Version classiqueVersion mobile

Ici et Ailleurs dans la littérature traduite

 | 
Xiaoshan Dantille
, 
Corinne Wecksteen-Quinio

Nerval traduit Schiller. De l’ici à l’ailleurs, dynamique d’une poétique de la traduction

Martin Mees

Résumé

Dans cet article, nous nous pencherons sur la traduction faite par Nerval des poèmes de Schiller. D’abord, nous tenterons de dégager de la poésie schillérienne les images que Schiller prête à l’ailleurs, afin de montrer à la fois le sens qu’elles prennent dans l’ensemble de sa poétique et l’écho singulier qu’elles ont dans la pensée de Nerval, qui les traduit. Le but de cette première analyse est de mettre en lumière les concordances existant entre les deux poètes. Sur cette base, l’examen plus précis de la traduction proposée par Nerval viendra, en deuxième lieu, interroger les éventuels glissements sémantiques induits par l’opération de traduction. Il s’agira de montrer comment la traduction nous dévoile les liens complexes qui unissent deux conceptions de l’art à la fois semblables et divergentes. L’idée de l’ailleurs et son articulation avec l’ici, loin d’être arbitraires, semblent se révéler constitutives du processus même de traduction, mais aussi du rapport de Nerval à l’écriture poétique en général. Ce sont ces deux points que tentera de mettre en lumière la troisième partie de cette étude.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

L’œuvre de Nerval a déjà bénéficié d’une large recherche réalisée par les études de traductologie. Différents cas remarquables (pseudo-traductions, imitations, traductions sans cesse renouvelées, etc.) ponctuent en effet son parcours de traducteur et se révèlent très enrichissants pour une recherche en ce domaine. De plus, il s’agit d’un traducteur ayant sa propre œuvre d’écrivain, une œuvre dense, ce qui soulève des questions – par ailleurs bien connues déjà1 – sur le statut de ses traductions : le traducteur-poète peut-il s’effacer suffisamment pour rendre fidèlement compte de l’original ? A contrario, faut-il être poète pour traduire la poésie ? Un tel traducteur doit-il dès lors être considéré comme un second auteur ou comme un traducteur « traditionnel », tentant, selon le mot de Victor Hugo, de se faire le simple miroir de l’original2 ? (La « Bibliothèque de la Pléiade », par exemple, ne publie pas les traductions de Nerval dans les Œuvres complètes qui lui sont dé...

Auteur

Université Saint-Louis - Bruxelles, Belgique
Martin MEES est titulaire d’un Master en Philosophie de l’Université Libre de Bruxelles. Aspirant du Fonds de la recherche Scientifique (F.R.S. – FNRS), il rédige actuellement une thèse sous la direction du Professeur Laurent Van Eynde à l’Université Saint-Louis – Bruxelles. Sa recherche porte sur les liens entre philosophie et littérature, et plus spécifiquement sur le concept du sublime dans les écrits littéraires et théoriques de l’époque romantique.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search