Version classiqueVersion mobile

Ici et Ailleurs dans la littérature traduite

 | 
Xiaoshan Dantille
, 
Corinne Wecksteen-Quinio

Traduire-écrire : la poésie de Hsia Yu entre son et image

Sandrine Marchand

Résumé

La poétesse taïwanaise contemporaine Hsia Yu, dont le langage voyage entre les continents et les différents niveaux de langue, a pratiqué l’autotraduction de l’anglais vers le chinois, remettant en question la séparation entre écrire et traduire. Nous aimerions interroger ici le passage des langues dans l’univers déterritorialisé du langage poétique ; comment la traduction devient, selon Édouard Glissant « un texte aventuré au possible d’un autre texte », mais aussi comment, dans cette aventure de la traduction, on peut mettre en valeur le rapport de l’auteure à l’aspect visuel du mot et du livre. Par sa conception de la poésie et de la traduction, Hsia Yu remet en question les clivages habituels entre mot et image, auteur et lecteur, poète et traducteur. Par l’expérience radicale de s’auto-traduire à partir d’une langue étrangère dans sa propre langue, grâce à l’utilisation d’un traducteur automatique, Hsia Yu repousse les frontières de la traduction et fait s’entrechoquer traduction et création. Que reste-t-il quand la traduction comme la création sont confiées à un « poète-robot » ? La traduction est-elle encore nécessaire en poésie, quand celle-ci remet en question son propre rapport au langage ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La poétesse taïwanaise contemporaine Hsia Yu, dont le langage voyage entre les continents et les différents niveaux de langue, entre poésie et chanson, corps et esprit, a pratiqué l’auto-traduction de l’anglais vers le chinois, remettant en question la séparation entre écrire et traduire, pour s’approcher d’un texte hétérolingue plus encore que multilingue1. Nous aimerions interroger ici le passage des langues dans l’univers déterritorialisé du langage poétique, comment la traduction devient, selon Édouard Glissant « un texte aventuré au possible d’un autre texte » (Glissant 1990 : 130), mais aussi comment mettre en valeur, dans cette aventure de la traduction, le rapport de l’auteure à l’image de ses poèmes, c’est-à-dire à l’aspect visuel du mot et du livre. Nous interrogerons donc d’abord la traduction en tant que rapport direct au corps, puis nous considérerons la poésie en tant que composition sonore et visuelle et la traduction en tant que rapport entre transparence et opacité....

Auteur

Université d’Artois, France
Sandrine MARCHAND est diplômée de l’Université Paris VII Denis Diderot en études chinoises. Elle enseigne, à l’Université d’Artois, la littérature sinophone et la langue chinoise. Spécialiste de la littérature taïwanaise, elle s’intéresse particulièrement à l’écriture poétique, ancienne et moderne, aux pratiques et aux théories de la traduction ainsi qu’à la genèse des œuvres. Elle est aussi traductrice de poésie et romans taïwanais contemporains, et particulièrement de l’œuvre du romancier Wang Wen-hsing. Auteure de différents articles sur ces sujets, elle a publié un ouvrage sur la question de la mémoire à Taïwan dans la littérature : Sur le fil de la mémoire, la littérature taïwanaise des années 1970-1990, Lyon, Tigre de Papier, 2009, et en collaboration avec Samia Ferhat, Ile de mémoires, Lyon, Tigre de Papier, 2011.

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search