Version classiqueVersion mobile

Ici et Ailleurs dans la littérature traduite

 | 
Xiaoshan Dantille
, 
Corinne Wecksteen-Quinio

Images de la déportation des roumains et des abus du communisme dans la littérature auto-traduite

Anda Rădulescu

Résumé

Dans cet article, nous nous focalisons sur la littérature auto-traduite et sur le transfert des images de la déportation des Roumains. Notre corpus est formé de deux romans écrits par des universitaires roumains bilingues, Arta supravieţuirii [L’art de survivre] de Lelia Trocan (titre français Les années de plomb) et Dislocaţii [Les disloqués] de Paul Miclău (titre français Roumains déracinés). Situés à la frontière du roman historique, du journal autobiographique, de la confession et du témoignage, les romans analysés se prêtent le plus, à notre avis, au défi lancé aux traducteurs de transférer les images et les tensions du texte source avec un minimum de pertes stylistiques et sémantiques. Nous essayons d’examiner la réussite et les limites des écrivains-traducteurs dans le transfert des images de leurs textes originaux. Le but de notre analyse est de faire ressortir l’altérité du texte source, la façon dont l’auteur-traducteur parvient à la garder en traduction et les procédés par lesquels il transfère et/ou reconstruit dans une autre langue les images de l’enfer vécu par les déportés roumains.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. Argument

Nous avons choisi de nous focaliser sur la littérature auto-traduite et d’examiner la réussite et les limites des écrivains-traducteurs dans le transfert des images de leurs textes originaux pour deux raisons :

a) l’auteur jouit d’une connaissance approfondie de son propre texte. Il est donc un traducteur privilégié, a priori le meilleur traducteur possible, puisqu’il connaît « le mieux les secrets de la création et [il est] le seul à pouvoir en déchiffrer toutes les énigmes » (Bueno Garcia 2003 : 268). Autrement dit, la traduction auctoriale

est par essence un espace pluriel : par le surcroît de liberté que lui permet son auctorialité, il incorpore dans le même temps de la traduction les divers aspects de la réécriture, potentialisation de l’original qui n’est pas sans rappeler l’époque révolue des Belles Infidèles. (Oustinoff 2001 : 94)

b) l’auto-traduction constitue un cas spécial, parce que, comme toute traduction, elle est une sorte de voyage « dans l’espace, d’un lieu ...

Auteur

Université de Craiova, Roumanie
Anda RᾸDULESCU est professeur à la Faculté des Lettres de l’Université de Craiova (Roumanie). Ses centres d’intérêts portent notamment sur la traductologie, la grammaire contrastive, la sociolinguistique et l’interculturalité. Elle est l’auteur de 9 livres, dont 3 de traduction, a publié 90 articles dans des revues nationales et internationales de spécialité et a participé à 38 colloques internationaux à l’étranger et en Roumanie. Elle dirige les Annales du Département des Langues Romanes et Classiques de l’Université de Craiova et fait partie du comité scientifique des revues Translationes (Timișoara), Colocvium (Craiova) et Argotica (Craiova).

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search