Version classiqueVersion mobile

Ici et Ailleurs dans la littérature traduite

 | 
Xiaoshan Dantille
, 
Corinne Wecksteen-Quinio

Raccourcir la distance entre ICI et ailleurs : étude basée sur une expérience de cotraduction littéraire

Chunliu Huang

Résumé

La présente étude a pour objectif d’analyser la collaboration sino-française dans le domaine de la traduction littéraire, plus précisément, dans la traduction de La neuvième veuve (Dijiuge guafu) de l’écrivain chinois Yan Geling, traduit conjointement en français par une Chinoise francophone et une Française sinophone. Le degré des reformulations réalisées par la traductrice française, qui opère généralement sur la base de la version proposée par sa collaboratrice, dépend non seulement de la qualité du travail de cette dernière, mais aussi de la différence de goûts littéraires et de philosophies traductives des deux collaboratrices. Leurs façons de travailler et leurs identités culturelles qui diffèrent posent des difficultés à leur coopération, mais la cotraduction reste un moyen qui permet d’optimiser le traitement du texte.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La présente étude a pour objet la cotraduction sino-française d’un roman chinois : La neuvième veuve (Dijiuge guafu) de Yan Geling, traduit en français par Chunliu Huang et Marie-Annick Carrez, paru aux Éditions You Feng. Il s’agit de l’histoire d’une femme nommée Wang Putao, devenue veuve pendant la guerre sino-japonaise et qui, lors de la réforme agraire, sauve son beau-père, Sun Huaiqing, un épicier rangé dans la classe des « propriétaires terriens ». Putao l’a ensuite caché dans sa cave à patates douces pendant plus de vingt ans, jusqu’à la mort de celui-ci.

1. Processus de la traduction de La neuvième veuve

Voici le processus que les deux collaboratrices ont adopté pour traduire La neuvième veuve : la traductrice chinoise fournit d’abord à sa collaboratrice une traduction qu’elle estime définitive au regard de sa compétence linguistique et littéraire exploitée dans un temps donné. La traductrice française prend ensuite en charge la mise au point de la signification tout en consul...

Auteur

Université de Nankin, Chine
HUANG Chunliu est docteur de l’Université de Nanjing (Chine) et de l’Université d’Artois. Elle a pour centres d’intérêt les recherches sur Roger Martin du Gard, la littérature moderne chinoise et la traduction. Elle a aussi signé plusieurs traductions dont Les Coloriés d’Alexandre Jardin, Manifestes médiologiques de Régis Debray, Nouvelles de Roger Martin du Gard et La neuvième veuve (Dijiuge guafu) de Yan Geling (cotraduit).

© Artois Presses Université, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search