Version classiqueVersion mobile

Le langage manipulateur

 | 
Jan Goes
, 
Jean-Marc Mangiante
, 
Françoise Olmo
, 
et al.

I. L’argumentation dans les discours professionnels

Analyse de discours et didactique des langues : l’argumentation dans les discours professionnels

Florence Mourlhon-Dallies

Texte intégral

1Jusqu’à l’événement organisé à Arras en septembre 2012, les recherches en argumentation et les travaux concernant l’enseignement du français sur objectifs spécifiques et professionnels n’avaient pas été mis en regard de manière systématique, à notre connaissance. Dans certains domaines, comme celui du français des affaires, on avait identifié la négociation comme un point clé des programmes mais aucune étude n’avait parcouru l’ensemble des spécialités ni surtout des métiers sous cet angle d’attaque et ce, quel que soit le niveau de langue des apprenants et la méthodologie didactique envisagée. Pour notre part, nous ne prétendons pas dresser un tel panorama mais tenterons de synthétiser les recherches sur l’argumentation qui nous paraissent les plus opératoires pour la didactique des langues sur objectifs spécifiques, ce qui nous conduira à définir les principaux ressorts de l’argumentation dans les domaines spécialisés et professionnels. Nous illustrerons ensuite notre propos en nous focalisant sur le domaine des arts appliqués, qui servira de tremplin à un ensemble de propositions méthodologiques pour d’autres domaines.

1. L’argumentation : retour sur une problématique

2L’argumentation constitue, dans notre esprit, un espace de réflexion au carrefour de la pragmatique et de l’analyse des discours à la française, laquelle met l’accent sur les récurrences formelles à la surface de productions écrites et orales catégorisées en genres discursifs. Cela invite à penser essentiellement la problématique de l’argumentation en termes d’objectifs et de marques.

1.1. Le projet argumentatif

3Pour la question qui nous intéresse, celle de l’argumentation dans les discours professionnels, nous convoquerons en premier lieu les travaux de R. Amossy (2010) qui pointe la diversité des genres discursifs au plan argumentatif. Amossy (2010 : 8) fait état d’« … un vaste éventail de discours qui tantôt rallient l’opinion, tantôt orientent simplement le regard ». La variété des discours s’organise, dans cette optique, en fonction de la plus ou moins grande volonté d’influencer le destinataire, ce qui permet de « différencier la dimension argumentative inhérente à de très nombreux discours, de la visée argumentative qui caractérise seulement certains d’entre eux. En d’autres termes, la simple transmission d’un point de vue sur les choses, qui n’entend pas expressément modifier les positions de l’allocutaire, ne se confond pas avec l’entreprise de persuasion soutenue par une intention consciente et offrant des stratégies programmées à cet effet. Une plaidoirie a une nette visée argumentative : elle se donne comme objectif premier de faire admettre l’innocence de l’inculpé que l’avocat a pour tâche de défendre, ou de présenter des circonstances atténuantes qui diminueront sa peine. Une description journalistique ou romanesque, par contre, aura une dimension plutôt qu’une volonté argumentative. » (Amossy, 2010 : 34).

4La typologie ainsi esquissée a l’avantage d’être immédiatement opératoire du point de vue des différents domaines de spécialité : le droit, la publicité, la politique offrent des discours marqués par une visée argumentative manifeste. Le matériel édité porte d’ailleurs trace de cette évidence. En Français sur Objectifs Spécifiques, la négociation d’affaires, la confrontation politique, la rencontre diplomatique, la démonstration scientifique sont identifiés comme pouvant donner lieu à un travail explicite sur l’argumentation en français. En témoignent depuis longtemps déjà des ouvrages de G. Vigner (Parler pour convaincre et Panorama 4) qui déploient l’éventail des tournures et expressions permettant d’atteindre la maîtrise des argumentaires les plus courants en la matière. Les genres-phares identifiés depuis longtemps en FOS sont les mêmes que ceux auxquels on prête aujourd’hui encore une forte visée argumentative, à savoir : les discours préélectoraux, les débats politiques, les annonces publicitaires, les courriers de litige, pour ne citer que quelques-uns des discours pris à témoin par les intervenants au colloque sur « le langage manipulateur ». Cependant, d’autres genres discursifs, moins communément pris pour objets d’études mériteraient également qu’on leur prête attention. Nous pensons en particulier aux consultations médicales, aux réunions de chantier dans le secteur du bâtiment et aux présentations de projet en arts appliqués, que presque personne ne citerait spontanément comme exemples de discours argumentatif.

5Cette sous-représentation de certains domaines (et des discours qui y circulent) tient à plusieurs raisons. Dans beaucoup de cas, on a affaire à des domaines qui ne sont pas unifiés au plan académique mais constituent des secteurs d’activité au sein desquels la diversité des intentions et des propos est très importante, comme l’a montré J.-L. Trouillon dans Approches de l’anglais de spécialité (2010 : 235) avec l’exemple du tourisme. Dans ce secteur, les métiers vont du réceptionniste à l’agent de comptoir, du rédacteur de presse spécialisée au guide interprète et au gérant d’hôtel, avec une grande variété de discours. Rien que pour l’écrit, Trouillon liste : le document de type juridique (contrat), le courrier professionnel, le document de type normatif (mode d’emploi, consignes), le document de type indicatif (cartes et menus), le guide, la brochure touristique. Cela invite à s’interroger sur la place à accorder à la formation à l’argumentation dans un programme de français, d’espagnol ou d’anglais du tourisme, d’autant que certains genres rédactionnels y sont particulièrement ambigus, à l’image du reportage de la presse touristique qui tient souvent de la publicité indirecte.

6Dans d’autres cas, c’est la nature de l’argumentation à déployer qui peut être taboue ou contraire à l’image que l’on se fait du domaine. Ainsi, la médecine est généralement caractérisée par la rigueur scientifique, mais beaucoup de spécialistes reconnaissent également la possibilité (voire la nécessité) d’y intégrer une forme de persuasion qui se modèle sur la logique du patient, sur ses croyances et même sur ses préjugés, afin d’atteindre une plus grande efficacité de soin. Dans La communication professionnelle en santé, Lussier et Richard (2005 : 53) abordent cette délicate question : « L’influence et la persuasion : Jusqu’à quel point le médecin peut-il tenter de convaincre le patient ? À cette question délicate certains répondront : “Jamais”. Cependant nous croyons qu’un médecin agit conformément à l’éthique et à la morale en tentant de convaincre un patient quand il est persuadé qu’il en résultera un plus grand bien-être pour ce dernier.… Essayer de convaincre le patient à l’aide d’arguments ne veut pas dire manipuler le patient pour parvenir à ses fins, mais simplement lui présenter adéquatement un point de vue et lui montrer l’intérêt qu’il a à suivre les recommandations proposées ». La consultation médicale peut donc être considérée comme portée par un projet argumentatif structurant, celui de convaincre le patient du bien-fondé du traitement ou de l’examen ou de l’intervention proposé(e). Mais si au Québec cela passe pour une réalité acceptable qui permet d’établir des argumentaires enseignés dans les études de médecine, en France, ce type de préparation à la consultation est souvent perçu comme un instrument plus grossier de manipulation contestable sur le plan éthique : doit-on en effet convaincre par tous les moyens ? En l’absence de consensus sur la pratique professionnelle même, le vide s’installe fréquemment dans les formations langagières correspondantes, tant pour les médecins natifs que pour les étudiants de médecine étrangers venus poursuivre leurs études en France.

7Dernier cas enfin, celui de domaines tout à fait inattendus, méconnus du grand public et oubliés la plupart du temps des formations en langues, mais qui nécessitent néanmoins une forte capacité à argumenter. On pense ici à tous les domaines de création artistique, qui fonctionnent sur des projets à concrétiser. Or ce sont souvent des domaines qui mettent en jeu des compétences non strictement langagières (peinture, sculpture, danse, architecture) et dans lesquels on peut être talentueux sans forcément bien parler (parfois même en parlant à peine la langue du pays où l’on est en passe d’être reconnu). On peut citer l’architecture d’intérieur et le design sur lesquels nous reviendrons, en faisant état (en 2.) de projets pilotes qui se sont tenus par le passé à l’école Boulle et plus récemment à l’école Françoise Conte. Seraient aussi concernés les antiquaires et les marchands d’art, qui doivent jongler entre transaction commerciale et sens artistique (Sarfati, 2010).

1.2. Les objectifs poursuivis

8Si l’ensemble des discours intègre à des degrés divers un projet argumentatif plus ou moins marqué (qu’Amossy résume sous la notion d’argumentativité des discours), il est également possible d’embrasser la question sous l’angle de l’influence, comme le fait P. Charaudeau. Charaudeau (2008 : 6) distingue entre « trois grands ordres argumentatifs : la démonstration, l’explication, la persuasion. L’ordre de la démonstration correspond aux situations dont la finalité consiste à établir une vérité (un article scientifique) ; l’ordre de l’explication correspond aux situations dont la finalité consiste à faire savoir une vérité déjà établie (un manuel scolaire de physique) ; l’ordre de la persuasion correspond aux situations dont la finalité est de faire croire (une publicité, une déclaration politique). Cette distinction […] ne tient donc pas aux caractéristiques linguistiques des énoncés, mais aux enjeux situationnels ».

9Cette modélisation à trois pans paraît particulièrement en phase avec la méthodologie du FOS, par son ancrage même dans la notion de finalité. Cependant, cette partition entre démonstration, explication et persuasion n’échappe pas à certaines limites, comme toute typologie : si on prend un discours lambda, on constate qu’il traverse souvent plusieurs ordres. De fait, durant une consultation médicale, on a de l’explicatif (sur la maladie, le traitement) et de la persuasion (aller faire pratiquer un examen, prendre tel type de médicament). Dans un discours de recherche, on a souvent du savoir en construction mais aussi de l’explication car le lectorat n’est pas homogène : on parle pour ses pairs mais aussi pour des étudiants en cours de formation. On peut aussi y trouver de la persuasion, si l’on a l’impression que le domaine que l’on développe est mal considéré, ignoré, oublié et que l’on profite de la communication scientifique pour le faire valoir.

10C’est en cela que la contribution de Charaudeau la plus importante est sans doute, par-delà la typologie initiale, le passage qui expose le fonctionnement de l’argumentation et son ancrage en discours. Charaudeau (2008 : 6) considère que « le sujet argumentant »« doit se livrer à une triple activité discursive de mise en argumentation. Il doit faire savoir à l’autre (interlocuteur unique ou auditoire multiple) : (1) de quoi il s’agit (problématiser) ; (2) quelle position il adopte (positionner) ; (3) quelle est la force de son argumentation (prouver) ». Dans une situation donnée, cela peut être reformulé en un triple questionnement, rapporté au locuteur : De quoi s’agit-il ? Qu’est-ce que j’en pense ? Pourquoi j’ai raison de le penser et comment puis je le faire partager ? Ce positionnement est à retenir car il opère du point de vue du sujet argumentant : or quand on enseigne une langue étrangère dans le cadre d’un domaine de spécialité ou pour un métier, on doit amener l’étudiant à produire (et pas seulement à lire ou à écouter). Il faut donc lui donner les outils qui le rendent apte à construire une argumentation recevable, dans un contexte donné dont il sera l’un des principaux acteurs.

1.3. Des arguments partageables

11Dans la lignée de P. Charaudeau, on peut se demander, dans les domaines qui nous intéressent, à quoi tient la force d’une argumentation. Il semble en l’occurrence que l’on ait affaire à deux sortes d’arguments. Les premiers se donnent comme universels : ils fonctionnent comme des preuves relevant d’un raisonnement scientifique parfaitement rationnel et logique (au sens mathématique). Les seconds ont une portée plus locale et supportent une, voire plusieurs interprétation(s) : ils relèvent du sociétal, du domanial et revêtent une force particulière dans certaines circonstances. Dans notre doctorat, nous avions par exemple remarqué que l’adjectif « ancien », dans les descriptifs d’hôtels à Venise (« ancien palais vénitien ») était à la fois un élément contribuant à persuader du caractère exceptionnel du lieu (on séjourne dans un monument historique) mais pouvant aussi laisser craindre un état vétuste, ce qui appelait à contrecarrer cette interprétation négative au moyen de l’ ajout : « récemment rénové » qui garantit le confort de l’établissement. « Ancien » a donc un potentiel argumentatif tout à fait particulier, dans un écrit de voyagiste. S’entremêlent ici la culture domaniale (celle de la rhétorique touristique) et les représentations partagées par les non spécialistes (la valeur ajoutée de l’histoire, en général). Dans bien des cas, il ne s’agit pas d’éléments parfaitement rationnalisables, car les impressions, les émotions, les valeurs en vogue interviennent aussi dans les prises de décision et les comportements. C’est ainsi qu’afin d’influer sur son auditoire, l’orateur « doit se figurer les opinions dominantes et les convictions indiscutées qui font partie du bagage culturel de ses interlocuteurs. » (Amossy, 2010 : 16). Cela renvoie à la question fondamentale des lieux communs et surtout de leur maîtrise, quand on est extérieur à la langue, à la culture du pays étranger et à la culture professionnelle d’un domaine donné.

12Charaudeau (2008 : 12) développe particulièrement ce point : « La force d’un argument dépend également de sa nature sémantique, c’est-à-dire de la catégorie de savoir ayant une certaine portée de vérité. Il faut donc que ce savoir soit partagé entre le sujet argumentant et son auditoire. En ce sens, il s’agit de “topiques”, de “lieux communs”, sans lesquels l’argument ne pourrait avoir d’effet ». Cela l’amène à distinguer deux types de savoirs : les savoirs de connaissance (scientifique savante) et les savoirs de croyance, qui sont à nos yeux le principal écueil des formations à l’argumentation en FOS. De nature extrêmement hétérogène,

13« Ces savoirs de croyance sont eux-mêmes spécifiés en domaines de valeur : moral (ou éthique) ; le bien/le mal (justice, liberté, paix, pardon, vertu, civilité, politesse, solidarité, tolérance, non violence, courage/lâcheté, etc.) ; pragmatique : l’utile/l’inutile, le préférable, l’efficace/l’inefficace ; hédonique : les sentiments, l’émotionnel, le sensible, le désirable, la menace, la compassion, la peur ; l’esthétique : le beau/le laid. » (Charaudeau, 2008 : 12).

14Ces savoirs de croyance sont par nature extrêmement fluctuants et la plupart du temps tacites, ce qui complique leur mise en évidence en cours de FOS ; sans compter que, comme bien des savoirs de connaissance, ils ne se manifestent pas toujours en occupant un volume syntaxique important dans la phrase, donc ils ne sont pas faciles à percevoir pour des étrangers ou pour des non-initiés. Ils peuvent se loger dans un adjectif (a priori descriptif comme « ancien ») ou dans un nom propre (qui porte en lui-même – par-delà l’information – une valeur ajoutée d’autorité). Il est alors difficile de les faire percevoir aux étudiants en cours de spécialisation qui composent bien souvent les publics de français de spécialité à l’étranger ou de FOU (dans les établissements du supérieur français ou francophones) et même parfois aux publics natifs de français langue professionnelle, qui ne possèdent pas encore de culture métier. Ces subtilités sont plus aisées en revanche à transmettre si l’on a en face de soi un véritable public de Français sur Objectif Spécifique, composé de professionnels avertis.

2. Illustration : le domaine des arts appliqués

15Dans des métiers relativement spécialisés et confidentiels, relevant de domaines où la connaissance savante n’est pas de l’ordre logique ou mathématique (mais se noue avec des vogues, des modes, ou est placée sous l’influence de la loi du marché) on a rarement un déploiement très net d’arguments de portée générale. C’est typiquement le cas des arts où prédominent les savoirs de croyance.

2.1. Comparaison entre domaines

16Plusieurs mémoires d’étudiants de master de l’université Paris 3 ont porté sur les échanges dans le milieu des antiquaires et des marchands d’art. Ils ont contribué à montrer que les arguments logiques à caractère universel ne sont pas majoritaires dans le domaine. L’argument de type financier (à savoir réaliser un placement avantageux) s’y rencontre, comme dans cet exemple reconstitué par nos soins : « Le verre bullé est une valeur sûre actuellement. Le prix des vases n’a cessé de monter », [donc en achetant cet article en verre, vous gagnerez de l’argent à la revente ou vous ferez l’acquisition d’une pièce de valeur]. Mais ce discours n’est pas dominant car tous ceux qui ont travaillé dans le domaine savent que la valeur est suggérée par la classification de l’œuvre dans un courant, une époque, une école. Une précision comme « Ce verre bullé, dans le style de Gallé/ réalisé par un élève de Gallé/ signé Gallé, représente une orchidée » a la force d’un argument de poids : le nom propre fait office de cotation et suggère que l’article est rare et précieux (comme l’ont montré les travaux de Krylyschin, 2008). Cette indexation est de type conniventiel et instable, car selon les modes, l’école de Nancy peut subir éventuellement des décotes. Dans ce second exemple, on remarque l’absence totale de connecteur logico-argumentatif et même d’axiologique, à la différence du premier, qui comportait la mention « valeur sûre ». Il faut quitter la vision commune pour adopter le regard du spécialiste et accéder ainsi aux critères sélectifs de la communauté d’initiés. De ce point de vue, les arts appliqués et les arts décoratifs divergent fortement d’un domaine comme la médecine, pour lequel le médecin, dans son discours, doit faire le trajet inverse : ses études sont savantes, mais dans l’exercice de son métier, le médecin doit aller vers le courant, le quotidien du patient pour mettre à portée l’explication scientifique. Le médecin peut alors être amené à se défaire de l’argumentaire scientifique (savoirs de connaissance) qui constitue son bagage académique pour jouer sur des arguments reposant sur des croyances répandues dans la société où il exerce. Un exemple de répertoire de telles croyances figure notamment dans La communication professionnelle en santé (Richard et Lussier, 2005 : 184), si l’on examine « Les principales catégories d’arguments selon Bellenger ».

17Cette comparaison rapide entre les arts et la médecine amène à penser qu’il peut être intéressant de reconsidérer les différents domaines selon la façon dont y sont tressés savoirs de croyance et savoirs de connaissance. Il est sûr qu’on ne peut pas exiger de l’enseignant de FLE qu’il maîtrise parfaitement d’autres domaines que celui de la didactique des langues. Ce dernier peut cependant chercher à comprendre comment les deux plans argumentatifs (celui des savoirs rationnels universellement partagés et celui des savoirs de croyance, plus relatifs) s’articulent en une trame discursive dont la dynamique est de convaincre et d’influencer, dans la spécialité ou le secteur d’activité de ses étudiants.

18Nous proposons de faire jouer cette approche en prenant l’exemple de l’architecture d’intérieur. Dans ce secteur, la règle est de faire coexister harmonieusement dans son discours le regard de l’usager et le point de vue de l’initié, qu’il faut surprendre et séduire. Autrement dit, il faut parvenir à équilibrer les savoirs de croyance du commun (reposant sur les côtés pratique et esthétique de l’objet créé) et les savoirs plus pointus des spécialistes (sur les matériaux, les styles) fondés sur des connaissances très spécialisées. Le genre discursif de la présentation de projet est emblématique de cette stratégie : il s’agit de gagner la conviction de commanditaires d’appel d’offres, de sponsors, de jurys à partir d’une proposition originale qui offre malgré tout de bons gages de faisabilité. Pour être réussie, la présentation doit se détacher de l’exposé descriptif pour projeter l’objet conçu dans ses usages futurs mais aussi justifier (avec un retour vers le passé) les choix ayant conduit à cette proposition. Elle doit donc combiner un discours reprenant des éléments du quotidien (en évoquant l’usage, l’ambiance, l’usure) et un discours intégrant des aspects hautement spécialisés et conniventiels. Pour défendre son projet, on va devoir l’ancrer en premier dans des croyances courantes (l’usage commun) et progressivement sophistiquer le discours en intégrant des arguments de connaissance (technique, historique, artistique) prouvant qu’on est compétent.

2.2. Un tressage argumentatif particulier

19Comme suggéré précédemment, la présentation de projet ou « parti-pris » en architecture d’intérieur (aussi nommée « design d’espace ») est un type de discours oral doublement argumentatif : on joue sur le bon sens et les stéréotypes les plus banals et en même temps, on s’appuie sur les considérations techniques les plus subtiles de la spécialité. Cette teneur argumentative transparaît dans les nombreux connecteurs qui rythment l’énoncé, qu’il s’agisse de conjonctions de subordination exprimant la causalité (« comme », « parce que ») ou de conjonctions de coordination (« mais ») qui permettent de repousser les objections ou de justifier les choix :

Je je peux aussi dire quelque chose du matériau… du matériau. Comme matérial, matériel, matière j’ai choisi euh le carton ondulé, comme c’est un matérial très légère, mais euh très stable en même temps, l je on peut créer mon objet hum avec le carton ondulé qui on on applique dans les couches circulaires on fait un spirale avec le carton ondule et on colle les couches avec le colle colle à bois et euh… ce ce mignon de colle à bois et carton ondulé fusion très stable et c’est aussi facile pour les enfants à le faire parce qu’on a pas besoin de matériaux ou des outils spécial pour faire ça. (Projet en milieu scolaire autour de la Fable le Lion et le Rat. Propos tenus par une étudiante étrangère, en année spéciale à l’école Boulle).

20Assez souvent, c’est le « donc » qui est mobilisé pour se justifier. Il est à noter toutefois que le donc prend deux valeurs, à l’image de l’extrait ci-après : en milieu de phrase, « donc » est là pour assurer la légitimité des choix de conception (que renforce le « il faut ») alors qu’en début, il fonctionne davantage comme un ponctuant du discours oral, un élément qui permet d’installer la parole, de la lancer :

Voilà, j’étais plus partie sur l’idée qu’on a différentes façons de consommer de l’eau dans la journée. Donc moi j’ai ciblé sur quatre grands moments. Euh, les moments où on boit de l’eau à table, donc il faut quelque chose qui ait un lien avec les verres de table, quelque chose de présentable. L’eau pour la beauté, on pulvérise de l’eau, avec tous les gestes que ça peut amener, tout ce qu’on peut amener comme finesse avec l’idée de cosmétique. L’eau pour le sport, avec des choses techniques, il y a des façons de boire, il faut protéger le contenant, garder la fraîcheur de l’eau. Et l’eau pour la détente, donc tranquillement, j’ai repris l’idée d’une paille, on va pouvoir boire dans des positions allongées, semi-allongées, de façon plus pratique qu’avec un verre, de façon plus décontracte. (Design de produit, 2005- 6, packaging attractif pour inciter à boire de l’eau du robinet.).

21Sur un mode plus subtil, la légitimation de la proposition artistique s’appuie souvent sur d’autres marques qui acquièrent, en discours, une valeur argumentative : la préposition « avec » et le pronom relatif « qui », focalisent l’attention de l’auditoire sur un point concret du projet qui vaut comme un élément clé de la conception :

« Donc j’ai commencé, je vous présente rapidement des recherches que j’avais fait pour l’art de la table. C’est pas, c’est pas vraiment des idées là que j’ai développées. J’ai voulu partir de l’idée d’archétype de la carafe, avec un bec long, long, et étroit en fait. Vraiment qu’on ait l’image globale qu’on peut avoir en commun. Donc voilà pour la table, avec un volume qui vient
P : habiller l’objet
E : qui vient habiller l’objet, qui a une forme, des formes arrondies, qui apporte une dynamique et qui en même temps appelle à attraper. » (Design de produit, 2005-6, packaging attractif pour inciter à boire de l’eau du robinet.).

22Dans d’autres présentations, c’est également la préposition « avec » qui introduit un choix conceptuel assis sur une justification ultérieure (« pour que ») :

La bande d’information, ce serait du bois cérusé, ce serait du massif et ça montrerait plus le côté artisan […] à chaque fois avec une hauteur maximum de 1mètre pour qu’on voie malgré tout la boutique. (Projet boutique Artisan du monde, 2005.).

23On s’aperçoit alors que les étudiants étrangers ont principalement besoin d’un travail sur la justification, qui intègre les connecteurs logico-argumentatifs et des tournures plus spécifiques que le discours promeut au rang de pivots argumentatifs. Ces caractéristiques formelles sont associées à un certain mode de construction énonciative, qui balaye l’avant de la présentation (on revient au passé composé sur les étapes de prise de décision) mais aussi l’après (qui projette dans la phase de réalisation). C’est ce que nous avons souligné dans l’extrait ci-dessous :

De plus, j’ai choisi certaines couleurs pour créer une multitude de bandes qui symbolisent la multiplicité des cultures. Les étagères seront placées sur les lignes, des étagères de 7 cm d’épaisseurs, les bandes entre il faut un minimum de 20 cm pour que ça reste lisible pour le client, 5 bandes pour les 5 continents et également pour pouvoir gérer le niveau des hauteurs. (Boutique Artisans du monde).

24On retrouve cette procédure énonciative dans les exemples précédemment cités : « j’ai choisi euh le carton ondulé », « j’étais plus partie sur l’idée », « j’ai ciblé », « j’ai repris l’idée », « j’ai commencé », « j’ai voulu partir de l’idée ». À chaque fois, le locuteur ancre son discours dans un point de départ incontestable (caractéristique connue de l’objet) ou objectivé (poids, taille, matière) pour embrayer sur un choix plus subjectif (sélection de dimension, de forme, de couleur) qui constitue une proposition personnelle à légitimer. On part d’évidences partagées pour aller vers la création personnelle, à laquelle l’auditoire est invité à adhérer.

25Il ne s’agit là bien sûr que d’une ébauche de réflexion, le corpus n’étant pas assez étendu pour prétendre à une analyse de discours digne de ce nom des présentations de projets en architecture. Cette étude exploratoire met toutefois en lumière l’importance dans certains domaines de l’argumentation, car c’est de la capacité à convaincre que dépend la possibilité d’exercer le métier : passer du prototype à l’objet dupliqué industriellement implique que d’autres croient en l’attractivité et en la faisabilité dudit objet. L’imaginaire et le technique sont alors comme le recto et le verso de la prise de décision qui conduira à réaliser ou non la série commercialisable à partir du prototype.

Conclusion

26Comme nous le préconisons en donnant la priorité à l’analyse du travail dans la construction de modules de Français Langue Professionnelle (Mourlhon-Dallies, 2006), c’est des enjeux même de l’exercice des professions que doit naître la réflexion sur les pratiques langagières en vue de l’enseignement du français à des adultes professionnels ou à des jeunes en voie de professionnalisation. Dans cette optique, la problématique de l’argumentation dans les discours professionnels s’avère centrale, parce qu’elle met au cœur des formations la question du but que l’on poursuit en parlant ou en écrivant. Les programmes à construire sont dès lors plus axés sur la production que sur la réception et semblent revaloriser les discours oraux dans des formations en Français sur Objectifs Spécifiques où la lecture et la rédaction d’écrits spécialisés ont longtemps prévalu.

Bibliographie

Références bibliographiques

AMOSSY Ruth, L’argumentation dans le discours, Armand Colin, 2010.

BONNARCORSO Olivia et BOUVARD Sandrine, L’intégration d’étudiants chinois dans le cursus universitaire français, le cas des étudiants de l’École Supérieure d’Art France Conte à Paris, Mémoire de Master, Université Paris 3, 2012.

CHARAUDEAU Patrick, « L’argumentation dans une problématique d’influence », dans Argumentation et analyse du discours n° 1, L’analyse du discours au prisme de l’argumentation, 2008.

DION Géraldine, Construction d’un parcours didactique dans un domaine de FOS. Mémoire de Maîtrise de Didactique du français langue étrangère, Université Paris 3, 2005.

DION Géraldine et TAVERNIER Cécile, « Entre français de spécialité et français langue professionnelle : le cas de la classe internationale de l’école Boulle », Le français dans le monde, Recherches et applications n° 42, FIPF et CLÉ international, 2007, p. 180-191.

KRYLYSCHIN Marina, Le français langue étrangère à destination d’apprenants suivant une formation en commerce de l’art : un enseignement centré sur le nom propre, Mémoire de Master, Université Paris 3, 2008.

MOURLHON-DALLIES Florence, Enseigner une langue à des fins professionnelles, Didier, 2008.

— , « Penser le français langue professionnelle », Le Français dans le Monde n° 346, CLÉ International et FIPF, 2006, p. 25-28.

PLCHOTOVA Petra, Conception d’un module de Français de spécialité et réalisation d’activités multimédias pour la Classe Internationale des écoles d’art appliqués de Paris, Mémoire de Master, Université Paris 3, 2006.

RICHARD Claude et LUSSIER Marie-Thérèse, La communication professionnelle en santé, éd. ERPI, Canada, 2005.

SARFATI Marine, Élaboration de modules de français pour les antiquaires, Mémoire de Master, Université Paris 3, 2010.

TAVERNIER Cécile, De l’analyse de la demande à la construction d’un parcours spécialisé en français des Arts appliqués : le cas de la Classe internationale de l’école Boulle, Mémoire de Master, Université Paris 3, 2006.

TROUILLON Jean-Louis, Approches de l’anglais de spécialité, P.U. de Perpignan, 2011.

VIGNER Gérard, Parler et convaincre, Hachette, 1991.

Auteur

Université Paris Descartes, Sorbonne Paris CitéLaboratoire EDA et Projet européen CELV : La langue pour le travail.

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search