Version classiqueVersion mobile

Le Français sur objectif universitaire

 | 
Widiane Bordo
, 
Jan Goes
, 
Jean-Marc Mangiante

Le FOU en contexte FLM

Quelques réflexions et expériences pour permettre aux étudiants d’acquérir plus d’aisance dans l’expression orale

Brigitte Buffard-Moret

Texte intégral

1Les contraintes draconiennes de temps imposées aux communications lors d’un colloque obligent l’orateur à se focaliser quasi uniquement sur le contenu de son discours, puisqu’il lui faut faire tenir le maximum de mots dans un minimum de temps. On se trouve alors loin des autres exigences, tout aussi rigoureuses, que la rhétorique antique imposait à l’orateur d’alors. Certes, les traités en usage consacraient une large part à l’invention, à la disposition et à l’élocution, c’est-à-dire à la fabrication du discours, mais évoquaient tout aussi longuement deux autres parties : l’action, concernant la maîtrise de la voix et de la gestuelle par l’orateur, et la mémoire qui répertoriait tous les moyens d’apprendre un long texte par cœur.

2De nos jours, l’importance accordée à l’image de soi – compte tenu de l’omniprésence de l’audiovisuel, non seulement par le biais de la télévision mais aussi d’internet – explique que le coach, le conseiller en communication soient devenus des personnages incontournables non seulement de l’entourage des politiques, mais aussi du monde de l’entreprise où les stages de prise de parole font florès. Paradoxalement, l’université, qui prépare les professionnels de demain, semble le plus souvent se tenir à l’écart de cette formation à l’art du discours, ou du moins être un peu frileuse en la matière, se cantonnant le plus souvent à la pratique de l’exposé qui, précisément parce que les étudiants n’ont jamais été formés à la prise de parole, se révèle un pensum à la fois pour l’orateur et pour les auditeurs.

3 La licence Lettres Histoire Droit, dans laquelle j’interviens pour un cours d’aide à la réussite, est destinée à des étudiants souhaitant s’orienter vers des carrières dans le journalisme ou la communication, préparer des concours administratifs ou continuer des études en master de lettres, d’histoire ou de droit. Ils seront donc confrontés – comme d’ailleurs tous les étudiants – à des oraux d’examens ou de concours, à des entretiens d’embauche, à des prises de parole en réunion. Rappelons que, actuellement, les enseignants du secondaire sont un des rares corps de métier à ne jamais avoir passé un entretien d’embauche. Afin d’armer les étudiants pour affronter de telles situations, il faut leur faire prendre conscience que, dans une prise de parole, les mots que l’on profère ne sont qu’une partie du discours, non négligeable certes, mais qui s’inscrit dans un tout. C’est ce qu’Albert Mehrabian, professeur émérite de psychologie à l’Université de Californie a appelé, à la suite de deux études aussi célèbres que controversées sur la différence d’impact entre les messages verbaux et non-verbaux, parues en 1967, la « règle du 7 %-38 %-55 % ». Elle signifie que 7 % de la communication est verbale, 38 % vocale (intonation et son de la voix), 55 % visuelle (expression du visage et langage corporel). La captation de la bienveillance de l’auditoire présent ne passe pas simplement par les mots mais tout autant par la manière de les dire, les gestes et toute l’attitude de l’orateur qui les accompagne. L’auditoire commence à s’intéresser à l’orateur, voire à ébaucher un jugement sur lui avant même qu’il ait commencé à parler, dès son entrée en scène, c’est-à-dire, dans le cas de l’entretien, dès son entrée dans la pièce et son salut à son interlocuteur. Et, pendant tout le temps où il parle, il doit avoir sans cesse souci du destinataire de ses paroles, percevoir ses réactions, son intérêt comme le fléchissement de celui-ci.

4Cette attention sans faille n’est pas évidente à acquérir et, pour amener les étudiants à cette prise de conscience et à une amélioration de leurs performances oratoires, il faut une pratique de l’oral à la fois régulière et de durée limitée pour que les bonnes habitudes s’instaurent mais qu’une tension prolongée ne soit pas contreproductive. Ils s’entraînent donc en groupes à effectif réduit (entre 10 et 20 étudiants) à l’aide de trois exercices.

5Le premier, intitulé « épreuve du sablier », consiste pour un étudiant choisi une semaine à l’avance à préparer pour le cours suivant un exposé allant de 3 mn (le temps de cuisson de l’œuf à la coque) à 4 mn maximum (si on l’aime mollet) sur le sujet de son choix.

6Quelques exemples :

  • Avantages et inconvénients d’avoir une sœur jumelle ;
  • Comment tenir 3 mn quand on n’a rien à dire ;
  • « Moi, président » et tout un programme plein d’humour.

7 Le jour J, l’étudiant sort de la salle puis frappe à la porte ; je l’accueille, lui tends ou non la main, lui présente l’assemblée qu’il doit saluer ; il s’installe au bureau, parle, salue puis s’en va.

8Le 2e exercice est appelé « épreuve du regard » : un étudiant désigné doit sur-le-champ sortir de la salle puis entrer de nouveau, me saluer, saluer l’assemblée, s’installer au bureau, regarder tour à tour toutes les personnes de l’assemblée, saluer et sortir de la salle. C’est peut-être l’exercice le plus perturbant, et pour celui qui regarde et pour ceux qui sont regardés.

9Le 3e exercice est appelé « épreuve de la lecture » : un étudiant désigné doit sur-le-champ prendre connaissance d’un court texte qui lui est remis et le lire au bureau.

10Que permettent tous ces exercices ? Tout d’abord, d’affronter un public fréquemment et de manière diverse. Ensuite, la prestation de chacun des orateurs-lecteurs-regardeurs fait l’objet d’une reprise de ma part. Je commente :

  • l’entrée dans la salle : il faut qu’elle soit résolue, attentive à mon accueil – on ne me serre pas la main si je ne la tends pas ;
  • la poignée de main : tout le monde maintenant sait l’importance d’une franche poignée de main ;
  • la prise de possession de l’auditoire avant même de parler : il faut prendre son temps avant ses premiers mots, bien s’installer et placer ses mains sur la table ;
  • la qualité de l’élocution : si on veut moins bafouiller en lisant, il faut juste parler plus lentement, ce qu’on obtient en haussant le ton de la voix ;
  • la position du regard : une feuille légèrement inclinée vers soi au lieu d’être posée à plat sur la table facilite le va-et-vient du regard entre le texte et les regards des auditeurs ;
  • la prise de congé (tout n’est pas terminé quand on a fini de parler).

11Je commente ensuite la correction de la langue et l’originalité de la prestation.

12Quelques exemples encore :

  • un étudiant annonce qu’il va parler du Serment du Jeu de Paume ; il raconte que les députés du Tiers État n’y vont pas de « main morte », que le roi « lève le poing », mais qu’eux « ne baissent pas les bras » et se défendent bec et « ongles » face aux autres ordres qui refusent de « lever le petit doigt »… On l’a compris, mes remarques sur la poignée de main ont inspiré un orateur sachant « manier » l’esprit ;
  • une autre étudiante écrit au tableau sans mot dire ces deux mots, « spondylarthrite ankylosante » et annonce que ce n’est pas du chinois, ou plutôt si, que c’en est pour les médecins qui essaient de la soigner depuis déjà plusieurs années, elle et son frère… Émotion perceptible dans l’assistance.

13Aucune prestation n’est parfaite mais toutes ont des qualités que je souligne à chaque fois. Parce qu’elles sont courtes, toutes sont écoutées sans ennui et tous les étudiants profitent des remarques et conseils prodigués tout autant à l’orateur qu’aux auditeurs qui, par la multiplicité des exercices se retrouvent forcément acteurs. Et ces orateurs prennent très vite confiance en eux, si bien que les progrès sont rapidement perceptibles : des comédiens qui jouaient de janvier à février 2014 au théâtre d’Arras La République de Platon et qui sont venus animer un atelier de joutes oratoires pour ces étudiants et moi-même ont fait remarquer que ceux-là ne leur semblaient pas tout à fait novices dans l’art de la parole.

14Cet art est complexe, mais de même que nous ne cessons de dire à nos étudiants futurs enseignants qu’on est plus serein pour s’adresser à ses élèves quand on maîtrise la matière enseignée, de même est-on également plus à l’aise pour intéresser ou convaincre un auditoire quand on est capable de le faire non seulement avec tous ses mots et tout son cœur, mais encore avec tout son corps.

Bibliographie

Références bibliographiques

MEHRABIAN Albert & Susan R.F. FERRIS, 1967, “Inference of attitudes from nonverbal communication in two channels”, Journal of Consulting Psychology, n° 31 (3), p. 248-252.

MEHRABIAN Albert & Morton WIENNER, 1967, “Decoding of inconsistent communications”, Journal of Personality and Social Psychology, n° 6 (1), p. 109- 114.

Auteur

Grammatica (EA 4521), Université d’Artois
Professeure à l’Université d’Artois. Elle étudie les formes de la poésie française héritées de la chanson. Elle a publié La Chanson poétique du XIXe siècle, origine, statut et formes (PUR, 2006, Prix Louis Barthou de l’Académie française 2007), et, à Artois Presses Université, Comme une boule de cristal, Maurice Carême entre poésie savante et chanson populaire (2013, en collaboration avec Jean Cléder) et les actes du colloque Bons mots, jeux de mots, jeux sur les mots (2015).

© Artois Presses Université, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

LCDPU
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search