mécanismes qui peuvent miner tant le déroulement coopératif d’une interaction que la compréhension éclairée des raisons de fond d’un désaccord par l’observateur citoyen. On notera par ailleurs que ces mécanismes sont non seulement externes comme cela a souvent été souligné (Charaudeau, 2005a) mais également internes, liés à la forme même de la conversation orale. Dans un second temps, nous proposerons un modèle de schématisation des systèmes de valeurs antagonistes mis en jeu dans l’opposition. Celui-ci ne se veut pas être un modèle normatif à l’usage des interactants eux-mêmes, dans l’hic et nunc du débat, mais une synthèse clarifiée et ouverte, propice sinon à la rediscussion, au moins à la précision des dissensus. Il permettrait ainsi d’offrir une nouvelle forme de pertinence aux débats politiques médiatisés.

1. Quel regard porter sur le débat politique ?

3Si les discours politiques médiatisés ont toujours été des objets privilégiés de l’analyse du discours, il faut remarquer que les approches les plus récentes, souvent dans le cadre des Sciences de l’Information et de la Communication, s’attachent principalement à souligner les contraintes situationnelles, d’ordre socio-économique et institutionnel, qui pèsent sur leur mise en forme.

4Cet angle d’observation sans conteste édifiant (nous y reviendrons) présente néanmoins le risque de n’amener à interroger les discours politiques qu’avec une méfiance déterministe à l’égard de contenus langagiers sacrifiés sur l’autel de stratégies politiciennes et de l’allégeance aux contraintes de la machine médiatique. Nous sommes alors dans un paradigme de la « fin des idéologies » où la politique comme gestion de la cité dans un réseau de pouvoirs et de contre-pouvoirs prendrait exagérément le pas sur le politique, autrement dit sur tout ce qui « dans les sociétés organise et problématise la vie collective au nom de certains principes, de certaines valeurs qui en constituent une sorte de référence morale » (Charaudeau, 2005a : 33). Dans cette optique, les enjeux institutionnels, les luttes de pouvoir, d’image, la technocratisation des rapports, les positionnements marketings, la supposée importance de la séduction et de la spectacularisation dans la communication politique contribueraient à brouiller, voire à effacer, les clivages idéologiques entre politiques et par là à renforcer le tant rebattu désenchantement du politique et le désamour des citoyens pour leurs gouvernants. Désamour populaire et idéologies reléguées ou instrumentalisées semblent alors caractériser la marche du politique médiatisé dans nos sociétés.

5Le sentiment de désintérêt nous semble peu évident, notamment au vu de la vivacité des controverses politiques dans le discours social français, des médias traditionnels à la toile en passant par les conversations quotidiennes, mais c’est plus précisément la question de l’affaiblissement idéologique que nous souhaiterions nuancer dans cette contribution.

6En effet, nous considérons que bien loin d’avoir abandonné les discours politiques, l’idéologie y est extrêmement présente. Et nous parlons ici d’idéologie au sens où les « idéologues » du début du XIXᵉ siècle, autour d’un Destutt De Tracy, en concevaient originellement la science : est idéologique la manière particulière que tout individu ou que tout groupe a de conceptualiser et d’axiologiser le monde. L’idéologie en ce sens joue le rôle d’une sémantique quant à l’appréhension du sensible (Rastier, 2008). Au niveau du discours politique, et pour en donner une définition compatible avec une analyse sémiolinguistique, c’est une hiérarchisation, une axiologisation, et un investissement sémique spécifiques de formes discursives. Nous reviendrons sur cette définition dans la deuxième partie de l’article.

7Ainsi, cette dimension idéologique traverse immanquablement tous les discours, tous les textes, en cela qu’ils peuvent être considérés comme des « formes de cognition sociale » (Adam, 2005 : 296). Et au niveau politique, elle est particulièrement observable dans les cas d’affrontement et de clivage. En effet, ce sont les divergences de fond, jouant sur les systèmes de valeurs, sur la manière de donner du sens aux choses et au monde, de valoriser ou non implicitement telle ou telle catégorie conceptuelle, tel ou tel positionnement moral, qui sont à l’origine de ce que l’on appellera des « dialogues de sourds » (Angenot, 2008).

8Dans cette optique, la discorde politique, loin des clichés regrettant son insignifiance, peut devenir non pas le lieu d’un illusoire accord entre interactants, mais bien un terrain d’observation et de mise au jour des conflits de valeurs qui sous-tendent les désaccords publics :

« À ce titre, il n’y a pas lieu de la condamner comme troncature ou malédiction frappant une supposée vocation de la communication au dialogue. Si tout discours signifiant est à quelque degré communicable, l’incommunicabilité n’est pas rejetée dans le non-sens. Certes, la discorde a pour contrepartie un débat non seulement simulé, mais manqué du point de vue dialogique [...]. Certes, la mésentente est inféconde en matière d’intercompréhension ou de progression concertée du questionnement. Et certes, le reflux monologique clôture les discours dans une relative stéréotypie. Mais l’impossibilité d’un traitement dialogal du conflit est motivée par la division du questionnable qu’il est censé cristalliser. » (Corroyer, 2011)

9Aussi avons-nous affaire dans les médias à des débats où la forme masque un fond dont l’exhumation doit pouvoir jouer un rôle dans le fonctionnement de nos sociétés démocratiques. Si contrairement à une définition idéalisée du débat argumenté comme recherche du consensus, sa légitimation ne peut reposer sur l’attente d’une recherche raisonnée d’un bien commun (Corroyer, 2011), nous pensons au moins que la description des raisons idéologiques – au sens où nous l’entendons – peut permettre d’offrir, a posteriori, une base nouvelle pour réfléchir ou discuter le(s) problème(s) mis en question. Nous sommes ici dans un positionnement éthique tel que le proposent Roselyne Koren et Alain Rabatel qui jugent pertinent, dans une société où les discours se multiplient et circulent d’une manière jusqu’ici inconnue, d’interroger en profondeur la manière dont « les savoirs peuvent se co-construire, les raisonnements s’élaborer, les valeurs se définir en se confrontant dans un espace qui permette de faire société » (Koren et Rabatel, 2008).

10Sur ces mots, nous devons nous positionner vis à vis de deux approches différentes des désaccords politiques. Tout d’abord celle de Ruth Amossy : nous abondons entièrement dans le sens de sa conception de l’intérêt social de la polémique. La circulation dans l’espace public de positionnements opposés voire incommensurables, sous des aspects de stérilité, peut constituer une forme de coexistence non-violente à travers l’affirmation de la légitimité sociale de chaque partie (Amossy, 2011). De plus, l’enchevêtrement et l’infusion des points de vue dans le discours social peut, avec le temps, contribuer à mener à des régimes particuliers de consensus, ne serait-ce que par péremption de l’intérêt du débat (Angenot, 2012). Cependant, loin de refuser ces considérations, nous les reléguons simplement hors de notre présent propos : il ne s’agit aucunement ici de lutter contre les interactions polémiques, que nous pensons en effet aussi inévitables que nécessaires, mais d’en proposer une forme de synthèse ouverte à la rediscussion.

  • 2 Dont les récents développements intègrent une forte composante argumentative (Fairclough et Fairclo (...)

11Par ailleurs nous nous plaçons également à distance d’un autre paradigme plaidant pour un interventionnisme social des travaux de recherche, la Critical Discourse Analysis2 anglo-saxonne et ses fondements normatifs pragma-dialectiques (Van Eemeren et Grootendorst, 2004). Comme nous l’évoquons dans le paragraphe précédent, nous n’entendons nullement proposer un modèle éthique du débat en train de se faire mais un inventaire des phénomènes empêchant la création d’un consensus et l’atteinte d’un idéal critique, phénomènes que nous pensons incoercibles, ainsi qu’une méthode d’analyse à même de réinterroger les oppositions.

12La partie suivante s’attachera ainsi à inventorier certaines des propriétés du débat politique médiatisé qui, bien que difficilement dépassables par les interactants eux-mêmes, nécessitent d’être prises en compte, au moins par l’observateur tiers, pour expliquer la nébulosité des échanges et comprendre les raisons d’un désaccord.

2. L’impossible clarté du débat

13Les éléments que nous allons présenter reposent sur l’étude d’un corpus de débats politiques français tenus entre 2003 et 2012. Les conditions de production des différentes interactions varient de confrontations hautement polémiques sur des chaînes de télévision à grande écoute à des discussions plus consensuelles, sur des radios plus confidentielles. Certains exemples sont également tirés de séances ou de commissions à l’Assemblée Nationale. Cette sélection comparative permet de montrer qu’au-delà de la situation d’énonciation externe, certaines caractéristiques intrinsèques, communicationnelles, du débat en tant qu’activité langagière déterminent l’émergence du malentendu et par là le maintien du clivage entre individus et plus globalement entre idéologies. Les extraits que nous présentons sont choisis pour leur valeur illustrative, mais les phénomènes observés sont bien communs à tout notre corpus voire, comme cela apparaîtra sans doute, à la plupart des interactions orales polémiques. Notre objet de recherche interactionnel nous dispense par ailleurs d’une contextualisation politique avancée des débats qui n’intéresse ici pas directement notre propos.

2.1. Les contraintes externes

14Nous passerons rapidement sur ces déterminations fortes que nous avons déjà évoquées plus haut et à propos desquelles la littérature est déjà bien fournie (Nel, 1990 ; Gerstlé, 2004 ; Charaudeau, 2005). Il est clair que les interactions peuvent être conçues en termes de rôles socio-langagiers, entre acteurs pris dans des réseaux de pouvoir, mettant en place des stratégies électorales, ayant pour but non pas d’argumenter pour l’interlocuteur mais d’influencer l’auditoire tiers. Dans ce cadre, la coopération discursive est évidemment illusoire. Si l’on ajoute à cela le pouvoir cadrant de la machine médiatique, l’homme ou la femme politique ne peut que difficilement résister aux sirènes du technocratisme, du consumérisme et du médiacentrisme. Les débats constructifs risquent alors d’être « remplacés par les raccourcis de la publicité et des médias de contact » (Corroyer, 2006).

15En plus de contaminer le politique par son impératif dec aptation (Charaudeau, 2005b), la médiatisation des débats contribue par divers mécanismes à leur polarisation (Rouquette, 2003). L’« effet caméra » tend par lui-même à rigidifier les positions. De plus, le sentiment panoptique que vit l’individu public l’amène à adopter des attitudes de protection de la face et une mise en scène du soi encore plus poussées qui entretiennent les clivages. Ce phénomène est par ailleurs redoublé par la dimension cognitive sclérosante de l’engagement : difficile d’imaginer un homme politique, une militante syndicaliste ou un représentant associatif accepter de remettre en cause la moindre once de ce qui fonde le ciment de sa vie sociale. Enfin, la toujours terrifiante contrainte chronométrique imposée par les médias entraîne, en plus de la recherche du « coup » et de la « petite phrase », le raccourci et la caricature des opinions.

16Bref, cet ensemble de facteurs externes pèse d’un poids important sur le déroulement de tout débat politique médiatisé. Et quand bien même on pourrait arguer qu’ils sont dépassables – ce dont nous doutons par ailleurs – dans un mouvement de type éthique, d’autres contraintes, internes cette fois, viennent encore miner la recherche de construction commune, de questionnement clair et foncier des problèmes publics.

2.2. La dimension ethotique et passionnelle des débats

17Bien qu’éventuellement rapprochable des éléments ci-dessus, l’inévitable face-work, la tension, l’agacement, les émotions en général font partie intégrante d’une interaction orale et même de sa composante argumentative (Plantin, 2011). Ainsi, il n’est pas rare que la confrontation d’ethos accroisse les clivages et prenne largement le pas sur une quelconque mise en question coopérative. S’il n’est pas question ici de faire une dichotomie sans doute surannée entre raison et émotion dans l’argumentation, on ne peut nier que le déplacement du débat vers le combat tend à compliquer la formation d’opinion éclairée chez l’observateur tiers.

  • 3 Émission « 100 minutes pour convaincre », diffusée sur France 2, le 20/12/03, à 21h. La retranscrip (...)
  • 4 Il n’est pas question de juger de la valeur de tel ou tel type d’argument : bien que considérés com (...)

18Sans nous étendre davantage sur cette dimension, nous noterons qu’elle mène bien à des situations stériles caricaturales, comme dans cet exemple tiré d’un débat entre Nicolas Sarkozy et Jean-Marie Le Pen3, où le Ministre de l’Intérieur d’alors, bien qu’annonçant vouloir donner un tour plus déontologique à l’interaction, ne semble pouvoir s’empêcher de sombrer dans un ad hominem peu productif4 :

Nicolas Sarkozy : On ne peut pas avoir de débat pour l’avenir avec vous. Monsieur Le Pen, qu’est-ce qui intéresse les gens ? C’est ce qu’on est capable de faire chacun dans les années qui viennent, pour rétablir la sécurité, pour maîtriser l’immigration, c’est ça qu’ils veulent entendre de nous. Mais je voudrais vous demander une chose à mon tour. […] au mois d’octobre dernier vous étiez l’invité d’un parti politique Justice et Vie. Le vice-président de ce parti politique est connu tristement, il a déclaré : « Il faut parquer les Juifs, sinon ils vont prendre notre place ».

2.3. La longueur des tirades

19Ce phénomène pourtant très prégnant est, à notre connaissance, paradoxalement assez peu traité dans la littérature. Il joue un rôle primordial dans les difficultés conversationnelles en contribuant à la fois à complexifier la compréhension des débats pour les observateurs et à freiner fortement toute tentative de co-construction argumentative.

20Laisser la parole à son interlocuteur, ne pas le couper intempestivement, lui permettre de développer sa pensée font partie des règles de bon déroulement d’une interaction. Cependant, l’observation de situations concrètes montre que dans certains cas, ce qui peut être considéré comme une marque de respect des normes socio-interactionnelles, entraîne nombre d’effets pervers. Parmi les principaux, on trouvera le non-examen de tous les arguments avancés (qui acquièrent alors une forme de « liberté d’influence » dans l’espace public) et le risque de laisser passer des prémisses non-partagées (terreau idéal d’une authentique aporie).

21Le premier problème réside dans le fait que dans un débat, les tirades de chacun des protagonistes peuvent être longues, complexes et constituées de plusieurs arguments. Or quand l’opposant répond, il ne s’attache bien souvent à réfuter qu’une partie des propositions adverses avant d’avancer lui-même plusieurs arguments dont seulement quelques-uns seront repris et ainsi de suite. La question qui se pose est alors la suivante : que penser d’un débat où les interlocuteurs échangent des arguments potentiellement pertinents mais où chacun n’examine ouvertement qu’une partie de ceux de l’autre ? D’autant plus que si dans leurs salons privés les individus peuvent bien user de stratégies plus ou moins volontaires d’ignorance à l’égard des paroles de leurs interlocuteurs, le sujet devient autrement plus sensible lorsque la discussion apparaît dans un cadre public, a fortiori entre des individus dont la légitimité pour exposer et véhiculer des idées est communément acceptée. Ainsi, personne n’invitant l’observateur tiers à examiner les différents arguments sous un angle intersubjectif et critique, ceux-ci, auréolés d’un effet d’évidence qu’ils ne méritent peut-être pas, ont tout loisir de ne briller que pour leur valeur de sens commun, décontextualisée et pathémique.

  • 5 Émission « Les controverses du progrès » dans le cadre du « Forum des idées Libération » diffusée s (...)

22Les illustrations de ce phénomène sont légion dans notre corpus. Il est également intéressant de remarquer que ce sont les situations aux apparences les plus coopératives qui posent le plus ce problème. Dans le cas par exemple du débat entre Nathalie Kosciusko-Morizet, alors Ministre de l’écologie, et Cécile Duflot, alors secrétaire nationale du parti Europe Écologie-Les verts5, les échanges sont tellement courtois qu’en 35 minutes, on ne compte que 10 tours de parole, c’est à dire presque 4 minutes par tour, avec une pointe à 8 minutes. Inévitablement, parmi les très nombreux arguments avancés à chaque tirade, tous ne sont pas repris. On objectera certes que dans une telle situation les deux femmes politiques ne cherchent pas à dialoguer mais à convaincre monologiquement l’auditoire, elles discourent plus qu’elles ne débattent. Mais dans ce cas, la question de l’intérêt de la confrontation pour la formation d’opinion critique reste entière.

  • 6 Contrairement aux pratiques de citation et de réfutation point par point du discours adverse que pe (...)

23Encore une fois, il ne s’agit pas d’édicter des règles de déroulement du débat : le problème de la multiplication des arguments et l’impossibilité de tous les traiter hic et nunc est une des faiblesses intrinsèques de l’interaction, au moins à l’oral6. La faille est aussi bien cognitive, on ne peut retenir puis retraiter avec cohérence un trop grand nombre d’éléments, que due au feu de la discussion, moins guidée par une rationalité argumentative que ballottée au gré des inspirations, des contre-pieds, et des émotions. Sans compter le fait que la pensée, pour se développer, a parfois besoin de globalité, d’à-coups, de butées et qu’il n’est donc pas question de prôner des interruptions intempestives de toutes les prises de parole. Cependant, pour le cas de débats médiatisés, il serait possible d’imaginer dans le cadre d’une éthique de responsabilité journalistique certaines formes originales de synthèse des discussions. Ainsi, extraire chaque argument d’un débat, mettre en regard ceux qui s’opposent, et soumettre à rediscussion ceux qui ont été laissés libres permettrait d’obtenir une grille de lecture nouvelle des différents enjeux.

  • 7 Deuxième séance du mercredi 18 juillet 2012.

24Le deuxième effet perturbant lié à la longueur des tirades est le risque de ne pas relever des prémisses discutables et de laisser une argumentation se construire sur des fondements instables ou obscurs. Un exemple typique nous est fourni par cette interaction à l’Assemblée Nationale7 à propos d’un dispositif fiscal :

M. Olivier Faure : [Je] rappelle que celles et ceux qui ont bénéficié de ce dispositif et qui appartiennent au premier décile ont touché 13 euros de plus par mois.
M. Charles de Courson : Pourquoi s’en tenir au premier décile ?
M. Olivier Faure : Le gain de pouvoir d’achat auquel vous faites référence est donc bien maigre.
M. Jean-Louis Borloo : [Maigre] pour vous !
[...]
Mme la présidente : Seul M. Faure a la parole !

25Il semble dans cet échange que deux points méritent effectivement d’être creusés plus avant. Si comme le rappelle la Présidente, les règles de l’Assemblée ne permettent pas, en séance, d’arrêter les discours pour examiner un point particulièrement épineux, nous pouvons néanmoins nous demander s’il est vraiment pertinent que, justement, M. Faure garde ici la parole si ses auditeurs n’acceptent pas la base même sur laquelle va se développer son argumentation. Exprimons le problème en reprenant la terminologie de la séquence argumentative proposée par Toulmin (Toulmin, 1993 [1958]). M. Faure condamne la mesure en se fondant sur deux garants implicites qui permettent le passage des données à sa conclusion négative : « 13 euros par mois est une somme négligeable » et « il suffit que la mesure soit mauvaise pour les salaires appartenant au premier décile pour qu’elle soit à rejeter en bloc ». Or, comme le font fort justement remarquer M. De Courson et M. Borloo, ces deux garants, qui tendent à passer pour des évidences, peuvent très bien être discutés.

26Ne pas le faire entraîne une forme de coupure argumentative (Angenot, 2006) : lorsque les prémisses, les valeurs mises hors de doute, l’axiologie fondamentale ne sont pas partagées, une discussion ne peut qu’être système d’interincompréhension (Maingueneau, 1984). La suite du débat en devient mécaniquement très peu lisible. Et bien qu’encore une fois, cette situation n’est ni vraiment condamnable ni surtout évitable, elle ne favorise pas la réflexion critique de l’observateur tiers qu’une explicitation a posteriori des points de friction pourrait permettre.

27Enfin, la longueur des tirades participe souvent d’un autre mécanisme clivant : celui des glissements de problématique.

2.4. Les glissements de problématique

  • 8 Cf. note 3.

28Dans une optique problématologique (Meyer, 2008 [1986]) on peut considérer qu’un débat est constitué par la mise en question d’un problème. Or il arrive que ledit problème ne soit pas clair ou que sa complexité ne soit pas bien rendue. Il peut également évoluer plus ou moins imperceptiblement au cours de la discussion. Parfois, il est simplement malaisé de relier une séquence à qualité d’argument à une thèse précise. Et plus fâcheux encore, la question traitée peut ne pas être exactement identique chez les différents locuteurs. Dans ce cas, nous entrons dans une coupure argumentative de premier degré, due « à des jeux pragmatiques mal déchiffrés » (Angenot, 2006) mais la plupart du temps nous faisons simplement face à une matière molle, difficile à appréhender tant pour les acteurs que pour les auditeurs. Enfin, dans un débat sans thématique principale, il est courant, contrainte chronométrique ou d’image aidant, qu’une question potentiellement constructive soit dépassée cavalièrement par un des acteurs. Une dissension méritant approfondissements ou regard critique est alors abandonnée, souvent au profit d’un des rhéteurs, mais toujours au détriment de l’observateur intéressé. C’est par exemple le cas dans ce nouvel extrait du débat entre Nicolas Sarkozy et Jean-Marie Le Pen8, où, alors qu’un véritable questionnement de fond s’engageait sur les raisons morales et sociétales de défendre ou non la double peine pour les délinquants étrangers, l’ex-Président du Front National opère un glissement à la fois fallacieux et provocateur vers un autre sujet. Ce glissement ne sera pas contesté par le Ministre de l’Intérieur, puisqu’il enchaînera dessus sans jamais chercher à revenir au point précédent, certainement obligé par la forte charge accusatrice et pathémique des propos de son opposant :

Nicolas Sarkozy : [La double peine est injuste car en expulsant un père, un frère ou un mari, on condamne une famille innocente.]
Jean-Marie Le Pen : Savez-vous, Monsieur le ministre, qu’il y a en prison dans notre pays plusieurs dizaines de milliers de nos compatriotes qui ont eux aussi des femmes et des enfants, qui souffrent bien évidemment de la détention. Mais il semble que les gens ne vous intéressent précisément, que dans la mesure où ils sont étrangers. Vous pratiquez, comme votre gouvernement d’ailleurs, la préférence étrangère.
Nicolas Sarkozy : Monsieur LE PEN, pourriez-vous me donner un exemple […]

29Ainsi donc, à force de nuance, de contournement, de division, une problématique finit par glisser et se perdre ce qui légitime une entreprise d’explicitation au service de la formation d’opinion. Une démarche s’efforçant de toujours tenir hors de l’eau le problème en question ne contribuerait donc pas à nier sa complexité mais au contraire à en préciser la teneur.

30Biais socio-politico-économiques, dimension passionnelle des débats, longueur des tirades et glissements de problématique constituent donc les quatre grands freins à la constructivité et à la clarté des interactions orales médiatisées. En prendre conscience appelle alors à interroger les médias sur le « type de contrat fondationnel qui affirme avoir à informer, concevant l’information en assumant la responsabilité de clarifier la complexité du monde contemporain (à des fins cognitives), ainsi que l’évoque Le Monde dans Le style du Monde » (Rabatel, 2008). Enregistrer leurs nombreuses contraintes dans la façon de faire voir le monde (exigence d’audience, de spectacularisation de l’information, poids de l’habitude, du formatage dans la formation et dans les pratiques journalistiques, astreinte au rythme trépidant de l’« actualité » qui n’est certainement pas celui de la pensée politique, etc. (Rieffel, 2010)), n’exonère pas d’une réflexion sur leur rôle de médiateurs dans l’exposition des différents points de vue qui peuvent structurer un questionnement social. Programme d’autant plus envisageable qu’en matière de diffusion commerciale, l’offre conditionne en partie la demande. La médiatisation du politique s’est certainement engagée dans une routine de simplification, de personnification ou de pathémisation des enjeux, mais la justification de son intérêt économique par la fameuse « preuve par la consommation » n’est sans doute pas infaillible dans le sens où les chiffres d’audience ne sont jamais que des marques « d’acceptabilité vis-à-vis des programmes offerts […] » et non des « traductions décodables d’aspirations et de demandes à leur égard. Et encore moins au final [...] des formes d’adhésion à leurs offres de sens et d’affects » (Lochard et Soulages, 2003).

31Il n’est donc certainement pas vain de proposer de nouvelles formes de présentation des problèmes publics et il y a fort à parier qu’une médiation du type de celle que nous allons proposer dans la section suivante saurait trouver son audimat : ceux qui s’insurgent contre la désaffection des populations pour le politique pourraient être surpris par l’intérêt suscité par une proposition de dépassement des clivages entendus, des positions moralisatrices et aux allures d’évidence, à travers « la présentation et la problématisation des points de vue des différentes fractions du corps social, devant le corps social tout entier » (Rabatel, 2008).

3. Schématiser le dissensus

  • 9 Cf. note 5.

32Nous défendions, au début de cet article, la présence de contenu idéologique dans les discordes politiques. Nous avons par ailleurs établi que si l’on dépasse les phénomènes qui tendent à le brouiller, son exhumation pourrait contribuer, dans un mouvement éthique, à nourrir de manière originale la réflexion publique sur les enjeux sociétaux. Nous allons maintenant illustrer cette démarche en présentant un exemple de schématisation des systèmes de valeurs qui s’opposent de manière sous-jacente dans le débat déjà évoqué entre Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM) et Cécile Duflot (CD) sur le thème de l’avenir du nucléaire suite à l’accident de Fukushima9.

3.1. Désaccord et systèmes de valeurs

33Marc Angenot reconnaît trois grands types de coupures cognitives menant à ce qu’il appelle les dialogues de sourds. Entre un niveau formel relevant plutôt du malentendu et un niveau extrême dû à des systèmes de pensée globaux incommensurables, il définit le niveau médian comme « le cas d’impasses argumentatives qui tiennent à des présuppositions, à des prémisses résolument mises hors de tout doute, à une axiologie fondamentale et immuable dans son évidence subjective » (Angenot, 2006). Nous postulons que ce phénomène de non partage plus ou moins conscient de système de valeurs est bien à l’origine des désaccords politiques véritables. Le problème étant non pas le désaccord fort heureusement possible, mais le fait que ces prémisses fondatrices ne sont que rarement explicitées en débat, soit pour des raisons stratégiques, soit même souvent car les débattants ne sont pas conscients de leur grille idéologique. Or une méthodologie d’analyse du discours, élargie à l’étude de la composante argumentative (Amossy, 2008), attentive aux schématisations (Grize, 1990), est particulièrement adaptée à la mise au jour des systèmes de valeurs sous-jacents et structurels des individus. Autrement dit à leur idéologie, au sens large, considérée comme « la fondation axiomatique des représentations sociales partagées par les groupes » (Van Dijk, 2006).

34En effet, le système de croyances qui dirige tel ou tel mode de pensée est en grande partie inconscient. Et tout comme le locuteur naïf utilise sa langue sans en connaître spécifiquement les règles et la structure, l’individu peut penser sans connaître clairement le cadre sur lequel se bâtissent ses raisonnements. De la même manière que l’étude des productions langagières nous renseigne sur la structure de la langue, l’analyse de la mise en discours des idées nous amène à mettre en lumière les représentations mentales qui les sous-tendent. Il devient ainsi possible dans l’analyse « de construire une architectonique sémantique sur laquelle se développent les multiples thématiques d’un discours » (Maingueneau, 1983 : 22).

3.2. L’opposition des valeurs sur la question du nucléaire

35Nous proposons donc de schématiser les soubassements idéologiques d’une controverse, tout du moins tels qu’ils sont présents en discours. Nous allons voir à quelle synthèse de ce type peut donner lieu notre débat sur le nucléaire.

  • 10 Les différentes gloses constituent une forme canonisée des grands arguments qui traversent les disc (...)

36Comme il ne peut être ici question de présenter l’analyse minutieuse du texte ni même d’en exposer de longs extraits, nous nous contenterons du tableau récapitulatif suivant qui thématise et met en regard, trivialement paraphrasés, les arguments échangés10 par les deux femmes politiques.

Tableau 1. Synthèse argumentative.

Tableau 1. Synthèse argumentative.

37À la vue de ce tableau, il apparaît que le désaccord s’articule autour de deux grands pôles : des conceptions divergentes de la question du risque d’une part, et une asymétrie de problématique quant à la temporalité de la sortie du nucléaire d’autre part. Globalement, au cours du débat, NKM énumère les avantages économiques que confère le nucléaire, ce qui laisse de marbre une CD s’efforçant quant à elle de montrer à quel point on ne maîtrise pas tous les risques liés aux centrales. Par ailleurs, alors que l’une entérine l’impossible sortie du nucléaire en raison des trop grandes déficiences des modes de production alternatifs, l’autre propose de raisonner spéculativement en arguant que si une sortie immédiate est certes inenvisageable, un plus ou moins court terme pourrait devenir une option viable, si l’on accepte de mettre en œuvre les moyens nécessaires.

Tableau 2. Deux clivages principaux.

Tableau 2. Deux clivages principaux.
  • 11 L’analyse pourrait être poussée plus loin en soulignant les avantages stratégiques que retire NKM à (...)

38Nous marquons ici la question du temps comme superficielle car elle est effectivement traitée comme telle dans le débat étudié : là où CD propose à plusieurs reprises de faire glisser le questionnement vers une sortie différée du nucléaire, NKM s’entête à répéter qu’un désengagement immédiat est impossible11. Nous sommes là dans une asymétrie de problématique telle qu’évoquée dans la partie précédente et que la mise en regard des arguments permet de mettre en lumière. Le désaccord que nous marquons foncier se situe pour sa part au niveau des systèmes de valeurs mobilisés discursivement par les interactants et mérite quelque approfondissement.

39Nous définissions plus haut les systèmes de valeurs comme des hiérarchisations, des axiologisations, et des investissements sémiques spécifiques de formes discursives. Voici, sans rentrer dans les détails de la schématisation, une proposition de positionnement des méta-formes « risque » vs « économique » en tension entre les valeurs de niveau supérieur exprimées dans le débat. Le graphe se lit de bas en haut, la première zone marquant les valeurs à caractère de principe – sur quoi se fondent les actions positives – et la troisième celles à caractère d’idéal – vers quoi tendent les actions positives – (on peut homologuer ce doublet au rapport moyen/fin dont traitent Perelman et Olbrechts-Tyteca (1958 : 368)). Entre les deux, et guidées par elles, sont articulées les valeurs de rang inférieur mises en jeu dans le discours.

Schéma 1 : Les systèmes de valeur.

Schéma 1 : Les systèmes de valeur.

40Cette schématisation permet ainsi d’observer les fondements axiomatiques de la représentation et de l’axiologisation du monde que construisent les deux débattantes. L’effervescence du débat, la complexité d’un sujet, la linéarité et l’atomisme même qu’impose la mise en langage des idées empêchent de saisir pleinement le fond idéologique en jeu. Gageons que notre graphique, sommaire certes, et oublieux de nuances qui n’ont pas leur place dans cette présentation illustrative, permet de porter un regard neuf sur la problématique nucléaire.

41Ici, deux visions s’opposent. La première, celle de NKM, prend pour principe fondateur, gouvernant l’agir politique, la conjonction (symbole ∩) d’une neutralité au risque, c’est-à-dire du traitement du risque comme un inconvénient parmi d’autres, et d’une recherche valorisée de progrès économique. Cela se traduit donc par la mise en balance, à un niveau équivalent, des avantages économiques procurés par le nucléaire et de ses risques potentiels. Les risques étant considérés comme infimes et le bénéfice économique comme très engageant, il en résulte fort logiquement qu’en terme d’investissement seront privilégiés (symbole +) ceux qui mèneront au nucléaire, considéré alors comme mode de production idéal. La flèche avec le symbole « ? » montre que si les avancées techniques amenaient à faire varier positivement le rapport économique/risque des énergies renouvelables, des investissements pourraient leur être consacrés et la hiérarchie (symboles <, ∩, ou >) entre modes de production idéaux modifiée.

  • 12 Récusant par le fait le topos anti-écologiste classique du « retour à la bougie ».

42La deuxième vision, celle de CD, prend au contraire pour principe directeur une valeur fort différente : celle de l’aversion totale au risque nucléaire qu’elle consent cependant à conjoindre avec une sorte de principe de réalité12. Ce refus strict du danger nucléaire la conduit tout naturellement à hiérarchiser supérieurement la prise en compte de celui-ci vis à vis des avantages économiques potentiels. Ce positionnement entraîne de fait un choix d’investissement majoritairement favorable aux énergies renouvelables, qui deviennent ainsi prioritaires en tant que mode de production idéal. Seul le principe dit de réalité contribue ici à ne pas évincer totalement le nucléaire et son intérêt économique du positionnement de CD.

43Ces deux résumés nous paraissent ainsi posséder un certain intérêt pour réfléchir, voire choisir l’un ou l’autre des modèles, débarrassés pour un instant du tumulte de la polémique. Car exposer clairement les raisons d’une discorde n’est pas une finalité en soi. Et la présentation de deux points de vue antagonistes mais qu’aucune universalité ne semble pouvoir venir départager n’est pas non plus irréductiblement dilemmatique. Elle invite à modifier le tour des discussions les plus radoteuses ou à rechercher de nouvelles formes de consensus, objectif honorable des débats dans l’agora médiatique. Plus simplement, la recherche à tout crin de rationalité cartésienne ayant vécu, elle permet d’offrir aux individus la liberté d’un choix subjectif – justifiable tant par des raisons axiologiques, thymiques qu’instrumentales – mais éclairé.

Conclusion

44Ainsi donc proposions-nous de faire émerger des éléments qui pourraient être utiles tant à l’usage du citoyen cherchant à se faire une opinion par l’observation de débats politiques que du journaliste-médiateur qui souhaiterait imaginer une nouvelle manière de prendre en compte les problèmes de la communauté. En fait partie la formulation de synthèses ouvertes, dépassant les phénomènes à tendance obscurcissante inhérents à l’interaction orale, sur la base de la reconnaissance d’une dimension idéologique fondamentale dans les désaccords politiques.

45Il n’est pas ici question de fournir des solutions, de concevoir des remèdes, mais de participer à la réflexion sociétale sur les modes de délibération politique où priment l’argumentation, la décision et l’action.

46Dans un monde où l’explosion de la communication many to many semble ébranler les individus par la multiplicité et la relativité des valeurs, sans doute serait-il profitable de présenter parfois moins des évidences moralisatrices sacralisées par des experts que des tentatives de médiations à même de faire voir la complexité du politique et permettant aux divers acteurs du corps social de participer à la construction commune d’un modèle de société. Nous abondons ici encore une fois sans réserve dans le sens de l’éthique du débat politique médiatisé que propose Alain Rabatel :

« En définitive, il ne s’agit pas de penser à la place du peuple, mais de l’aider à et dans l’exercice concret et éclairé de la responsabilité politique pour qu’il prenne des décisions en connaissance de cause [...]. Disant cela, nous ne prétendons donc pas à la vérité, ni que les journalistes ou les hommes politiques seraient sourds à ces problématiques ; nous pointons des dysfonctionnements, dans un esprit constructif » (Rabatel, 2008).

Bibliographie

Bibliographie

ADAM Jean-Michel, La Linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus », 2005.

AMOSSY Ruth, « Argumentation et Analyse du discours : perspectives théoriques et découpages disciplinaires », Argumentation et Analyse du Discours, n° 1, 2008, URL : http://aad.revues.org/200.

— , « La coexistence dans le dissensus », Semen, n° 31, 2011, URL : http://semen.revues.org/9051.

AMOSSY Ruth et KOREN Roselyne, « Argumentation et discours politique », Mots. Les langages du politique, n° 94, 2010, p. 13-21.

ANGENO Marc, « Dialogues de sourds : doxa et coupure cognitive », Discours social/ Social discourse, n° 2, 2006.

— , Dialogues de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Paris, Mille et une nuits, coll. « Essais », 2008.

— , « La notion d’arsenal argumentatif : l’inventivité rhétorique dans l’histoire », in Chaïm Perelman (1912-2012). De la nouvelle rhétorique à la logique juridique, Paris, PUF, 2012.

CHARAUDEAU Patrick, Le Discours politique. Les masques du pouvoir, Paris, Vuibert, 2005a.

— , Les Médias et l’information. L’impossible transparence du discours, Bruxelles, De Boeck-Ina, 2005b.

CORROYER Grégory, « Quelques mécanismes de clivage dans les “débats” politiques », Communication et langages, n° 148, 2006, p. 33-51.

— , « Lecture critique de l’ouvrage de Patrick Charaudeau, Le discours politique », Langage et société, n° 126, 2008, p. 95-106.

— , « Les discordes idéologiques dans le débat politique. L’argumentation à l’épreuve de l’incommunicabilité », Communication, n° 28/2, 2011, URL : http://communication.revues.org/index1692.html

DIJK VAN Teun, « Politique, Idéologie et Discours », Semen, n° 21, 2006, URL : http://semen.revues.org/1970.

EEMEREN VAN Frans, et GROOTENDORST, Rob, A Systematic Theory of argumentation. The pragma-dialectical approach [Une théorie systématique de l’argumentation. L’approche pragma-dialectique], Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

FAIRCLOUGH Isabella et FAIRCLOUGH Norman, Political Discourse Analysis. A Method for Advanced Students [Analyse du discours politique. Une méthode pour les étudiants avancés], London, Routledge, 2012.

GERSTLE Jacques, La Communication politique, Paris, Armand Colin, coll. « Compact Civis », 2004.

GRIEZ Jean-Blaise, Logique et langage, Gap/Paris, Ophrys, 1990.

KOREN Roselyne et Rabatel Alain, « La responsabilité collective dans la presse », Questions de communication, n° 13, 2008, p. 7-24.

LE BART Christian, Le Discours politique, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1998.

LOCHARD Guy et SOULAGES Jean-Claude, « La parole politique à la télévision », Réseaux, n° 118, 2003, p. 65-94.

MAINGUENEAU Dominique, Sémantique de la polémique, Lausanne, l’Âge d’Homme, 1983

MEYER Michel, De La Problématologie, Bruxelles, Mardaga, 2008 [1986]

NEL Noël, Le Débat télévisé, Paris, Armand Colin, coll. « Cinéma et audiovisuel », 1990

PERELMAN Chaim et OLBRECHTS TYTECA Lucie, Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1958

PLANTIN Christian, Principes et méthode pour l’étude du discours émotionné, Berne, Peter Lang, coll. « Sciences pour la communication », 2011.

RABATEL Alain, « Pour une conception éthique des débats politiques dans les médias », Questions de communication, n° 13, 2008, p. 47-69

RASTIER François, « Doxa et sémantique de corpus », Langages, n° 170, 2008, p. 54- 68.

RIEFFELRemy, Sociologie des médias (3e éd.), Paris, Ellipses, coll. « Infocom », 2010.

ROUQUETTE Sébastien, Vie et mort des débats télévisés. 1958-2000, Bruxelles, De Boeck, Coll. « Medias recherches », 2002.

TOULMIN Stephen, Les Usages de l’argumentation, Paris, PUF, 1993 [1958].

Notes

1 En raison de notre corpus, nous nous en tiendrons ici à la définition restreinte que propose Christian Le Bart du discours politique, à savoir les discours produits par les hommes et les femmes politiques dans l’exercice de leurs fonctions (Le Bart, 1998). Toutefois, nos observations pourraient tout autant s’appliquer à une acception extensive comme « discours qui traitent de la chose publique dans l’espace public » (Amossy et Koren, 2010).

2 Dont les récents développements intègrent une forte composante argumentative (Fairclough et Fairclough, 2012).

3 Émission « 100 minutes pour convaincre », diffusée sur France 2, le 20/12/03, à 21h. La retranscription, comme celle du reste du corpus, est sommaire mais adaptée aux besoins de nos illustrations.

4 Il n’est pas question de juger de la valeur de tel ou tel type d’argument : bien que considérés comme sophismes par la rhétorique ancienne voire par la pragma-dialectique moderne, les ad hominem et autres tertium non datur peuvent cependant parfois être crédités d’une certaine validité circonstancielle (Angenot, 2008 : 199). Nous ne faisons que remarquer ici que le tour que prend l’interaction est plus propice au maintien d’un clivage de forme qu’à la discussion des différences de fond.

5 Émission « Les controverses du progrès » dans le cadre du « Forum des idées Libération » diffusée sur la radio France Culture, le 29/ 04/ 11 à 18h.

6 Contrairement aux pratiques de citation et de réfutation point par point du discours adverse que permettent les dispositifs de communication asynchrones comme les forums de discussion électroniques.

7 Deuxième séance du mercredi 18 juillet 2012.

8 Cf. note 3.

9 Cf. note 5.

10 Les différentes gloses constituent une forme canonisée des grands arguments qui traversent les discours, chacun étant actualisé sous différentes formes au long du débat. « Le risque zéro n’existe pas » peut par exemple apparaître aussi bien dans « On ne maîtrise pas entièrement cette technologie complexe » que dans « Les centrales ne sont pas adaptées contre des attaques terroristes ». Cette répétition d’arguments identiques, ignorante des contestations et des objections de la partie adverse, est d’ailleurs une marque forte du dialogue de sourd engagé.

11 L’analyse pourrait être poussée plus loin en soulignant les avantages stratégiques que retire NKM à refuser ainsi le déplacement ou en ramenant le désaccord à un niveau plus profond. Notamment en termes de vision politico-économique court- vs long-termiste ou de positionnement autour d’un aphorisme du type « un tiens vaut mieux que deux tu l’auras ». Mais encore une fois, le texte n’y invite pas, et la concision attendue dans ces lignes non plus.

12 Récusant par le fait le topos anti-écologiste classique du « retour à la bougie ».

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Synthèse argumentative.
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/14078/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Tableau 2. Deux clivages principaux.
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/14078/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Schéma 1 : Les systèmes de valeur.
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/14078/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k

Auteur

Université Toulouse 2 Le Mirail, LERASS-CPST

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search