Version classiqueVersion mobile

Le langage manipulateur

 | 
Jan Goes
, 
Jean-Marc Mangiante
, 
Françoise Olmo
, 
et al.

II. L’argumentation dans les discours de transmission des connaissances

Attribution adjectivale et argumentation

Jan Goes

Texte intégral

Introduction

1La fonction attribut, traditionnellement associée à la partie du discours adjectif n’est sans doute qu’une fonction secondaire. Outre qu’elle est assez rare – seulement 4 % des exemples recueillis se trouvent en fonction attribut – elle apparaît principalement dans des contextes marqués, soit descriptifs (par exemple des guides de voyage) soit argumentatifs. Dans notre article, nous analyserons la fonction attribut vue de cet angle.

1. Le jugement et l’attribut dans la Grammaire générale et raisonnée

2Pour les auteurs de la Grammaire générale et raisonnée (désormais GGR) le jugement est la « forme ou la manière » principale de la pensée. Ses auteurs, Arnaud et Lancelot, ajoutent que ce « jugement que nous faisons des choses, comme quand je dis, la terre est ronde, s’appelle proposition » (GGR, 1676 [1966] : 29). Ainsi, La terre est ronde est un jugement prototypique, dans lequel

  • 1 Il y a deux opérations principales de l’esprit : concevoir et juger.

il est aisé de voir que les deux termes appartiennent proprement à la première opération de l’esprit1, parce que c’est ce que nous concevons, & ce qui est l’objet de notre pensée ; & que la liaison appartient à la seconde, qu’on peut dire estre proprement l’action de nostre esprit, & la manière dont nous pensons. (GGR, 1676 [1966] : 29)

3La GGR postule en outre que « toute proposition enferme nécessairement deux termes : l’un sujet, qui est ce dont on affirme, comme terre ; & l’autre appelé attribut, qui est ce qu’on affirme, comme ronde : & de plus la liaison entre ces deux termes, est » (id., p. 29). Comme tous les jugements / propositions correspondent nécessairement à ce schéma, il faut paraphraser

Pierre vit par Pierre est vivant.

  • 2 Nous avons, dans notre bibliothèque, le dernier livre qui tente de prouver que la terre est plate : (...)

4Les deux passages de la GGR cités ci-dessus rassemblent un nombre de termes impressionnants qui concernent notre propos : la pensée, le jugement, affirmer, la proposition, et finalement l’attribut. En outre, cet attribut est constitué d’un adjectif primaire et est un élément d’une proposition qui nous semble actuellement très banale : La terre est ronde. Elle ne l’était sans doute pas tout à fait en cette période (1676) : la légende ne raconte-t-elle pas que Galilée a marmonné « Et pourtant, elle bouge » – donc, « Et pourtant elle est bougeante » – en 1633 ? Pour certains esprits récalcitrants2, il aurait pu ajouter : « Et pourtant, elle est ronde ». N’oublions pas que l’affirmation est selon La grammaire d’aujourd’hui, un « terme généralement utilisé pour identifier la forme grammaticale d’une phrase qui se donne pour vraie ». Dans le Dictionnaire d’analyse du discours, on lit en outre que La terre est ronde est un argument vrai ou vraisemblable de type factuel ; l’exemple que donnent Charaudeau et Maingueneau est d’ailleurs tout aussi banal : La neige est blanche.

5Ce n’est évidemment pas par amour pour l’astronomie ou la météorologie que nous faisons le lien entre l’argumentation et l’attribut, mais bien parce que l’on est en droit de se demander à quoi sert cette fonction grammaticale : pour ce qui concerne l’adjectif, ne s’agit-il vraiment que de la simple « attribution d’une propriété à un sujet » comme on le dit souvent ? Nous allons donc esquisser une analyse de la relation entre l’attribution, l’adjectif et l’argumentation.

6Comme nous l’avons signalé, pour les auteurs de la GGR les opérations de l’esprit doivent être décrites par des propositions attributives dont l’élément de liaison est le verbe être. C’est pourquoi nous nous limiterons dans cet article à la structure SN0 – être – X, la structure canonique de l’attribution, d’autant plus que le texte d’Arnauld et Lancelot nous indique que la fonction de cette structure n’est pas vraiment l’« attribution d’une qualité », comme on le dit trop souvent dans les manuels et les grammaires.

2. L’adjectif et l’attribution

2.1. L’attribut : fonction fondamentale de l’adjectif ?

7L’adjectif est la partie du discours que l’on associe le plus souvent à l’attribution des qualités à des substances, et ceci depuis Aristote. Pour Martin Riegel (1985) :

[…] l’assignation d’une propriété (Pierre est courageux) recouvre une double opération de localisation. D’une part, le sujet qui manifeste une propriété est situé dans un domaine qui caractérise aussi d’autres entités (Pierre est courageux, Jean l’est aussi). D’autre part, la propriété assignée est une partie constitutive de l’entité qu’elle caractérise (J’admire le courage de Pierre). (Riegel, 1985 : 64)

8Dire que Pierre est courageux, revient à situer cette qualité en Pierre (le courage de Pierre), mais également à dire que Pierre se situe dans un domaine qui caractérise également d’autres entités : Pierre est courageux, Jean l’est aussi. Dans des cas comme celui-ci, où une propriété est attribuée de façon non transitoire, on peut toujours remettre le substantif hyperonyme du sujet : Pierre est un homme courageux. Il s’agit donc d’une intersection de deux domaines, que l’on peut transcrire par :

Pierre ∈ hommes ⌒ courageux.

Pierre ∈ hommes ⌒ courageux.

9Cette opération correspond dans beaucoup de cas à ce qui se passe lorsque l’adjectif fonctionne comme une épithète postposée : un linguiste pauvre se trouve bel et bien dans l’intersection des linguistes et de tout ce qui est pauvre.

10Pour le même auteur

[...] la copule s’analyse comme l’indice syntaxique porteur de marques catégorielles (personne, temps et mode) qui confère une valeur verbale aux catégories adjectivales, nominales, prépositionnelles et adverbiales. (Riegel, 1985 : 210)

11En d’autres termes, la copule ne serait qu’un élément grammatical vide de sens. Riegel (1985) s’est certainement laissé influencer par les générativistes pour qui l’attribut est la fonction fondamentale de l’adjectif qualifiant (Chomsky (1969), Sussex (1974), Lakoff (1977), Gross (1988)).

[...] plus que toute autre partie du discours, l’adjectif qualifiant semble essentiellement voué à la fonction attribut, à telle enseigne qu’on en a fait la forme par excellence du prédicat attributif. C’est même sa seule fonction, si l’on admet que ses deux autres constructions, épithète et apposée, sont dérivées d’une relative attributive enchâssée. (Riegel, 1985 : 113) (nous soulignons)

12Or, la copule, aussi diminuée soit-elle, ne situe pas seulement une qualité dans le sujet, mais affirme également quelque chose de ce même sujet (cf. la GGR), par cela elle joue un rôle dans la sélection des adjectifs épithètes qui peuvent passer en fonction attribut ; ainsi, le sens d’un adjectif antéposé est souvent incompatible avec le passage en fonction attribut :

(1) un pauvre linguiste ≠ un linguiste pauvre → ce linguiste est pauvre.
Antéposé, pauvre prend la valeur de simple dans :
(2) Je ne suis qu’un pauvre linguiste.
Il prend une valeur affective dans :
(3) Pauvre Georges, il s’est fait voler son portefeuille !

13De même, un adjectif de quantification approximative ne peut passer en fonction attribut :

(4) un bon kilo, un grand kilo, un beau kilo → *ce kilo est bon / grand / beau.

ni d’ailleurs un adjectif sous-catégorisant, ou encore un adjectif relationnel :

(5) du vin blanc → ?*ce vin est blanc

(6) le palais présidentiel → *ce palais est présidentiel

14Les qualifications épithétiques – si on peut encore parler de qualifications dans certains cas – recouvrent donc beaucoup plus de significations différentes que la qualification attributive : il apparaît que l’épithète et l’attribut ne se rejoignent que dans « l’attribution d’une propriété » et se distinguent par toutes les autres possibilités sémantiques (quantification approximative, détermination) que renferme la fonction épithète.

15C’est pourquoi Bolinger (1967) écrit que l’attribut est une source insatisfaisante pour la génération de très nombreux emplois épithètes, thèse que nous soutenons également, d’autant plus que l’emploi en fonction attribut de la plupart des adjectifs n’excède pas 4 % de la totalité des exemples que nous avons recueillis. En outre, la présence d’un adjectif « nu » dans une proposition attributive semble souvent artificielle : Ce monsieur est grand, cette pente est abrupte, grand-père est chauve, sont dignes des anciennes méthodes de FLE ou du langage enfantin, mais peu naturelles.

2.2. Attribution et structures argumentatives

  • 3 Jean-marc Mangiante, communication personnelle.

16Certes, l’attribut peut servir à la description, et dans cette fonction on le retrouvera par exemple dans les textes des guides touristiques (La vue est imprenable (Google) ; L’hôtel est confortable, mais la cuisine n’est pas bonne (avis sur Google) …3) ; dans tous les autres cas il faut une bonne raison pour attribuer explicitement une qualité à une substance, étant donné que la substance est par essence composée de qualités que l’on devine aisément. Pour Honeste (2004), il n’y a que deux raisons qui puissent pousser à utiliser un adjectif en fonction attribut : la description d’un côté, et l’argumentation de l’autre. « La qualification », écrit-elle (2004 : 135) est assumée principalement par la fonction attribut et « relève directement des perceptions conventionnelles d’une notion dans une communauté et de ce fait, est convoquée en discours soit à des fins de description, soit au titre de stratégie argumentative fondée sur l’établissement d’un consensus sur la signification ». En d’autres termes, l’attribut a la fonction sémantique de qualification et la fonction pragmatique d’argumentation.

17Si l’on attribue une qualité notoire ou qui lui est inhérente à un substantif, il faut une raison, et souvent c’est en fonction d’une logique argumentative :

(7) ?*Ce nain est petit.

(8) Bien que ce nain soit petit, il est capable de prouesses sportives. (+)

(9) Bien qu’il soit petit, ce nain est capable de prouesses sportives. (++)

(10) ? Cette pente est douce ; abrupte.

(11) Cette pente est trop douce / abrupte pour faire du ski.

18On peut l’intégrer dans un syllogisme :

(12) Tous les nains sont petits. X est un nain. X est donc petit.

19Ou bien, porter un jugement :

(13) [que] Ce nain est petit ! [plus petit que la moyenne]

  • 4 Les exemples (07-09), (12) et (13) sont de M-L. Honeste (2004) ; les autres sont de notre main.

20Or, tous les exemples précédents sont forgés4. Que trouvons-nous quand nous examinons les emplois attributs de l’adjectif dans un corpus de documents authentiques ? Pour ce faire nous avons puisé dans notre corpus d’exemples tirés du Monde sur CD-ROM. Cette ressource nous semble adéquate, dans la mesure où un texte de journaliste est souvent un texte d’argumentation.

21Pour l’adjectif grand, le plus fréquent des adjectifs, nous n’avons trouvé que 7 attributs sur 448 exemples inventoriés (1,56 %), dont 6 se trouvent dans un contexte argumentatif :

– une hypothèse :

(14) Si la paix avec Israël devient réalité la soif de liberté deviendra plus grande. (Le Monde, 15/01/1994 : 3)

– cinq enchaînements de cause à effet :

(15) Ils craignent aussi la sanction de l’opinion publique contre des hommes usés par le pouvoir et suspects de combines, dont le PS n’a pas le monopole, tant est grand le flou dans le financement des partis politiques. (Le Monde, 17/01/1994 : 1)

(16) Quand on a la chance de rencontrer, en Afrique du Sud, dans la même journée, deux Prix Nobel de la paix, la tentation est grande et salutaire de leur transmettre un message à la fois politique et moral sur le thème de la dignité et... de la paix. (Le Monde, 20/01/1994 : 6)

(17) Un pied dehors, un pied dedans [le gouvernement – JG] : la tentation est grande pour lui de faire monter les enchères, en jouant habilement de ses « amitiés » souterraines. (Le Monde, 21/01/1994 : 1)

(18) La déception était d’autant plus grande que le FBI avait passé un accord avec M. Hani El Sayegh, arrêté le 18 mars dernier au Canada. (Le Monde Diplomatique, septembre 1997 : 18)

(19) Leur poids peut être d’autant plus grand que l’administration Clinton, dans son second mandat, ne sera pas soumise à réélection. (Le Monde Diplomatique, mai 1997 : 19)

22À cela s’ajoute une expression plus ou moins figée : Le risque est grand que. En d’autres termes, dans un corpus journalistique, grand en fonction attribut ne se trouve qu’au sein de structures argumentatives !

23De même, l’adjectif court est rare en fonction attribut ; nous avons relevé 2 exemples sur 100 occurrences de court, tous les deux dans un contexte argumentatif :

(20) C’est un peu court quand il s’agit d’un conflit qui entame la crédibilité de l’OTAN, défie l’ONU, (...) (Le Monde, 31/01/1994 : 1) [enchaînement - commentaire de ce qui précède]

(21) Plus la distance est courte et plus l’identification du point de départ du coup est délicate à établir. (Le Monde, 08/02/1994 : 3) (enchaînement cause-conséquence)

24Pour gros, nous n’avons trouvé que 2 % des exemples en fonction attribut, toujours en contexte d’argumentation :

(22) Comme le constate le directeur de l’Institute for International Economics, M. C. Fred Bergsten, le nombre croît des marchés de devises qui sont « trop gros pour échouer ». (Le Monde Diplomatique, juillet 1995 : 22-23)

(23) Ils ont compris que, pour tenir leur rang sur le marché mondial, les capitalistes malaisiens devaient, eux aussi, être très gros. (Le Monde Diplomatique, juin 1995 : 9).

25Pour bon, les 2 exemples de fonction attribut sur les 100 premiers exemples repérés dans Le Monde se trouvent également dans un contexte argumentatif :

(24) Il les nommait, en son for intérieur, « Margarita », « Teresa », « Emmanuella ». Il se fixait des rendez-vous avec elles. Et il vit que cela était bon. (Texte littéraire, conclusion, pastiche de la Bible ; Le Monde Diplomatique, juillet 1997 : IV)

(25) Plus les nouvelles économiques sont bonnes, plus les marchés plongent. (Le Monde Diplomatique, mai 1994 : 14)

26Ces exemples tendent à montrer que les rares emplois de ces adjectifs en fonction attribut le sont dans un contexte argumentatif, du moins pour ce qui concerne le corpus journalistique que nous avons examiné.

2.3. Adjectifs « argumentatifs » et fonction attribut

27Nous avons alors décidé de prendre un nouvel échantillon, avec des adjectifs que l’on pourrait appeler « argumentatifs » : indubitable, indéniable, irréfutable. L’on pourrait s’attendre à ce que ces derniers soient plus fréquents en fonction attribut, et qu’ils se présentent dans des structures argumentatives. Or, sur les dix années du Monde Diplomatique (1987-1997), nous n’avons trouvé que 41 exemples d’irréfutable dont seulement 3 emplois attributs ; il n’y a que 3 exemples d’indubitable, dont aucun emploi attribut. Ce n’est que l’adjectif indéniable qui tient un peu ses promesses avec 30 emplois attributifs sur 117 exemples (25 %), souvent en contexte oppositif :

(26) Pourtant, malgré ses archaïsmes, la modernité de la Chine est indéniable ; […] (Le Monde Diplomatique, mars 1997 : 20)

(27) L’impact de la génétique est indéniable, mais la nature de ses utilisations est difficile à prévoir. (Le Monde Diplomatique, août 1989 : 8-9)

(28) Qu’il y ait un drame du Kosovo, cela est indéniable, mais il convient de voir qui vit réellement ce drame et qui le monte en spectacle. (Le Monde Diplomatique, février 1989 : 6)

28Ou bien dans le cadre d’une concession :

(29) Car, si les atouts de la ville sont indéniables, les difficultés de la vie quotidienne sont innombrables pour les citadins. (Le Monde Diplomatique, avril 1993 : 22-23)

(30) Le déclin économique n’est sans doute pas le plus frappant, même s’il est indéniable. (Le Monde Diplomatique, juin 1992 : 14-15)

29Nous les trouvons rarement dans une affirmation :

(31) Une nation endettée ne peut rester une grande puissance que si ses riches alliés veulent bien régler l’addition. C’est indéniable. (Le Monde Diplomatique, juin 1992 : 14-15)

(32) Les scientifiques tiennent volontiers le langage suivant : « Pourquoi s’en prendre à la science et à la technologie des malheurs du temps ? Voyez l’Histoire : le fanatisme religieux et la folie politique sont à l’origine des guerres civiles et extérieures comme de la plupart des souffrances infligées aux hommes. » Le fait est indéniable, mais le propos un peu court. (Le Monde Diplomatique, mars 1990 : 24-25).

  • 5 Pour Picabia (1978), il s’agit là d’une construction à complétive sujet Qu Pest Adj., qui donne Il (...)

30À cela s’ajoutent sept exemples de l’expression semi-figée : il est indéniable que5 :

(33) Il est indéniable que les premiers mois de ce gouvernement lui ont assuré un large appui de la population. (Le Monde Diplomatique, septembre 1990 : 8)

31Les exemples suivants illustrent que c’est au sein d’une argumentation que l’on peut trouver une accumulation d’adjectifs attributs, ce qui montre que, si l’attribut adjectival est rare, il tend à se multiplier dans un contexte argumentatif :

(34) La position hégémonique des Russes dans les centres de décision est indéniable. Il est beaucoup moins évident qu’ils aient, de cette position, tiré grand bénéfice pour leur niveau de vie, leur confort, ou leur culture. Le contraire est souvent vrai. (La poursuite des réformes en URSS, Le Monde Diplomatique, octobre 1988 : 4)

(35) Le degré de participation des Ouïgours à l’histoire chinoise est faible ; en revanche, la présence han au Xinjiang est très prononcée. (Le Monde Diplomatique, septembre 1997 : 10-11).

(36) Suggérer l’idée que les femmes puissent se retirer silencieusement du marché de l’emploi, pour se réfugier dans l’inactivité, signifie bien que leur droit en la matière est toujours contingent – toujours soumis aux contingences du moment. Et que leur chômage à elles est moins grave que leur chômage à eux... Pourtant, leur chômage à elles est plus massif, plus profond et plus structurel que celui des hommes. (Le Monde Diplomatique, septembre 1997 : 20)

3. Une nouvelle piste de réflexion

32Une catégorie d’adjectifs est réputée être totalement réfractaire à la fonction attribut : il s’agit de l’adjectif dit « de relation » (adjectif dénominal, du type présidentiel). Faut-il s’étonner cependant que cette interdiction est partiellement levée lorsqu’ils se trouvent accompagnés d’adverbes restrictifs (purement, strictement etc.) ou se trouvent dans un contexte oppositif ? Il y a là une indication supplémentaire de la relation de l’adjectif attribut avec l’argumentation, piste que, faute de place, nous n’explorons pas ici. Voici cependant quelques exemples :

(37) Ces problèmes sont purement agricoles. (Bartning, 1980 : 60.)

(38) C’est ainsi que la première action tentée dans les Dardanelles fut uniquement navale ; et ce n’est qu’après son échec que l’on se résolut au débarquement dans la presqu’île de Gallipoli. (Le Monde, 02/08/1994 : 2)

(39) La constitution de la Ve est-elle présidentielle ou parlementaire ? (Le Canard Enchaîné, Bartning, 1980 : 15)

(40) Cette industrie est lainière et non pas alimentaire. (Bartning, 1980 : 75)

(41) Cette critique n’est pas musicale, mais littéraire. (Riegel, 1985 : 17)

Conclusions provisoires

33La fonction attribut est une fonction assez rare pour ce qui concerne l’adjectif, à tel point qu’il est impossible de la prendre comme point de départ pour générer la fonction épithète. En outre, dans un corpus journalistique, il est assez rare de trouver des exemples de la structure canonique SN0 – être – X, du type descriptif, probablement plus fréquent dans des textes littéraires. L’écrasante majorité des quelques exemples que nous avons trouvés dans Le Monde sur CD-ROM ou Le Monde Diplomatique (1987-1997) sur CD-ROM sont clairement utilisés à des fins argumentatives, parfois dans des structures affirmatives (être affirme quelque chose du sujet) du type Que P est indéniable, X est indéniable, plus souvent au sein de relations oppositives, concessives, ou encore consécutives.

Bibliographie

Bibliographie

ARNAULD et LANCELOT, Grammaire générale et raisonnée ou la grammaire de Port-Royal, éd. Brekle, Stuttgart, F. Frommann Verlag, 1676 [1966].

ARRIVÉ Michel, GADET Françoise, GALMICHE Michel, La grammaire d’aujourd’hui, Paris, Flammarion, 1986.

BARTNING Inge, Remarques sur la syntaxe et la sémantique des pseudo-adjectifs dénominaux en français, Acta Universitatis Stockholmiensis, Romanica Stockholmiensa n° 10, Almqvist & Wiksell, Stockholm, 1980.

BOLINGER Dwight, « Adjectives in English : attribution and predication », Lingua, n° 18, 1967, p. 1-34.

CHARAUDEAU Patrick et Maingueneau Dominique, Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Le Seuil, 2002.

CHOMSKY Noam, Structures syntaxiques, Paris, Le Seuil, Coll. Points, n° 98, 1969.

GROSS Maurice, « La phrase élémentaire et ses composants. Une discussion de quelques exemples », Travaux de linguistique, n° 17, La prédication seconde, 1988, p. 13-32.

HONESTE Marie-Luce, « Approche cognitive de la fonction adjectivale », in, François (J.), (dir.), L’adjectif en français et à travers les langues, Caen, Presses Universitaires de Caen, 2004, p. 135-150.

LAKOFF George, Irregularity in syntax, New York, Holt, Rinehart and Winston.

Le Monde sur CD-rom, (1994), Le Monde SARL & Research Publications International.

Le Monde Diplomatique 1987-1997 sur CD-Rom, Le Monde SARL & Research Publications International, 1977.

PICABIA Lélia, Les constructions adjectivales en français, Genève, Droz, 1978.

RIEGEL Martin, L’adjectif attribut, Paris, PUF, 1985.

SUSSEX Roland, « The deep structure of adjectives in Noun phrases », Journal of linguistics, n° 10, 1974, p. 111-131.

Notes

1 Il y a deux opérations principales de l’esprit : concevoir et juger.

2 Nous avons, dans notre bibliothèque, le dernier livre qui tente de prouver que la terre est plate : Dijkstra (Klaas), Pleidooi voor de platte aarde, Boersma, Enschede, 1963. (Plaidoyer pour la terre plate).

3 Jean-marc Mangiante, communication personnelle.

4 Les exemples (07-09), (12) et (13) sont de M-L. Honeste (2004) ; les autres sont de notre main.

5 Pour Picabia (1978), il s’agit là d’une construction à complétive sujet Qu Pest Adj., qui donne Il est Adj. Qu P, après extraction de la complétive.

Table des illustrations

Titre Pierre ∈ hommes ⌒ courageux.
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/13968/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 10k

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search